2001/2015 la crème de la crème des télé-crochets : Le top 5

Alors voilà mon top 5 !

5) MC Solaar et Maureen dans une reprise pourtant catastrophique de Caroline
Je vais justifier ce choix hasardeux. Hmm, hmm… Si Maureen était restée dans l’émission, elle y aurait fait certainement de grandes choses et la fin de la prestation est fabuleuse, même Raphie lui avait d’ailleurs mis un bonne note dans mon souvenir.

4) Dominique sur une mise en scène de Kamel Ouali « What’s up » (star ac’ 6)
Le temps passe et je reste fan de Dominique qui aurait dû gagner la star ac’ en vrai.

3) Les cinq derniers candidats de la promo « Donne moi le temps » (star ac’ 6)
D’abord, j’adore cette chanson de Jenifer, et je m’en fous, j’assume. Ensuite, il y a l’émotion de la fin qui approche et du départ prévisible de Ludovic, l’amoureux de Dominique dans cette saison. Et puis, la promotion six est pour moi l’une des meilleures avec évidemment la 2 et la 3.

2) Myriam Abel All by myself
Cette prestation prouve que Myriam, grande gagnante de la Nouvelle Star saison trois, mérite tellement mieux que de faire les Anges.

2′) Amel « aux cafés des délices » (Nouvelle Star)
La meilleure prestation certainement de Nouvelle Star, au delà des critères techniques, c’est le talent et la voix d’Amel qui font la différence.

1) Nolwenn et Houcine « Lettre à France » et l’ensemble des deux promos réunies pour une séquence lacrymale (finale de la star ac’ 2)
Evidemment, je ne pouvais pas faire autrement, car c’est pour moi une séquence d’anthologie dans l’histoire des télé-crochets. Pour la finale de la saison 2 de la star ac’, les deux premières promotions sont réunies comme une grande famille et la magie opère. Les larmes des candidats au bout du rouleau sont cultes.

M6 en remet une couche sur Cindy Sander

M6 consacrait hier un sujet de 66 minutes à la résurrection de Cindy Sander. Une façon certainement pour la chaîne de s’amender après avoir humilié la jeune femme dans Nouvelle Star.

Au passage, nous avons pu redécouvrir la séquence de son casting dans le télé-crochet. A l’époque, on ne donnait pas dans la télévision feel good et il est étonnant d’entendre Manoukian lui déconseiller de continuer à chanter. Je ne pense pas qu’on oserait balancer ça aujourd’hui à un candidat.

De mon côté, je me souviens surtout que Cindy Sander a fait ses vrais débuts à la télévision dans le Chantier.

Vous souvenez vous de cette émission où plusieurs couples étaient réunis autour de la rénovation d’une maison ? Chaque semaine, un duo était éliminé par les autres bâtisseurs. A la fin, c’est le public qui a choisi un couple gay (et oui) comme propriétaires des lieux. Bon, je crois qu’il s’est avéré que la maison était pleine de malfaçons et inhabitable au final.

Je me demande par conséquent si la chaîne l’avait repéré dès cette époque pour s’offrir une séquence dans Nouvelle Star. Ce n’est qu’une hypothèse bien évidemment.

D8 tient sa nouvelle nouvelle star

Il y a deux jours à peine, quelqu’un que j’aime bien me demandait comment je supportais encore de suivre la télé-réalité. C’est vrai qu’en quatorze ans à l’exception d’une saison de « XFactor » et de « Nouvelle Star » (sur D8, autant dire que ça ne compte presque pas), je dois avoir à peu près tout vu. Mais sur ce coup-là, je me sens très André Manoukian signant pour une nouvelle saison de « Nouvelle Star », parce qu’en voyant la prestation d’Emji jeudi, je me dis que ça vaut la peine de continuer à se fader des émissions pareilles pour avoir la chance d’apercevoir des prestations de cette qualité.

Pourtant, Emji n’était pas celle sur laquelle j’avais flashé aux castings. Je misais plus sur Pauline ou Noémie. Comme quoi, j’ai toujours autant de nez.

Bon autant dire que l’émission a trouvé sa nouvelle star, autant arrêter tout de suite d’ailleurs, car les autres sont loin d’être au niveau et de séduire les téléspectateurs comme l’a prouvé la pluie de rouge du public, allant souvent contre l’avis du jury.

J’ai peut-être une explication à ce sujet d’ailleurs.
Les magnétos où les candidats parlent peuvent donner l’impression qu’ils sont outrageusement prétentieux, ce qui n’aide pas à avoir envie de les soutenir.

En plus, Noémie a été éjectée, ce qui est super injuste. Son relooking n’a pas dû l’aider dans sa progression. Il reste donc trois filles, dont Maëva que j’aimais bien, mais qui m’a déçue sur « le Requiem pour un fou ». Il faut dire que je préfère la version de Johnny et Lara Fabian.

Martial n’a pas été le plus agaçant comme je le craignais. J’ai même apprécié sa reprise sobre de Alter ego de Jean-Louis Aubert. Nelson est devenue ma bête noire et je ne suis pas une grande fan de Kevin.

J’en reste sans Voix

Vous souvenez-vous de l’ETC de « Nouvelle Star », la fameuse erreur tragique de casting, cependant vite effacée, car le public avait fini par écouter le jury et par éliminer le candidat incriminé, car sur M6 à l’époque on avait le droit de dire que les candidats étaient nuls et qu’on s’était trompé ?

Cette année, The Voice en compte au moins trois.

Image

L’émission va sans doute proposer l’une des finales de télé-crochet les plus nulles de tous les temps. Bon, ok, il y a eu celle de Mickels et Alice à la « Star academy » mais tout le monde a oublié le premier (et non pas tout le monde et je suis sûre qu’il reste deux fans qui résistent encore et toujours en attendant la sortie de son album) et la deuxième fait aujourd’hui une magnifique carrière dans la fiction de qualité. Mais là, ils sont quatre et j’en sauve à peine un.

Alors la réponse toute faite est facile à trouver, comme de toute façon personne n’achète l’album du gagnant de l’émission, à quoi ça sert qu’il soit bon ou pas.

Certes…
Effectivement, ça se défend.

Mais quand même, c’est un peu l’honneur d’un télé-crochet baptisé « La Voix » de ne pas envoyer que des belles gueules en finale.
Amir chante à peine, Kendji revisite toutes les chansons façon gipsy, et Wesley pense que hurler juste c’est chanter. Je sauve Maximilien de ce marasme, qui a la même voix que son coach, Garou. L’effet clone a bien fonctionné.

Pourtant, si cette saison ne comptait pas une foule d’énormes talents, Elodie s’en sortait plutôt pas mal, Manon a proposé quelques prestations de qualité et Igit avait une personnalité. Le public s’en fout, il leur a préféré les beaux gosses.

Et le jury là dedans, il n’a pas osé moufter attribuant des notes absolument symboliques façon « Ecole des fans » à ses talents afin de ne surtout pas mécontenter les téléspectateurs et les réseaux sociaux chers à Karine Ferri.

Profondément, je m’en fous du résultat, la seule chose qui m’ennuie c’est que samedi, je vais devoir me taper cette finale sans talent.

 

Cinq mois de vie de téléphage

La dernière fois que j’ai posté, c’était donc le 6 décembre 2013 et c’était curieusement sur « Nouvelle Star ». Je vais donc vous résumer ce que vous avez manqué ou plutôt ce que j’ai omis de raconter sur ma vie de téléphage.

J’ai adoré regarder et partager « Nouvelle Star » sur D8. Je reprends par là où j’avais conclu la dernière fois. Dana m’a déçue, mais Pauline a été une révélation et j’ai finalement été convaincue par la victoire de Mathieu pour ces prestations-là.

ou celle-là

A l’inverse « The Voice » me lasse. Je trouve les candidats moins bons que ceux des deux précédentes saisons, malgré la présence remuante de Mika, qui aura beaucoup perdu à mes yeux en conservant Kendji jusqu’au bout.

« Top chef » a eu la conclusion à laquelle j’aspirais, la victoire de Pierre, qui aurait dû, je le maintiens, l’emporter lors de sa première saison. Les primes ont été inégaux avec du très bon et du très ennuyeux. Quant au casting, contrairement à beaucoup, j’ai apprécié l’idée que les anciens reviennent.

Le Bachelor est moins séduisant sur NT1 que ses prédécesseurs, enfin j’entends les historiques : Steven, Olivier et le dernier, mais je reconnais ses talents de galocheur fou. Pauvre Martika quand même, elle y croyait, elle…

Je voulais croire que Laurent Ruquier allait tout déchirer à 19 heures sur France 2 et puis j’ai oublié de regarder. Je m’énerve quotidiennement sur « Touche pas à mon poste ». Je n’ai pas de mots assez durs contre l’émission, mais si je suis en mesure de la regarder, je ne la manque jamais. Va comprendre…

J’ai (re)découvert les émissions en clair de Canal +. Avant le midi, je regardais « La Grande Famille », « Nous ne sommes pas des anges » ou « L’édition spéciale », aujourd’hui je me régale de « La Nouvelle édition », même si ça manque un peu de Maïtena Biraben. Le samedi, quand j’y pense, et c’est plus rare, j’évite de louper « Le Tube », qui est finalement la seule émission média digne de ce nom diffusée à la télévision en ce moment (cf le point précédent).

Niveau séries, je vais en rester à « Orange is the new black », enfin surtout à Alex. Je ne parlerais pas de la fin de « How I met your mother », je l’ai très bien fait ici.  Je continue les historiques et je me cherche un peu pour le reste.

Sinon, je regarde toujours avec passion « Un trésor dans votre maison », le samedi, les émissions de Stéphane Plazza multi diffusées sur M6…

X Factor : Finalement, je préférais la Nouvelle Star.

Je vais commencer ce point sur le deuxième prime de « X Factor » à rebours. En effet, si je m’en étais tenue à ma bonne résolution d’arrêter l’émission après la dernière prestation, celle de Marina, qui est placée en queue de peloton par pur hasard évidemment, je n’aurais pas entendu Christophe Willem s’exclamer après l’élimination de Cécile Couderc – la paupiette dorée ou cette semaine la Cindy Sander du riche – qu’il en était toujours ainsi en France, quand on essaie de bouger les choses, on est viré et que surtout Christophe, qui sait raison gardée, avait « honte d’être français ». Je préférais quand même les variations du jury de « la Nouvelle Star » numéro 2 qui se contentait de constater que nous avions de la merde dans les oreilles, nous le public.

Si j’étais allée me coucher, je n’aurais pas compris non plus, comment une émission qui se termine à 23 heures, double prestation de Johnny incluse, peut durer jusqu’à 23h45, alors que ma télé essayait de me rassurer en prétendant que j’en aurai terminé à 23h31. J’aurais donc loupé ce moment sublime, où le jury de coaches force les deux candidats sur la sellette à rechanter pour conclure qu’ils ne peuvent pas choisir lequel éliminer, en arrivant à une égalité, et se remettre aux votes du public. Ca fait déjà deux fois que nous perdons ainsi vingt minutes d’existence pour que le jury oblige le public à trancher.

Difficile dans ces conditions de continuer vraiment à apprécier « X Factor »…
Surtout que mes critiques ne se limitent pas à ces 45 minutes d’émission totalement inutiles.

J’ai un problème avec ce système qui veut que les membres du jury s’opposent car ils coachent chacun une catégorie antagoniste. Nous savions dans « la Nouvelle Star » et même parfois « la star academy », que les jurés avaient des préférences, ce qui nous semblait logique, mais là elles sont renforcées par cette règle un peu absurde. Pour enfoncer le clou, Olivier Schulteis, responsable des filles de moins de 25 ans, fait, lui, mine de détester tous les autres candidats. Aucun élément positif n’est sorti de sa bouche sur un chanteur qu’il ne coache pas, au point qu’à la fin ça tournait carrément à la caricature.
Je suppose que dans le cahier des charges de « X Factor », il est écrit quelque part qu’un juré doit être le grand méchant que le public doit détester à tout prix.

Si mes réserves se limitaient au jury, tout irait presque bien, mais comme la semaine dernière, j’ai été frappée par la différence de traitement entre les candidats. Certains ont des choristes, d’autres des instruments et quelques uns des danseurs. Ils ne sont jamais jugés dans des conditions semblables. En outre, au bout de deux primes, je suis obligée de constater que la sélection musicale pose vraiment problème. Alors comme l’a dit Olivier Schulteis, il ne faut pas « trop intellectualiser » la musique, mais à ce point…nous ressortir « fan » de Obispo par exemple, quelle idée curieuse, à moins évidemment de vouloir nous rappeler encore, encore que nous ne sommes pas à la Nouvelle Star, ici !

L’animatrice ne relève toujours pas le niveau. Elle est d’ailleurs totalement transparente, se contentant d’annoncer les prestations des candidats et d’être ravie une fois qu’ils ont chanté, « bravo Machin ! ».

Fort heureusement pour « X Factor », le jury a quand même recruté de bons candidats, qui gagneraient cependant à ne pas être desservi par les chansons qu’ils interprètent. Maryvette et Raphaël sont les cautions « Nouvelle Star » du programme, tandis que les gamines ont Florian, le bel anglais ou mes chouchous, les Seconde Nature, pour cramer leur forfait sms.

J’en viendrai presque à me dire que vraiment je préférais « la Nouvelle Star », pour vous dire.

En vrac

Pour une fois, je trouve la semaine spéciale d’« un presque parfait », limite intéressante. Il s’agit en effet d’une compétition réservée aux experts de la cuisine, comprendre des blogueuses culinaires qui macaronnent plus vite que leur ombre. Petit bémol, ces grandes compétitrices, et l’homme de la semaine, un ex critique gastronomique, ont un peu tendance à cuisiner toutes la même chose, à savoir évidemment des macarons et des mets d’exception (homard, foie gras, langoustines, turbot…).
Autre point négatif, la compétition ne pouvait apparemment avoir lieu qu’à Paris, capitale de tout ce qui se fait de bien en France. Mais, sinon, j’adore cette ambiance faussement policée entre des filles qui se détestent et qui feraient tout pour écraser leurs concurrentes.

Hier soir, les épisodes du « Mentalist » étaient franchement ennuyeux, le ventre mou de la saison certainement, mais j’ai eu un petit frisson en visionnant le deuxième inédit qui mettait en scène une intrigue proche du fléaut fléau de Stephen King. Oui, je private-joke avec moi-même et mes « amis » Facebook, de bon matin.

Les fées du logis de M6 s’attaquaient pour une fois, fait rare, à l’intérieur d’une famille presque normale, dont la seule particularité était d’être vraiment crade. D’habitude, « c’est du propre » intervient chez des gens qui ont été apparemment victimes d’un accident de la vie ce qui explique leur laisser-aller, alors que là pas du tout. La famille plutôt friquée, car propriétaire d’un centre équestre, n’a simplement pas le temps de faire le ménage, ni de songer apparemment à recourir aux services d’une spécialiste de la discipline. Cet épisode se rapprochait donc plus du concept anglais original.

J’ai un conseil à livrer aux blogueurs amateurs qui lancent leur publication en ligne. Pour s’assurer une audience dès le début, il suffit d’évoquer dans un post la publicité pour Kinder mettant en scène un tennisman français de renom très gourmand et sa voisine vorace ou s’interroger sur la sexualité de Stéphane Plaza (un sujet sur lequel même les experts sèchent). De mon côté, j’ai une pensée émue pour JW Tsonga à chaque fois que je passe devant le bureau de tabac / maison de la presse voisin de la place du Capitole qui offre un Kinder Bueno pour deux achetés. Je songe à lui envoyer un courrier pour lui donner l’adresse de l’endroit, ce qui ne simplifiera toutefois pas ses relations avec sa voisine parce qu’il aura ainsi toujours des friandises en nombre impair.

Depuis que je l’ai entendue, j’ai cette chanson en tête. Je la trouve tout simplement magnifique. J’aime la musique, les paroles, sa voix alors que je n’étais pas vraiment fan d’elle (j’ai le droit de le dire ça ou pas ?) lors de son passage à « La Nouvelle Star ». En écoutant ce single, j’ai presque envie d’aller acheter son album, ce que ma femme avait promis de faire quand elle regardait sa saison. Il faut savoir que je n’ai jamais franchi le pas. Si je possède le premier album de Lara Fabian, je n’en ai aucun de gagnants ou de vainqueurs tardifs des émissions de télé-crochet. J’avais pourtant songé à acheter le deuxième opus de Nolwenn, le premier album du vainqueur de la quatrième édition de « la Nouvelle Star » dont je tairai désormais le nom à jamais, ou celui de Julien Doré, mais allez savoir pourquoi je n’ai jamais transformé l’essai, comme on dit chez moi. En revanche, j’ai téléchargé légalement le single d’Emma Daumas « j’suis conne » que j’adorais et « elle panique » d’Olivia Ruiz, qui ne compte presque pas dans cette catégorie.

Voilà, je vous mets la chanson pour le plaisir. Elle me rappelle un bon vieux tube de M’sieur Eddy pour vous dire…

J’en profite pour souligner que j’adore le nouveau single de Jennifer et qu’en général je ne sais pas pourquoi mais j’adore les singles de Jennifer, du coup je vais vous faire un petit panel de mes favoris.

(Rien n’égale « Donne moi le temps » dans mon coeur, depuis la saison 6 de la star academy.)