Tatoue-moi !

Si je n’ai aucun tatouage, essentiellement car, pour le moment, je préserve mon petit corps de toute modification corporelle, je suis fascinée par cette discipline.

Il faut dire que j’ai lu et adoré le dernier roman monumental (en date, je sais que d’autres sont sortis, mais aucun n’avait sa dimension à mon humble avis) de John Irving, Je te retrouverai, qui parle beaucoup et très bien de tatouages, et qui donne très envie de se faire écrire sur le corps.

Mais je sais aussi que souvent Poc varie.

Si je m’écoutais aujourd’hui, je me ferais tatouer la tête de mon chat adoré (celui qui n’est plus là, car je veux plomber l’ambiance), Hulk ou pire une Pop Hulk ! Si je m’étais écoutée, il y a dix ans, j’aurais les chiffres de Lost quelque part sur l’épaule.
Rien ne dit que ça ne m’arrivera pas un jour, même si ça reste peu probable.

Hulk.gif

Si je ne fais rien à mon corps, je regarde avec fascination les émissions qui parlent de tatouage. Ca a commencé avec Ink Master sur la TNT lointaine (23 ou 24). Un concours des meilleurs tatoueurs américains, où des juges implacables jaugent ce que d’autres professionnels ont gravé sur le corps de vrais gens, parfois avec sévérité. Je me demande comment les gens supportent d’entendre que Kevin vient de leur dessiner un truc merdique et irréversible sur la peau, mais c’est une autre histoire (comme dirait Gérard Blanc).

Comme souvent quand un sujet est à la mode et fait parler, il est adapté en version française.

Ca a commencé avec Tatoo Cover sur NT1 TFX. Émission adaptée d’un format anglais, aussi diffusé par la chaîne. En gros, vous regrettez un improbable tatouage fait lorsque vous étiez bourré à Las Vegas ou à Montargis, un papillon en haut des fesses à la Ted (How I met your mother) et au lieu de le faire douloureusement effacer, vous le faites douloureusement recouvrir en racontant au passage par le menu combien il vous a fait souffrir jusque-là dans votre vie. Une magnifique reconstitution illustre parfaitement votre calvaire.

L’émission devrait être une publicité anti-tatouages mais c’est tout le contraire. Les usagers s’en sortent ravis avec une nouvelle ornementation canon sur leur épiderme.

Mais comme souvent, c’est à nouveau le groupe M6 qui frappe très, très fort avec l’adaptation d’un format anglais hyper trash : Extrême Tatoo.

Bon, en Grande-Bretagne, ça s’appelle Just Tatoo et Quotidien a bien expliqué le problèmeEn France, nous avons le CSA et donc, si les participants de l’émission se font tatouer à l’aveugle, le professionnel sert de garde-fou.
Il empêche par exemple des copains de l’obliger à réaliser un soutien-gorge sur le torse d’un de leurs amis suite à un pari. A la place, il dessine leurs têtes en train de lui lécher les tétons. Vous pouvez vérifier, c’est authentique.
Il indique à un type que sa copine veut faire inscrire « propriété de » Machine sur son torse.
En revanche, il laisse un père de famille se faire tatouer un dessin absurde de sa gamine sur le bras sans l’avoir validé à l’avance. Il voulait un ballon de foot ou la coupe du monde, il a une fée…

L’émission est surtout un prétexte pour faire de la télé-réalité. Un type plaqué par sa copine lui demande une seconde chance grâce à un tatouage, une jeune femme secourue rend hommage au pompier qui l’a sauvée, deux meilleurs amis se réconcilient…
Le tout avec beaucoup d’émotions et de larmes !

Et s’ils regrettent, ils pourront toujours aller sur NT1 TFX se faire recouvrir le truc de toute façon…

 

Des dîners franchement ratés

Je suis une fan d’un « Dîner presque parfait » depuis le lancement de l’émission sur M6. Je n’ai plus de la date exacte, mais je me souviens que la première semaine avait été organisée à Lyon et que c’était un certain Grégory, depuis devenu une star des fourneaux, qui avait triomphé. Je me rappelle également que la deuxième édition avait eu lieu à Lille.

A un moment, je ne manquais aucun épisode du programme. J’ai même proposé ici même (ou presque, puisque j’ai quand même déménagé entre deux) mon programme pour un dîner presque parfait, avec l’animation imparable dans laquelle je crois toujours : l’animation chatons.

J’avais même décliné en cinq chapitres (I II III IV V) les recettes pour emporter les 1000 euros promis au vainqueur.

3775c-dc3aenerm6

Evidemment, à un moment j’ai été gagnée par la lassitude et je suis passée à autre chose, comme M6 d’ailleurs, qui a arrêté l’émission pour la laisser un peu reposer et mieux la ressusciter quelques années plus tard sur W9, sa jumelle maléfique inversée. Pourvu qu’elle ne finisse jamais sur la triplée de l’enfer, 6ter, ce qui est le dernier stade avant le néant.

Le problème, c’est que sur la TNT, tout est permis. Il a donc fallu salir un peu l’émission pour la faire obéir aux codes de  la « nouvelle » télé-réalité, qui sont en vigueur au-delà du numéro 7 de ma télécommande. Du coup, le programme a bien souffert.

Entendons-nous bien, il y a des éditions quasi normales. Les dîners en Picardie passaient presque la semaine dernière. Les participants ont failli chialer en constatant qu’un candidat pas très aguerri en cuisine, pour rester soft, avait eu du mal à confectionner des crêpes et, ils ont résisté bravement à la tentation de le pourrir en découvrant son interprétation pourtant peu ragoûtante de la ficelle picarde.

A l’inverse, depuis lundi, c’est free-style. Les concurrents sont infects, calculateurs et mauvais joueurs, mais le clament haut et fort. C’est la W9’s touch : un protagoniste peut assumer frontalement de saboter le principe même de l’émission en notant n’importe comment et ça passe.

Bon, au point où en sont arrivés les participants, il semblerait que l’ultime dîner de la semaine, ce vendredi, tourne au pugilat entre la blonde sexagénaire sans filtre et le gourmet inutilement sophistiqué, qui a collé un 2/10 à un repas très honorable.

Je me demande du coup comment l’émission peut encore trouver des victimes pour accepter de participer à la compétition. D’ailleurs, quand personne ne se dévoue, ce n’est pas trop grave, la chaîne sort ou rediffuse une édition plus ou moins faisandée avec des vedettes. Sophie Tapie a ainsi fait des miracles avec son dîner de cow-girl plein de viande alors qu’elle est végétarienne. Un ex Miss France a été ravie de se revoir dans un truc qu’elle avait tourné, il y a au moins cinq ans.

Entendons-nous bien, je ne suis pas contre la mauvaise foi de bon aloi dans ce genre d’émission : je lui mets 2/10 pour sa décoration car je l’avais imaginée différente et que je ne gère pas bien la déception, il mérite un 5/10 car son homard avait des pinces minuscules…

Mais, je reste persuadée naïvement que le concept de l’émission était assez fort pour lui épargner de terminer aussi mal son existence. De mon côté, je regarde quand le programme s’annonce « normal » : aucun candidat border-line, aucune tension à l’horizon…

Hollywood Girls : Mon cerveau fait de la résistance

Vous me connaissez maintenant, je suis plutôt du genre à penser qu’on peut regarder n’importe quoi, si on le fait avec distance et intelligence. Et puis, j’ai découvert « Hollywood girls » et regardé « les Chtis font du ski » dans la même journée, et je me suis mise à douter.
Pour être totalement honnête, si j’arrive à rester inexplicablement scotchée aux « Chtis », j’ai tenu 5 minutes, par tranche de 2 devant « Hollywood girls ».

Pour le concept des « Chtis font du ski », on reprend ceux qui étaient allés à Ibiza, auxquels on ajoute quelques nouveaux, à cause des rares défections entre la première et la deuxième saison, et on les invite à être eux-mêmes dans une station de ski suisse. Comme pour la première édition, les protagonistes sont invités, en outre, à exercer leur art – gogo dancing, tenue d’un bar, ou animation de soirée derrière les platines – sur place et à démontrer que les vedettes du Nord sont au niveau des spots internationaux de la fête.

Comme ça demeure un peu chiant de voir des bimbos bas de gamme se trémousser sur le dance floor, l’intérêt du programme réside essentiellement dans les antagonismes, pardon antôgonismes, qui existent entre les filles et Kelly, la copine « à Christopher » que tout le monde déteste, parce que quand elle est là, Christopher, il est pas pôreil, quoô. En plus, elle fait trop des gômineries.
Pour vous donner un exemple du rebondissement qui m’a scotchée à ma télé cette semaine, pour l’anniversaire de Christopher, Machine, une nouvelle blonde, qui a priori bizarrement kiffe le jeune homme, lui a offert une barbie, pardon une biiiiiiiiiiiiiiiip, qui fait du ski, et celui-ci a trouvé malin de la teindre en brune. Tout le monde a par conséquent pensé que Kelly était derrière tout ça, alors que non en vrai.

Bref, après cette séquence, j’avais tellement débranché mon cerveau que je commençais à baver un peu. J’ai donc décidé de m’élever en regardant « Hollywood girls ».

Je vous explique, ce que j’ai saisi du concept : les protagonistes, je ne vais pas dire acteurs, improvisent sur une trame déjà scénarisée. Par exemple, si Ayem s’appelle Ayem dans « Hollywood girls », elle joue une autre Ayem. Idem pour Caroline, qui est devenue « Caro » dans la télé-réalité romancée, mais qui n’est pas la Caro que nous connaissons de « Secret Story » pour preuve elle est enceinte dans l’émission.

Pour autant, on ne va pas se mentir, Ayem ne campe pas non plus une agrégée de philosophie, mais juste une nana qui veut percer à Hollywood, d’où le nom de la série. Shauna Sand, elle, joue une Madame Claude américaine qui veut prostituer Ayem, pour vous dire si c’est de la fiction, imaginative en plus.

Là mon cerveau a repris le dessus et a obligé ma main à zapper.

J’ai échoué sur « un dîner presque parfait », cette semaine à Boulogne-sur-Mer, et entre le type, qui reçoit ses invités déguisé en Céline Dion plus vraie que nature, et le jeune candidat qui pète un plomb car ses pinces de crabes sont CRUES et non cuites, comme prévu, j’ai failli crier grâce et prendre un livre.

Un prime à l’anglaise

Hier, entre M6 et France 2, j’avais un peu l’impression de me promener sur la télévision britannique. Véronique Mounier a bien tenté de nous faire croire que le petit village du sud menait un expérience inédite (« ouh la menteuse ») en se privant d’électricité, mais le logo de la BBC qui était apparu avant son intervention m’a convaincue du contraire exactement. Pendant ce temps-là, sur M6, Philippe Etchebest tentait pour la quatrième fois de jouer les doublures par toujours convaincantes de Gordon Ramsay. Quelle prétention…


Autant le (re)dire d’emblée, j’ai un problème de taille avec « cauchemar en cuisine ». Je préférais en effet « panique en cuisine » avec le frère de Philippe Etchebest (Christian), Jean-Pierre Coffe et une fille absolument odieuse qui refaisait la déco des restos. Je ne comprends même pas l’intérêt du reremake à dire vrai.
Quelle idée de coller à « Ramsay’s Kitchen Nightmares » avec une doublure qui joue comme une patate ?

Le pire c’est que quand la copie prend des libertés, l’émission est encore plus insupportable. J’en veux pour preuve la présentation du resto d’hier sur fond de musique de film catastrophe / guerre (je ne l’ai pas identifiée) tonitruante. L’accompagnement musical dramatique était si fort que par moment on devait tendre l’oreille pour entendre les futures victimes du chef de choc.

Mes lecteurs lyonnais m’apporteront leur expertise sur cette immense enseigne violette située Place Bellecourt à Lyon (où j’ai vomi accessoirement mais sans aucun rapport avec le lieu), qui ne trouve pas de clients. Le restaurant est dirigé par le bouillonnant Gino, un italien à tempérament avec chemise ouverte sur une croix et une abondante toison pectorale, qui a pris comme directeur de salle Gautier, un jeune type extrêmement réservé, qui peine à trouver sa place à côté de son étouffant patron.

D’emblée Philippe Etchebest comprend que la panique n’est pas vraiment en cuisine, mais en salle, où une dizaine de serveurs errent désœuvrés. En même temps, les pauvres, ils n’ont rien à faire. L’autre souci de taille vient de l’organisation même du restaurant : une immense salle comptant un restaurant, un bar à vin et un genre de boutique, et une carte un peu confuse.

Comme dans un bon épisode de « cauchemar en cuisine » made in UK ou lors d’une incursion de Gordon aux Etats-Unis, tout démarre par un choc frontal entre le patron des lieux, Gino, et le chef. Classiquement, les choses s’arrangent très vite, et le coaching s’organise. Gautier sort de sa coquille, Gino s’efface autant qu’il le peut, le chef change la carte, et relooke le restaurant.

Tout se termine forcément bien sur un musique archi mélo et tire-larmes.

J’en ai trop appris hier sur les relations bien viriles entre mecs. Philippe rentre dans le lard de Gino, qui avoue finalement qu’il est fier de Gautier, qui n’a besoin que de ça pour exister. Pour donner sa place de leader au chef de salle, Philippe le traîne dans un ridicule séance de paintball qui lui permet de s’affirmer face à son équipe.

Pour mémoire un épisode de « cauchemar en cuisine » made in Channel 4 est long de 40 minutes bilan compris, M6 a cru bon de faire durer le sien le double, et évidemment ça ne marche pas. Le rythme n’est pas bon et nous avons eu le droit à un bilan expédié pour apprendre que finalement Gautier avait démissionné. Normalement, Gordon revient dans le restaurant qu’il a accompagné, pas Philippe Etchebest.

En outre, les aventures de Gordon, même avec clash, sont beaucoup moins « psychologiques » et c’est tant mieux.

Ah, sinon, j’allais oublier, mais il faut regarder l’émission au moins pour voir l’équipe d’experts du chef. Son apparition est toujours un bon moment pour moi, tant ils sont décalés par rapport au programme. Mais je vous laisse la surprise…

Ce que je retiens de ce nouvel épisode, c’est que je comprends pourquoi M6 n’en diffuse pas plus. Le casting du restaurant doit être infiniment complexe, s’il faut une forte tête comme patron, un drame psychologique, et en plus une affaire qui périclite.

Si comme moi, vous préférez l’original, la jumelle maléfique de M6, W9, le diffuse le dimanche en fin d’après-midi.

Quelques infos plus ou moins essentielles

Mon blog tourne un peu trop autour de lui-même en ce moment, mais bon je me dois quand même de vous signaler que ma collaboration avec le Post est officiellement terminée depuis hier. A mon initiative, je vous rassure, ou plutôt justement à cause de mon absence d’initiative depuis le 18 mai. Ce fut une expérience enrichissante qui m’a permis de belles rencontres. Aujourd’hui, je l’ai déjà expliqué ici, je poste occasionnellement sur le Plus (cliquez !), et je vous recommande donc d’y faire un tour.

A côté de ça, nombreux sont ceux qui me signalent ici et là que Buffy est revenue sur W9. Je le sais et je déplore que la chaîne balance les saisons au rythme apocalyptique de trois épisodes au moins par jour ouvrable. A ce rythme là, la bouche de l’enfer s’ouvre et se ferme en moyenne trois fois par semaine. Angel a à peine le temps de reperdre son âme, que le voilà dans la dimension démoniaque d’où il sort aussitôt un peu KO. Faith apparaît, copine avec Buffy puis est déjà alliée au maire. J’ai cependant pu l’apercevoir avec mon génie du zapping en train de danser fiévreusement avec ma tueuse préférée, ce qui demeure une de mes scènes préférées toutes séries confondues (une idée de Top ?). Mais bon, je garde le cap, et je vais tenter dès la saison 4 de suivre plus assidûment les aventures de la Tueuse avant de m’acheter, c’est prévu pour un jour, l’intégrale en dvd.

Il faut dire que Buffy voisine avec « un dîner presque parfait », cette semaine en Normandie, et Stéphanie pourrait peut-être me confirmer que les Normands sont des êtres particulièrement odieux, car M6 qui semble les haïr réunit toujours les pires comités de dîneurs dans cette région.
Cette semaine, la rivalité entre les deux femmes de cette édition caennaise cristallise toutes les tensions. Elles ne se connaissaient pas lundi et elles se sont détestées dans la minute, car Lalie, ex hôtesse de l’air, gérante d’un salad bar et peintre à ses heures, a accusé Lydie d’avoir mis des échalotes dans sa sauce alors que l’hôte de lundi n’a PAS d’échalote chez elle, n’en a jamais eues et les vomit. Du coup, Lalie a soupçonné Lydie, à tort, de ne pas avoir fait sa sauce. Par conséquent, lors du très convivial dîner de Lalie hier, Lydie s’est montrée plus que réservée et a ri à un moment d’un de ses plats, ce qui a achevé de renforcer leur rivalité. Il faut dire que Lalie sait parfaitement mettre ses convives à l’aise en les invitant à observer ses toiles, partager sa passion, et en les interrogeant sur ses plats. Bref, une soirée polaire entre des convives qui n’ont rien à se dire, et un grand dîner presque parfait…

Sinon, j’ai tenté de donner une chance à « Rome » et je suis définitivement trop « Gilmore girls » pour supporter cette série un rien trop réaliste sur la réalité de l’Empire romain. Astérix nous a menti, les légionnaires ne sont pas de débonnaires, mais aspirent cependant vraiment souvent à être démobilisés. Ils violent beaucoup trop à mon goût, pillent et massacrent. Les patriciens sont des pervers, et les plébéiens ne valent guère mieux.
En plus, comme j’ai pété ma télécommande récemment, je ne sais plus mettre les sous-titres sur ma télé ce qui m’impose de regarder les séries en VF ou en VO non sous-titrée. Je pense donc que ce « Rome » très, très cru a également perdu de son charme à cause de cela.

TNT : C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes

Fidèles à mon adage favori – c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes – deux chaînes phares de la TNT se livrent depuis le début de la semaine une guerre sans merci avec la programmation de deux séries cultes et essentielles : le « fame » espagnol, « un, dos, tres » sur W9 et ma série créationniste adorée, « sept à la maison » sur TMC.

W9 a en effet terminé son marathon « Charmed » et a a priori renoncé à programmer les aventures de ma tueuse favorite pour leur préférer les entrechats espagnols. Je n’ai jamais très bien saisi le charme de la série, si ce n’est son côté exotique avec notamment la rivalité entre Roberto et Pedro. La seule qualité de la série a toujours été de mettre en vedette des beaux garçons torses nus, voire entièrement dévêtus, Monica Cruz, la sœur de Penelope, qui doit finir par avoir 42 ans depuis le temps….

En revanche, je suis enchantée que le pasteur et ses nombreux chastes enfants viennent nous prêcher à nouveau la bonne parole chaque jour à une heure en plus très stratégique. Je suis cependant déçue que TMC n’ait pas opté pour une rediffusion depuis la première saison de la série. En effet, si Marie la dévergondée vit encore sous le même toit que ses parents, Matt est déjà parti vivre en colocation avec le fils d’un autre pasteur, Simon a troqué ses longs cheveux blonds contre une brosse gominée et surtout les jumeaux sont déjà nés. Mais bon, la morale est toujours sauve, malgré Marie, : pas de sexe avant le mariage, pas de drogue, ni d’alcool non plus, mais beaucoup, beaucoup de flirt pour les enfants Camden en revanche.

Sans vouloir gâcher le suspense, Rosie (Ruthie en VO) ne grandira jamais plus – elle a atteint sa taille adulte dans les épisodes actuels où elle doit avoir dix ans –, Matt va se marier avec une juive, dont le petit papa est rabbin, Lucy va rester un incorrigible tête à claques et Marie demeurera à jamais la marie couche toi là de la famille – je me demande même si elle ne consomme pas avant le mariage…

Dans un autre registre, pour rendre le choix de votre fiction de la fin d’après-midi encore plus cornélien, NT1 continue de son côté avec « le destin de Lisa ».

Trois fictions, trois nationalités, trois problématiques entièrement différentes – rien d’inédit cependant – merci à la TNT de nous proposer un éventail aussi large et diversifié de programmes…

Bang ! (le titre est garanti sans indications sur le contenu du post)

Autant vous prévenir, en attendant le 24 novembre, qui marquera l’arrivée de la saison 3 de « Fais pas ci, fais pas ça » dans mon petit écran, le paysage télévisuel est plus que morne.
[J’ai enfin compris pourquoi je ne voyais jamais les supers teasers de ma série culte…je ne regarde pratiquement JAMAIS France 2, heureusement qu’hier soir j’ai à nouveau visionné, faute de mieux, « Cold Case » pour en apercevoir un. Je félicite la chaîne qui fait son boulot au moins à la télévision en faisant la promotion de la meilleure série française du (jeune) siècle.]

Par conséquent, je suis obligée de me creuser la tête pour trouver des trucs à raconter ici.

Aujourd’hui, je vais vous parler de mon choc de la semaine dernière. W9, qui innove sans cesse comme sa grande soeur inversée M6, diffuse « touche pas à mes filles ».

Une série atterrit en général sur la déclinaison TNTesque d’une grande chaîne quand elle est usée jusqu’à la corde, sauf dans le cas remarquable d’une « nounou d’enfer » que M6 programme par parquet d’au moins deux épisodes chaque jour, car cette fabuleuse série ne sera jamais démodée à ses yeux et en même temps c’est vrai, quand Fran a indiqué hier qu’il lui faudrait trouver au plus vite de « vieilles tétines », je savais que C.C. allait faire son apparition dans la pièce, contraignant Niles à faire une réflexion et j’ai éclaté de rire (comme quoi…).

Bon, parfois, la série rencontre un succès inattendu et a le droit à une « seconde chance » sur M6 comme le très navrant pourtant « ma famille d’abord » alors que j’attends toujours les inédits de « tout le monde déteste Chris ».

Trêve de digressions (promis), « touche pas à mes filles » a une particularité remarquable, celle de compter dans son casting un personnage mort pendant le tournage, ce qui la rend extrêmement glauque à mes yeux. Ce décès a même été intégré dans l’intrigue de la série. Mais ce n’est toujours pas le sujet, en redécouvrant le visage d’une des deux filles intouchables, j’ai été parcourue de frissons d’horreur, il s’agissait en fait de l’adorable, drôle, et futée Penny de « The big bang theory ».

Autant, je peux supporter que la très, très sexy, et blonde, Christina Applegate (fabuleuse dans « Allumeuses », je sens que ça mérite une vidéo de bon goût ça…) ait joué dans le très discutable « mariés deux enfants », autant j’ai du mal avec le passé douloureux de Penny.

D’ailleurs, tant que j’y suis, M6 a justement dans ses cartons poussiéreux « mariés deux enfants », « papa bricole » (pourquoi pas ?) qui a vu les premières apparitions de Pamela Anderson après tout, « tout le monde déteste Chris » (aucune chronologie dans cette évocation), « Madame est servie » (dont je parlais l’autre fois) voire « ma sorcière bien aimée », qui finit par me manquer et de quoi donc alterner avec « une nounou d’enfer » dont mes parents étaient fans également et mystérieusement pour rebondir sur le post d’hier.
En revanche, ils peuvent garder l’angoissant « Cosby show » certainement trop démodé et le terrible « notre belle famille ».

Je tiens ma promesse pour « Allumeuses », mon film culte que j’assume à 200%.

[J’ai un peu honte là mais très peu en fait…]

Objectivité journalistique

« Accès privé », l’émission d’investigation de M6, qui s’était penchée auparavant sans concession sur la générosité des stars de Hollywood, enfin qui avait surtout redoublé à la bouche un sujet américain comme souvent quand le programme ne traite pas des stars françaises de qualité (Francis Lalanne, les anciens de la télé-réalité, les ex chanteurs des boys band…), consacrait hier une brève à la télé-réalité qui révolutionne en 2010 le genre et qui cartonne…sur la TNT créant des polémiques énooooooooooormes avec à l’appui le témoignage de la candidate qui a été traitée comme une chienne (l’animal qui aboie) pour gagner de l’argent et qui ose la comparaison du siècle « Alain Chabat a bien joué un chien dans un film, sans qu’on le lui reproche » (imparable !). « Accès privé » nous parlait évidemment de « Dilemme » qui est un peu une production maison puisque M6 et W9 sont sœurs. Il suffit de retourner votre écran pour saisir la ruse, si comme ma mère qui s’en fout de toute façon, vous ne l’aviez pas captée.

Comme j’ai le QI d’un poulpe, ce sujet objectif sur la qualité de cette émission révolutionnaire, que tout le monde regarde et dont tout le monde parle a priori, m’a donné envie de regarder le résumé du jour sur W9. Rien à voir avec le fait que j’aie zappé inconsidérément, que je sois tombée dessus et que je me sois dit « ça ou autre chose », évidemment…

Dans « Dilemme », hier, enfin plutôt avant-hier, Jason (à prononcer comme le tueur du Vendredi 13 et non comme l’amoureux de Médée et le poteau des Argonautes) fêtait ses 23 ans dans le cube. Pour le récompenser, toutes les filles faisaient des bisous au garçon qui possède le même maillot de bain que Taïg Khris, ce qui semblait mettre de l’eau dans le gaz dans le couple que le jeune homme forme avec l’athlétique Caroline, qui danse un peu comme Phoebe quand elle essaie de séduire Chandler dans « Friends ».

Mais bon, comme son nom l’indique, « Dilemme » pose des problématiques insolubles à ses participants. Caroline, qui est donc la petit ami de Djésone, devait choisir entre faire gagner des sous à son clan ou accorder en cadeau d’anniversaire à son copain, un message de ses potes, et faire perdre de l’argent à son équipe. N’écoutant que son beau cœur, la jeune fille a préféré ne pas perdre d’argent. Plus tard, Kevin, le copain de Jason, a lui opté pour enfermer son ami dont c’est l’anniversaire pour la soirée dans une pièce et obtenir des fonds plutôt que perdre de l’argent et laisser son pote passer un bon moment pour son anniversaire.

Chouette mentalité !

En même temps, on nous avait promis des candidats prêts à tout pour le fric et la notoriété (mouhahahahaha) et ils jouent le jeu. Seul petit problème, comme l’émission s’adresse à des pauvres têtes et qu’elle en met également en scène, la production leur a apparemment demandé de verbaliser le dilemme. Ainsi une fois la requête posée, « tu as le choix entre priver ton copain d’anniversaire et gagner 1000 euros ou lui accorder sa soirée et perdre la même somme », le candidat concerné doit exprimer à haute voix les avantages et les inconvénients du dilemme, ce qui rend le truc encore plus crétin.

De mon côté, je regrette le dilemme qui concernait de la cervelle de veau grillée, que personnellement je refuse d’ingérer même pour 1000 euros (quoique…).

Je vous fais le petit laïus pour signaler que tout ça n’est que du buzz de bas étage, destiné à alimenter essentiellement le web… On s’en fout en fait, si à la limite c’était regardable et un peu passionnant, mais on est quand même loin du compte, malgré la présence de la magnifique Marie, qui me pousserait à elle seule à me taper les quotidiennes…

Les raisins du Dilemme !

Pour fêter le week-end, j’ai décidé de regarder la quotidienne de « Dilemme » ce qui ne m’est strictement jamais arrivé depuis l’avènement de l’émission (et en vrai je pensais tomber sur « les Simpson ») et je suis tombée sur une scène extrêmement choquante : les candidats mangeaient des raisins en plein mois de juin. Normalement, dans une émission de télé-réalité, les concurrents s’engouffrent à longueur de journée de la pâte à tartiner et je permets de préciser en plus que ce n’est absolument pas la saison du raisin.

Voilà, j’en profite pour interroger mon lectorat, qui regarde « Dilemme » parmi vous ?

J’ai également été consternée en zappant en m’apercevant que quelle que soit la chaîne, TNT ou pas, les candidats de télé-réalité dansent forcément alignés en se regardant dans la glace. Je me demande où ils ont appris ça. Copient-ils leur glorieux aînés ?

Sinon, je ne l’avais pas encore écrit ici mais au moins grâce à W9, même les plus analphabètes n’écriront
plus « dileMNe », que la correction orthographique de word ne supporte pas apparemment. J’attends désormais que la chaîne propose « infarctus » (/infRActus), « aéroport » (aREoport) ou misogyne afin que pour l’éternité plus personne ne l’écrive avec un y à la place du i.

Sur la TNT, il y a toujours quelque chose à regarder (bis)

Grâce à la TNT, je l’ai déjà souligné, ici, nous pouvons retrouver toutes (ou presque) les séries de notre enfance et la minute « madeleine » passée, zappez très, très vite.

Les retrouvailles avec « Hulk », « Starsky et Hutch », « Rick Hunter », « les dessous de Palm Beach », « l’homme qui tombe à pic » se sont avérées assez décevantes. Je leur ai préféré le très kitsh, « Cosmos 99 » sur NRJ12.

Mais la TNT, c’est aussi des séries récentes, enfin moins vieilles disons, programmées en boucle. « Buffy » (W9), « Angel »(TMC), « Gilmore Girls » (France 4), « How I met your mother » (NRJ12), « Newport Beach » (France 4), « Charmed » (W9), font partie des valeurs sûres des chaînes de la TNT, qui osent aussi des inédits comme « Kyle XY » (W9), « Samantha, who » (Virgin 17) ou « Greek » (Virgin 17). J’attends le retour de « Hartley cœurs à vif » personnellement.
France 4, de son côté, recycle également les fictions françaises de France 2, « préjudices », « c’est comme ç@ » ou « PJ ».
A chacun sa spécificité et il y en a pour tous les goûts.
Depuis peu, grâce à Mathieu Delormeau ou Alexia Laroche Joubert, entre les reportages recyclés du « droit de savoir » et de « zone interdite », nous pouvons apercevoir quelques nouvelles émissions trashs avec des sujets bien dégueux.
Ainsi les troubles alimentaires et les TOC ont déjà été mis à l’honneur, mais rien n’a pu égaler le sujet sur les hommes bien virils qui vivent en femme. Les personnes qui ont eu la chance, comme ma femme et moi, de découvrir Gigi, Jean-Jaques à la ville, et Micheline, anciennement Pierre, des types costauds et à peu prés aussi féminins qu’Amélie Mauresmo, qui entreprennent, malgré leur âge, leur carrure et leurs attributs masculins, de se grimer en femme, me comprennent.

Mais la TNT, c’est aussi et toujours « les maçons du cœur » sur TMC, que je regarde moins qu’au moment où j’ai découvert l’émission, mais qui reste une valeur sûre, « maman, je change de famille », la version américaine et très trash de notre finalement gentillet « on a échangé nos mamans » et plein d’autres émissions rédoublées grossièrement à la bouche (« Next », « les bachelorettes », maqué, gay ou célibataire…) programmés occasionnellement.

En substance, comme l’indique ce titre, il y a toujours quelque chose à regarder sur la TNT. Il m’arrive ainsi de me taper cinq « un gars, une fille » d’affilée, parmi les douze prévus, sur France 4, bien que je trouve le propos misogyne et beauf au possible.
Je peux également regarder des épisodes des « Simpson » sur W9 que je connais pourtant par cœur ou découvrir « Futurama » ou « American Dad »sur NRJ12.
Parfois, quand j’ai envie de réaliser une petite étude socio anthropologique, je regarde « maman change de famille » et je prends peur en constatant que les américains ne sont vraiment pas comme nous.
J’avais râlé en découvrant que France 4 allait nous infliger « Will and Grace » en VF, mais je suis ravie aujourd’hui de dévorer par paquet de deux ou trois, les épisodes de la série, quand je m’ennuie par ailleurs.
De même, quand TMC songe à ne pas rediffuser les mêmes épisodes d’une semaine sur l’autre, je me régale, le week-end, avec « Mon Oncle Charlie », qui me console de la disparition, à mon avis toute provisoire, de « Spin City ».
Je ne vous parle même pas d’Arte en journée qui me permet de mater le très culte « la cuisine des terroirs » grâce auquel j’apprends qu’en Bulgarie à Pâques, on dévore de la panse farcie aux abas (j’exagère à peine…).
Le soir, tard, je m’endors avec « Sabrina » sur Gulli ou « fear factor » sur NT1.
Bref, je le martèle, il y a toujours quelque chose à regarder sur la TNT, n’est ce pas ?