Le point Loft 2

Dans les émissions de télé-réalité, il existe un point que je qualifierai de « Loft 2 » au-delà duquel le visionnage du programme devient quasiment insupportable. Il peut être atteint, comme pour le « Loft 2 » justement dès la première quotidienne ou ne jamais poindre son nez. Hier, après deux mois de visionnage attentif de « Secret Story 4 », je crois que j’ai atteint mon point « Loft 2 ».

Depuis le prime de vendredi, pour renouveler l’intérêt tout discutable de l’émission, la production a séparé les candidats, les couples et les clans en deux maisons. D’un côté, Amélie et Maxime saoulent Benoît et Anne-K avec leurs séparations amoureuses et de l’autre Senna, Chrismaëlle, Thomas, Stéphanie et Bastien coulent des jours relativement heureux. Pour corser encore le jeu, les deux commères de la maison, Thomas et Benoît se chargent de faire circuler et surtout de déformer l’information entre les deux maisons. Il est évident que malgré ce que les quotidiennes nous montrent, ces deux-là sont aiguillés dans leurs résumés par la production, car contrairement à ce qu’ils pensent, ils ne sont pas assez malins pour le faire eux-mêmes.

Cette séparation vise évidemment à attiser la jalousie de l’effrayante et tonitruante Amélie, qui est jalouse à crever, et à enterrer définitivement le couple formé par Stéphanie et Maxime. Les candidats jouent d’ailleurs merveilleusement leur rôle. Amélie hurle à la mort et a même tenté hier de défoncer une porte pour aller retrouver Senna après avoir appris de la bouche de Benoît qu’il aurait bavé sur ses histoires amoureuses, tandis que Maxime se morfond et rompt et dérompt avec la pauvre Stéphanie qui a déjà tourné la page depuis un moment.

Hier, dans un style très « île de la tentation », la Voix a montré aux candidats de la maison principale les images qu’ils n’auraient jamais du voir, ni entendre des déclarations des candidats exilés et c’est la pauvre Stéphanie « qui a pris cher » pour reprendre les termes de son ex amusé. Ainsi, Benoît, souvent drôle mais parfois très, très limite, a expliqué qu’elle était une pauvre fille qui n’arriverait jamais à rien dans la vie, les autres se sont contentés de souligner à nouveau auprès de Maxime à quel point Stéphanie était « stratégique » en sortant avec lui.

La jolie blonde a accusé le coup, sonnée par les propos de Benoît, qui aspire certainement à une carrière de « Queer » sur TF1 et qui à mon avis en aura une sur NRJ12. Il pourrait jouer les guests de « la folle route » actuellement diffusée sur la chaîne de la TNT par exemple. En même temps, François-Xavier (qui ????) n’a pas fait de miracles depuis sa sortie du jeu, il y a un an. Comme si ça ne suffisait pas, Senna, de plus en plus Xababesque, est passé au confessionnal pour expliquer avec sa morgue habituelle qu’il n’y avait pas de fumée sans feu, textuellement, et que si les autres candidats pensaient tout cela de Stéphanie, c’était sans doute sensé. Pour mémoire, il est l’ex de la jeune femme quand même.

Voilà, le point « Loft 2 » a été atteint et largement dépassé. C’est le moment où le sadisme de la production allié à un casting de pauvres têtes justes méchantes ne m’amuse plus. Je voulais simplement rappeler au passage qu’Endemol avait signé une charte de bonne conduite et je me demande si le harcèlement moral y est vraiment recommandé…