Ange ou démon ?

Faute de programmes décents à évoquer, je continue à vous délivrer des messages à caractère informatif absolument capitaux.
Hier, j’ai fait une découverte qui a manqué de me faire tomber de ma chaise…
Depuis sa création, je suis fan de la publicité pour le « Secret », un parfum de Givenchy. Vous la connaissez forcément. Une femme blonde chantonne « je suis ange ou démon et personne ne le sait » et mime un « chut ».

Ce spot me fait hurler de rire. Il est grotesque, mal mis en scène, extrêmement mal joué,…c’est un vrai plaisir pour les yeux. Même au 36ème dessous, dès que j’entends ce petit refrain « je suis ange ou démon », je souris…
En plus, Givenchy, qui sans être Chanel ou Guerlain, s’offre une publicité (in)digne (même) des parfums Eau Jeune, ça a vraiment de quoi faire rire.
Regardez pas vous-même…

Jusqu’à hier, j’étais persuadée que si la publicité était aussi mauvaise, c’était également parce qu’elle mettait en scène une sous-people française, Sarah Marshall connue surtout pour avoir épousé l’un des fils Anthony, pas celui de M6 mais un autre, et être l’égérie de JC Jitrois, et en fait patatra en cherchant la vidéo pour illustrer mon propos je me suis rendue compte qu’il s’agissit d’Uma Thurman et ça me donne presque envie de paraphraser Cartman de « South Park » pour la peine, car ça m’a vraiment…enfin j’évite la vulgarité ici, sidérée…

Comme si ça ne suffisait pas, j’ai également lu que la petite comptine qui sert d’illustration sonore au spot était en fait une chanson de la grande Robert, sous-produit farmerien qui se réclame de l’époque « cendres de lune ».

Jo-Wilfried et sa voisine : La nouvelle aventure du tennisman glouton !

Depuis quelques jours, un nouveau formidable spot publicitaire mettant en scène les préférences alimentaires du tennisman français Jo-Wilfried Tsonga est diffusé à la télévision. Il est basé exactement sur le même principe que les précédents qui mettaient en scène des sportifs et notamment la star du tennis mondial : « Jo » a une folle envie de Kinder Bueno et un indélicat entend bien lui ravir sa friandise.
Tout a commencé à l’aéroport où d’un geste de la raquette, l’égérie Kinder avait pu finalement arracher sur le fil sa barre chocolatée et l’aventure s’était poursuivie à la boulangerie avec la complicité de la tenancière des lieux qui avait cherché à refourguer sa camelote à une cliente plutôt que d’arracher au sportif français sa précieuse dose de sucres rapides.

Aujourd’hui, je m’inquiète légitimement pour le régime alimentaire du leader ou approchant du tennis français. En effet, nous découvrons dans le spot, Jo-Wilfried dans son intérieur très sobre, le jeune homme s’apprête à prendre une collation et découvre, mazette, qu’il ne lui reste qu’un Kinder Bueno. En revanche, son placard est plein de petits pains au chocolat chocolatines, et de biscuits en tous genres. Je ne m’étonne plus qu’il ait un visage aussi poupin, en français dans le texte d’aussi grosses joues. Quelqu’un sonne, c’est sa nouvelle voisine, fort mal élevée qui s’invite chez lui et entend déguster le Kinder Bueno abandonné justement sur le plan de travail. Jo qui n’est jamais à court d’idées, nous le savons depuis l’aéroport, lui propose en remplacement l’énorme fondant au chocolat qui est également posé dans sa cuisine puis des cookies. Si je fais le bilan du nombre de choses sucrées que ce sportif stocke dans sa cuisine, je suis au bord du coma diabétique. La jeune femme conciliante consent finalement à partager le dernier Kinder Bueno avec le sportif, faisant ainsi un geste pour le sport français en évitant à notre champion d’engranger encore des calories néfastes.

Plus sérieusement, et au risque de nous faire passer avec ma moitié qui va prochainement s’indigner des méthodes de l’industrie agro-alimentaire, pour des intégristes de l’alimentation, ce que la confection d’un fabuleux flan de coco au toblerone – oui mais avec du sucre non raffiné – semble d’ailleurs contredire, je m’étonne qu’un sportif par définition sain cautionne ce spot qui fait clairement la promotion du sucre bien dégueulasse auprès des petits enfants déjà bien assez gras comme ça.

Les sportifs pourraient mieux choisir leur grande cause, même si clairement les produits Kinder comptent des tas de grands verres de lait dans leurs recettes, je ne l’oublie pas.

De mon côté, comme je vomis Jo-Wilfried Tsonga, j’ai ralenti sur les Kinder Bueno auxquels je préfère décidément les Kinder Joy.

Ca va mieux en le disant…

Autrefois, la publicité pour les célèbres Ferrero rochers était culte. Elle mettait en scène une ambassade, enfin plus précisément une soirée de l’ambassadeur, qui avait bêtement oublié de se munir de la précieuse friandise pour que sa petite sauterie soit réussie. Fort heureusement, l’ambassadeur avait le bras long et en faisait venir en hélico pour sauver sa fête du désastre imminent et ainsi les soirées de l’ambassadeur demeuraient toujours un succès grâce aux Ferrero rochers.


Cette réclame avait quelque chose de formidablement désuet. Personne ne pensait réellement qu’un ambassadeur, ou n’importe quel représentant officiel, pouvait servir ces chocolats relativement bas de gamme dans une cérémonie, mais tout le monde organisait cependant des soirées de l’ambassadeur en songeant simplement à en proposer. Si « un dîner presque parfait » avait existé il y a dix ans, à n’en pas douter, j’aurais proposé une soirée de l’ambassadeur qui aurait consisté en une déclinaison de Ferrero rochers de l’apéritif au dessert et croyez-moi, je me serais galérée pour l’entrée et le plat de résistance.

Mais bon, on fait certes les meilleures soupes dans les vieux pots, mais à un moment il faut quand même se renouveler, ce que fait Ferrero depuis quelques années avec son célèbre rocher à la noisette. Désormais, ce sont les dieux de l’Olympe qui s’arrachent la friandise. Admettons… Nous sommes toujours dans l’idée que le bonbon au chocolat est tellement succulent qu’il se déguste dans les hautes sphères. En passant d’une ambassade à la résidence des dieux, nous avons franchi un sacré seuil. J’avais quelques réserves à la base sur le propos. A priori, si je révise ma mythologie grecque, je constate que les Dieux de l’Olympe avaient plutôt coutume de manger de l’ambroisie et de boire du nectar, auxquels les mortels n’avaient pas accès. On peut imaginer qu’un changement de régime peut s’imposer à la longue et que les Ferrero rochers constituent finalement une nouveauté salutaire pour eux. A la limite donc… Mais je n’adhère plus du tout, quand dans le dernier spot en date, on nous explique que c’est Ulysse qui apporte sur son bateau les célèbres friandises aux Dieux. Jusqu’à nouvel ordre, ils étaient super fâchés suite à une malheureuse rencontre avec un cyclope et en plus je vois mal un mortel s’introduire sur l’Olympe pour ramener des bonbons pas si formidables que ça aux Dieux. De toute façon, un mauvais plaisant avec une flèche, Hermès a priori, envoie valser la recette sur terre et Zeus, dont le déguisement est pitoyable, n’a plus que ses yeux pour pleurer le délicieux rocher.

Vous pouvez penser que c’est beaucoup de mots pour pas grand-chose, mais c’est ainsi, cette pub me contrarie…

« Seconde chance » : le lourd passé d’Alice

Avant d’avoir « une seconde chance » (toutoutou « seconde chance ») et certainement avant que son mari ne la plaque, Alice avait passé un diplôme de comptabilité par correspondance car elle croyait beaucoup à cette profession pleine d’avenir.

Comment je le sais ?
Ce matin, pendant les pubs de « KD2A » apparemment destinées aux femmes au foyer désespérées qui regardent les émissions pour la jeunesse avec leurs enfants, je l’ai aperçue rayonnante dans un spot à ce sujet.
L’interprète d’Alice semble avoir un physique de gourdasse quelconque adaptée au profil de la ménagère qui cherche à retravailler parce que son mari la quitte du jour au lendemain…
Enfin, Alice a eu plus de chance que son homologue de la publicité, puisque une carrière dans la pub est quand même beaucoup plus réjouissante qu’un avenir dans la compta, même si c’est un monde de requins et que votre patronne cherche à tout prix à se venger de vous pour des raisons non encore élucidées.

(Il faut vraiment avoir mauvais esprit décidément pour comparer « Seconde chance » au « Destin de Lisa » même si nous attendons avec impatience que l’héroïne soit relookée comme dans les bandes-annonces ou le générique de la série… Source photo : http://www.linternaute.com)

Quant à la fille d’Alice, avant la quotidienne de la star ac’, elle tente d’évoquer ses problèmes de contraception avec une copine qui s’en fout. Je trouve que sa mère n’est pas bien à l’écoute. Son frère de 35 ans se drogue avec des pilules fournies par la pire ennemie et donc patronne de sa mère et elle, elle ignore tout des moyens de se préserver d’une grossesse…

En bref…

Je viens d’apprendre qu’on pouvait être ami myspace avec JD de « Scrubs », enfin Zach Braff, je suis un peu verte d’avoir tué mon myspace du coup. J’ai déjà loupé une formidable amitié virtuelle avec Virginie Efira à cause de ça.

Regarder « Melrose Place » sur TMC le dimanche matin quand on se réveille tardivement consiste essentiellement à tenter de se remémorer les prénoms des protagonistes, si Amanda (Heather Locklear), Alison (la future madame Billy d’ «Ally Mcbeal ») ou Jake sont inoubliables, j’avais oublié que Rob Estes s’appelait Kyle dans cette série par exemple. Il faut également tenter de resituer tout ça. Sommes-nous en moins avant l’arrivée de future Charlotte de « sex and the city » dans la série ou en plus après la mort de Kimberley ?

Dans la pub castorama, « déco, brico, bâti, jardin chez castorama y’a tout pour moi », déclinaison audacieuse de « chez casto y’a tout ce qui faut », joue le sosie de Lorelai Gilmore ce qui ne cesse de me perturber beaucoup.

Dans « Sex intentions », Tim l’amant humilié de Jenny de « The L Word » ou si vous préférez Daniel Meade le patron d’ « Ugly Betty » interprète une star du football qui aime bien se taper des garçons, dont Pacey Witter de « Dawson » devenu blond, et qui aimerait que ça ne se sache pas trop. Désolée de vendre la mèche, Daniel…

Pour revenir toujours sur le grand débat intérieur qui m’agite, « sériphilie » ou « téléphagie », je constate que la TNT m’a tuER. Je ne pense pas que je regarderai la saison 4 de « Lost » avant sa diffusion sur la une. Il y a tellement à voir entre les dîners de la six, « Next », « Gilmore girls » sur France 4 ou même « arrested development » sur Virgin 17.
La fin des aventures des filles Gilmore sur France 4 me donnera cependant peut être envie de renouer avec mes premiers amours…

Je soupçonne M6 d’avoir enfermé la plus belle femme dans une grotte pendant dix ans pour se faire mousser quand ils allaient l’en sortir et l’embellir dans « nouveau look pour une nouvelle vie ». Le théorème de « on lui enlève ses lunettes » et « on lui détache les cheveux » a tellement bien fonctionné que même la coach pourtant magnifique avait l’air d’un vilain petit canard à côté du canon qu’elle venait de créer. Je n’en reviens toujours pas…

« pourquoi pas mettre de photos de vedettes nue en parler s est bien les voir s est mieux », je remercie ce lecteur qui a sans doute échoué chez moi en tapant fébrilement « Isabelle Martinet nue » de me livrer, par mail, de nouvelles perspectives pour ce blog. Je m’incline, je n’ai rien compris à la vie…

J’ai une passion étrange pour « Direct poker » sur Direct 8, sans doute lié à la présence de Patrice Laffont dans le rôle du croupier. Je l’ai suivi dans « les chiffres et les lettres », « les bons génies », « pyramide » et le fugace « juste euro » alors même si je ne capte rien aux règles du poker, j’aime bien le regarder arbitrer les matchs.

Je croyais que « Secret Story 2 » devait commencer en avril sur TF1. Les jours passent et je ne vois rien venir. Des infos à ce sujet ?

Bien que je sois jalouse des candidats de « la Nouvelle Star » qui ont eu le droit d’expérimenter en équipe « la tour de la terreur », que je me réjouis d’avoir découvert à l’époque où il y avait 10 minutes d’attente grand maximum, et que je sois affligée à l’idée que Cindy Sander vienne ce soir chanter sa bouse immonde, je live-blogue ce soir…
D’ailleurs, je me demande comment le jury réagira à cet affront. Il est malmené de partout, on lui reproche ce que j’avais évoqué dès le premier live-blog son côté bien trop pointu, et maintenant on lui impose la candidate qu’il ne voulait surtout pas voir fouler la scène de Baltard. Autant le dissoudre au point où nous en sommes, non ?