Divorcés au deuxième regard

Dans la suite et la fin de « Mariés au premier regard », qui aura finalement été une émission assez courte, une mariée a dit non, et deux couples ont divorcé.

Nous étions restés, la semaine dernière, sur un énorme cliffhanger : Valentine allait-elle trouver quelque chose à dire au maire ? Finalement, elle a opté pour le « non » et planté le pauvre Justin sur l’autel.
Je ne vois pas trop l’intérêt d’avoir poussé « l’expérience » jusque-là pour renoncer au dernier moment, mais c’est le jeu, j’imagine.

A l’inverse, Nathalie, qui avait bien hésité à convoler avec Benoît, file désormais le parfait amour avec le jeune homme. Il faut dire que l’entrepreneur s’est donné les moyens de la mettre en confiance en l’accueillant dans une maison décorée à sa convenance. Cependant, pour bien embêter la production, le couple a décidé de divorcer pour démarrer son histoire normalement sur de bonnes bases. Je trouve leur démarche assez cohérente.

Ce sont finalement ceux qui s’étaient plu au premier regard, qui ont explosé en vol. Thomas n’a pas supporté son installation chez Tiffany. En voyant l’intérieur de la jeune fille, le photographe a eu immédiatement envie de prendre ses jambes à son cou. Bon, j’avoue, je le comprends. Un intérieur en dit long sur une personne. Les éminents experts ont essayé de le remettre face à ses obligations en lui indiquant qu’il était marié et qu’il avait fui le domicile conjugal. Le psychologue lui en a bien remis une couche aussi sur sa personnalité introvertie. Bim ! Mais en vain, les tourtereaux ont divorcé et le petit cœur de Tiffany s’est brisé. Enfin pas pour longtemps, puisque la jeune fille a succombé au charme de Justin planté sur l’autel par Valentine. Ils n’ont même pas eu besoin de « La villa des cœurs brisés » pour cicatriser leurs blessures d’amour.

Quand je vois que tous ces jeunes gens héritent d’un premier divorce qui ne compte pas pour du beurre, je pense immanquablement au pauvre Ross si dépité avec ses « three divorces ».

Quant à la science, elle a moyennement marché au final. J’attends la deuxième saison avec impatience désormais.

 

L’amour est dans la science (ou comment je suis devenue accro à Mariés au premier regard)

J’avais regardé le premier épisode de « Mariés au premier regard » par conscience professionnelle. J’ai suivi le deuxième parce qu’il faut bien reconnaître que cette émission, pourtant bien mauvaise, est terriblement addictive.

Je l’avoue, je brûlais de savoir si Tiffany et Thomas allaient se plaire.

                                         Qui est ce

Je rappelle le concept pour ceux de mes (rares) lecteurs qui n’auraient suivi ni la polémique encore suscitée par M6, ni le premier épisode.

En gros, d’éminents scientifiques ont mis en place des tests absolument imparables pour former des couples hautement compatibles. Toute ressemblance avec un épisode de « How I met your mother » est, je l’imagine, assez fortuite.

Des candidats ont répondu à l’appel de la chaîne pour participer à cette expérience. Ils ont reniflé des tee-shirts, complété des tests sur leur sexualité et leur personnalité, et le Big Data s’est mis au service de l’amour pour former, sur cet échantillon de personnes, quatre couples compatibles à plus de 80%.
La limite était quand même, au passage, le panel de volontaires qui ont souhaité jouer le jeu mais aussi le choix du secteur géographique. Donc pour les gens qui n’ont pas trouvé l’âme sœur, tout n’est pas fichu.

Comme les heureux futurs amoureux, je me contrains à croire au concept.

La semaine dernière, nous avons assisté aux tests, et à la formation des deux premiers couples : Tiffany et Thomas donc, et un deuxième qui a craqué sous la pression. Nous avions laissé nos premiers heureux élus au moment où ils allaient se rencontrer pour la première fois devant Monsieur le maire.

Le suspense était intenable. J’ai donc tenu à poursuivre mon visionnage.

Je vous rassure Tiffany et Thomas se sont plu, et leurs familles s’adorent déjà.
Le deuxième enjeu de la soirée était de savoir s’ils allaient consommer dès leur nuit de noce sans plus de façon, et la réponse est a priori non.
Nous les avons ensuite suivis loin de la pression de leur vie quotidienne, en Croatie hors saison. On se dit que, vue la galère où ils ont été plongés grâce à M6, un voyage au soleil aurait pu être sympa, mais tout l’argent de la production a dû passer dans le salaire des experts, encore bien trop présents à l’écran hier.

Mon sentiment, c’est que passé le moment, où ils ont été tous les deux rassurés par la plastique de l’autre, ils n’ont pas eu grand chose à se dire, et je ne crois pas en une immortelle relation entre eux.
Je peux me tromper, et du coup je serai fidèle au poste la semaine prochaine devant mon petit écran.

Nous n’avons pas suivi  que Tiffany et Thomas, nos poulains, hier soir. Nous avons aussi découvert le couple le plus compatible de « l’expérience », Nathalie et Benoît.

Nathalie a énervé tout le monde en se crispant sur le physique de son futur époux, alors que les spécialistes lui ont choisi un type qui ne va pas lui plaire au premier abord, mais qui est super pour elle. Vous imaginez le niveau de vice de « l’expérience », les scientifiques savent mieux que Nathalie ce qui est bon pour elle, sous-entendu à elle de saisir sa chance.

Devant les caméras, la rencontre a à tourné au formidable moment de malaise, une séquence comme seule M6 sait nous en proposer cette année. La famille de Nathalie a choisi d’ignorer celle de Benoît, et la fiancée avait peine à regarder son fiancé.
Pourtant, le garçon n’est pas repoussant du tout. Il est même plutôt mignon et vraiment attachant.

J’attends encore le moment où la production nous avouera que tout ceci n’est qu’une vaste supercherie, et qu’il n’y a pas de fond scientifique.
Dans l’intérêt de l’expérience, je pense à titre personnel qu’il aurait été bon de former un couple au hasard afin de prouver que les tests étaient les seuls performants.

Donc, pour résumer, ça m’agace, mais je suis déjà impatiente de savoir ce qui va se passer lundi prochain.