Je me remets doucement au rythme journalier…

Aujourd’hui, bien que je sache que cette thématique soit garante d’un nombre de commentaire avoisinant le négatif, j’ai décidé d’évoquer « le destin de Bruno ».
Comme son nom l’indique bizarrement, « le destin de Bruno » est la suite immédiate du « destin de Lisa ». Je fais taire immédiatement les mauvaises langues à l’esprit caustique, non Lisa n’a pas changé de sexe, Bruno est simplement son demi-frère inconnu qui débarque opportunément à Berlin à la faveur de son départ pour sa lune de miel avec David. En allemand, « le destin de Lisa » s’appelle « Verliebt in Berlin » (« amoureux à Berlin» saison 1) et « le destin de Bruno », « Verliebt in Berlin » saison 2. Le petit souci avec les saisons de séries allemandes demeure qu’elle compte apparemment en moyenne entre 300 et 400 épisodes, ce qui est beaucoup.

Bon, je vais devoir dès maintenant délivrer un scoop qui risque de gâcher un peu le sel de mon propos, mais il faut bien l’admettre « le destin de Bruno » n’a strictement AUCUN intérêt. Ce scoop, comme les trains bien souvent, en cache un autre, « le destin de Lisa » en possédait donc un. « Évidemment », s’insurge la blogueuse, la téléspectatrice moyenne visionnait « le destin de Lisa » en attendant avec impatience le moment où elle allait devenir enfin beeeeeelle et épouser son patron dont elle était amoureuse depuis le premier épisode. Tout ceci est malheureusement survenu dans le tout dernier épisode de la saison 1 de « Verliebt in Berlin », mais jamais la téléspectatrice ne s’est lassée.
Le problème c’est que sans être réellement beau, Bruno a tout piqué physiquement à son père Bernard Joe l’indien Plenske, son physique ne risque guère de s’améliorer à moins qu’on l’attaque au bistouri, donc rien à attendre de ce côté dans « son destin ». Bruno est juste un paumé de première victime d’une maladresse quasiment légendaire qui l’a apparemment chassé de son habitat naturel et poussé à rechercher son vrai père.

Qu’attendre de la série alors…?
(Rien)
Il faut chercher à nouveau la réponse du côté de la raison de vivre de Lisa après David, son patron adoré et époux légitime désormais, Kérima, la fameuse boîte de haute-couture dont le laideron était devenu la patronne à force de persévérance. Bruno a intégré la société comme assistant de direction de la vilaine Sophie, celle qui ne faisait que des crasses à Lisa et David.
La série me pose d’ailleurs un problème à ce sujet, comment Lisa pour qui Kérima était toute sa vie a-t-elle pu plaquer la boîte qu’elle dirigeait de mains de maître du jour au lendemain pour bêtement convoler ? Quand elle reviendra, maintenant que la vilaine Sophie a emporté sa direction grâce à d’habiles manœuvres, de quoi vivront David et Lisa si la boîte ne leur appartient plus ? Bon, je ne vous parle même pas de la morale qui sous-tend tout ça et qui me saoule passablement, Lisa mariée à son prince charmant n’a plus besoin d’un gagne-pain décent et perd toute ambition.
Bruno a donc intégré Kérima et hérité de toute la sociabilité qui s’y attache. Il est devenu pote avec Julien le marchand de journaux bien seul depuis le départ de Lisa et de la bimbo standardiste qui a suivi son émir vers le désert ; avec Max, le DRH de Kérima ; Hugo, le créateur…
Pour remplacer toute à la fois Mariela et Lisa, un nouveau personnage féminin est venu rejoindre l’équipe. Cette fille est le deuxième pilier du « destin de Bruno » et certainement la future amoureuse du jeune homme. Elle est également la sœur d’un super vilain qui convoite Kérima et ourdit des plans diaboliques avec Sophie, l’impératrice.
Pour oser une métaphore un peu tirée par les cheveux, « le destin de Bruno » m’évoque un peu « l’empire contre-attaque ». Le Jedi en rade sur Dagoba ne se rend pas compte que l’Empire est en train de s’emparer de la galaxie. Dans le cas présent, Lisa incarne Luke Skywalker et Bruno, un mix d’Han Solo et de Princesse Leia. Sophie est évidemment l’Empereur assisté du fameux frère diabolique, Dark Vador.
Espérons que les allemands ne nous réservent pas après 364 épisodes du « destin de Bruno», leur « retour du Jedi » à eux.

Mais bon, outre mettre en scène les plans diaboliques et parfaitement inintéressants de Sophie pour conquérir Kérima et avoir sa revanche sur Frédéric Seidel, « le destin de Bruno » nous permet d’apprendre ce que sont devenus les amis de Lisa après sa fuite avec David. Julien tient toujours sa petite boutique à côté de Kérima. Thibaud a quitté très vite la saison 2 de la série pour partir en Afrique du Sud avec la femme de sa vie. Max et Yvonne se sont cassés presque aussi promptement vers la campagne pour élever au vert leur marmaille. Kim, la sœur de David, est devenue officiellement la protégée de Sophie et a contribué à ce que l’entreprise quitte les mains de sa famille. Désormais, c’est une femme qui porte des tailleurs. Frédéric et Laura Seidel sont séparés, Laura ne pardonne pas à Frédéric de toujours lui avoir préféré Kérima et s’envoie en l’air avec son prof de sport. Bernard et Katia Plenske ont également rompu quand Katia a appris que Bernard l’avait trompé pour avoir Bruno. Hugo est toujours styliste et maniéré.

Le problème c’est que les frasques sur le contrôle de Kérima ont déjà rempli 363 épisodes du « destin de Lisa » pour nous faire patienter jusqu’à son relooking et que les personnages « intéressants » ont quitté le navire.
Je pense donc qu’on aurait pu se contenter d’un happy end pour tout ce petit monde dans un épisode final qui aurait suivi le mariage de Lisa. Une deuxième saison de 364 épisodes ne s’imposait franchement pas, surtout pour mettre en scène un type laid et maladroit et une entreprise florissante qui boit le bouillon à cause d’une nymphomane à dents de lapin. Enfin, ce n’est que mon avis sur le sujet…

Match au sommet !

Comme j’arrive presque à la fin de la saison 1 d’ « Ugly Betty » et que TF1 nous menace sérieusement de programmer les aventures du demi-frère de Lisa, Bruno, il est enfin temps de confronter les deux laiderons supposés dans un match au sommet.

Physiquement d’abord, Betty est vraiment franchement plus canon que Lisa. Je pense qu’un peu comme Tom Sawyer, elle gagne parce qu’elle est américaine et que le look de banlieusarde du Queens, même très gratinée, vaut toujours mieux que la silhouette d’allemande de l’Est de Lisa. De plus, je suis complétement fan du poncho issu de Guadalajara qu’elle porte dans le premier épisode.
Pour preuve, au niveau des relations amoureuses, Lisa est vierge à 25 ans, tandis que Betty a déjà, quand la série commence, un petit ami, certes laid et sans menton, mais un boyfriend quand même. Plus tard, un séduisant comptable, sosie de Clark Kent, au sens de l’humour assez discutable, tombe sous son charme et elle plaît même à son orthodontiste.
D’ailleurs, Betty porte des bagues mais fréquente un orthodontiste, comme l’a démontré l’épisode de lundi dernier, alors que Lisa est affublée d’une mâchoire de fer, qui ne semble pas nécessiter de soins jusqu’à ce qu’elle l’enlève finalement dans le dernier épisode.
Si on se penche sur leurs personnalités, Lisa est besogneuse, elle travaille énormément et se plonge régulièrement dans les chiffres pour apporter de l’aide à David, son patron. Betty est plus débrouillarde. Elle sort Daniel des pires situations grâce à son sens inné de l’improvisation. De plus, elle a de sacrées épaules pour résister à ses débuts chez Mode aux sarcasmes des autres employés. Globalement, Lisa est niaise et Betty pragmatique.
De toute façon, leurs rapports avec leur patron respectif découlent de leurs personnalités. Daniel estime très vite Betty pour ses qualités humaines. David, lui, se sert très longtemps de sa laide assistante qui nourrit des sentiments amoureux à son égard. Les deux hommes ne dirigent de toute façon pas le même genre d’entreprise. Daniel est le rédacteur en chef d’un magazine de mode prestigieux établi à New-York. Il a certes emporté sa place par népotisme, comme son rival, mais on le sent plus capable déjà que son homologue allemand. David dirige une société de haute couture allemande dont les défilés évoquent irrésistiblement le générique d’« Amour, gloire et beauté ».
A Berlin, tous les personnages, y compris ceux qui doivent être placés dans la case sexys et aguicheurs ont un physique approximatif. Kim, la sœur de David, est un petit porc sur pattes adipeux, tout comme Sabrina la réceptionniste supposée très hot. Du côté de New-York, tout le monde est beau et stéréotypé, puisqu’on travaille dans le milieu de la mode. « Le destin de Lisa » n’a cessé de me conforter dans ma théorie selon laquelle tous les allemands étaient laids.
Quant à l’entourage des jeunes filles, Betty a déjà une famille géniale. Son père semble tout droit sorti d’un épisode de « Santa Barbara » où il serait le régisseur des Capwell. Le géniteur de Lisa m’évoque irrésistiblement depuis le départ Joe l’Indien alors qu’il est allemand. Betty a une sœur un rien vulgaire mais assez séduisante et surtout un neveu de 12 ans fashion victime et « so gay ». Lisa n’a que ses parents. Chez Kérima, elle sympathise avec la plèbe, Agnès, la grosse cuisinière, Nina, une autre assistante, et l’apprentie du styliste. Même quand elle arrive à la tête de la boîte, elle n’a la reconnaissance que du petit personnel. Betty sait se faire apprécier. Elle obtient en une demi-saison un job génial dans un autre magazine. Ses ennemis, la fourbe Wilhelmina Slater et Marc son assistant la considérent comme une rivale valable et ne la mésestiment pas. Lisa gardera jusqu’à son mariage le mépris de Sophie et de son fils, le méphistophélique Richard, qui ont pourtant vu de quoi elle était capable.
Quant aux guests du côté de Berlin, même pas un ancien de « la clinique de la forêt noire» à se mettre sous la dent, du côté de New-York, c’est le défilé. « Madame est servie » campe la mère du patron de Betty. L’ex sex-symbol lesbien, pour son rôle remarquable dans « Bound », incarne Fabia, la papesse des cosmétiques. Lucy Liu revient jouer l’avocate pour l’occasion et la productrice très caliente de la série, Salma Hayek, vient même renforcer le casting en féministe de choc…
Globalement « Ugly Betty » est une série américaine efficace en une saison de 22 épisodes. « Le destin de Lisa » est un soap allemand où l’héroïne met 350 épisodes à embrasser son patron. Les thématiques abordées sont audacieuses en Amérique : les personnages ne dissimulent par leur homosexualité et assument leurs vies de débauchés. En Allemagne, si David est infidèle et volage, il est vite remis sur le droit chemin par la pure Lisa. Renaud, son futur (ex) fiancé est vierge comme elle. Le styliste est malgré les apparences hétéro….
Les thématiques diffèrent également. Si « Ugly Betty » assume sa légéreté et sa superficialité. Du côté de chez Lisa, on flirte souvent avec la lutte des classes, la place de la femme dans la société…sans pour autant avoir les intrigues qui suivent.

Evidemment, Betty remporte haut la main ce combat gagné d’avance et limite truqué.

« L’amour existe encore »

En attendant un bilan prometteur de l’année 2007 et des explications sur «ma révolution», qui n’est vraiment pas un divin enfant, je me réjouis en ce 26 décembre d’avoir assisté enfin au seul mariage homologué pour Lisa par POC.
Cette vidéo présente l’avantage de nous livrer uniquement ce qui nous intéresse, le moment où l’union bascule favorablement du côté de Renaud. Je resitue l’intrigue pour les enfants du placard ou les personnes rendues amnésiques par les abus des fêtes. Lisa s’apprête à épouser Renaud, quand David décide de rejoindre la noce pour, selon les versions faire basculer le destin de Lisa en soufflant sa fiancée au responsable de la communication de Kérima ou en donnant simplement comme vous allez le voir à ce lien sa bénédiction à cette union. En chemin, Abel surprend Caïn qui s’apprête à atomiser la noce parce qu’il a trop regardé « Dynastie » quand il était petit et qu’il est un Steven (le premier gay de soap opera) en puissance (il est d’ailleurs complétement impuissant selon cette chère Sabrina) et l’empêche de mettre à exécution son abominable forfait car « il y a tous les gens qu’il aime à l’intérieur de cette église ». David et Richard, car il s’agit d’eux en fait, se battent comme des sauvageons, David l’emporte psychologiquement, mais Richard lui tire lâchement dessus, aussitôt Lisa se précipite alors qu’elle venait d’hésiter longuement à dire oui à son futur mari. Là, la fin que je préfère diffère de celle diffusée d’abord par la une, David explique à Lisa que Richard voulait gâcher son bonheur, Lisa le remercie de l’avoir préservée, les flics arrivent pour appréhender Richard sans autre forme de procès, ses proches restent prés de David soi-disant blessé à mort par le coup de feu et notre héroïne repart se marier avec mon favori. Les plans dans l’église sont calqués sur le mariage de Lisa et David. Le mariage est expédié de la même façon sous le prétexte fallacieux que les mariés doivent décoller pour le Canada (dans l’autre version, ils avaient déjà trop attendu) et hop les parents Seidel félicitent les Plenske (pourtant leur fils n’épouse pas leur fille), Sabrina pleure,… Une fois le couple marié, Whitney Houston entonne « I’ll always love you », des pétales de rose s’écrasent romantiquement sur Renaud qui porte Lisa dans ses bras et David largue les amarres malgré la balle qui est logée dans son corps et qui pourrait bien produire d’atroces dégâts en chemin. Le dernier plan est risible. Lisa et Renaud sont réunis autour d’un feu de camp avec un chapeau de cow-boy sur la tête.
Moralité, ces deux là se sont bien trouvés…

Lisa se marie à 81% avec David…

Ach, en l’honneur du mariage de Lisa ce soir, j’ai décidé qu’exceptionnellement aujourd’hui ce blog serait entièrement rédigé en allemand.
Je commence maintenant.

Udo, das telefon klingelt.

J’arrête aussitôt car mes connaissances dans la langue de Goethe se limite à peu près à ça.

Bon, j’actualiserai essentiellement ce post après la diffusion du dernier épisode du destin de mon idole teutonne à 18h10 environ. Ce que nous pouvons déjà dire à 10h31, c’est que POC a oublié de faire part vendredi de son enthousiasme en voyant Lisa ôter ENFIN son immonde appareil dentaire qu’elle a jeté pour la peine dans la mare aux canards du parc, où elle est allée hurler sa joie d’être belle des dents, au monde.
[Quand on a demandé à la téléphage ses impressions sur ce grand moment de télévision, elle l’a comparé aux retrouvailles de Ross et Rachel à l’appartement du paléontologue à la fin de la saison 10 de Friends ou au fait que Joey choisisse finalement Pacey et pas du tout Dawson.]
Renaud, gentleman, lui a signalé qu’il l’aurait épousée même avec ses fils barbelés, ce gros mufle de David a ajouté, alors que personne ne lui demandait son opinion sur le sujet, que lui aussi.
Depuis vendredi, les scénaristes soufflent le chaud et le froid et incitent à mon avis la téléspectatrice moyenne à voter pour David. Lisa l’a même embrassé à pleine bouche hier à l’issue de la fête qu’il avait organisé pour célébrer son union. Ce n’est pas du jeu parce qu’il l’avait fait boire, la pauvre. Mais elle s’est aussitôt ressaisie et l’a traité de salopard…


Pendant ce temps là une autre menace toute aussi sombre pèse sur la célébration de cet événement, le fourbe Richard, le demi-frère de David en cavale – la police le croit en Ukraine – a décidé d’atomiser la noce avec une bombe artisanale.

Interlude culturel : Au rayon des particularités régionales de notre belle Europe, nous avons appris qu’à l’occasion d’une noce, les futurs mariés germains devaient casser ensemble de la porcelaine et nettoyer ensuite les dégâts.

Rendez-vous à 18h10, je me prépare déjà à une déception de taille et je compatis par avance au malheur de Renaud. En attendant fredonnez avec moi la petite ritournelle romantique qui accompagne chacun des rapprochements de Lisa et David, « lalalalalalala »…

[Vous apprécierez ce magnifique travail de graphiste, n’ayons pas peur des mots, pour mettre ce post à la couleur du drapeau allemand]


81% des téléspectateurs romantiques et niais de TF1 ont estimé que la crapaude devait épouser le prince et non un de ses congénères.
Bon, 81% des votants ont accordé leur confiance à David. J’ai donc lourdement perdu.
Pourtant, j’y ai cru jusqu’à la dernière seconde. J’ai refusé de voir dans l’absence incompréhensible des parents de Renaud à la noce, un signe. J’ai vraiment pensé que David allait partir avec sa coque de noix vers les Caraïbes et laisser son ex assistante convoler.
Je me suis mise à voir dans tous les signes négatifs réunis (les doutes de Lisa au moment de revêtir sa robe, Renaud qui sort lui demander la confirmation qu’elle ne le plantera pas là devant l’autel…) un augure favorable. Mais non…
Heureusement finalement que David a préféré assister au mariage dans la petite église, qui ressemblait à s’y méprendre à un phare (un signe ?) car Richard l’avait, en toute discrétion, truffée de petites charges explosives et l’union aurait tourné sans lui à l’horrible bain de sang allemand. Au moment où le prêtre a demandé à Lisa de prononcer le « oui » fatidique, les doutes se sont emparés d’elle et Caïn a tiré sur Abel, pardon Richard a ouvert le feu sur David, pour l’empêcher de sauver tout le monde. Ce nouveau signe a poussé Lisa à rejoindre l’Homme de sa vie et elle a finalement planté là devant les invités l’ex futur marié qui est parti seul avec sa queue de pie se pendre.
Lisa a épousé un David passablement échevelé et elle est finalement partie avec lui vers les Caraïbes sur sa coquille de noix. La vilaine Sabrina en a même écrasé une petite larme et en a profité pour se blottir contre son nouvel amoureux, bien plus riche que ce freluquet de Julien, le Cheik Henblhan (cette blague craint mais je suis minée par la déception).
Consternation…
Il ne s’agit que de ma deuxième profonde déception de l’année après un scrutin. Mon favori ne l’emporte décidément jamais. La prochaine fois, je me jure à moi-même de ne pas choisir d’office l’outsider.

Pour les crédits musicaux, j’aurais personnellement opté pour James Blunt, « you’re beautiful, it’s true » puisque Renaud avait chanté à Lisa « you’re so beautiful » quand David ne lui accordait pas un regard. Mais c’est vrai que globalement Lisa était assez magnifique dans cet épisode. Sur la fin, au moment de l’union de David et Lisa, je n’aurais pas opté pour « I’ll always love you » qui représentera toujours pour moi l’humiliation du vilain petit canard à la soirée karaoké de Noël de Kerima quand elle l’avait chantée pour David et que tout le monde s’était moqué d’elle parce qu’elle était trop moche pour l’avoir. Ahahaha, vous avez voté pour qu’elle soit bien vengée et c’est moche.

[Edit de 21h34, en le signalant en commentaire à Xanderboy, je me rends compte que dans leur hâte d’en finir avec Lisa, les scénaristes ont vraiment bâclé cet épisode final. A 10 secondes de la fin du compte à rebours, David prend sur lui, après avoir assommé bizarrement Richard, de tirer un fil au hasard sur le détonateur des bombes dispersées par son demi-frère dans l’église. Si Superman avait raté son coup, l’ensemble de ses amis et de sa famille, ou plus logiquement uniquement ce pauvre Renaud déjà passablement en déveine ce jour là resté à l’intérieur avec le prêtre aurait été mis sur orbite. Il n’a jamais vu l’Arme fatale 3 (ou 4 ?), ce David que le public a choisi à 81 % ? Je voudrais en savoir plus sur ses compétences de démineur.]

Consternation…

Hier, j’ai accompli, sur un coup de tête, l’acte le plus risible de ma courte existence de téléphage assumée. Quand TF1 a diffusé une bande-annonce pour demander au téléspectateur qui de Renaud ou de David il souhaitait que Lisa choisisse, j’ai tendu très posément le bras vers ma table de nuit, je me suis saisi de mon portable, je me suis rendue dans le menu « sms », j’ai opté pour un nouveau message, j’ai tapé « 736283 », mon téléphone en a déduit que je votais pour « Renaud », j’ai tapé le 7…. et envoyé mon message laconique. TF1 m’a aussitôt remerciée pour cet acte gratuit et m’a indiqué qu’il ne fallait pas que je manque le final du destin de Lisa, mardi prochain, afin de savoir si nous étions nombreux à avoir opéré ce choix décisif.

J’ai bien conscience que cet acte est vain. C’est un peu comme d’envoyer un sms pour soutenir n’importe qui de nominé face à Mathieu (sauf peut être Quentin, je vous l’accorde). La majorité des pucelles hystériques et des ménagères frustrées qui regardent ce soap teuton très moyen vont soutenir le bellâtre. J’ai envie de dire, normal elles sont hétéros, pour faire de la provocation gratuite.

Mais merde, putain, souvenez-vous comme David a mal traité Lisa pendant les 350 derniers épisodes de la série.
*Flashback*
Il a d’abord refusé de l’engager comme assistante malgré ses compétences délirantes parce qu’elle était trop moche. Il l’a ensuite utilisée comme alibi pour détourner les soupçons de ce laideron de Mariella, qui n’ignorait pas qu’il se tapait toutes ses secrétaires. Quand la société a commencé à boire le bouillon, il l’a instrumentalisée pour qu’elle dirige une société écran, au risque de lui attirer de monstrueux ennuis avec la justice. Il a été bien content à un moment de se rendre compte que malgré sa détestable apparence, elle était intelligente, car son cerveau pouvait lui être utile. Elle n’a ensuite cessé de le sortir de la mouise, taisant son amour pour lui. Elle a été tournée en ridicule à cause de ses sentiments découverts.
Mais un jour, putain, elle a pris les rennes de la boîte dont son patron fat était le patron par népotisme. Là, elle aurait pu s’imposer, mais non elle lui a couru après pour son plus grand plaisir. Au moment où, enfin, putain, elle se détachait de lui pour les beaux yeux d’un type sympathique et respectable (736283, pardon Renaud), ce connard a cherché à lui remettre la main dessus parce qu’il ne supportait pas de la voir au bras d’un autre. Mais cet abruti a été enlevé et elle a évidemment collaboré à le sortir de ce mauvais pas. Libéré, il l’a à nouveau ignorée pour ne s’intéresser à nouveau à elle que quand son soupirant est revenu à la charge.
Vous voulez vraiment qu’elle épouse ce type là qui la trompera, comme il l’a fait avec Mariella dès qu’il en aura l’occasion. Moi, je dis non !

Révoltons-nous, ne soyons pas des veaux comme les allemands ! Votons Renaud !

« Oublié nos peines et nos remords, Oublié nos peurs et nos erreurs, Nos histoires se ressemblent, Et se désassemblent […] C’est le destin de Lisa…»

*Ce moment de poésie pure est extrait de la chanson « le destin de Lisa » utilisé partiellement comme générique de ma série culte.

J’ai remarqué qu’évoquer « le destin de Lisa » avait toujours un impact négatif sur mes commentaires. Pourtant, cette série est certainement aussi fabuleuse que « plus belle la vie » que je ne regarde pas. Hier, David, tout en subtilité, a attaqué les mérites professionnels de son rival Renaud, devant Lisa, afin, certainement, de la faire douter de ses sentiments pour lui. L’héroïne n’a pas été dupe heureusement. Je me demande pourtant ce que le beau brun lui trouve. Elle embrasse visiblement « comme un CM2 », pour reprendre l’expression utilisée dans un épisode de « Malcolm ». Elle appose sa bouche sur celle de Renaud et le crible de petits bisous baveux. De plus, avec son appareil dentaire, ce traitement doit être désagréable. Je me demande d’ailleurs si elle le portera encore quand elle couchera….Vous voyez que c’est passionnant « le destin de Lisa », vraiment….

En vrai, aujourd’hui, j’avais surtout prévu de revenir sur le « zone interdite : les inédits de l’été » de mercredi. Grâce à cette émission, j’ai appris en effet qu’Angers était la nouvelle destination incontournable de la fête et qu’il fallait que je fasse très vite l’acquisition d’un sonotone car c’est en fait « Tanger », la nouvelle destination incontournable de la fête. Pour preuve, Fiona Gelin, la célèbre euh… la célèbre célébrité et Daniel Hechter, le grand couturier (vraiment ???), se sont déjà installés sur place dans la maison d’un ami millionnaire belge. Ils attendent le reste de la jet-set internationale sur place pour s’éclater comme des fous. Je crains que leurs amis soient égarés en Croatie que « zone interdite : les inédits de l’été » cuvée 2006 avait promu nouveau lieu incontournable de la fête, l’année dernière donc. Pour preuve, Omar Harfouch, le célèbre euh…homme riche dont on ignore l’origine de la fortune et Massimo Gargia, le plus connu des pique-assiettes y étaient justement.
Heureusement, le magnifique magazine de la superbe Melissa Theuriau ne se limitait pas , mercredi, à des sujets vaseux sur les destinations favorites d’une frange écoeurante de la population. Le reportage sur « le burning man » m’a permis de découvrir plein de choses sur cette manifestation que je connaissais déjà grâce à « Malcolm ». Dans un épisode de la série culte de la six, le surdoué entraîne malgré lui sa famille à cet événement qui se déroule en plein désert. Al astique jalousement le camping-car prêté par un collègue et devient l’attraction des « burners » (j’ai appris un mot mercredi) qui imagine qu’il s’agit d’un happening dénonçant le ridicule de l’american way of life. Loïs se libère avec son petit dernier et finit par se promener seins nus comme ses nouvelles amies féministes. Malcolm connaît sa première expérience sexuelle avec un shaman, Rosanna Arquette en guest. Reese se réjouit de trouver enfin un endroit où tout est permis. Les caméras de « zone interdite » suivaient, elles, un chef d’entreprise qui se lâche une fois par an à cette occasion – pour preuve, il se promène tout nu sous sa toge – et deux jeunes français exilés aux Etats-Unis venus clairement là pour niquer un max des filles peu farouches. Ce n’est pas de leur côté qu’il fallait chercher l’émotion ou l’intérêt du reportage. En revanche, les images de la cathédrale construite en bois par un designer belge qui flambe à la fin de la manifestation et celles du temple où les « burners » viennent inscrire des petits mots en hommage à des défunts m’ont vraiment touchée. Le reportage donnait envie d’en savoir plus sur cet événement et presque même de se joindre à la folie ambiante. Heureusement « la zone interdite » touch s’est manifestée pour me remettre les pieds sur terre et me faire réaliser que je regardais M6 en signalant que le « burning man » était équivalent en population à une ville comme Auxerre.

Angers, Auxerre, notre belle province fait presque partie, malgré elle, des nouveaux lieux incontournables et branchés de la fête

« L’amour existe encore »*

*et moi je cite Céline Dion dans le texte parfois…

J’ai donc regardé le feu de joie final de « l’île de la tentation », mardi soir et il est temps que j’en parle parce que mon nouveau lectorat égaré par google cherche des informations sur « ben et fiona », « ben fiona », « fiona ben », « ben & fiona » (déclinable dans tous les sens et avec tous les liens possibles), « diamante k » où les tentateuses n’organisent plus de fêtes pour les hommes parce qu’elles sont rentrées en France pour reprendre leurs études (enfin le strip tease), « fiona et ben mariage » (ça me paraît compromis), « ben et fiona se sont remis ensemble ? » (j’ai comme un doute affreux), « fiona Geoffrey tentation », « ben et fiona dernier feu de camp », « ben & fiona »… Bizarrement, personne ne cherche d’info sur Ben et Stéphanie.
En vrai, j’ai regardé deux minutes de la confrontation entre Anthony et sa copine, le jeune homme commençait juste à énumérer ses rapprochements avec les tentateuses et j’ai donc préféré patienter avec un épisode de la saison 3 du « Docteur House ». Par chance à la fin des aventures du praticien toxicomane, Ben et Fiona (« ben fiona », « fiona ben », « ben & fiona ») se retrouvaient seulement. Fiona a attaqué très fort en signalant à son fiancé qu’il l’avait beaucoup déçue, le jeune homme pourtant remonté à bloc – il avait signalé plus tôt qu’il était prêt à l’humilier si elle ne se soumettait pas – n’a jamais repris le dessus dans la confrontation. Pourtant, il avait des arguments magnifiques et complétement imparables. « Si tu es une battante, tu me laisseras revoir Stéphanie à Marseille et avec un peu de chance ça sera quand même toi à terme la femme de ma vie ! » Mais Fiona n’est plus si cruche que ça, pardon Fiona n’est pas une battante et surtout pas la femme de la vie de Ben puisqu’elle a refusé ses conditions de rêve pour rester en couple avec lui. Elle ne pouvait tolérer après un an de relation d’être placée en concurrence avec une tentateuse que son mec connaissait depuis 15 jours seulement, ce que Ben a eu un peu de mal à concevoir apparemment. Le jeune homme n’a pas compris non plus qu’elle lui propose de tester elle aussi un homme à Marseille pour plus de précaution. Il y a vu de « la vengeance » et même peut être un peu de méchanceté.
M’enfin, Ben n’aura pas le choix. Fiona s’est révoltée et j’ai envie de penser que pour une fois, cette émission un peu écoeurante mais tellement jouissive pour le téléspectateur aura été utile à quelque chose. A la fin de l’émission, sur un écran noir, une inscription digne des téléfilms de l’après-midi de la une (« cette histoire est vraie, machin-truc purge une peine de prison depuis 19 ans pour ses crimes… ») nous a indiqué que Ben et Fiona ne s’étaient pas remis ensemble malgré l’insistance du mufle marseillais et que son histoire avec Stéphanie avait tourné court.

Je pense sinon qu’il va falloir bientôt que j’aille à l’encontre de tous mes principes sur les votes par sms surtaxés si TF1 nous implique vraiment dans le choix final de Lisa entre ses deux prétendants. Elle a embrassé hier le mignon Renaud devant tout le personnel de Kerima Moda réuni ce qui m’a valu, presque malgré moi, de pousser un petit cri de joie. David, qui vient juste de percuter qu’il aime « la mocheté » chère à Sabrina, a juré en fin d’épisode de tout faire pour ravir son nouvel amour à son rival. Il avait un air mauvais digne de son pire ennemi, le méphistophélique Richard, toujours en fuite d’ailleurs aux dernières nouvelles. Si TF1 décide donc de faire choisir le public pour Lisa entre Renaud et David, je sais déjà que les pucelles de 14 ans fans de l’infâme Tatania et de son odieux époux vont soutenir le vilain David « pars kil é tro bo » et que « Reno a cauté il crin ». Je ne peux pas laisser faire ça.
Comme dans « l’île de la tentation », l’amour véritable doit triompher. L’année prochaine, d’ailleurs, ça serait cool qu’on vote pour choisir quel couple peut ou pas repartir ensemble. Cette émission n’est vraiment pas assez interactive…