Lip Service saison 2 : A quand un L Word français ?

Je vais profiter du 1er mai, où tout le monde aura de toute façon mieux à faire que de lire mon blog rose, d’autant que le soleil que je pensais mort (Nicoletta nous avait prévenu), est revenu, pour parler d’un sujet qui intéressera à peine 1% de mon lectorat : la saison 2 de « Lip Service ».

[De gauche à droite : Sam (la fliquette), Saddie (la maîtresse de Frankie dans la saison 1), Frankie, Tess, Cat, Lexie (la petite nouvelle).]

Pour mémoire, « Lip Service » est le « L word » écossais. Il s’agit en effet d’une série produite par la BBC, qui évoque les aventures de jolies lesbiennes – d’où le « lip » du titre – à Glasgow. Pour faire une analogie osée, c’est un peu comme si France 2 créait une fiction sur un groupe de gouines à Toulouse (et me demandait logiquement d’écrire le scénario).

Dans la première saison, nous avons pu découvrir les personnages. Frankie, la Shane britannique, revenait en Ecosse après avoir passé du temps aux Etats-Unis. Elle y retrouvait Cat, son ex, l’équivalent écossais de Bette, et Trish, un mix d’Alice et de Dana, leur pote qui tente désespérément de faire carrière en tant qu’actrice.
A la fin de la saison 1, bien que Cat ait développé une relation harmonieuse avec Sam, une jolie fliquette, elle recouchait avec Frankie.

[ATTENTION SPOILERS SUR LA SAISON 2]

Au démarrage de la saison 2, Cat, qui rentre pourtant d’un merveilleux séjour au soleil avec son amoureuse, décide d’entretenir une liaison avec son ex, qui entend bien lui remettre la main dessus à terme Mais bon, Cat souffre horriblement de cette situation et boit donc beaucoup d’alcool pour oublier la culpabilité qui la ronge. Tess, qui avait enfin trouver une relation à peu près harmonieuse en fin de saison 1, se rend compte qu’elle ne partage rien, en dehors du sexe avec sa copine, et la plaque, avec certainement l’espoir de pouvoir se rapprocher du nouveau personnage de la série, Lexie, sa nouvelle colocataire, médecin.
Dès le deuxième épisode, tout est remis en question par un événement totalement inattendu. Le jour de son anniversaire, Cat, qui est quand même l’un des protagonistes principaux, sinon le personnage central de la série, est renversée par une voiture, alors qu’elle vient de coucher avec son ex et donc de tromper « sa femme ». Elle meurt sur le coup ou presque.
Placer un cliffhanger de fin de saison dès le deuxième épisode, il faut oser. Quelqu’un m’a dit un jour que dans les séries anglaises, on n’hésitait pas à tuer les personnages, j’en suis désormais totalement convaincue.
Cette mort bouleverse totalement l’ordre établi de la série. Je voyais les intrigues de la saison 2 s’articuler autour d’un classique triangle amoureux classique, et là nous perdons un sommet de la figure. Tout est remis en question.
Alors certes on regrettait un peu de voir Frankie, amoureuse et casée, mais de là à tuer Cat ? En même temps, elle souffrait tellement de mentir à Sam…
Comme le dit un de ses colocataires à Lexie, la nouvelle coloc’ de Tess, intéressée par la flic, cette mort lui libère désormais la place.
Rien à dire sinon de la qualité de l’épisode, très réaliste et donc horriblement prenant…
Je peux vous dire que je n’enverrai plus de texto dans la rue.
Il y a un petit côté « L Word » saison 3 (décidément) dans l’enterrement de Cat. Cependant, ses parents nient sa personnalité mais pas sa sexualité.
Voilà, de mon côté, j’encaisse tout doucement le choc, et j’attends maintenant de découvrir la suite et les conséquences de cette disparition…

Le FAQ (tant attendu) de la saison 4 de L Word (attention, c’est long…)

As-tu enfin fini de visionner la saison 4 ?
Oh oui alors !

Alors ce dernier épisode ?
Le meilleur de la saison à mon humble avis…Le suspense est haletant. Les intrigues sont drôles et renvoient aux fondamentaux qui avaient rendu la première saison de cette série aussi attachante.
Pour tout vous dire, il aurait fait un excellent dernier épisode de toute la vie de « L Word ».

Mais euh le résumé ?…
Ah oui…Bette pleure la disparition de Jody que finalement, malgré une dispute épique dans l’épisode précédent, elle aime d’amour. Tina écrit un joli mail pour son ex brune où elle explique à l’artiste sourde, au nom de Bette, comme elle peut devenir pénible quand elle perd le contrôle. Bette qui est aveugle ne se rend pas compte que Tina voudrait bien (mais peut point, ouin, ouin) la récupérer parce qu’elle pense qu’elle lui a fait bien assez de mal comme ça (bullshit) et qu’elle devrait lui laisser une chance de vivre son histoire avec Jody. Tina feint de draguer la réalisatrice plus caillera tu meurs du futur navet lesbien de Jenny mais personne n’est dupe sauf Bette évidemment. La doyenne entreprend de traîner ses bonnes copines du départ, pas Tasha, Papi ou les autres donc, mais bien Alice et Shane dans un lieu désaffecté pour récupérer des lettres que Jody convoitait pour une installation. L’opération commando est plutôt drôle et évoque donc les grandes heures de la série et ma scène culte de toute la vie où les filles cherchent à savoir dans la première saison si Lara est lesbienne ou pas.
Pendant ce temps là, Shane, qui a définitivement pété un petit boulon, entreprend de chercher un toit pour sa copine nouvelle et blonde, son fils Jared et peut être Shay si elle réussit à l’enlever discrètement.
Alice pleure le départ futur de Tasha vers l’Irak et refuse de rejoindre sa fête d’adieux organisée par Helena, qui adore organiser des choses avec les sous des autres, dans le cas présent avec ceux de sa mère maquerelle, Catherine. Les autres protagoniste mettent d’ailleurs en garde leur amie riche qui est devenue la pute de luxe de sa petite amie. Mais Helena le dit mieux que personne, elle n’est pas faite pour être pauvre et la belle Catherine lui permet de conserver son train de vie. C’est Dana (oui vous avez bien lu) qui convainc Alice d’aller retrouver Tasha avant son départ pour l’Irak. Bizarrement, je n’ai pas trouvé cette scène grotesque. Elle m’a même paru assez émouvante. Les scénaristes ont eu le bon goût, un miracle, de nous épargner durant la saison entière ce gadget. Son apparition finale est donc d’autant plus forte. En plus, mazette, elle était belle Dana.
Kit se remet avec Angus, brisant ainsi le cœur d’artichaut de Papi qui n’aura pas servi à grand-chose finalement dans cette saison.
Jenny rompt les amarres qui la reliaient encore à notre réalité et adopte un chien qui porte le même nom que la pauvre bête (pas Bette) qu’elle a fait euthanasier pour draguer la copine de la vilaine journaliste. Elle se fait virer de son propre film et l’ex future petite amie de Tina lui renvoie dans la figure toute sa méchanceté.

Je me trompe ou ce résumé est incomplet ?
Oui il l’est….

Il parait que Bette a un point commun avec François Bayrou. Si oui, lequel ?
Bette adore et conduit bien les tracteurs comme notre plus du tout futur président de la République. Après avoir demandé à Tina de lui dire une dernière fois ce qu’elle devait signer à Jody quand elle la retrouverait, elle emmène les lettres géantes piquées au péril de sa vie et de celles de ses copines sur la remorque d’un tracteur sur le champ où Jody crée. Ce geste est si romantique que la réconciliation est immédiate.
La scène sur la plage où Tina indique à Bette ce qu’elle doit dire est assez forte puisqu’on devine que c’est ce que la jolie blonde, définitivement revenue aux femmes, aimerait déclarer à son ex. Mais elle peut point (ouin, ouin)…

Oh mais personne ne meurt dans cette saison, c’est chouette ça de la part des scénaristes de ne pas nous infliger des chagrins inutiles, non ?
Si mais non…
Je crains que les toutes dernières scènes ne nous laissent supposer que Jenny qui s’est beaucoup trop éloignée du réel dans cette saison ne mette fin à ses jours en allant faire un tour en canoë dégonflé sur l’océan pacifique.

Quel est le personnage qui s’en sort le mieux de cette saison ?
Il faut la scinder en deux pour répondre.
Pour la première partie de saison, incontestablement, Alice…Elle découvre Papi, elle initie Phyllis aux joies du saphisme, elle est plus belle avec ses cheveux longs et on la croit plus grave et posée depuis la mort de Dana. On se trompe lourdement d’ailleurs. Sa relation avec Phyllis, qui n’est finalement qu’une passade ou au mieux une expérimentation, la rend assez antipathique, au moins à mes yeux. En plus, j’ai vraiment du mal à comprendre les sentiments qu’elle nourrit pour Tasha une nana militaire qui est son opposée idéologiquement et qui est loin d’être aussi attachante qu’elle ou Dana en son temps.
Bette prend à mon avis largement le relais.
La saison 2 avait commencé à la rendre pathétique et la saison 3 l’avait achevée. Elle retrouve dans cette saison 4 ses prérogatives. Elle a à nouveau un bon job qui lui permet de s’habiller correctement (enfin ça se discute largement) mais ses tailleurs sont de retour. Elle peut baiser ce qui en fait, pour cette série, un personnage enfin intéressant. Son histoire avec Jody lui permet de toucher aux limites de sa personnalité au point que Tina remettrait bien le couvert avec la nouvelle Bette, sensible et amoureuse (moi je la comprends).

Énumère-nous les nouveaux personnages et classe les par ordre d’importance !
Je pense d’abord qu’il faut souligner que la multiplication des personnages pour en remplacer un, essentiel, Dana, n’apporte rien.

Nous avons donc par ordre d’apparition ou presque
– Phyllis, la patronne de Bette qui rêve d’être initiée au saphisme
– Papi, la nouvelle bombe sexuelle latino
– Tasha, la militaire psychorigide
– Humhum, dont je n’arrive pas à fixer le nom, Barbie mère de famille qui fait succomber Shane
– Catherine, la milliardaire perverse qui utilise Helena
– Dans une moindre mesure, le couple formé par la journaliste et la véto aura son importance.

1) Tasha est peut être la plus importante puisqu’elle devient l’officielle d’un personnage historique, Alice. On ne sait rien d’elle ou presque. Nous ne connaissons que son heureux caractère, sa carrière glorieuse et sa discrétion sur sa sexualité. Ma femme pense qu’elle sert juste à remplir discrètement quelques quotas puisqu’elle est noire, plutôt masculine et qu’elle défend sa patrie au péril de sa vie donc.
Avenir dans la série : Risque fort de mourir en Irak ou d’y passer assez de temps pour être oubliée par Alice (ouf…)
2) Paradoxalement, j’ai envie de mettre Phyllis en deuxième place. Son histoire avec Alice fait rebondir régulièrement la saison et elle est la chef de Bette, qui lui présente son avocate dont elle tombe inévitablement folle amoureuse dans l’épisode 12.
Avenir dans la série : On ne la reverra pas mais on l’imagine heureuse avec l’avocate.
3) Barbie… Je ne comprends pas son histoire avec Shane. L’apparition de Shay lobotomise la bombe sexuelle qui refusait de s’engager dans la saison 3 avec Carmen et rêve désormais de pavillon de banlieue.
Avenir dans la série : Barbie va faire disparaître Shane du générique à force de la rendre chiante et laide. Plus probablement, Shane va se réveiller et les mettre dehors son fils nul et elle pour faire des teufs d’enfer avec des gouines sexys dans son nouveau pavillon.
4) Catherine, le personnage destiné à relancer l’intérêt d’Helena qui l’éclipse presque totalement… Pas grand-chose à dire, tout était dans mon résumé. Helena ne supporte pas d’être pauvre et est apparemment prête à toutes les compromissions pour ne pas l’être.
Avenir dans la série : Catherine va poursuivre Helena qui lui a piqué son fric dans le dernier épisode au Mexique et l’emprisonner pour l’éternité dans la cave d’une de ses villas sécurisées. Nous la remercierons de nous débarrasser ainsi d’un personnage sans intérêt.
5) Papi, le plus joli pétard mouillé toutes saisons confondues. Pourquoi, que dis-je, POURQUOI la faire tomber amoureuse de Kit et la castrer ainsi ???? Hein ? Pourquoi ? J’aurais été les scénaristes, j’aurais poussé le délire d’une des premiers épisodes jusqu’au bout et fait coucher Papi, soit disant complétement irrésistible, avec tous les personnages MÊME Bette et évidemment Kit pour conclure ce marathon improbable. Ma femme, qui est drôle et va postuler avec moi au titre de scénariste de « L Word », suggère qu’elle aurait pu coucher avec TOUTES sauf Shane !
Avenir dans la série : Tout dépend du sens de l’humour des scénaristes. Très mauvais si elles sont aussi nulles que tout le monde le pense.
Oups, j’ai oublié Jody qui sert uniquement, selon moi, à remettre Bette au centre des débats.
Avenir dans la série : Nul, je l’espère, parce que j’adorerais (je retourne allégrement ma veste) que Bette et Tina se remettent ensemble.

Mais POC en te relisant ne t’es-tu pas rendu compte que tu avais omis un personnage dans ton résumé ?
Oups, si… Max…Mais comme me le faisait remarquait ma femme (en forme aujourd’hui) dans notre brainstorming du réveil sur le sujet, les scénaristes ont aussi abandonné le pauvre Max en route. Il y avait à faire pourtant et connaissant maintenant le courage des créatrices de la série pour fouiller les personnages, je comprends mieux pourquoi Max est resté sur le carreau.M
ax a dans cette saison des déboires professionnels, personnels et amoureux.
Moralité, il quitte son travail et sort avec la fille qui l’aide pour « la charte » d’Alice.
Dans le dernier épisode de la saison, après avoir baisé avec sa copine et à la veille de son intervention chirurgicale, Max ne semble plus tellement décidé à opérer ce changement crucial. Ses copines le notent et s’en félicitent, comme les téléspectatrices qui n’en sauront pas plus sur le sujet.

Dis, POC, c’est vrai que l’amour filial rend laide et conne ?
C’est apparemment la moralité de « the L Word » depuis la saison 2. Tina redevient, à la faveur de sa grossesse, hétérosexuelle et sort avec le premier mâle venu. Shane se retrouve avec un gamin sur les bras et hop elle s’enlaidit horriblement et décide de se ranger avec la première barbie butch (©Jimini) qui passe.
Ne faites pas d’enfant, n’en approchez même pas, c’est dangereux pour les gouines ! D’ailleurs, Jenny le dit elle-même lors de son pétage de plombs lors d’une réunion faite à son insu sur son film.

Et ta femme dont tu nous parles beaucoup, que dit-elle de tout ça ?
Du mal comme moi…Mais elle pense contrairement à moi que Jenny est LE personnage phare de cette saison. Elle adore la réflexion, sans doute involontaire vu le niveau des scénaristes, sur la création entamée avec l’écrivaine qui confond allègrement sa réalité avec l’art.

Tu omets de nous parler du crossover inattendu avec « Alias ».
Oui parce que je n’ai pas compris le rôle de Renée Rienne, ressuscitée pour l’occasion, dans tout ça… Un coup de Rambaldi certainement…

Et Marina alors ?
Tout est dans la question si je peux me permettre.

Et Carmen alors ?
L’actrice a apparemment refusé de repointer son nez dans la série. Elle a du lire le scénario…

Elodie Bouchez a TUER la fiction américaine

Hier avant de regarder « Alias », nous avons maté le navrant épisode 9 de «The L Word», je le spo(i)l(i)erai partiellement en fin de post. Ce matin, j’ai réalisé que le point commun, après brainstorming avec une lectrice assidue, entre ces deux séries aux intrigues déclinantes prenait des pseudonymes francisant, Renée ou Claude, et n’était autre qu’Elodie Bouchez…
Je supplie les scénaristes de « Grey’s Anatomy » de ne jamais chercher à l’employer comme guest sur ma série culte.

Bref, les « Alias » d’hier sont assez simples à résumer. Enfin, je m’avance peut être. Sydney enceinte jusqu’aux dents profite qu’il ne lui reste que 3 semaines avant d’accoucher pour aller faire du tourisme risqué à MadriD. La criminalité étant ce qu’elle est dans les villes européennes, elle tombe dans un piège grossier après une petite discussion avec Renée. Des méchants la font monter de force dans un van noir digne de l’Agence tout risque. Renée, très en colère que sa copine ait été enlevée sous ses yeux, canarde de sang froid avec les pistolets qu’elle a toujours dans sa veste un autre van noir et abat celui qu’elle a pris au départ quand elle l’a sorti de son sarcophage pour son père, le fameux Desantis (cf : le post du 23/02 « le défi »). Oui, il faut un peu suivre, je ne peux pas resituer à chaque fois tous les protagonistes de l’intrigue. Elle retient Desantis blessé en otage, le temps d’appeler le père de Sydney pour qu’il sorte sa fille de ce guêpier. Faché qu’on ait enlevé Sydney à quelques jours de son accouchement, celui-ci coupe l’oreille du déjà très mal en point membre de « Prophète 5 » qui ne lui dit pourtant rien de la localisation exacte de la geôle de sa fille. Sydney est en parallèle hypnotisée par les conjurés de Prophète 5 pour qu’elle leur révèle quelque chose d’essentiel que lui a un jour dit Vaughn. Elle résiste et profite du temps passé avec son petit ami décédé dans plein de décors différents (un avion en vol, une prison chinoise, sa cuisine, une plage de sable blanc…). Elle réussit malgré son état à mentir au médecin sur la chose qu’il recherche (j’ignore complétement de quoi il s’agit si ça peut aider) et même à s’échapper avant de constater qu’elle est sur un cargo en mer. Dommage… Elle passe dans le second épisode un SOS, intercepté par un vilain agent double de la CIA qui est démasqué au terme d’une intrigue épique et qui permet à l’APO de retrouver Sydney en bon état. Les vilains ont même pris le temps de réparer son bébé dans son ventre. En revanche, son père est en mauvaise posture parce qu’il a assassiné un agent en exercice, un traître certes, mais un « gentil » quand même jusqu’à preuve du contraire.

Bon, il semblerait que la responsable l’enlèvement de Syd’ et un des membres majeurs de Prophète 5 soit sa mère mais comme je ne suis la série que depuis peu je n’ai aucune certitude.

Pendant ce temps là à L.A….
L’épisode 9 échoue, dans un minable remake raté de ses propres heures de gloire, à égaler en qualité la saison 1. Personne n’a oublié la scène où toutes les filles débarquent après l’insémination de Tina dans la chambre de la future maman et de Bette. Dans l’épisode 9, toutes les filles ou presque, sauf les biens, que des nouvelles quasiment donc, Papi, Tasha, Helena et Alice se retrouvent dans le même lit, après copulation entre Tasha et Alice nue, à consoler le mari éploré de Phyllis qui ne comprend pas pourquoi sa femme prefère les filles désormais.
Helena est sifflée par Catherine pour aller jouer au poker. Les autres filles pensent qu’elle l’escroque d’ailleurs.

Tasha constate que Papi est amoureuse mais seule la téléspectatrice atterrée sait qu’elle est folle de Kit…
Bette passe l’épisode à arborer son regard suppliant après avoir compris que Jody la trompait déjà. Elle a en effet embrassé, en toute discrétion, sa nouvelle petite amie sur le parking de la fac où Bette est Doyenne. Elle pèse, on le sent dans son regard, le pour et le contre de cette relation durant TOUT l’épisode et consent enfin à se laisser aller après avoir enfilé une combinaison informe pour faire de l’art avec sa nouvelle petite amie.
Jenny et Tina rencontrent les scénaristes potentiels de « Lez girls » qui déplaisent tous à l’écrivaine tarée. Le dernier lui propose d’en faiRE une comédie musicale et elle trouve ça génial. Elle boit définitivement. Pour appuyer sa démonstration, il s’appuie sur une chorégraphie chantée de Marina et la téléspectatrice non bilingue en perd complétement son latin.
Max sent le vent tourner à son travail et perd sa mère de maladie mortelle. Il n’est pas convié à l’enterrement par sa famille aimante, heureusement la stagiaire de la charte lui impose d’y aller quand même et de l’accompagner.

Shane se fait reprendre Shay par son père. La téléspectatrice, mauvaise comme la galle, est soulagée. Shane désespérée appelle du coup Alice à la rescousse pour la consoler et elles taguent ensemble les grandes affiches la représentant en sous-vêtements.

Dans « confessions intimes », hier, la femme la plus chiante du monde inventait les pires excuses de l’univers pour torturer l’homme le plus mou de la terre. Monique et Jean-François, j’utilise mes deux prénoms préférés parce que j’ai oublié les vrais, vivent ensemble depuis que Jean-François a perdu son travail et a eu besoin d’un toit en urgence. Monique l’a hébergé gracieusement pendant un moment, le temps qu’il retrouve un boulot. Mais depuis, elle est un petit peu trop présente dans sa vie. Le dimanche, elle le réveille aux aurores pour qu’il puisse très vite faire le lit et passer l’aspirateur partout pendant qu’elle se promènera avec sa confidente, Sultanne, sa chienne (j’utilise également mon prénom préféré pour un animal ayant oublié le vrai). Monique est tellement attachante avec sa voix de vieille petite fille que sa seule amie est mystérieusement sa chienne qu’elle habille comme elle pour lui ressembler, comme une vraie copine. Quand elle rentre de sa promenade dominicale, après avoir menacé Jean-François de le quitter s’il ne passait pas l’aspirateur « de partout », elle inspecte le travail de son homme qui a omis, gros fainéant qu’il est, de nettoyer sous le canapé (un truc absolument indispensable le dimanche). Elle se demande s’il agit ainsi pour la blesser ou la décevoir toujours plus… Monique lui rappelle alors qu’elle l’a hébergé quand il était à la rue et qu’elle l’a entretenu un long moment sans rien réclamer en échange. Ce ménage, selon elle, il lui doit.
J’adore cette femme, pas vous ?
Je vous rassure Monique n’est pas pénible uniquement à la maison. Monique décline sa chiantitude dans les magasins aussi où elle reproche à Jean-François de ne pas s’extasier assez sur sa beauté ahurissante avec ses nouvelles tenues ce qui prouve évidemment qu’il ne l’aime pas assez alors qu’elle aimerait être traitée *voix de vieille petite fille* « comme une princesse ». Monique a parfois des idées dans les boutiques pour rendre sa vie de couple encore plus pathétique. Elle demande à Jean-François de lui faire un cadeau là maintenant tout de suite. Jean-François qui n’est pas qu’une lopette mais est aussi un bourrin lui prend une de ses magnifiques tenues des bras pour lui offrir finement de lui payer ça par exemple. Monique est évidemment déçue et ne se sent pas *voix de vieille petite fille* princesse du tout.
Catherine Müller, la psy titulaire de l’émission, ayant déclaré forfait après avoir visionné les images chez elle, on envoie la blonde qui la remplace expliquer à Monique qu’elle est à latter et à JF qu’il est une lopette. Monique aspire à une histoire d’amour digne d’un conte de fée et JF manque de répondant. Comme la voix off nous l’indique, il n’a pas eu dans son enfance une présence masculine pour lui apprendre à se conduire comme un homme, un vrai.

Dans le deuxième sujet, un homme reprochait à sa femme qui chantait mal de ne pas vouloir enfanter pour privilégier sa passion. Catherine Müller, rassurée d’avoir échappé au cas précédent, se lançait alors dans une analyse sur les deux personnalités de la jeune fille, la femme du quotidien et la chanteuse, un peu trop fine pour moi parce que j’ai vite décroché. Je ne sais donc pas si la dame a renoncé à son ambition dévorante pour satisfaire son homme ce qui ne serait guère satisfaisant à mes yeux même si elle chante vraiment trop mal.

J’ai craqué avant d’en apprendre plus sur le type qui trompe sa femme tous les quatre matins et est donc fliqué horriblement par elle.

Dans la rubrique « mois de mars de merde », je suis incapable de mettre la main sur l’inédit de cette semaine de « the L word ». Ce n’est pas parce que j’explique à longueur de post que cette série est minable qu’il faut m’en priver.

Nuits blanches à L.A.

Mes brèves ayant rencontré un franc succès auprès de mes lecteurs, j’en ajoute deux autres capitales avant de spo(i)l(i)er l’épisode 8 inédit de la saison 4 de «The L Word ».

Comment ai-je pu oublier hier d’évoquer le retour prochain sur la une du jeu culte de mon adolescence : « une famille en or » ? Dès à présent, je cherche à constituer une équipe de blogueurs pour me rendre sur le plateau. Ma famille d’intellectuels socialistes à laquelle se rallie ma femme d’extrême gauche refusera certainement de se joindre à moi pour s’abaisser à chercher sur un plateau de télé la réponse la plus communément citée par un panel de français moyens. Vous pouvez vous porter candidats pour rejoindre mon équipe en commentaires ou par mail….

Maïtena Biraben fait son grand come-back prochainement sur canal + en codé dans une émission sur les voyages. Je me suis peut être beaucoup avancée avec « grand come back » finalement mais je suis fan…

J’en viens au spo(i)l(i)age, fuyez les innocents qui ne veulent rien savoir de l’intrigue de cet épisode !

Loin de moi l’idée de me moquer des mes amies qui ne lisent pas mon blog, en même temps ça leur apprendra, mais ce week-end je me suis longuement entretenue de la qualité de cette saison avec deux copines conquises. Je le suis beaucoup moins comme vous avez pu le constater si vous lisez les résumés ici depuis le départ. Mes deux consoeurs de sexualité m’expliquaient enthousiastes que cette nouvelle saison marquait un nouveau départ pour la plupart des personnages ce qui était ab-so-lu-ment génial. Elles prenaient pour exemple la fin définitive du couple Bette / Tina et la sortie complète de l’alcoolisme de Kit. Mes amies sont certainement des devines inversées ou juste des filles un peu naïves qui misent beaucoup trop sur l’imagination des scénaristes un peu limitées de la série.

Pour relancer cette saison plus que poussive, la brillante équipe de scénaristes s’est réunie quelque part dans un endroit secret de L.A. et après des heures de réflexion intense en est arrivée à la conclusion que ce qui faisait vendre depuis des siècles c’était le CUL ! Brillant…Dans l’épisode 8, il n’y a donc que de la baise ou presque. Dans une voiture, un lit, debout, couché, habillée, complétement nue, avec des dollars, sans…Il y a même presque une scène de sexe complétement improbable entre deux personnages mais les scénaristes n’avaient pas pris assez de choses finalement pour oser mener leur idée farfelue jusqu’à son terme.

Comme Jennie Fucking Schecter n’est pas trop présente dans l’épisode, enfin juste pour une scène où elle prouve encore à quel point elle peut être une punaise, on ouvre l’intrigue sur elle qui rêve que son chien cancéreux adopté pour de mauvaises raisons sort de la tombe et l’agresse. Jennie va bien, merci.
Ensuite, la seule scène mignonne et touchante de l’épisode unit deux personnages qui ont pourtant un lourd passé conflictuel. Tina est venue boire le thé chez Bette et lui confie son désarroi. Bette, les copines et sa vie passée lui manquent. La belle brune entreprend donc de câliner son ex mais son actuelle débarque au moment où elles auraient quasiment pu s’embrasser. Tina est un peu verte de constater que Jody accapare beaucoup celle qu’elle voudrait peut être bien reconquérir mais qu’elle ne s’inquiète pas trop le côté pas du tout monogame de l’artiste l’éloigne de la Doyenne. D’ailleurs, Bette va avec Tina à la soirée de lancement de l’album de Kit et entreprend férocement de défendre son ex blonde contre la vilaine Jennie et les affreux producteurs friqués de L.A. Tina qui n’en pouvait plus de son ex dominatrice se pâme en la voyant prendre le contrôle. Rhooo, si la série était cohérente, on le saurait depuis le temps.
Helena est complétement asservie par sa nouvelle très jolie petite amie qui se sert de ses talents au poker pour se faire plein de thunes et la considère, comme on nous le fait comprendre avec une grande légèreté, comme une pute. Première scène de baise
Shane emmène sa nouvelle girl-friend blonde à la soirée du Planet et la baise comme une bête (et non pas comme Bette qui a déjà trop servi pour les scènes de sexe du début de saison et est épargnée dans cette épisode) sur le parking dans la voiture. Deuxième très longue et à répétitions dans l’épisode scène de baise. Je vous épargne le barbecue au Wax avec les parents d’élève de la classe de Shay parce que je n’ai rien compris aux dialogues entre les protagonistes. Il se termine quand même par le coup de tonnerre de cet épisode, le retour du père de Shay et Shane. Bon débarras s’il reprend le gamin…Non, je n’ai pas de cœur.
Alice réussit enfin malgré une épineuse discussion sur l’Irak, une coiffure digne de Caroline Ingalls et une tenue qui donne l’impression que ses seins lui arrivent au nombril (ce qui est d’ailleurs presque le cas) à coucher avec la « girl, Tasha » de Papi. Troisième et très répétitive scène de sexe.
Pendant ce temps là à Walnut Grove (le village où Caroline et Charles élèvent Laura et les autres, pour les enfants du placard), Max recrute une jolie jeune femme qui aime les butchs pour l’aider à développer la Charte d’Alice. Les scénaristes de la série oeuvrant dans la légèreté, nous n’avons pas compris grâce aux gros sabots des deux protagonistes que ces deux là vont s’aimer « toute une nuit » voire plus…
Je conclus par l’Événement de l’épisode. Kit pète les plombs sur scène et insulte ce vilain infidèle d’Angus qui se tape les baby-sitters sexys. Elle en veut à sa sœur de lui avoir caché sciemment l’information et part faire la tournée des bars latinos où la tequila coule à flot avec Papi. La séductrice Latino lui lèche la poitrine et lui tripote ses énormes fesses, malheureusement Kit s’endort comme une bûche avant de transformer l’essai. Scène de baise avortée, dieu merci !

Ca se passe de commentaires non ?

Pendant ce temps là à L.A….

Après avoir regardé « merci les enfants vont bien » et beaucoup souri, je cherche toujours d’autres fans pour monter dans le Lot et Garonne ou ailleurs, le fan-club d’Annie Grégorio. Mais bon le vrai sujet de ce post sera le spoliage intégral du dernier épisode de « L Word ».

Bette se réveille un peu nue aux côtés de sa nouvelle petite amie l’artiste sourde, Jody. Elle est en train de la dessiner. La belle brune signale que la rousse moyennement attirante l’a épuisée durant la nuit mais elles remettent malgré tout le couvert (cette expression est vraiment trop classe). Phyllis, complétement désespérée par sa rupture avec Alice, appelle Bette à l’aide et elle part avec sa nouvelle copine la consoler. Les bonnes actions ne sont pas toujours récompensées puisque la Doyenne comprend à cette occasion que sa nouvelle copine dont elle pourrait tomber amoureuse, ce qui pour le coup est tombé dans l’oreille d’une sourde, (seuls le gens qui ont vu l’épisode 7 comprendront cette blague vraiment trop subtile) n’est pas monogame. Bette est traumatisée. Ca se lit sur son visage mono expressif.
Helena doit payer sa dette de poker auprès de la magnifique brune de la semaine dernière en lui offrant son corps. Elle se résigne après une discussion avec ses supers potes à aller faire la pute. Heureusement sa nouvelle amie lui offre la possibilité de se refaire autour d’un strip gin-rami. Helena l’emporte après avoir été dénudée pour le plus grand plaisir des téléspectatrices mais bonne joueuse elle couche quand même avec sa nouvelle amie mais pas à l’écran.

Shane, bien décidée à être ridicule jusqu’au bout, s’associe avec la mère du super pote de Shay pour faire une intervention sur la tolérance dans l’école de son petit frère. Ca l’excite tellement qu’elle consent enfin à baiser sa nouvelle copine avant d’être interrompue par un gamin débile qui va aux toilettes. Il faut sauver Shane ! Je supplie les services sociaux américains de lui retirer la garde de cet enfant qui lui ôte tout sex-appeal.
Alice s’est enfin détachée de Phyllis. A cause d’une gaffe de Papi, qui a appris à sa « girl », Tasha, qu’elle avait couché avec la superbe animatrice de radio, elle est obligée de se rendre sur la base militaire où Tasha officie en tant que capitaine. Pour crâner, Tasha emmène Alice faire un tour dans un hélicoptère rempli des gouines soldates. Elles se tapent ensuite un trip « Top Gun » lesbien avec un hélicoptère dans le rôle de l’avion de chasse, une petite moto dans celui de la grosse moto, Tasha qui joue les Tom Cruise et Alice les Kelly McGillis, sauf qu’elles ne baisent pas tout de suite sur « take my breath away » parce que Tasha a des principes. Rhaaaaaaaaaa….
Tina est contrainte par son patron tyrannique de supplier Jenny de lui accorder les droits de son histoire de lesbiennes « Lez Girls ». Je ne sais pas si j’ai déjà parlé ici de la nouvelle œuvre majeure de Jennifer Fucking Schecter qui va toujours aussi bien. Elle s’inspire de l’existence de ses amies pour produire une pure œuvre de fiction où Bev trompe Nina avec une plombière. Tina est très rouge quand elle fait la pute à son tour auprès de l’auteure tourmentée. Comme Jenny est une punaise, elle finit par faire monter les enchères pour son scenario auprès de tous les producteurs de LA et Tina se fait avoir mais ça ne me fait pas pleurer du tout.

Kit apprend d’ailleurs à cause de la blonde rougeaude que son homme l’a trompée.

Un épisode pour rien ou presque… Cette saison ne va nulle part. Enfin si dans le sens de la mise en abîme progressive, la « charte » d’Alice va devenir un énorme site web avec blogs, messagerie instantanée, blablablabla comme le machin lancé par les productrices avant le début de la saison, l’histoire des copines de L.A. va être mise en scène dans un film un peu comme la série pour permettre à la petite gouine du Middlewest de sortir du placard…
Bref, ça craint…

Des actes manqués et des mots clés

Hier, je n’ai absolument pas regardé « confessions intimes » sauf pour rerevoir la dame qui aime plus Claude François que sa fille. J’avais déjà écrit un très long post sur cet être à part qui peut dire sans rougir qu’elle a des photos de ses enfants mais même pas dans des albums – elle consacre tous ses murs à « Claude » – et qu’elle connaît mieux les plats favoris de son idole que de la chair de sa chair, sa fille, « parce que tu comprends ma chérie, tu n’es pas Claude ». Pour information, Claude adorait la moussaka et la fille de la dame aimait bien le chocolat au lait au petit déjeuner.

J’ai évité Ségolène Royal face aux 100 français mais vu les hurlements d’extase de ma femme, elle a été fabuleuse.

En revanche, j’ai regardé le destin de Lisa et je sens bien que Mariella, qui est presque aussi moche que Lisa mais sans artifices, elle, va tromper David avec l’architecte.

J’ai visionné un petit moment des Créationnistes et j’ai adoré que Simon dise à son père froidement qu’il préfèrerait le voir mort.

J’ai mis un temps dingue à comprendre que dans la rubrique « choses, trucs et machins » la solution à l’énigme était « une écharpe de miss ». C’était drôlement dur aussi.

J’ai visionné le « L Word » et constaté avec plaisir que ça baisait dans tous les coins.

Alors du coup, bien que mon fournisseur de statistiques fassent de la rétention d’informations, le fourbe, quelques mots clés…

la piste de zapatan
J’ai moi-même fait un jour cette recherche édifiante pour en apprendre plus sur ce jeu trop tôt défunt. J’aurais été jusqu’à pousser le vice très loin et à taper « vidéos de la piste de Zapatan avec Sophie Davant en treillis ».

super nanny m6 diplôme
Rhoooo, bonjour les psychorigides, vous demanderiez à Superman de vous présenter les siens, non, alors c pareil pour Super Gouvernante… Pffffff…

cendrine dominguez choc photo
C’est toujours un choc pour moi de la voir dans « la maison de Cendrine » parler du barbecue, de la table ou de la fourchette.

blog mes seins
Comme si je ne parlais que d’eux….

super nanny scientologue ?
Super Nanny obsède mes lecteurs en ce moment apparemment. J’espère qu’il s’agit de pure diffamation. En même temps, on lance vite des rumeurs avec des requêtes à la con.

sophie davant sans culotte
Brrrr, elle est privée d’antenne par les vacances et ce n’est pas plus mal.

regarder gratuitement les episode de la serie newport biche saisons 2
Un adepte des « Frères Scout » qui cherche « Newport biche », la célèbre série sur la mère californienne de Bambi…

regardé la dernière épisode du destin de lisa
Sans la faute parce que j’ai des lettres, j’aurais aussi pu taper cette requête car je n’en peux plus d’attendre. Ma femme soutient que David est déjà amoureux de Lisa et nous n’en sommes même pas 1/6ème de la série.

« anne laure » « star académie » lesbienne
Non ???? C’est pas vrai ??? Putain…le scoop…
Bonjour à mon lecteur qui vit en 2001 !

tete a claques le taliban
Oula, quelqu’un qui donne dans la politique internationale de haut vol…

diapo humour elections presidentielles francaises 2007
Ca ne me fait déjà plus rire, moi….

fakes nu de marie ange nardi
Comme si la réalité n’était pas déjà assez édifiante.

prénom animés,rigolo de drazic
Je suis contente de trouver ici un fan de « Hartley cœurs à vif », par contre j’ai du mal à saisir le sens de sa requête

la presse consacré a ély et a keven
Mon lecteur qui habite en 2001 devrait bien s’entendre avec celui qui vit en 2005.

touzet corinne photos play boy
Corinne Touzet a posé pour ce magazine ? Vraiment ?

video sex jeunes fille avec appareil dentaire
Lisa Plenske doit bien boucler ses fins de mois et ce n’est pas gagné avec ce que lui file David alors je vous interdit de juger…