Maman cherche une nouvelle vie aux Caraïbes, voilà ce que pourrait donner en condensé ma soirée télé…

J’ai évidemment regardé attentivement hier soir « Maman cherche l’amour ».

Chaque épisode semble éloigner un peu plus les mères de famille de leur objectif initial. Sophie a d’ailleurs très bien résumé son aventure, effectivement elle semble plus participer à « maman cherche une bande de potes » qu’à la Bachelorette, mais elle s’est aussi rendue compte qu’elle était peut-être un peu responsable de cet état de fait. Cédric, qui n’a rien compris, s’échine de son côté à séduire la fille de Sophie en continuant d’ignorer la mère, une stratégie comme une autre.

Angie se désespère, de son côté, face à ses trois bras cassés de prétendants et ses amis ne la rassurent guère en constatant que l’un est bien mais n’a pas de boulot, l’autre pourrait lui convenir mais ne va pas physiquement et que le dernier est à éjecter, ce que la jeune femme a d’ailleurs fait dans la foulée. Si son Mister Big obèse trouvait du taf, la mère de cinq enfants aurait peut-être une chance de trouver un compagnon, mais les choses semblent mal engagées, d’autant qu’au bout de plusieurs semaines de rencontres elle n’est toujours pas amoureuse.

Marie-Jo continue à attaquer frontalement ses prétendants dès que leur comportement ne cadre pas à 100% avec ses attentes. Le pauvre Dan(iel), 60 ans et quelques au compteur, en a fait les frais. Il ne pouvait pas se baigner à cause d’une opération, mais n’a pas joué au ping-pong avec ses gosses, hop éjecté. A sa place, je serai soulagée…

Je termine par ma petite favorite : Katia, à la naïveté parfois touchante. Katia avait un gros coup de cœur pour Pierre à qui elle avait déjà promis un avenir, mais Patrick a su montrer lors de sa rencontre avec son fils ses bons côtés. Du coup, la jeune femme ne sait plus où elle en est, et tripote en pleine rue son nouveau coup de foudre alors que l’ancien arrive justement. Pour les amateurs des « Sims 2 », tel un personnage virtuel, Pierre est immédiatement « poignard dans les alliances » et son niveau d’amour pour Katia passe en un instant de 100 à 0. En gros, pour les non initiés, il est plus que froissé et se sent extrêmement (légitimement ?) trahi, il quitte l’aventure. Katia n’a plus le choix et doit en plus se justifier auprès de ses prétendants en leur expliquant que « non elle n’est pas une traînée ». Sympathique…

Bilan, je sens que M6 va faire chou blanc avec ses mamans, malgré les vœux pieux du teaser. Seule Marie-Jo, et encore si elle cesse d’être elle-même pendant quelques minutes, pourrait bien ramener un homme dans ses filets, les autres me paraissent très, très mal engagées.


Par la suite, j’ai encore vécu un véritable moment de bonheur grâce à Christina « ma chérie » Cordula et « nouveau look pour une nouvelle vie ». Le résumé exhaustif est ici. La relookeuse de la six est la seule à oser traiter un homme en costume de « frigo ».« Magnifaïque », comme dirait mon idole !

J’ai conclu ma soirée et entamé ma nuit devant la grande finale de « Poker Mission Caraïbes » et j’ai pu constater à nouveau que l’émission louchait honteusement vers « Koh Lanta » avec sa finale en plateau, où les candidats commentent à la bouche et grâce à des petits sujets leur aventure. A la place du dépouillement des voix, nous avons eu le droit à une vraie belle partie de poker, au terme de laquelle le très peu bavard José a vaincu la jolie Mylène, qui avait au préalable éliminé cette tête à pelle de Julien.
J’ai adoré que le dernier changement de règle du jeu agace une candidate qui en plein milieu de l’émission a commencé à s’en prendre à l’animateur et à la production. Le meneur de jeu mal à l’aise a expliqué qu’avant d’être du poker, « NRJ Poker Mission Caraïbes » était surtout un jeu et que la production faisait bien ce qu’elle voulait. Diane a donc sur le fil réintégré la table finale au grand dam de Barbara qui a d’ailleurs été sortie avant elle…

Maman cherche l’amour en famille sur TF1

TF1 a décidé, à son tour, d’aider maman à trouver l’amour. Mais bon, la chaîne manquait apparemment de moyens, d’envie et de motivation réelle pour mener à bien cette grande aventure. Elle a donc torché l’affaire en une fois discrètement après « Koh Lanta».
En gros, en comparaison de « l’amour est une histoire de famille », « maman cherche l’amour » ressemble à une production d’Arte.

Pour ceux qui ont manqué « l’amour est une affaire de famille », vous trouverez les détails du principe ici (la visite s’impose, je suis navrée).
Cette émission m’a littéralement atterrée et c’est rare que ça arrive pourtant.
En regardant «maman cherche l’amour », nous nous étions indignés que les enfants pas très âgés des femmes en quête de l’âme soeur soient mis à contribution dans le programme. Nous avions des doutes sur l’opportunité des les mêler à une télé-réalité où ils allaient potentiellement s’attacher aux prétendants de leur génitrice.
TF1 n’a pas eu de scrupules et a invité les gosses à carrément choisir en sa compagnie le nouveau copain de leur mère. Évidemment, les gosses étaient extrêmement gratinés, tous affublés d’un accent du sud-est digne des Triplées de « Secret Story » ou d’une production France 3 PACA. Mon préféré demeurera Jean-Vincent, le petit obèse, fan de rugby, qui s’apprêtait déjà à donner du fil à retordre à son futur beau-géniteur, car maman avait affiché d’entrée ses objectifs, elle cherchait certes un amant, nous l’avons bien saisi, mais aussi un père pour ses 3 fils.

La partie casting a été malheureusement assez vite évacuée, émission d’un pan oblige, pour se consacrer aux rendez-vous. D’ailleurs, outre, les speed-dating dévolus aux enfants, l’émission de TF1 avait également la particularité de ne confronter la maman à ses prétendants qu’au dernier moment. C’est donc une fois bien enferré dans le piège et rendus à Béziers que les pauvres hommes ont découvert Magali.
Je suis chez moi, je me lâche, et je dis des horreurs. En voyant Magali, honnêtement, je me serais enfuie : 1m70 de fausse blondeur, de fringues bas de gamme, de beaufitude absolue et de vulgarité, pas franchement laide mais pas séduisante non plus. Magali transpire, malgré elle, le cas social, certes certainement sorti d’affaire mais quand même. En voyant Magali, j’ai imaginé les pères des gosses…
Certains prétendants ont tenu le choc mais d’autres, notamment un, victime de l’activité quad, ont préféré fuir à toutes jambes.

En même temps, par chance, dans la majorité des cas, la maman avait bien choisi ses éventuels partenaires. Le bellâtre aux cheveux longs, avec un magnifique embryon de calvitie, lui a notamment énormément plus. Le charmant Jean-Vincent lui a posé LA question qui me brûlait les lèvres sur la propreté de ses cheveux et la fille aînée a eu clairement envie de le baffer tout au long de la journée tandis que la maman pas vulgaire pour un sou en aurait bien fait immédiatement son 4 heures.
Le reste était à l’avenant : des rendez-vous qui s’éternisent sans que les deux participants ne trouvent deux mots à se dire, des types fous des gosses qui s’avèrent décevants avec maman…
Bref, TF1 a tapé très fort avec cette télé-réalité archi bas de gamme. Je reste persuadée que la chaîne l’a liquidée en seconde partie de soirée parce qu’elle était, elle aussi, déçue du résultat. J’ignore si le concept sera décliné à l’avenir ou placé dans les mêmes oubliettes que « le Royaume » et maintenant « l’île de la tentation ».

Maman a quasiment trouvé l’amour sur M6

Bien que ce sujet ne passionne guère les foules, je suis obligée de m’intéresser à l’avant dernier épisode de « maman cherche l’amour » programmé, hier, par M6.

J’ai eu, je l’admets, beaucoup de mal à accrocher au programme, mais maintenant je suis fan et complétement scotchée par l’émission. Je pousse des « ah » et des « oh » en la regardant. Je m’inquiète pour les petits cœurs brisés des candidats et je ponctue mon visionnage de « le pauvre », « évidemment ! », « enfin », ou « je le savais ».

Hier, j’ai été servie en émotions fortes. En effet, les femmes rejoignaient leurs soupirants dans leurs fiefs respectif spour une journée test en tête à tête.

Ainsi, Carine, dont le cœur balance toujours entre Eric, son favori du départ, et Allain, le quasi sexagénaire Luxembourgeois, a vu toutes ses certitudes balayées après son rendez-vous avec le senior de l’aventure. Allain est rassurant, romantique, et disponible. Elle a craqué pour son intérieur et ses fils. D’ailleurs, à la place d’Allain, je me méfierais si j’avais des fils aussi mignons. En revanche, elle n’a pas été sensible à la décoration de l’appartement d’Eric et sa journée avec lui s’est plutôt mal déroulée, hantée qu’elle était encore par Allain. Son prétendant n’a rien arrangé en ne supportant pas ses doutes.
Jean-Pierre a une déco tout aussi ratée mais il possède aussi un bateau et il s’entend merveilleusement avec sa fille.
Au final, Eric qui s’est rebellé a été jeté par Carine, qui a choisi de continuer l’aventure avec Allain, l’exubérant, et le discret Jean-Pierre.
Même si Carine refuse de le reconnaître, les jeux sont faits, à mon avis.
Pourtant, la proximité géographique d’Eric aurait pu peser, la belle brune ne choisit pas la facilité.

Caroline devait, elle, passer une journée dans plusieurs villes de France. Elle a apprécié le moment partagé avec Antony sans h et son fils un peu niais mais détesté sa journée avec le pauvre, Cyril, mon favori, qui a eu le malheur de lui déclarer sa flamme. La palme du râteau de l’émission revient donc au Bordelais. Cyril lui déclare son amour et là Caroline recule sur sa chaise et lui dit un truc horrible du genre « pas possible » ou « ah ouais ». Glacée par cette déclaration, la jeune femme a ensuite été subitement frigorifiée et épuisée.
Dommage pour Cyril qui semblait sincère…
Mais, de toute façon, le cœur de Caro est pris depuis un moment. Elle est déjà amoureuse de Mister-Eric, qui le lui rend bien. Ils se sont chaudement embrassés devant la caméra et nous les avons un moment soupçonnés de désirer passer la nuit ensemble, ce qui ne semble pas autorisé par contrat par la chaîne.

Marie, quant à elle, était déjà rendue au choix cornélien puisqu’il ne lui restait que deux soupirants en course. Charmée par JP, Marie était décidée à ne laisser que les miettes, une magnifique amitié, au sinistre Laurent.
Mais Marie, fidèle à elle-même, depuis le départ, n’arrive pas à se décider. Après sa journée avec Laurent, elle est à nouveau perdue. Les premiers moments de son tête à tête avec JP, le biker, semblent la remettre sur le droit chemin, mais la rencontre avec ses gosses est une véritable douche froide. Il faut dire, que JP, très subtil, n’a apparemment pas prévenu ses gosses qu’il draguait une nana via une émission de télé depuis quelques week-end. Marie est donc chaudement accueillie par la marmaille un peu rebelle de son soupirant. Ensuite tout va de mal en pis, Marie se rend compte que JP a des amis bikers un peu lourdingues et qu’ils n’ont pas du tout, mais alors pas du tout, la même conception de l’éducation. Elle ne tient pas, de son côté, à ce que l’horrible fils de son futur fiancé qui passe son fric dans la shit et l’alcool donne un mauvais exemple à ses gentilles têtes blondes.
Marie ouvre les yeux un peu tardivement sur son compagnon et, à mon avis, malgré son optimisme de fin d’émission, le biker est complétement grillé.

M6 a été dure avec moi en interrompant le déroulement de l’émission juste avant la révélation du choix de Marie, qui prétend avoir trouvé l’amour, alors que de son propre aveu, quelques minutes avant, elle en avait chié depuis… « sa naissance ».
Caroline est, elle, quasiment déjà maquée et Carine pourrait nous surprendre.
Bref, l’attente va être insoutenable pour moi…

Je le reconnais humblement, hier, je me suis prise au jeu de « Maman cherche l’amour » et je m’inquiète désormais réellement pour mes favoris. En fait, je n’en ai qu’un, JP, le biker, soupirant de Marie.

Les trois femmes ont donc accueilli dans l’épisode d’hier les hommes à leur domicile. Bien que je ne sois guère sensible à ses aventures amoureuses, je suis assez fan de la décoration de Carine, la niçoise. Ses prétendants ont bien compris que pour séduire la mère, il fallait surtout conquérir la fille et ils ont rivalisé de bassesses – cadeaux, petites attentions… – pour mettre la gamine dans leur poche. Cette péripétie m’a profondément déplu. Le cœur de Carine semble toujours balancé entre le luxembourgeois âgé, qui lui a très bien coupé les cheveux, et Eric, qui s’est mis complétement au service de sa (sale) gosse.

Marie a finalement décidé de chasser le géant Laurent, car elle le trouvait trop gamin. Ses fils le regretteront certainement. Mais Marie m’a surtout fait plaisir en se rapprochant de mon JP, le biker qui ressemble à un personnage de « Litteul Kevin » (j’ai des lettres…) et semble avoir un cœur énorme. Le froid Laurent reste, malgré tout, en course et je le redoute un peu. Le séjour de Marie chez les deux hommes encore en course va être décisif.

Caroline a encore démontré l’ampleur de son hystérie avec ses prétendants et ses gosses. Nous avons ainsi appris qu’elle appréhendait les retrouvailles parce que ses toilettes ouvrent dans le salon – je félicite au passage l’architecte qui a conçu, son pourtant superbe, appartement – et que, du coup, on entend tout. Elle a paré au problème en pissant dans la baignoire après une nuit de folie passée avec ses quatre soupirants.
Le cœur de Caro ne balance plus guère. Elle a un gros faible pour « Mister »-Eric, qui le lui avait mal rendu la semaine dernière, mais qui s’est excusé. Pourtant, le très séduisant et rigolo Cyril semble, contre toute attente (©Nikos) mordu d’elle.
Dans le prochain épisode, Mister pourrait bien la décevoir et l’ordre des choses être ainsi complétement remis en question.

Hier, j’ai finalement profité de mon dimanche après-midi pour regarder le troisième épisode de « maman cherche l’amour » même pas dans le pré.

Comme je vous l’indiquais dans mon Télé POC, mon frère nourrit une complexe théorie du complot à ce sujet et pense que les trois femmes son trop télégéniques pour être réelles. De mon côté, je l’avoue, je reste fascinée par Caroline, qui me paraît un peu trop stéréotypée pour être une vraie candidate, mais bon je continue malgré tout à croire M6 et à suivre ce magnifique conte de fée des temps modernes.

Je n’avais pas, en préambule, accordé beaucoup d’importance au petit « chapô » de présentation du programme et j’ignorais donc que ces femmes « s’assumaient financièrement » sous entendu elles ne cherchent pas une bonne poire pour compléter leur RMI et entretenir leurs gosses. Cette petite mention m’a fait bondir. Dans le même registre, et un peu hors sujet, j’ai zappé l’émission de la cinquième sur les jouets, hier, quand la voix off a assumé de déclarer que le fait qu’un petit garçon joue à la poupée ou aux barbies n’avait aucune incidence normalement sur son orientation sexuelle.

Bref, nous retrouvons donc nos trois femmes à leur troisième rendez-vous. Si la pauvre Marie n’a déjà plus que trois prétendants, mais j’y reviendrai, Caroline et Carine ont, elles, conservé un peu plus de marge en gardant chacun 5 ou 6 hommes.

(copyright photo : Julien LUTTENBACHER/M6)

J’attaque par Carine, qui a appris la semaine dernière qu’au moins deux de ses prétendants n’étaient pas sincères. Elle est donc légitimement stressée quand elle entraîne ses soupirants en Italie, pour un petit week-end. Son rendez-vous tourne globalement au règlement de compte entre ses deux favoris. Le luxembourgeois âgé, il a 58 ans, reproche, en effet, à Eric, le favori de la jeune femme, de considérer qu’elle lui est déjà acquise. L’ambiance tourne à l’aigre pour la niçoise, qui assume toutefois de garder les deux coqs et vire un pauvre chti assez peu charismatique. Elle présente donc sa gamine un peu apeurée aux quatre types encore en course avant de les inviter pour une week-end chez elle.

(copyright photo : Julien LUTTENBACHER/M6)

D’entrée de jeu, Marie est déçue, son favori, Eric, le sosie de David Ginola, son gros coup de cœur, a abandonné l’aventure. Elle se retrouve donc face à un gentil biker un peu fruste, un géant obèse et un quinquagénaire aussi gai qu’un pinçon. Marie a un sens de la fête bien à elle et entraîne tout ce petit monde au restaurant de poisson puis à l’aquarium – n’y voyez pas de lien de cause à effet – pour présenter aux garçons, ses trois enfants. Les gamins flashent évidemment sur Hagrid et ne démontrent pas un grand intérêt pour Laurent, le fiancé potentiel assez sentencieux de leur maman. Marie, elle, hésite. Laurent la rassure, le biker l’amuse et Hagrid est encore un enfant…

Ma préférée reste Caroline, qui est tellement trop tout, qu’elle en devient tête à pelles ou fascinante (au choix). Elle a choisi d’inviter ses hommes dans le village des sept nains et s’extasie longuement avec une voix suraiguë sur « ses jolies maisons de poupée » avant d’accueillir ses prétendants sur le même ton en un rien plus hystérique. Sa soirée, à elle, est la plus rythmée de toute avec musique et danse. Le lendemain, elle accueille, à son tour, ses gosses, et surtout sa gamine, tout aussi minaudante que sa maman. Caroline a deux favoris, le gentil et franchement séduisant Cyril et celui qu’elle surnomme « Mister », qui possède un chien. Les autres prétendants sont déjà persuadés que « Mister » va emporter la partie et il s’en ouvre à elle, lui demandant d’être plus « neutre ». Là, notre Caro, qui est formidable, se met à pleurnicher durant cinq minutes face caméra, le cœur brisé, les larmes aux yeux, parce que « Mister » ne pense qu’à lui et après il faudra aussi qu’ils se voient « en catimini » pour ne pas choquer les autres ? Elle nous pose la question et je ne sais quoi lui répondre…
Caroline est au choix une vraie fille qui rêve d’un conte de fées, certes médiatique, mais quand même, ou une super comédienne, venue là pour allonger un peu la sauce bien timide pour le plus grand plaisir de la chaîne.

Personnellement, je suis un rien choquée que les mamans célibataires, si méritantes, mêlent leurs enfants déjà bien sonnés par une séparation à tout ça. Je suis très, très réac’ quand les gosses entrent en jeu. Je trouve déjà assez préoccupant qu’une maman explique à ses petits qu’elle va passer à la télé pour choisir parmi un dizaine d’hommes celui avec lequel elle fera éventuellement sa vie, alors après qu’elle les présente à 3 ou 4 mecs sans bien savoir lequel elle va choisir, ça me tue. Le prétendant luxembourgeois de Carine avait raison et si les gamins s’attachent à un type…?
De plus, dans la plupart des cas, à l’exception peut-être de Marie qui a perdu son soupirant en chef, les nanas ont au moins deux cibles précises et c’est d’ailleurs bien ça le problème à mon avis…
Bizarrement, quand les prétendants sont des types bodybuildés à tête d’américains, qui ont tous des professions de rêve et des cheveux impeccables, je supporte assez bien ce type d’émission. Là, je suis plus sensible au fait qu’on joue quand même avec les sentiments de personnes réelles. J’ai plus de chance de croiser un de ces gars en bas de chez moi que l’un des bachelors de l’émission américaine. Cette remarque vaut aussi pour les gourdes humiliées dans le tournez manège agricole.

Mais, ne vous inquiétez pas, je brûle toujours de savoir si maman va trouver l’amour sur M6….

Maman met du temps à chercher l’amour sur M6

M6 nous a proposé hier les deux premiers opus longuets de la Bachelorette du pauvre, «maman cherche l’amour».

La chaîne mène depuis déjà quatre ans une vraie mission de service public en maquant ceux dont personne ne veut. Elle avait commencé par s’attaquer aux agriculteurs et maintenant elle songe à ces femmes méritantes qui se tapent deux journées en une avec leur travail et leur mission de maman. M6 a donc trié sur le volet trois mamans, trentenaires ou quadragénaires, divorcées depuis un moment pour les maquer, Caroline, Carine et Marie.
J’avais pensé que le chaîne aurait pu faire d’une pierre deux coups en maquant les mères célibataires avec les agriculteurs, mais souvenez-vous cet été de la mésaventure de Madame mère de 4 enfants avec Monsieur Gros Fallot. L’agriculteur veut une compagne vierge ou du moins non lestée de traces de son passé.
La chaîne a donc lancé, à un moment où je ne devais pas regarder du tout M6 puisque je les ai loupés, la diffusion des portraits des trois femmes. A charge aux hommes intéressés (d’écrire au journal) d’adresser un courrier à la chaîne, ce qu’ils ont fait apparemment.

Les assidus de « l’amour est dans le pré », dont je suis, ont du trouver de troublantes similitudes entre cette nouvelle émission et leur programme culte.
En visionnant le début de l’émission, je me suis demandé si je n’avais pas loupé un épisode. Les portraits des trois femmes ont apparemment tourné en boucle sur M6 sans que jamais je ne tombe dessus. La phase des portraits étant expédiée, des milliers d’hommes ont donc eu l’occasion d’envoyer un courrier avec photo aux trois bachelorettes en herbe, qui ont opéré, hier, en 5 minutes chrono une sélection drastique dans les courriers, essentiellement à partir de photo vieilles de 15 ans. La dizaine d’hommes choisie par chaque femme a ensuite été conviée à une séance de speed dating.
Les ressemblances s’arrêtent là parce que les femmes ont eu le droit de choisir le cadre du rendez-vous. Les agriculteurs n’ont jamais cette chance, ils doivent toujours rencontrer leurs prétendantes dans une gargote parisienne.

Je parle beaucoup du dispositif mais je ne livre aucune indication sur les femmes.

Caroline a le profil type de la célibattante, qui fait la joie des journalistes qui recherchent une célibataire pour un joli reportage télévisé. Elle est dynamique, relativement mignonne, pas réellement en manque d’homme mais toutefois prête à s’engager.
Elle a le type même de la bonne copine rigolote qui anime les soirées. D’ailleurs, je lui conseille de se calmer à l’avenir si elle veut repartir avec un compagnon et non un bon pote de sortie.

Carine est une jolie brune niçoise. Elle est sexy en diable mais possède un lourd handicap, à mon goût, sa gamine qu’elle élève seule depuis sa naissance et à qui elle voue un culte païen. Difficile, à mon avis, pour un homme surtout avec des enfants de trouver sa place dans ce couple fusionnel…

Marie est une jolie blonde bretonne, qui minaude un peu trop à mon goût. Elle possède deux gosses de sexe masculin. Par amour, elle sait qu’elle devra certainement quitter sa Bretagne natale pour suivre le mâle que la six lui aura dégoté. Là je m’étouffe légèrement de rage, pourquoi ça serait à elle de suivre son nouveau compagnon plutôt que le contraire…
Bref, blonde et soumise, Marie a tout pour plaire.

Nos trois femmes reçoivent donc une dizaine de garçons chacune dans un cadre qui leur correspond pour un premier rendez-vous à plusieurs, à l’issue duquel elles éliminent en moyenne 2 garçons. Les survivants sont convoqués, la semaine suivante, à un deuxième round, aussi peu sélectif, qui vise pour chacun à faire mieux connaissance.

Je ne vais pas m’étendre sur le déroulement des rendez-vous. Chaque émission en narre un en long en large et en travers car il faut bien l’admettre le TRES gros défaut de l’émission est sa longueur. Les deux rendez-vous légèrement languissants se sont poursuivis jusqu’à quasiment minuit. Les épisodes de « l’amour est dans le pré » présentent l’avantage malgré leur nombre de protagonistes élevé d’être plus ramassés.

A mon goût, M6 passe globalement à côté de son sujet avec une émission longue comme un jour sans pain donc et assez peu glamour. Jamais, on n’imaginerait la Bachelorette en train d’acheter des chipos et des merguez pour organiser son rendez-vous barbecue du soir avec ses prétendants. Meredith ou Jane, les bachelorettes, arrivaient pomponnées pour trouver les mâles réunis autour d’un feu de camp où rôtissaient déjà les mets que de toute façon elles n’allaient pas toucher pour ne pas abîmer leur magnifique dentition. De plus, du côté des concurrents, c’est un peu la franchouillarde attitude, si certains s’apprêtent et amènent de jolis présents, d’autres s’affublent de leur tee-shirt de biker ou de leur sweat décathlon…
De plus, pour désigner les concurrents encore en course, à la crêperie ou dans la salle polyvalente du coin, il manque le petit artifice qui fait tout, une rose à la boutonnière ou une cravate (je ne sais pas moi…). Au lieu de ça, les pauvres types sont obligés de se lever pour rejoindre leur prétendante et le gars éliminé reste assis comme un con à tenter de sauver les apparences.

A côté de ça, il y a du bon….

Marie conserve des types archi bedonnants et chauves alors qu’elle a déjà flashé sur Eric, le sosie de David Ginola, qui sait sans se vanter qu’il est beau gosse, – tous les hommes de 30 / 45 ans s’appellent Eric apparemment – et qu’elle ne rêve déjà que d’avoir une aventure avec lui…Caroline, miss célibattante, a déjà flashé sur Eric, qui doute, de son côté, un peu de la rapidité de ses sentiments. Ca sent méchamment le râteau.
Caroline jette un brave type parce qu’elle ne veut pas être sa nounou, juste parce que ce gros maladroit lui a signalé qu’il admirait les aides-soignantes (sa profession) depuis que sa mère avait fait une attaque cérébrale.
Marie élimine le beau gosse qui lui narre en détails sa dernière nuit d’amour de folie.
Pour créer du suspense, l’un des éliminés a signalé, hier, dans un style très « bachelorette » à Carine que deux ou trois prétendants n’étaient pas réellement honnêtes. L’un deux serait-il gay et l’émission prête à prendre une toute autre ampleur en se plaçant dans la lignée de « gay, maqué ou célibataire » ? A suivre…
Mais vraiment, je conseille à M6 de revoir en urgence le montage ou de ne programmer qu’un épisode par mardi soir sous peine que je ne sache jamais si Caro, Marie et Carine ont trouvé l’amour.
(Source photo : http://www.m6.fr/)