Arte m’a bluffée !

A la lecture de mon marathon télé, si vous n’aviez pas encore cerné durant ces six dernières années la nature de ma consommation de télévision, vous avez du être édifiés ; et encore j’ai omis les quelques minutes à visionner « tellement vrai » ou le véritable temps que j’ai passé devant les faits divers de Pierre Bellemare.

[Une photo à moi du Colisée totalement hors sujet d’ailleurs étant donné que sa construction a été entamée en 70.]

Pourtant, il m’arrive d’être saisie par la grâce télévisuelle, quand intelligence et sujet intéressant se mêlent, et hier ça m’est à nouveau arrivé avec le cycle romain d’Arte. J’avais entendu dans « l’édition spéciale » que l’émission proposée en prime par Arte samedi allait être révolutionnaire avec notamment des personnages qui jouent en latin (!!!!!) mais je n’avais pas pensé que je serais scotchée comme ça.

J’aime l’histoire et les histoires, pourtant durant toute ma deuxième année de DEUG j’ai à moitié comaté durant mes TD et mes cours d’amphi d’histoire romaine. Si j’avais pu à l’époque découvrir ce génial docu-fiction, je serais peut-être aujourd’hui une éminente spécialiste en histoire romaine et non pas poclatéléphage…

Bref, ce docu-fiction nous plongeait donc dans la Rome de 44 avant Jésus Christ, juste après l’assassinat de César, fomenté par Brutus et Cassius, les partisans de la République qui voyaient d’un mauvais œil la dictature qu’entendait mettre en place le plus célèbre des Empereurs romains. Et après, le récit, entrecoupé pourtant de points de vue érudits d’éminents professeurs d’histoire, est digne de « Star Wars » avec deux clans romains qui s’affrontent dans une terrible guerre civile qui prend fin lors de la bataille de Philippes en Grèce.

A coups de reconstitutions bluffantes de la ville de Rome, des manœuvres, des batailles et d’apparitions surprenantes de la grande Cléopâtre sur son navire royal, « Rome » m’a bluffée. Je vousconseille d’aller vous rattraper immédiatement devant les deuxpremiers épisodes de 51 minutes de cette saga historique brillanterien que pour entendre Antoine haranguer en latin la foule…
[NDLA : Je suis ravie de constater que le tag « les émissions intelligentes que je regarde à la télé » peut enfin resservir.]

Bones (« le mystère de la tête d’Henri IV »)

J’ai presque envie ce matin de créer une rubrique jusque là inédite sur ce blog sur les émissions intelligentes que je regarde à la télévision, qui demeurent cependant rares. Je ne parle pas là de « Slam » ou de « questions pour un champion » évidemment…

Hier en m’en tenant strictement à mon Télé POC, j’ai d’abord jeté un oeil distrait puis accordé toute mon attention au sujet de France 5 sur la tête d’Henri IV et je remercie mon excellent magazine télé de lui avoir accordé deux TT mérités afin que je m’y consacre.

A la croisée des chemins entre un épisode de « Bones » et un documentaire historique pointu, « le mystère de la tête d’Henri IV » se suit comme une enquête policière de la quête de la fameuse tête momifiée désignée par un brocanteur taxé d’être un illuminé comme la tête momifiée du roi de France à la confirmation ou l’infirmation – je laisse planer un semblant de suspens pour ceux qui n’auraient pas suivi l’affaire – de l’identité de ce crâne.
J’ai non seulement appris plein de choses sur le sort assez particulier réservé aux cadavres des rois de France durant la Terreur, sur la passion de certains de nos ancêtres pour les reliques royales mais également sur les techniques d’embaumement françaises et italiennes.

Le documentaire est admirablement construit. Ainsi on craint à un moment que les instigateurs de ce projet fou ne trouvent pas la tête et le premier rebondissement de l’enquête, presque de la quête, avec dégotage de cette fameuse tête qui semblait perdue à jamais, est extrêmement émouvant. Ensuite dans les analyses visant à authentifier l’identité du possesseur du fameux crâne, les péripéties sont nombreuses et toutes passionnantes. Henri IV a-t-il jamais porté une boucle d’oreille ? Peut-il s’agir de sa tête si elle compte encore un cerveau alors que le crâne de tous les rois de France avait été scié lors de leur embaumement ?
La révélation du « visage » associé au crâne, presque à la façon dont Angela procède dans « Bones », est simplement géniale.

Bref, je vous conseille chaudement de vous rendre sur pluzz et d’accorder 75 minutes à ce sujet, car vous ne le regretterez pas. Vous découvrirez le Temperance Brennan français, Philippe Charlier déjà apparu dans le plutôt bien foutu bien qu’un peu plus simpliste que ce magnifique documentaire, « secrets d’histoire ».