Moins 10%

Je viens de me rappeler apparemment que j’avais un blog sur la télé, depuis treize ans, que je néglige depuis cinq ans.

Il faut dire que l’heure est grave : 10% m’a amèrement déçue.

Avant le démarrage de cette deuxième saison, je m’étais dit qu’il y aurait bien un connard pour venir dire qu’elle était moins bien que la première, par principe et par esprit de contradiction. Je ne m’attendais pas vraiment à être cette connasse.

Je ne partage pas du tout, mais alors pas du tout, le concert de louanges des critiques avertis sur cette deuxième saison. Je crois que ça s’appelle le phénomène Fais pas ci, fais pas ça. Il n’existe pas, je l’invente. En gros, quand une série française est bonne et fonctionne, il devient impossible de la dénigrer, même devant l’évidence de son déclin.

[ATTENTION, SI VOUS N’AVEZ PAS ENCORE REGARDE TOUS LES EPISODES DE LA SAISON 2, CE BILLET COMPTE DES SPOILERS]

 

Le premier épisode de la saison 2 ne m’avait pas renversée, loin de là. Le deuxième m’avait un peu calmée, plus drôle, plus enlevé, avec des dialogues qui font mouche. Mais, hier, 10% m’a perdu avec trois fois rien : Andréa Martel, la lesbienne la mieux des séries depuis Bette de The L Word, couche avec son patron et ex camarade du collège. Bon, je suis fermée sur le sujet et je sens bien que mon point de vue ne fera pas l’unanimité, mais pour moi, bêtement, une lesbienne, ça ne couche pas avec un mec. Du moins, les lesbiennes font bien ce qu’elles veulent dans la vraie vie, mais j’aimerais qu’elles évitent dans les séries, quand elles sont jolies, assumées et que leur présence à l’écran fait du bien à ma cause. J’ai mis assez longtemps pour faire comprendre à mes parents que non je ne reviendrai pas sur le droit chemin, je n’aime pas trop qu’une série vienne remettre en cause tous mes efforts. Je ne parle même pas des conséquences sur les gens un peu bas de plafond qui pensent que les filles qui aiment les filles sont en gros mal baisées.

Je ne suis pas demeurée, je comprends bien le propos défendu par les scénaristes. En couchant avec son envahissant patron, Andréa « Marteau » Martel entend reprendre le contrôle sur lui et le dominer.
Ca ne me plaît pas plus. Je trouve ça même carrément naze, si vous voulez le fond de ma pensée.

Je vous rassure, ce n’est pas le seul problème que m’ont posé les épisodes d’hier.

La première saison mettait en scène avec légèreté les aventures des guests. La deuxième les met au second plan certes, mais les utilise grossièrement. Virginie Efira et Ramzy remettent en cause l’équilibre économique de l’agence avec leur brouille. Julien Doré drague la copine de Gabriel, ce qui le rend bien malheureux. Isabelle Adjani est là pour faire plaisir aux créateurs de la série surtout et achève de couler Matthias.
Les stars ne sont plus la petite touche qui apporte un plus à la série, mais le gros moins qui la plombe.

Andréa 2

Bon heureusement, les acteurs restent formidables. Camille Cottin est à tomber. La déchéance de Matthias est touchante et la prestation de Noémie est renversante. Hervé est fabuleux.
Mais, je trouve que la mayonnaise ne prend pas entre leurs problématiques et la présence des stars.

Andréa

Les deux épisodes d’hier soir sonnaient le glas de la belle entente entre les agents d’ASK et j’avoue que je suis à deux doigts de me désintéresser totalement de leur avenir.

 

Sans commentaire (ou presque)

J’avais simplement envie de partager ces deux scènes apparues dans une série, que je découvre (« Sense 8 »), et une autre à laquelle je me remets régulièrement (« Orange is the new black »).

Elles peuvent servir dans une discussion ayant pour thème « les séries, c’est quand même surfait », tant elles sont fabuleuses (à mes yeux du moins).

Rien à ajouter…

En effet, je suis encore sous le choc de la présence d’un candidat du « Meilleur pâtissier » dans les « Anges ». Je reviendrai quand j’aurai digéré.

Je pense quand même un peu à Dominique  de la Star ac’ 6 en entendant cette chanson.

« Orange is the new black » est une série pleine de défauts, mais le final de la saison 3 est une petite merveille.

La saison de trop, mais vraiment de TROP pour Fais pas ci, fais pas ça

Hier soir, j’ai fait un mash-up entre « Top chef » sur M6 et « Fais pas ci, fais pas ça » sur France 2.

J’avais regardé le premier épisode de mon ex série française préférée sur Internet ce qui m’a permis de regarder le début de « Top chef ».

Contre toute attente, je continue à bien aimer cette saison. Je me suis presque habituée aux commentaires à la bouche des chefs. Comme si ceux des trois coachs ne suffisaient pas, Jean-François Piège, ex juge du concours, est, à son tour, venu parler façon « Car glass » ou débrief des Anges en voix off. Les émission télé ont inventé une nouvelle intonation horripilante, mais à laquelle on se fait, c’est ainsi.

L’épreuve de la boîte obscure reste amusante. Les chefs doivent reconstituer un plat qu’ils ont dégusté dans le noir. Pour pimenter un peu l’émission, elle compte son candidat horripilant, David, qui porte une toque alors que personne ne lui demande et qui fait des mimiques de psychopathe quand on le contrarie.

J’ai ensuite zappé l’épreuve du poulet/patates pour voir la suite de l’ultime saison de « Fais pas ci, fais pas ça ». J’ai lu partout que les producteurs et les acteurs ne voulaient pas faire la saison de trop. J’aime bien ce gentil manque de lucidité. Ils ont fait la saison de trop, il y a déjà quatre saisons. Il y a eu un peu de mieux vers la 6 dans mes souvenirs, mais la huit était totalement calamiteuse. Là, on continue la descente aux enfers.

Fpc pfc mariage

On va faire simple : Les Lepic et les Bouley n’ont strictement plus rien à nous raconter.
Ils sont rincés.

Nous étions restés sur l’improbable association des deux mères de famille dans un projet autour du macramé. L’entreprise est devenue florissante, mais Fabienne n’a plus d’idées et Valérie est hystérique comme d’habitude. C’est un paradigme de « Fais pas ci, fais pas ça », quoiqu’il arrive Valérie est hystérique et Denis, placide.
Denis, justement, a ouvert un food-truck bio, qu’il ne veut pas voir prospérer, car il est de gauche.
Renaud compose, lui, avec ses actionnaires asiatiques, ce qui suscite la jalousie de Fabienne.
Alors, bon, je suis une puriste de la série, mais je me souviens qu’il était allergique aux nems, ce qui lui avait épargné une mutation en Chine, il y a longtemps, et dans l’épisode 1 de la saison 9, il en mange. Bonjour la cohérence scénaristique.
Du côté des enfants, Soline, Tiphaine, et Christophe vont bien, on ne s’en fait pas pour eux, mais la pauvre Charlotte a été plaquée par sa meuf et mange des chips.
J’allais oublier le ressort comique autour d’Eliott, qui devient centriste. Ses convictions politiques étaient rigolotes dans la saison une, quand il s’affirmait comme un sarkozyste convaincu face à ses parents bobos. Là, le running-gag tombe juste à plat. Allez, ok, on va dire qu’un centriste de 18 ans, c’est rigolo. Mais, juste pour la forme.

Voilà, ça nous fait la matière pour deux épisodes bien lourdingues sans véritable conclusion avant, procédé scénaristique de dingue, un saut dans le temps de cinq ans la semaine prochaine. Bon, si les Américains l’ont fait (« Les Frères Scott », « Desperate housewives »), nous devons en être capables, mais ça sent quand même le truc bien raté.

Je ne comprends pas, et là ça m’agace vraiment, qu’une série qui trouvait sa valeur ajoutée et son comique dans la mise en avant du quotidien de deux familles aux convictions opposées, mais aux valeurs communes, en soit venue à juste proposer des intrigues aussi abracadabrantes;  limite stupides. Et puis surtout, ce n’est pas drôle.
Il suffit de regarder la première saison pour voir tout ce que « Fais pas ci, fais pas ça » a perdu. Je ne reviens pas sur la saison de trop. Au final, on en vient à ne plus aimer les Lepic et les Bouley. Pire, j’en viens à ne plus aimer du tout Fabienne.

 Ohhh, oui, tu m’énerves, Fabienne !

Quand je suis revenue sur « Top chef », les recalés des premières épreuves devaient réaliser une coque craquante avec une surprise à l’intérieur, soit à peu près un challenge du « Meilleur pâtissier ». Comme M6 se fout de la gueule du monde en calant la dernière publicité avant le nom du candidat éliminé, je suis allée me coucher sans savoir et en m’en fichant éperdument.

Mes retrouvailles avec les filles Gilmore

J’ai démarré en douceur le visionnage des nouveaux épisodes de « Gilmore gilrs » hier. Je suis désormais partagée entre la tentation de tous les regarder très vite pour savoir où ils vont me mener, et celle de les faire durer au risque d’être spoilée

Justement, je préviens que ce post comprendra des informations au moins sur le premier épisode de la nouvelle saison de la série, et un peu sur le deuxième que j’ai sérieusement entamé.

Autant le dire tout de suite, j’ai été conquise par ces retrouvailles.

La série reste fidèle à elle-même. Les Gilmore causent, causent, causent et causent.

J’ai bien noté que le visage de Lorelai avait changé. Je ne l’ai jamais trouvée très jolie, et là elle ne s’est clairement pas arrangée. Dommage, le temps aurait peut-être pu lui donner du charme. Il faut passer outre ce premier choc.

Lorelai n’a toujours pas appris à communiquer avec sa mère, malgré la disparition de Richard, dont la présence est étrangement palpable dans le premier épisode. Elle tient toujours la Libellule, comme elle peut depuis le départ de Sookie. Une absence qui s’éternise a priori. L’apparition en guest de Melissa McCarthy est très, très attendue. Elle est surtout toujours en couple avec Luke. En dix ans, ils ont oublié de se demander s’ils voulaient des enfants. J’imagine que le scénaristes se sont retrouvés face à ce dilemme cornélien : pouvaient-ils consciemment nous introduire un chiard dans la série sans mettre les fans en état de choc ? Donc Lorelai a désormais 48 ans, et elle s’interroge sur ses envies de maternité. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Rory, elle, semble être devenue journaliste pigiste. Ca arrive même aux meilleures. Son (seul) fait de gloire est d’avoir été publiée par le New Yorker, ce qui fait la fierté de son beau-père. Elle a largué son appartement et ses cartons chez Lane, Paris, sa grand-mère, sa mère, et dans son pied à terre londonien. L’un des excellents ressorts comiques du premier épisode vient du petit ami de Rory, Paul, que tout le monde, y compris elle, oublie. Cette vanne me semble un rien empruntée à « Arrested development » et à Ann, la terrible petite amie de Georges-Michael, mais ça passe. Je ne sais pas d’où elle tient l’argent pour faire tous ses voyages, mais elle travaille avec Alex Kingston, convertie pour l’occasion en hystéro totale.

ad-ann

Quant à Emily, elle gère son deuil comme elle peut et continue de se déchirer avec sa fille. Mais, elles travaillent désormais sur leur relation en allant voir chaque semaine une psy.

Comme je le disais, ma première impression est très bonne.

J’ai presque dû me retenir d’applaudir à chaque apparition d’un personnage récurrent de la série. L’entrée en scène de Paris est, à ce titre, absolument géniale. Lane est moins gâtée, elle aura peut-être plus de chance par la suite. Kirk est mis en valeur dans ses nouvelles aventures entrepreneuriales- la création de Öööber, son service éphémère de voiturier – comme dans ces réalisations artistiques (son nouveau court-métrage). On ne s’attend pas à ce que Rory entretienne à nouveau une liaison avec Logan, par ailleurs fiancé, ce qui va pose problème, on le sent.
Taylor continue à tenter d’améliorer Stars Hollow notamment avec un tout à l’égout, et son idée de gay pride, qui avorte faute de gays dans la ville, m’a bien plu.

Les références à la culture populaire qui émaillent les épisodes font vraiment plaisir. Mon seul bémol, il y en a peut-être parfois un peu trop.

Ce qui marche le mieux, c’est le sentiment de prendre le cours de la vie des personnages comme si le temps avait réellement passé. Alors certes, Luke et Lorelai semblent un peu figés dans leur relation, et c’est finalement Emily, qui en parle le mieux en les comparant à des colocataires. Lorelai ne supporte pas cette réflexion, mais elle ne corrige pourtant jamais sa mère sur ce point.

La relation mère-fille reste tendue, et le nouveau malentendu qui oppose les deux femmes suite aux déclarations de Lorelai lors de funérailles de son père n’arrange rien. Mais, j’y crois. Elles n’ont jamais résolu leur problème et tout ce qui les oppose remonte à la surface suite à cet événement tragique. Plus que la relation assez Bisounours (j’espère bien que les choses vont se corser) entre Rory et sa mère, c’est ce rapport qui m’intéresse, parce que je le trouve vraiment très réaliste et qu’il me parle.

Voilà, ce post est évidemment à suivre, parce que j’ai hâte de passer le reste du printemps, l’été, et l’automne avec les filles Gilmore.

La mire (Black Mirror saison 3)

Ce week-end, j’ai regardé, dévoré, englouti (vous pouvez lire cette phrase avec en tête une chanson d’un film Disney récent, ça fonctionne) même les six épisodes de la saison 3 de « Black Mirror ». Résultat, lundi matin, j’ai sérieusement envisagé de quitter les réseaux sociaux pour toujours. A priori, je ne l’ai pas fait, mais j’aurai toujours dans un coin de la tête les mises en garde de la série.

« Black Mirror » parle, en gros, des écrans et de nos rapports malsains à la technologie. La série se déroule dans un avenir pas si lointain (un peu trop réaliste, un peu trop effrayant), et, selon les épisodes, dans des contrées plus ou moins imaginaires, dont la ressemblance avec les nôtres n’est pas fortuite.

J’avais un léger a priori sur « Black Mirror » : cette série est absolument horrible et suscite le malaise. C’est ce que j’avais retenu du peu que j’avais aperçu sur France 4 des deux premières saisons. Et mon léger a priori a été confirmé par certains épisodes. Le troisième m’a donné littéralement envie de vomir. C’est le problème des gens un peu trop empathiques qui se prennent de pitié pour le personnage principal. Si vous avez vu la saison, vous comprenez mon malaise, sinon je ne suis pas sûre de vous recommander, surtout si vous êtes un peu sensible, d’essayer.

Pour apprécier « Black Mirror », il faut se laisser prendre par la main, s’abandonner un peu, et se laisser surprendre. Un peu comme quand on s’installe dans une montagne russe. Parfois, c’est sympa comme Big Thunder Mountain, d’autres fois ça secoue et ça fait mal comme Space Mountain ou le Stampida, pour ceux qui connaissent.

Le premier épisode de la saison 3 est une jolie réflexion sur notre rapport aux réseaux sociaux, et sur leurs dérives possibles. Il se penche également sur notre propension à juger tout le monde confortablement installés derrière nos écrans. Il devrait être diffusé largement auprès des plus petits comme des plus grands.

Le dernier est un véritable thriller, sans doute moins dérangeant dans son propos que la majorité des autres épisodes de la saison. Mais son sujet demeure effrayant d’actualité. Il est à nouveau consacré aux réseaux sociaux et à leur propension à condamner quelqu’un pour pas grand chose, avec en fond l’écologie et les progrès de la science.

Et évidemment, ceux qui ont vu la série me voient arriver avec mes gros sabots. L’épisode 4 est une parenthèse singulière dans ces intrigues qui secouent et interrogent.

J’avais lu sur Twitter et Facebook, pas mal de choses sur « San Junipero », et puis je l’ai regardé, et je l’ai forcément adoré.

C’est beau, c’est fort, c’est émouvant, c’est envoûtant. Évidemment, il y a un petit fond scientifico- anticipation, pas trop angoissant pour une fois. Je ne vais pas vous donner le fin mot de l’histoire, qui est sans importance ou presque.

Là encore, il faut se laisser guider et profiter.

L’histoire d’amour est parfaite. L’ambiance, le décor et la bande-son le sont aussi.

J’aimerais bien comprendre pourquoi les séries de ces derniers mois souhaitent à ce point nous amener à croire que les années 80 étaient un âge d’or. A force de les regarder, j’en suis également de plus en plus convaincue.

Si vous ne devez visionner qu’un épisode de cette série et de cette saison, c’est celui-là, mais malgré tout ça serait dommage. L’ensemble est un véritable uppercut.

J’ai demandé à la personne qui m’a incitée à regarder pourquoi nous nous infligions ça, et j’ai ma réponse : sans doute parce que c’est très, très bien fait, et très fort.

Chair de poule

Cet été,  j’ai découvert une série extraordinaire, et je ne parle pas de « Stranger Things ».
J’en ai vu des tas qui parlent de vampires, de sorcières et de loup-garou, mais aucune comparable à « Penny Dreadful ».

Oui, oui, les amis, c’est mieux que « Vampire diaries ».

Pourtant, j’avais déjà tenté lors de premières mes incursions sur Netflix de me mettre à cette série. J’avais même regardé le pilote, qui m’avait moyennement plu. Avant de pousser plus loin mon exploration, « Penny Dreadful » se résumait en gros à la série avec Eva Green.
Alors oui, « Penny Dreadful » est effectivement la série avec Eva Green, et ça compte énormément, mais elle va tellement au-delà de ça.

eva-green-as-vanessa-ives-courtesty-showtime

Il ne faut pas s’arrêter au petit côté « Ligue des Gentlemen extraordinaires » qui pèse sur les premiers épisodes. L’apparition de Victor Frankenstein et sa créature mythique est suivie de celle de Dorian Gray, avant que Mina Harker et son fiancé diabolique – jamais nommé cependant, au moins dans la première saison – fasse son apparition, entraînant dans leur sillage Van Helsing. Le name dropping est un peu fatiguant et peut donner envie de tourner les talons.

Mais voilà, Miss Ives (Eva Green) est là et elle transperce littéralement l’écran. Tantôt magnifique en Lady victorienne et terrifiante en pauvre créature possédée par les esprits démoniaques. Je ne suis d’ailleurs pas du tout étonnée que les plus horribles méchants veuillent lui mettre la main dessus.

D’autres personnages surprennent. La première création de Frankenstein ne laisse pas indifférent. Les développements liés à son personnage forcent le respect. Billie Piper, ex compagne du docteur, est épatante en fille de la rue frappée par la tuberculose, et elle est encore plus géniale dans les saisons 2 et 3 en pasionaria de la cause féminine.

Et puis, il y a les décors : les rues de Londres, les intérieurs victoriens, les endroits publics parfois surprenants comme cette salle, où les Londoniens jouent à ce qui semble être l’ancêtre du ping-pong ou le sordide musée de cire… Je suis particulièrement fan de la pièce de réception de Dorian Gray dont les murs sont couverts de portraits. Oui, dit ainsi, ça peut paraître facile, mais le rendu est très réussi.

Je ne veux pas trop en dire,  car j’ai vraiment envie d’inciter ceux qui n’ont pas vu « Penny Dreadful » à regarder cette série.

Mais l’autre énorme force de cette fiction est de réussir le tour de force de proposer une saison 2 bien meilleure que la première, et une troisième, terrible parce qu’elle est la dernière.

« Penny Dreadful » se mérite, alors il ne faut surtout pas se contenter de regarder le pilote ou quelques épisodes en jouant les blasés. Il faut s’accrocher au départ.
Mais, promis, vous ne le regretterez pas. Chaque personnage gagne en complexité. Miss Ives, déjà formidable, devient géniale. Les relations, qu’on pense comprendre, nous surprennent…

Je viens de terminer la saison 3 et « Penny Dreadful » a rejoint le panthéon de mes séries préférées. J’en reparlerai certainement.

Seconds couteaux

Après trois semaines de vraies vacances dans mon île adorée, j’ai décidé de passer le reste de l’été sur Netflix. Un endroit moins ensoleillé mais assez distrayant !

J’ai commencé par rattraper mon retard en visionnant « Stranger Things ». Je cherche encore comment en parler sans redire ce qui a été écrit partout ailleurs. Puis j’ai poursuivi mon visionnage de la deuxième saison de « Scream ». Il faut bien le reconnaître, j’adore cette série. Je dois être la seule adulte dans ce cas, mais qu’importe.

Si vous n’avez vu aucune des deux saisons et que vous vous intéressez à la série, évitez de billet, il contient des spoilers.

latest

Bon, c’est vrai qu’au départ j’étais plutôt mitigée sur la possibilité de transposer cette tétralogie en série et puis j’ai été happée par les intrigues. La première saison sanguinole allègrement et l’intrigue autour du tueur , qui a harcelé la mère et qui revient pour embêter la fille m’a bien plu.
Emma, l’héroïne, n’a certainement pas le charisme du personnage campé par Neve Campbell dans la saga originelle, mais les rôles secondaires, à commencer par Audrey, la petite lesbienne qui adore filmer, et Noah, qui joue le rôle du fan de culture populaire qui replace la série dans la lignée de ses glorieux ancêtres, sont plutôt intéressants.

La première saison se terminait évidemment sur un splendide cliffhanger : [ATTENTION SPOILER] la complice de l’assassin de Lakewood s’avérait être Audrey, la meilleure amie de l’héroïne. Bim… frissons !

La deuxième saison est toute aussi flippante que la première, mais souffre d’un grave handicap : Les scénaristes semblent avoir beaucoup de mal à se résoudre à éliminer l’un des personnages principaux, les fameux survivants de la première tuerie.
Alors pour donner du grain à moudre au nouveau tueur masqué, qui comme dans les films originaux adopte le même look que son prédécesseur histoire d’être bien identifiable, il faut ajouter plein de nouveaux personnages forts mystérieux.

Nous avons l’étrange cousin de Kieran, le petit ami d’Emma qui abuse de la brillantine. On sent bien que ce garçon n’est pas tout à fait comme les autres. D’ailleurs, il aime s’introduire chez les gens la nuit.
Il y a aussi (Gu)Stavo, le sombre fiston du nouveau chef de la police, qui aime faire des dessins morbides des gens qu’il côtoie.
Du côté des adultes, la nouvelle psychologue scolaire obsédée par Emma n’est pas très nette non plus et en plus il semblerait qu’elle soit liée à Pipper, la fameuse psychopathe de la première saison.

Et puis bon, autre épine dans le pied des auteurs, que faire d’Audrey ? Alors il s’avère que finalement, elle n’était pas vraiment une tueuse, mais qu’elle a accidentellement attiré la méchante qui a buté tout le monde.

Mouais…

Comme si ça ne suffisait pas, il faut aussi supporter un scénario poussif qui n’est pas à l’abri de jolis poncifs des films d’horreur.
Les lieux extrêmement suspects où le tueur en série pourrait frapper à tout moment parce qu’ils contiennent des indices sur lui sont explorés exclusivement de nuit. Personnellement, je ne mettrai jamais un pied dans une fête foraine vers minuit et encore moins dans un ancien orphelinat / asile psychiatrique sordide où des enfants ont été abusés et des patients torturés.
Les personnages se séparent TOUJOURS pour explorer un lieu. Ils n’appellent jamais la police quand tout leur environnement leur hurle de le faire. Ils décrochent systématiquement quand le serial killer appelle en « masqué ». Et ils perdent leur virginité, alors que quand un tueur frappe, il faut éviter absolument d’avoir des rapports sexuels sous peine d’être la prochaine victime.

Qu’importe, j’avoue, je brûle de savoir qui est le tueur ou la tueuse, ou qui est son ou sa complice, en espérant évidemment apprendre qu’un personnage auquel je me suis attachée m’a manipulée depuis le début, ce qui me semble très improbable au demeurant.

Quant aux vrais films « Scream », il reste pour moi de merveilleux souvenirs d’été passés dans le Nord avec mes amis de l’après-bac. J’ai découvert le premier avec mon meilleur ami dans le cinéma désormais fermé de ma ville natale, qui ferait d’ailleurs un superbe décor de film d’horreur. Je n’avais aucune idée de ce que j’allais voir et je n’ai pas été déçu du voyage. A l’époque, je retrouvais l’héroïne de « la vie à cinq » et l’une des « Friends » sur grand écran.