Un candidat vraiment magique…

Après deux semaines de compétition acharnée à Thionville et Paris, j’ai presque été soulagée de retrouver, lundi, des candidats qui semblaient prêts à jouer le jeu dans « un dîner presque parfait ». Ils me paraissaient en effet tous extrêmement gentils à tolérer que les plats soient servis froid et à supporter que leur premier hôte de la semaine s’auto flagelle en leur présentant chaque met. Mais fort heureusement les vichyssois se sont avérés être de redoutables compétiteurs et de grands pinailleurs, certes moins pointilleux que leurs prédécesseurs mais quand même…

M6 a d’ailleurs profité de cette semaine de compétition pour nous donner un avant-goût de sa réunion de sosies en nous proposant de découvrir le clone d’Hugues Aufray et d’Assurancetourix, le barde du village d’Obélix, qui est à la fois magicien (ohhhhhh) et barman titulaire de records du monde de cocktails. C’est lui qui nous a proposé aujourd’hui un repas mémorable avec notamment au programme un plat sobrement baptisé « magicalement lotte » et une animation magie qui restera dans les annales du jeu. Le pauvre candidat va malheureusement être banni de la guilde des magiciens cher à GOB Bluth – j’espère ainsi donner à tous les fans de la série « Arrested Development » une envie dévorante de la revoir en intégralité – pour avoir permis à un non initié de percer le secret de son fameux tour : la femme coupée en rondelles… Il faut dire que Patrice, sa super chemise lamée dorée et ses deux magnifiques assistantes quinquagénaires n’ont a priori pas ébloui Jacques, l’hôte qui mène pour l’instant la compétition, et qui a percé à jour le truc du magicien. Le futur vainqueur est fort a priori parce que les autres n’y ont vu que du feu.

Demain, Ingrid, la candidate la plus exigeante, voire désagréable de la semaine, qui n’hésite pas à recenser à haute voix les défauts des plats de ses hôtes, sera sur la sellette avec un menu audacieux consacré au bricolage…Christophe, le bisounous authentique de la compétition conclura, lui, la joute culinaire et j’espère qu’il emportera au paradis son bon esprit de camaraderie en gagnant…

Deux informations hors sujet pour conclure, a priori je reprends du service pour un live-blogging sur le Post devant la forcément atterrante « ferme des célébrités », vendredi.
Par ailleurs, je ne promets pas de post avant mon Télé POC de samedi, car je conclus un très gros dossier cette semaine qui me prend tout mon temps et l’essentiel de mon énergie.

Programmation de vacances (1)

Sans être une blogueuse trop calculatrice, je sais que, durant les fêtes de Noël, mon blog ne sera pas votre priorité. Cependant, je continuerai bravement de poster, mais au ralenti, si vous me le permettez. Je vous propose donc aujourd’hui d’analyser la requête la plus surprenante, à mon goût du mois de décembre…

uniner presque parfait special sossie est ce qui aurras le sossie de gregory lemarchal

Alors, en premier lieu, les enfants, on écrit « soSie » car sinon le mot ressemble plus à « saucisse » qu’à « zizi ». Je me comprends. La pédagogie n’a jamais été mon fort, je le sais si ça peut vous rassurer.

Dans un deuxième temps, je suis obligée d’admettre qu’au premier abord, cette requête m’a fait hurler de rire, car il faut être passablement malade pour envisager que le sosie d’un jeune chanteur mort tragiquement sera présent dans un sympathique moment de convivialité télévisuelle. Non ?

En disant cela, je pourrai être amenée à relancer le débat soulevé par la présence du jeune homme dans la star ac’ 4, ce qui finit par dater. Globalement, je n’ai jamais été une très grande fan de Grégory Lemarchal et pas uniquement parce qu’il a tué d’emblée le suspense en s’imposant comme le vainqueur logique de l’émission dès le premier prime du programme. Je me souviens qu’un an après sa victoire il venait raconter chez Cauet que certains grandes radios, dont une où l’ex animateur de la star ac’ doit œuvrer aujourd’hui, boycottaient ses singles. Aujourd’hui, ça serait mal venu.


Tout ça pour répondre, simplement à mon camarade lecteur qu’a priori le sosie de Grégory Lemarchal ne sera pas de la partie, non ? Il y aura probablement des Johnny, des Cloclo, peut-être même une Mylène voire le sosie raté du Docteur House qui a gagné la prestigieuse compétition de TF1. Par ailleurs, je cherche encore l’intérêt de la démarche pour les dîners de la six, mais bon

Le sosie de la semaine

Depuis lundi, je m’interroge sur l’identité secrète de Sébastien, le pompier volontaire à l’accent du Sud-Ouest, qui participe à la semaine nancéenne d’un « dîner presque parfait ». En effet, physiquement et par sa voix également, il est le sosie quasiment parfait pour le coup de Nicolas de la star ac’ 6.

(Sébastien du dîner de M6…)

Souvenez-vous de Nicolas de la star ac’ 6, le copain d’Elfy et de Cynthia, qui avait été évincé du jeu à la veille de la tournée par la cruelle et franchement tirée Jacky Lombard, une tourneuse (comprendre une organisatrice de tournées musicales) de renommée internationale. Nicolas avait contre lui d’avoir les faveurs du public qui l’avait soutenu jusque là alors qu’il était loin d’entrer dans le moule académicien (et qu’il chantait comme une brêle). La prod’ avait donc mandaté des tueurs à gages, un jury créé pour l’occasion, pour le flinguer en direct live sur TF1. Raphie, fidèle et peu réservée quand on touche à ses poulains, ne s’en était jamais complétement remise.

(…Nicolas de la star ac’ à l’époque. Ajoutez lui quelques années et de menus kilos, la ressemblance est flagrante, non ?)
Bref, Sébastien ressemble donc à s’y méprendre à Nicolas au point que je me demande si le vrai-faux nancéen n’a pas endossé une fausse identité pour gagner 1000 euros, ce qui est mal engagé de toute façon car la Jacky Lombard de la semaine, le fourbe Christophe qui espère bien gagner, lui a collé de trop sales notes pour cela.

Quant à « la Nouvelle Star », j’ai tout dit ou presque là bas. Je suis globalement mitigée et je n’ai pas été loin de m’ennuyer devant ce premier prime diablement plat. Le jury est certes dans son rôle, mais justement il l’est peut-être un brin trop, presque trop parfait à son tour. De toute façon, telle Mylène je m’en fous, puisque je n’attends que la finale des champions des dîners de la six, lundi en prime.

Ah et sinon, je suis restée pétrifiée de stupeur et d’indignation en entendant la maman des deux tourtereaux plus que mineurs d’« un bébé à tout prix » expliquer qu’elle préférait que sa fille de 15 ans n’ait pas avorté car l’avortement c’est la mort et un bébé c’est la vie, le tout sans un petit mot derrière pour relativiser la force de cette charge contre la liberté de choix des femmes.

Le prénom de la semaine

Hier, dans un « dîner presque parfait » sur M6, j’ai appris que des parents avaient osé consciemment baptisé leur fille Caprine. Sur le coup, j’avais compris « Catherine » et je ne m’étais pas inquiétée mais en me référant au sous-titrage j’ai été obligée de constater que la belge habitant désormais à Nancy s’appelait bien Caprine.
L’adjectif « caprin » désigne ce qui est propre aux chèvres. Par conséquent, j’en suis venue à me demander pourquoi pas Bovine ou Avine tant que ses parents y étaient. La jeune femme a peut-être des frères et sœurs d’ailleurs…

Vous serez autorisés à entonner en chœur Caprine c’est fini avec moi dès que son dîner aura été diffusé par la six.

Enfin, la semaine dans l’Est s’annonce encore particulièrement gratinée après une parenthèse plutôt soft à la Rochelle.

Je profite de ce post pour me réjouir de l’arrivée du premier combat des chefs de l’émission de la six intitulé « un dîner vraiment parfait » qui comptera une toulousaine et le fameux Fabrice que nous avions découvert lors de la deuxième semaine du jeu. Ce dîner presque parfait des héros verra s’affronter les quatre meilleurs concurrents de l’année dernière aux quatre coins de la France avant une ultime finale à Paris ou les trois plus convaincants en Province devront proposer leurs menus à un jury composé de chefs et donc forcément, M6 oblige, de Cyril Lignac entre deux contre-attaques.

Par ailleurs, ceux qui m’aiment pourront ce soir me suivre en live-blog sur le Post avec William et deux guests de charme, dont Raphaëlle Dess que j’ai interviewée ce week-end pour mon plus grand plaisir.

Indigestion de dîners

Bon, j’ai trouvé ma kryptonite blogueuse, moi qui me vantais de pouvoir poster qu’il pleuve ou qu’il vente, j’en suis complétement incapable avec la mission qui m’a été confiée et qui va durer jusqu’à la fin du mois de septembre.
Pourtant, mardi j’avais prévu de mettre ça en ligne :
Je ne vous avais pas menti en indiquant à la fin de mon précédent post que j’allais manquer sévèrement de temps pour poster dans les semaines à venir. Là, urgence oblige, je rogne sur le temps dédié au ménage et au repas pour poster. Je digérerai donc mal ce qui achèvera de me rendre complétement grognon et la moquette de mon appartement continuera à ressembler à un tapis de poils de chat [depuis j’ai pris le temps de faire le ménage, mais la mue des animaux a déjà tout remis en cause], au moins mon effort sera rentabilisé au moment où je m’y consacrerai.
J’ai donc regardé le prime d’un « dîner presque parfait » consacré au camping. D’abord, je me dois de constater que l’adjoint au tourisme d’Argelès-sur-Mer a du douiller un maximum pour qu’on puisse aussi bien apercevoir les cinq magnifiques enseignes des campings de la ville où résidaient les différents protagonistes de la soirée.
Si je voulais être concise et aller me consacrer à autre chose très vite, je dirais que cette soirée était globalement indigeste et que je conseille formellement à M6 de ne plus jamais nous infliger ça.
Se taper dans la même soirée cinq repas, avec cinq décos sordides et cinq animations atterrantes est juste au dessus des forces de n’importe quel téléspectateur normal.
Mais le camping, pouvoir d’achat en berne oblige, est à la mode alors autant nous balancer tous les poncifs sur le sujet.
Le casting particulièrement gratiné de cette soirée d’exception mettait en scène une jeune active, le quota chti désormais obligatoire dans n’importe quelle émission à cause du chef d’œuvre de Dany Boon, un bidochon fakir (ne cherchez pas…), un beau gosse type surfeur et une retraitée tatillonne.Nous avons ainsi eu le droit à la magnifique image de Robert Bidochon qui pêche en compagnie de Josiane, sa douce épouse, et son caniche abricot Ulysse. Robert, qui devait se prénommer Raymond en vrai, a osé le surimi dans la salade périgourdine en lieu et place du gésier ce qui nous a causé nos premiers hauts le cœur de la soirée. Mais surtout, Raymond s’est recyclé sur le tard dans une activité de fakir et a démontré dans l’émission ses qualités de cracheur de feu. Il s’est également partiellement dénudé pour se coucher sur une planche à clous et là nous avons manqué de rendre.
La retraitée tatillonne était, elle, toute fière d’offrir des queues de langoustes surgelées à ses convives qui bien évidemment n’aimaient pas les crustacés et surtout d’indiquer au téléspectateur qu’avec son mari, ils s’appelaient « papa et maman », le top du glamour.
La première hôtesse de la semaine ne s’est pas illustrée en n’épluchant pas les légumes de sa ratatouille et la chti a été incapable de cuire correctement sa sole dans le four du mobile-home. J’ajoute que la chti était le sosie mélangé de Yolande Moreau et de Julie de Depardieu, ce qui donne un résultat relativement étrange.
Bilan, comme nous nous y attendions un peu, il est assez mal aisé de cuisiner dans un mobile-home (Daniel Guichard pourrait témoigner, lui, sur la cuisine dans les campings-cars), ce qui a des conséquences sur la qualité des menus et les notes globalement médiocres attribuées logiquement aux cuisiniers. Nous avons lâché l’affaire avant les résultats. Nous avons trouvé la soirée longue comme un jour sans pain, la chti n’avait d’ailleurs pas été livrée en ce produit de première nécessité, et beauf à souhaits. Comme je l’indiquais plus haut tous les poncifs sur le camping ont été explorée : partie de pétanque, bataille d’eau de vaisselle dégueulasse dans les sanitaires, moucherons dans la boisson…
Bref, nous avons frôlé l’indigestion après cinq dîners consécutifs, ce qui est tout de même assez logique.
Sinon, je retiens de cette semaine télé, que je regarde quand même quand je le peux, la personnalité magnifique du nouvel ennemi public numéro 1 des fans des dîners de la six. Gian Carlo (je mets même une photo pour l’occasion), qui ne supporte pas qu’on l’appelle Juan Carlos mais écorche volontiers les prénoms des autres convives, ricane quand il mange quelque chose qui n’est pas à son goût, pinaille quand la mousse a démoussé pour devenir un coulis (on ne badine pas avec les menus, une mousse est une mousse, un coulis, un coulis…), et surtout, surtout reprend ses nouveaux amis de la semaine sur leurs manières à table. Depuis JR, le sosie de Jean-Pascal de la carac des dîners marseillais je n’avais pas vu de convive aussi horripilant dans l’émission. J’attends évidemment au tournant, certainement, comme ses adversaires l’italo-colombien odieux.

En revanche, je suis obligée de féliciter Donatienne, la bourgeoise parisienne, pour la qualité inégalable de sa décoration de table déclinée sur la thématique des saisons. Mais malgré ce trait de génie, je ne l’excuse pas pour son interprétation délirante du gratin dauphinois avec 4 oeufs, contre 0 dans ma recette.

Je ne vous promets rien pour la suite. J’hésite à mettre le blog en mode pause compléte jusqu’au 1er octobre à cause des velléités que j’ai comme ce matin de communiquer. A suivre en tout cas…Maintenant, comme ce n’est plus d’actualité, je peux l’écrire, « c’est tout pour le moment»*.
[« Secret Story » me manque, ça me saoule de voir des anonymes se dandiner à la place de mes secréteurs adorés à la même heure sur la une.]