La meilleure blogueuse

Hier soir, allez savoir pourquoi, j’ai trouvé que regarder « Le meilleur pâtissier » était la chose à faire. Il faut croire que le meilleur boulanger ne m’avait pas suffi ou que Cyril Lignac me manquait.

Image

Je ne vais même pas chercher à me pencher sur l’intérêt de l’émission, car la réponse est simple, elle n’en a aucun, à part vous mettre un peu l’eau à la bouche et vous donner envie de faire un gâteau, ce qui, à 21 heures, est totalement vain, puisqu’il est trop tard pour se procurer les ingrédients et qu’on se rend compte que finalement on ne possède pas les compétences nécessaires.

Croyez-moi, j’en ai fait les frais, quand je me suis dit à 21h33 que je ferai bien un Voyageur moi-aussi, car j’aime la pâte d’amandes et le glaçage !  J’ai réalisé à 21h34 tout ce que j’évoquais dans la phrase précédente, quand je n’ai pas compris un traître mot de la recette de Mercotte.

J’ai abandonné « Masterchef », parce que c’est chiant et que je ne comprends pas l’intérêt – décidément ma quête de sens va un peu loin – de faire cuisiner des gens sous la flotte, mais je me suis dit qu’au moins la pâtisserie c’était joli.

Donc pour la première, les pâtissiers en herbe devaient se pencher sur les gâteaux de voyage.
Quand vous mangez un cake, du pain d’épices ou un brownie, vous l’ignorez peut-être, mais vous ingérez un gâteau de voyage, comprendre un met sucré qui résiste assez bien au transport contrairement à une tarte ou une pièce montée.

Première épreuve impitoyable justement : faire un cake !

Et là, en fait, je n’ai pas bien compris. Les candidats semblent avoir un talent fou dans les reportages, mais quand on leur demande de faire un bête cake, ils se montrent incapables de le…cuire correctement. Nombre de candidats ont présenté des gâteaux à moitié crus.

Bon, outre ce premier élément, il faudra m’expliquer pourquoi la première, et la deuxième d’ailleurs, épreuves n’ont servi à rien, puisqu’il a fallu attendre la troisième pour que le  jury consente enfin à éliminer des gens, enfin à les balancer en dernière chance.

Après le cake, les candidats ont dû réaliser une figure imposée, un gâteau antique et appétissant baptisé le Voyageur. Mercotte, la juge, ne badine pas avec les recettes, la réalisation de la pâtisserie devait donc être parfaite du glaçage à l’écriture figurant dessus, ce qui n’a évidemment pas été le cas dans 90% des cas, me faisant à nouveau douter des compétences des pâtissiers en herbe.

Enfin, les apprentis pâtissiers ont dû libre cours à leur imagination et réaliser une sculpture en pain d’épices.

Au-delà des épreuves pas toujours extrêmement intéressantes, j’ai été effondrée d’entendre à chaque fois la jurée indiquer qu’il ne fallait pas que les gâteaux soient trop sucrés. Bêtement, j’imaginais que c’était ce qu’on attendait de la pâtisserie.

Je râle et je critique, mais j’ai finalement pas mal adhéré au meilleur pâtissier, comme j’avais finalement pas mal aimé le meilleur boulanger, malgré ma haine farouche des boulangères.

Je pense que je remettrai ça lundi prochain, faute de mieux évidemment.

Publicités

Et on démarre une autre histoire

Je crois que je suis définitivement fâchée avec Blogger, qui refuse totalement de m’écouter. J’ai donc choisi de redémarrer ailleurs avec plein de bonnes résolutions.

work-in-progress

Et pour bien commencer, j’illustre mon titre avec une reprise vraiment très réussie et jamais fausse de star académiciens.

Voilà ce que j’avais écrit pour mon (ancien) blog rose, qui vaut pour le nouveau aussi.

Je me suis rendue compte que mon blog me manquait dernièrement. L’idée de le laisser s’éteindre paisiblement ne me satisfait guère, alors j’ai décidé en lisant ma collègue qu’en novembre je bloguerai tous les jours.

Bon, ça va être contraignant, et ça ne sera certainement pas intéressant, ni drôle, tous les jours,  mais il faut ce qu’il faut.

Lydia Grant avait raison…

Je devrais peut-être arrêter Danse avec les stars…

Télé POC

C’est l’été et on ne sait déjà plus quoi regarder, heureusement le Télé POC est là…
Dimanche
Pour me changer un peu des frères Salvatore et redonner un peu de lustre à ma passion pour le vampirisme, je songe à regarder sur Arte « Les Prédateurs » avec quand même Catherine Deneuve et Susan Sarandon.
Je fuis le « Capital » sur le business de l’été, mais je ne m’interdis par au dernier moment de terminer devant « Tempête de boulettes géantes » sur 6ter.
En deuxième partie de soirée, je prépare ma nuit de cauchemars avec « Faites entrer l’accusé » qui est quand même bien mieux que le trop anxiogène « Crimes ».

Lundi

Je vais passer l’été à pester contre les épisodes longs et insipides de « L’amour est dans le pré », ce qui ne m’empêche aucunement de me délecter par avance à l’idée de découvrir le troisième épisode de cette huitième saison.
A note qu’à 22h50, France 2 reprogramme « Private Practice » et qu’il s’agit a priori de la quatrième saison de la série.
Mardi
Je crains de succomber à la tentation de regarder sur M6 « Le grand bêtisier de l’été 2013 » même si c’est présenté par Alex Goude, et de me taper dans la foulée celui de 2012 histoire d’être hilare pendant au moins 4 heures.
Si je ne suis pas d’humeur rieuse, je pourrais bien donner sa chance au grand pâtissier de France 2, même si je ne saisis pas bien l’intérêt de remettre ça alors que M6 l’a déjà fait, non ?
A 23h20, de toute façon, il faut absolument que je vois la tête du nouveau Pascal de TF1. M6 n’a jamais commis la faute de goût de remplacer Super Nanny.
Mercredi
Comme je connais déjà l’issue de la saison 8 de « Grey’s anatomy », je ne manque pas « Sherlock » sur France 2…bien que M6 remette ça avec ses formidables « inédits de l’été » de « Zone interdite » qui sont toujours un plaisir. Je ne vais pas pouvoir résister, je le sens, à la spéciale « camping-car ». J’espère que l’artiste qui tourne dans les MJC françaises dans ce véhicule de prestige fera une apparition dans l’émission. Je parle évidemment de Daniel Guichard.
Gulli programme « Ma sorcière bien aimée » dès 22h50 pour conclure en beauté ma soirée télé.
Jeudi
Tant qu’à faire, je mate « Tellement vrai » sur NRJ12.
Mais qui est ce garçon ? Le probable futur gagnant de Secret Story 7…
Vendredi

NT1 diffuse « The secret circle » et personne ne me dit rien (peut-être parce que c’est nul comme série).
En tout cas, ça me permet de tenir jusqu’au tardif « Secret Story », que je suis bien la seule à regarder. Je n’essaie même plus de vendre l’émission qui n’intéresse personne. Pour cette xième saison, j’ignore même quel habitant possède quel secret. Tout fout le camp…. Je vous remercie par solidarité de vous taper l’émission.

Pourquoi la famille Vanderbeck de Marseille me donne beaucoup d’espoir pour Secret Story 7 ?

Bon, il faut que je cesse de laisser dépérir mon blog, et comme je vais encore passer un été studieux, je vais profiter des émissions estivales de qualité pour le ressusciter.

Après avoir regardé le « Que sont-ils devenus ? » de « L’amour est dans le pré » – pas grand-chose et on en essaiera d’en parler mardi -, je me suis évidemment affalée un peu à  contre cœur hier, je dois le reconnaître, devant « Secret Story ». Et puis, finalement, j’ai décidé de ne pas bouder mon plaisir. Je ne me suis pas ennuyée une seconde devant ce premier prime. Bon, j’avais mon ordinateur, ce qui aide aussi, mais ça ne suffit pas à expliquer ma bonne soirée.
Les secrets sont navrants, ne nous leurrons pas, la palme revenant au très inquiétant : « J’ai vécu jusqu’à 14 ans avec mon jumeau parasite dans le ventre ». En même temps, la candidate dotée de ce secret, ne semblait pas plus traumatisée que ça en le présentant et en arguant qu’à l’époque elle avait pensé « ça n’arrive qu’à moi ». Je me demande encore, ce matin, quel esprit malade buzzera : « je pense que machine a vécu un moment avec son jumeau mort dans le ventre ».
Nous avons également quelqu’un qui a échappé à une attaque de requin, un détective privé, un mannequin homme / femme (…), le fils ou la fille de Jonathan de David et Jonathan – un secret très lourd à  porter -, et une personne qui a grandi dans un bidonville.

N’oublions pas les secrets inventés de toutes pièces par la production, dont le fabuleux « Nous sommes la famille du jeu ». Ben, Sonya avec un j, Julien et Anaïs sont désormais les Vanderbeck de Marseille, une famille recomposée après le décès de la maman des enfants, qui supportent mal le remariage de leur père. Je n’ose pas imaginer les possibilités infinies engendrées par ce secret, si les candidats jouent bien le jeu et Anaïs a plutôt bien posé le décor en quittant, à la demande de la Voix, la maison en découvrant que sa belle-mère entrait dans le jeu.
Acte I terminé, j’attends la suite.
Bon les jumelles, que tout oppose, sont chouettes aussi, mais elles partagent un lourd accent de l’Est et un côté un peu mal dégrossi, qui devraient les faire tomber assez vite. Quant à Florine, j’attends qu’elle me prouve qu’elle parle vraiment aux animaux, ce qu’elle devrait faire aussi que Marylin, la médium pas du tout lucide de la saison 2 ou que Charlotte et son oreille absolue sujette à caution.

Quant aux candidats, pour le moment, ils ne m’inspirent pas grand-chose, mais nous les découvrirons à l’usage.
Le décor est planté avec un ascenseur de la terreur fort mystérieux, mais surtout une piscine à baise, ne reste qu’aux acteurs de bien jouer le jeu et surtout à la production omnisciente de les guider.
Je crois, que, de mon côté, le secret de la famille dont on décidera du destin façon « Salut les homards » a suffi à mon bonheur, comme quoi ça ne tient pas à grand-chose.

De mon côté, je me rends compte qu’en tant que téléphage, je porte aussi un lourd secret. Allez avouer en douceur quand vous rencontrez une personne que vous tentez un peu de séduire que vous êtes passionné par la télévision et que vous allez passer votre été à vous délecter de « Secret Story » ou de « L’amour est dans le pré ». Dans 90% des cas, les filles ont envie de prendre leurs jambes à leur cou*….

Dans « Secret Story 8 », POC sanglotera peut-être en annonçant son terrible secret aux autres candidats.

[*Pourtant je fais super bien Nathalie de SS2  indiquant à Samantha qu’elle pense qu’elle a couché avec Maryline, la médium.]

Les (re) joies du célibat épisode 4

Ma télé et moi n’avions pas passé un week-end en tête à tête depuis un moment. Je mentirais si je disais que ça m’avait manqué, mais parfois il faut faire contre  mauvaise fortune, bon cœur.
Samedi soir, j’ai donc confirmé mon intérêt pour « The Voice », même si les talents sélectionnés m’ont moins emballé que ceux de la semaine dernière. Louis Bertignac est passé du statut d’outsider à celui de favori en attirant de curieusement bons candidats dans son équipe. Je serais mauvaise langue, je dirais que les gens ont regardé l’émission l’an dernier et pensent certainement avoir plus de chances dans son groupe que dans un autre, grâce au principe débile de l’émission qui veut que les éliminations aient lieu dans les équipes et non globalement pour éviter, je le redis, même si tout le monde a oublié ce dont je parlais, une « padovanite » à la « X Factor ».
De mon côté, je rejoins toujours quoiqu’il arrive la team Jenifer, qui semble avoir une envie pressante de se caser si possible avec un garçon jeune et séduisant qui chante.

Dimanche, j’ai dû m’extirper de mon havre de paix sous les toits pour me tirer des griffes de Stéphane Plaza. M6 proposait en effet une alléchante après-midi immobilière avec deux « recherche maison ou appartement » et un « maison à vendre ». Etant moi-même dans l’immobilier en ce moment, j’avais l’impression de travailler d’où la curieuse idée de sortir sous une pluie battante pour prendre l’air. Je suis rentrée à temps pour voir en revanche « Personne ne bouge » sur Arte, qui a baissé ou c’est moi ?

Mais le vrai bon moment de mon week-end, je l’ai passé en découvrant Adriano, LE nouveau BaCHelor. Avant, je regardais le BaTCHElor, mais le concept est le même a priori. Une dizaine de filles,  probablement normales à la base, sont toutes amoureuses folles d’une espèce de coq prétentieux que personnellement j’ai envie de latter. Dans l’optique de les séduire, le bellâtre leur propose de découvrir ses passions : l’automobile, le cheval, rouler des pelles à des inconnues en sirotant du champagne…
Pour trouver la femme de sa vie, Adriano est en effet prêt à tout, et surtout à tâter et à galocher abondamment la marchandise qui ne se fait pas prier, car refuser un baiser du beau gosse équivaut à risquer de ne pas recevoir une rose. C’est tellement romantique, j’en pleurerais…
Dans les épisodes d’hier, Alexandra était déjà persuadée d’avoir décroché la timbale. Mais la jeune femme a un peu forcé le destin en étant à l’initiative du baiser, ce que sa bonne copine, Tiffany, ou Tiphaine, a raconté aux autres filles, fichant le bronx dans la maison où est détenu le harem d’Adriano. Le Bachelor a eu vent des tensions entre les filles et ça l’a heurté qu’elles ne se consacrent pas exclusivement à son bien-être. Résultat, il a viré les fautives et conservé la belle Livia, qui a enfin consenti à l’embrasser.
La morale est sauve….enfin pas du tout.

Le Bachelor m’ayant mis dans de très bonnes dispositions, sur les conseils de Pierre, j’ai enchaîné sur « le Miracle de l’amour » pour assister au mariage de Béné et José.
Moi qui rêve d’être scénariste de séries  un jour, j’ai appris énormément de choses. Par exemple, il faudrait certainement éviter de s’appesantir dans un épisode sur des intrigues parasites inintéressantes qui n’ont rien à voir avec le propos. 
Dans « le Miracle de l’amour », c’est un peu l’inverse, José et Bénédicte vont se marier mais on passe beaucoup de temps sur l’alibi de Laly, qui ne veut pas que ses amis sachent qu’elle était à l’hôpital pour éviter de gâcher la fête. Laly a donc bien réfléchi à ce qu’elle pourrait dire à ses potes sur son absence remarquée la veille. Alors du coup, elle va leur raconter qu’elle était chez une vieille copine, mais cette courge a déjà dit à son fils qu’elle bossait. Que va-t-elle faire du coup ?
Dans le même ordre d’idée, la copine de Christian, qui décidément semble bien naïve, décide de suivre sur un coup de tête un producteur de disques qui l’entraîne à Love Island, apparemment pour la prostituer et non pour lui faire enregistrer un album comme convenu. Pas bête, quand elle s’en rend compte, elle appelle son fiancé pour qu’il la tire de ce mauvais pas – Christian a le bras long, c’est bien connu – sauf que, coup du destin, elle n’a pas l’option international sur son forfait. C’est ballot…
Au milieu de tout ça, José et Béné se disent oui car à 55 ans, l’ex clavier du groupe est enfin rangé des voitures. 
C’est finalement fort réconfortant pour l’amour. 

La nouvelle (émission) star de D8

Mes plus fidèles lecteurs le savent, si je suis une inconditionnelle de la « star ac », j’ai toujours été plus réservée pour « la Nouvelle Star ». Il suffit de parcourir Le Plus depuis hier pour comprendre pourquoi. Si la star ac’ est une émission pour les ploucs, le programme de M6 a toujours eu une aura bobo intello légèrement pénible, qui m’agace personnellement. Pour autant, je ne boude pas mon plaisir et j’ai adoré dans le désordre Amel, Lussi, Julien, Christophe, Steve ou Myriam (à vous de redonner leur nom de famille à chacun de ses participants).

Pourtant, j’étais plutôt ravie hier de passer un moment que je supposais par avance bon devant le début des castings. Résultat, je me suis ennuyée comme un rat mort.

On le sait depuis le départ, la vedette de l’émission est le jury. On le voit prendre le TGV et s’y amuser mollement – on sent bien que la bonne ambiance n’est pas encore là -, on l’aperçoit durant les pauses et on s’amuse (peu) de ses bons mots.
Cette année, les jurés ont apparemment été briefés pour être difficiles, presque fines bouches, et limite, voire carrément odieux, avec les candidats, qu’apparemment ils méprisent. André Manoukian fait la saison de trop depuis dix ans, donc je vais feindre d’ignorer sa présence. Je ne comprends même pas pourquoi Sinclair, qui pourtant en avait tellement chié et nous le montrer tellement en prime, est revenu jouer les juges. Je ne m’abaisserai pas à parler de légitimité, ça serait grossier. Maurane me sort déjà par les yeux. Quant au nouveau avec les lunettes, il n’aime rien. C’est le schtroumpf grincheux de la bande.

Je vais me faire huer, mais alors qu’on ironise sur la présence de Jenifer dans « The Voice », je la trouve carrément plus légitime que l’ensemble des jurés stars, moi.
 
Les candidats n’ont pas été spécialement bons, ni marquants hier. Les rares que j’ai trouvés bien ont de toute façon été recalés par le jury.

La « Nouvelle Star » ne change pas, le répertoire était particulièrement abscons hier.

D8 reprend à la virgule la recette de M6 pour le moment, reste juste à savoir si ça pourra fonctionner aussi sur les primes et là j’attends de voir.

Trois couples en perspective : Un bon score pour l’amour est dans le pré déjà

Maintenant grâce à Thierry de « l’amour est dans le pré », je dirai que j’ai « fait une bonne nuit », quand je me serai envoyée en l’air jusqu’à 6 heures du matin. Je me plaignais, la semaine dernière, que les choses mettent du temps à se décanter dans « l’amour est dans le pré », j’ai été exaucée, lundi soir.

Je commence donc par l’élégant Thierry, qui aguiché par la fourbe Bénédicte, a échoué dans son lit, ou plutôt l’inverse.  Mais au petit matin, c’est bien Annie qui était debout pour nettoyer la bouse, lui prouvant s’il en doutait qu’elle était bien faite pour lui. Dans la version paysanne de « l’île de la tentation », si la tentatrice ne se met pas au boulot, elle échoue dans sa mission. Annie a bravement encaissé l’incartade de Thierry, et Bénédicte, belle joueuse, a accepté de rester pour tenir la chandelle. Le premier couple de la saison 7 est formé et devrait durer, sauf si Annie retrouve la raison.
Très léger aparté, ce rapprochement me rappelle l’épisode de « Malcolm » où l’ignoble mère de Loïs drogue un type riche afin qu’il l’épouse.

Le beau Pierre, éleveur d’Armagnac de 35 ans en fûts de chêne, n’est pas en reste, car après avoir bêtement évincé Inge, suite à un rapprochement avec Frédérique dans une machine agricole, il est sorti avec elle, comme disaient les ados à mon époque.
Je persiste à penser qu’il fait le mauvais choix et que la Luxembourgeoise était parfaite, mais personne ne me demande mon opinion.

Bertrand s’est, lui, clairement planté, mais c’est bien fait pour lui, et Justine peut bien se venger sur Twitter, elle a subi une semaine de ricanements bêtas d’ado à peine pubère. La scène au bar, où le jeune homme est clairement bourré, et où la belle blonde s’éloigne ostensiblement de lui, vaut le détour.C’est râpé pour Bertrand, mais tout le monde le sait. Je lui souhaite simplement d’avoir gardé le numéro de Caroline.

Jeanne cherche-t-elle vraiment un homme ? Quand c’est l’animatrice qui pose la question, ça sent très légèrement le sapin. La basque ne semble pas du tout décidée à se laisser courtiser malgré les efforts du patient Lucien, qui pourrait avoir pourtant un semblant de préférence.
Dieu sait que j’aime les femmes et que je suis féministe, mais la dame qui ordonne même à ses prétendants d’entrer dans une pièce me fatigue. Lucien aura du mérite s’il s’accroche.

Je termine pas le pire, Michel-Edouard, l’homme le plus coincé de la création, qui se ferme dès que la conversation devient un rien intime.
Rien à ajouter, j’ai mal pour lui. Pourtant, il avait sa chance avec Josiane ou Brigitte, la plus loquace des deux.

J’ai hâte de savoir si les autres « semaines » feront aussi bien. Un potentiel de 3/5 c’est un bon ratio. Pierre et Thierry devraient arriver au bilan accompagnés. Je suis moins convaincue pour Jeanne.