Koh Lanta : une saison presque parfaite !

Conformément à mes vœux et bien que mes désirs n’aient pas joué un grand rôle dans cette histoire, Christina a emporté haut la main la finale de « Koh Lanta » Palau.


En y réfléchissant ce matin, je me suis finalement dit que Patrick méritait certainement plus ce titre, que la jeune femme. J’ai réalisé que la candeur de ce candidat était touchante. Patrick était fou de joie à la simple idée de passer des heures en plein cagnard debout sur un stupide piquet parce qu’il allait enfin pouvoir prendre place sur les mythiques poteaux de « Koh Lanta ». Le candidat l’a indiqué à plusieurs reprises pendant la finale : il a rêvé pendant huit ans de faire le jeu et cette épreuve était l’aboutissement de 37 jours de manipulations mais surtout de ce désir. C’est finalement Freddy, que j’ai décidément sous-estimé qui avait tout compris, Patrick a pris « Koh Lanta » comme un jeu de stratégie et à l’image d’une partie d’échecs il n’a cessé d’avancer ses pions pour arriver au bout du jeu, ce que je trouve finalement défendable.

Sur l’ensemble de la saison, je ne peux pas dire que je sois déçue. Il s’agissait plutôt d’un bon cru de « Koh Lanta » avec des candidats charismatiques, qui, dans l’ensemble, auraient pu aller loin s’ils ne s’étaient pas (rayez la mention inutile) blessés, placés dans la mauvaise alliance ou s’ils n’avaient simplement pas été mis dans la mauvaise équipe dès le départ.
Je pense ici à Marine, qui a du abandonner à la suite du trek débile, et qui a permis à Christina, la future gagnante, de revenir dans le jeu, alors qu’elle avait un super potentiel, mais aussi à Kaouther, qui est effectivement mal tombée chez les jaunes mais qui aurait du s’accrocher un peu plus.
A l’issue de la réunification, il est clair que Louis-Laurent, Freddy et Rodolphe méritaient largement mieux que leur sort, mais « Koh Lanta » n’a jamais été une émission morale et basée sur le mérite. Bertrand, le conducteur d’hélicoptère, avait dans « sa » saison tenté d’imposer les éliminations au mérite, ce qui me paraissait encore plus horripilant que les départs injustes liés aux stratégies.

Chaque saison possède sa spécificité et la neuvième aura été marquée par les formidables stratégies de Patrick, qui n’a pu s’imposer que grâce à la supériorité dans les jeux du début de l’aventure des rouges, son équipe, il ne faut pas l’oublier. Sans une équipe forte, Patrick n’aurait pas pu dégommer ses adversaires. Il a également pu miser sur la trahison originelle de sa future âme damnée, la redoutable Isabelle, qui a préféré faire sauter un camarade de son équipe plutôt que sa tête ou celle de Fabienne. Quand on y pense, il était d’ailleurs ironique que parmi les quatre finalistes du jeu, on retrouve les deux ambassadrices qui auraient pu être éliminées dès la réunification à cause de leur incapacité à faire un choix.
La répartition des équipes s’est faite cette année de façon égalitaire, impossible donc pour l’avenir de revoir les règles pour créer des tribus équilibrées. Le hasard, l’obtention du feu, les conditions de vie et d’entente pèsent trop dans la balance.
En y réfléchissant, vous trouverez ce « Koh Lanta » pas si mauvais que ça. Personnellement, à y réfléchir, je composerai presque entièrement l’équipe des supers champions qui affrontera les sportifs cet hiver avec des candidats de la saison 2009, pour vous dire.
Le vrai problème de « Koh Lanta » sera à mon avis à l’avenir celui de la lassitude. Deux émissions par an c’est clairement trop. Ca me rappelle l’époque où ma mère cuisinait un plat pas trop mal et décidait de le mettre au menu une fois par semaine jusqu’à ce que tout le monde s’en lasse et qu’il disparaisse de nos assiettes. TF1 court à la perte de sa meilleure émission de télé-réalité en gavant le téléspectateur de « Koh Lanta ».
N’empêche que j’ai hâte de voir la composition de l’équipe des héros de 2010….

Langouille et réunification : un post presque parfait !

Je dois dire que je me suis limite ennuyée hier devant la Réunification de « Koh Lanta ». Pourtant la formidable trahison d’Isabelle – je suis restée deux minutes tel Daniel Gélin dans « la vie est un long fleuve tranquille », quand il apprend la trahison de sa maîtresse, à murmurer « la salope, la salope»… – aurait du me tirer de mon ennui (les détails ici), mais bon une fois que tout le monde a décidé de lui faire de la tête, de l’éliminer ou de la soutenir parce qu’après tout personne n’aurait fait mieux, le soufflé est retombé.

[Source photo : http://www.tf1.fr/koh-lanta/photos/]

Comme le soulignaient les lecteurs du Post remontés comme des horloges, cette année, à l’image de « Secret Story », les règles sont à géométrie variable dans « Koh Lanta ». Ainsi, Alexandre, le beau flic supposé intègre chti, a eu le droit à une seconde chance (toutoutoutou…), comme Alice Leroy. Alors lui on ne lui a pas proposé un job dans une agence de pub dirigée par une ex amie devenue une vraie rivale, mais simplement de réintégrer la tribu réunifiée si au terme d’un jeu débile il retrouvait une aiguille dans une botte de foin ou plutôt un caillou blanc sur un banc de sable. Par miracle, à un moment le caméraman a du lui jeter, et comme de toute façon l’épreuve n’était pas filmée nous n’en saurons rien, il a triomphé du défi et donc réintégré l’équipe jusqu’à ce qu’il se casse le nez au propre comme au figuré sur l’épreuve d’immunité.

L’élimination d’Alexandre puis son retour ne faisait pas les affaires des rouges, mais ce sont finalement les jaunes qui ont pâti de sa blessure puisque Kader, le videur accusé de s’être économisé durant la première partie du jeu par ses copains de galère jaunes, qui est revenu dans la course. Comme, Kader n’a certainement pas jeûné durant son absence justifiée par une élimination. Il est doublement menaçant.

Le très fat Freddy, auquel j’avais fini par m’habituer, a finalement fait les frais de la soirée. Alexandre a, lui, été au moins le troisième concurrent de la saison à partir sur blessure. Je regrette de ne pas avoir de statistiques à ce sujet d’ailleurs. Je crois me souvenir que la saison 2 avait été très meurtrière avec les diaboliques chitras qui pompaient le sang des aventuriers, mais je ne sais pas réellement si une saison à trois évacuations est dans la moyenne ou très au dessus.

Ce qui me frappe, outre les règles à géométrie variable donc, c’est la bonne santé des candidats qui ne souffrent guère de la fin ou du froid a priori. Ils peuvent donc se concentrer à mort sur leurs stratégies, ce qui permet à des candidats boulets de s’en sortir. Ainsi, Patrick, le super stratège des rouges, mais surtout Pascal, le cadre SNCF qui ne sert strictement à rien sur le campement, continuent leur progression dans le jeu alors que logiquement ils auraient du compter parmi les premiers éliminés. Il me paraît dingue que chez les jaunes, il reste le doyen, la mère de famille, et le quadragénaire amorphe.

En parlant de boulet, je suis obligée de revenir sur « un dîner presque parfait » et sur la personnalité du redoutable Pascal. Là encore, pour situer la problématique, il faudra cliquer ici. Pour résumer pour les flemmards, comme je l’indiquais sur le Post, il aurait fallu ne pas inviter Pascal, le chasseur, à participer à la semaine de dîners de M6.

Tout est parti, mercredi, d’un caramel meurtrier que son hôte lui a introduit dans la bouche de façon « agressive » alors qu’il ne supporte pas le caramel, pour faire partir le reste de la semaine complétement en vrille. Mercredi, Pascal a donc gâché la soirée de tout le monde à cause de son grave traumatisme caramélisé. Jeudi, il a entrepris de régler ses comptes avec son tortionnaire de la veille, le titillant sans finesse tout au long de la soirée et harcelant même sa pauvre hôtesse. Vendredi, calmé du caramel, bien qu’il n’ait pas pardonné – mais comment oublier ça ? – il a quand même déclaré lors du mythique débriefing de la semaine organisé par le dernier candidat que ce qu’il avait préféré lors des dîners, c’était son plat. Enorme, les autres convives en sont restés sans voix…

La semaine a été tellement éprouvante que j’ai cru à une blague. Il faut dire que le dernier hôte avait opté pour une spécialité locale : « la langouille » qui devait apparemment régaler ses hôtes, tous amateurs de « langouille ». Pascal a eu le privilège de déflorer la « langouille » car il avait déclaré qu’il adorait la dépioter lors d’une soirée précédente. Tous se sont régalés avec la formidable « langouille » d’Eric.

Je ne serai pas étonnée si dès lundi, Estelle, la poissonnière lançait dans son émission un sujet *à ne pas manquer* sur la folie de la langouille… Miam !

Résumé du prime de la Koh Lanta Academy

Je l’avoue, j’ai du mal à me faire à cette nouvelle programmation automnale de « Koh Lanta ». En septembre, le vendredi soir, normalement je regarde la star ac’ et pas le jeu de survie. J’ai donc attendu hier soir à cause de mon semblant de vie sociale du vendredi, que je n’aurais jamais eu en temps de star ac’ par principe, pour regarder enfin l’épisode de vendredi.


Ce que j’aime décidément dans « Koh Lanta », en septembre, en juillet ou en janvier, c’est que c’est (magnifique phrase qui plairait à mon lecteur du Post qui me reproche d’avoir le style de Vônessô pour un malheureux enchaînement peu gracieux) absolument toujours la même chose.

Les garçons rêvent d’éliminer les filles, sous le prétexte fallacieux qu’elles sont moins fortes qu’eux. Les rouges, la semaine dernière, ont été malheureusement pris à défaut dans cette stratégie par une malheureuse égalité et les jaunes ont été contrecarrés bizarrement dans leur plan par la crise de nerfs d’Anthony, le marseillais.

Un candidat s’affirme comme le plus utile au groupe. Il s’agit du syndrome bien connu de « Tony de Koh Lanta », qui vous coûte forcément votre place à un moment dans le jeu.

Mais, je l’avoue cette année, je trouve le casting particulièrement réussi. Je l’ai déjà écrit.Freddy ne doute toujours de rien et ose expliquer face à la caméra que sans lui rien n’aurait été fait sur son camp. De plus, ce garçon, qui est décidément un fin stratège, nargue l’équipe adverse après une victoire, ce qui pourrait lui coûter cher s’il survit, ce qui me paraît peu vraisemblable, jusqu’à la réunification.
Parmi les bons, Rodolphe, Kaouther, Kader, le cadre SNCF, Louis-Laurent, le beau métis, et Marine, la dure au cœur tendre, ont un potentiel de sympathie élevé.

Bon, j’en viens quand même à ce qu’il faut retenir spécifiquement du prime de vendredi.
J’ai ainsi trouvé que la fugue de Rodolphe avec deux de ses copines de tribu était un événement notable de l’émission. Ils se sont égarés sur l’île et se sont échoués sur une plage cul de sac. Ces trois là sont apparemment des amateurs de « Lost ». En chemin, ils n’ont fort heureusement croisé ni les Autres, ni Rousseau, ni la fumée noire, mais une horrible tempête tropicale.
Pour les récompenser d’avoir animé ces trois jours de survie, la production leur a gentiment abandonné un magnifique régime de bananes mûres qui me fait un peu songer aux ananas qui apparaissaient miraculeusement sur le camp des rouges dans « le retour des héros ».

Après un triomphe des jaunes, la semaine dernière, dans l’épreuve d’immunité, et malgré l’élimination d’un homme plus ou moins fort, les rouges ont gagné les deux jeux et leurs rivaux ont donc du se rendre à leur premier conseil.
Les jaunes suivent la stratégie des rouges de l’an dernier emmenés par le para crypto-gay et ont décidé d’éliminer les candidats les moins méritants. Sur la sellette, nous avions donc la rousse hyper active à la vie civile qui s’étiole sur le campement et Anthony, le marseillais pittoresque éliminé dès le premier jour qui a profité d’une blessure pour faire son retour dans le jeu. Les jaunes ont équilibré leurs effectifs en éliminant le boulet de l’aventure.

Dès la semaine prochaine, Freddy va apparemment continuer son show égocentrique, ce qui promet…

Le retour de Koh Lanta

J’ai trouvé le premier épisode de « Koh Lanta » globalement engageant.
[Vous trouverez le résumé détaillé ici. ]

Pour faire synthétique, pour la première fois en neuf ans, les candidats n’ont pas été immédiatement scindés en deux équipes, mais ont cohabité durant les trois jours réglementaires avant l’épreuve d’immunité. Ce n’est qu’au dernier moment, avant le fameux jeu destiné à désigner l’équipe qui allait devoir vivre son premier Conseil, que Denis a proposé au doyen et à la benjamine, de former les deux tribus.
Bon, on peut regretter cet artifice, dans la mesure où il aura été difficile aux tous nouveaux jaunes et rouges de créer un véritable esprit de groupe en deux minutes. Mais l’idée est bonne parce que les candidats se sont jaugés avant de rejoindre leurs groupes respectifs. Pour la première fois en neuf éditions, les candidats connaissent assez bien leurs adversaires. De plus, la formation des deux clans officiels a déjà permis à des affinités, parfois rompues d’ailleurs, de se créer, ce qui pourra être intéressant au moment de la Réunification.

Cette nouvelle mouture du jeu a également été profitable aux téléspectateurs qui à l’issue de ce premier prime connaît déjà au moins quatre ou cinq candidats relativement bien et peut déjà avoir ses favoris.

Personnellement, je suis fan de Freddy, qui ne doute de rien. Le jeune homme du Nord a déjà révisé à la maison. Il a en effet effectué un véritable stage de préparation et même appris à faire le feu, ce qu’il n’a pourtant pas démontré en situation. Ce garçon ira loin mais pas trop parce qu’il a oublié qu’être « un leader naturel » dans le jeu rime souvent avec être éliminé dès la Réunification ou aux portes de la finale.

Chez les filles, j’ai un faible pour Kaouther, la minorité visible, super dynamique et sportive, qui a légèrement gerbé sur le bateau, mais qui a ensuite quasiment emporté l’épreuve éliminatoire de confort. Je pense que la jeune femme a un bon potentiel « Jade » de gagnante, ce qui ne veut malheureusement rien dire, parce qu’elle peut se blesser, faire les mauvaises alliances ou simplement appartenir à la mauvaise équipe.

J’apprécie également Marine pour son côté brut de décoffrage. La jeune femme est peintre en bâtiment et a arrêté ses études en troisième. Elle a prouvé hier qu’elle savait choisir ses alliées en préférant opter pour une stratégie féminine plutôt que de rejoindre l’alliance misogyne des garçons supposés costauds. A terme, son fort caractère risque de faire des étincelles avec celui de Freddy.
Elle a également un fabuleux potentiel lesbien…

Les conditions, comme chaque année, semblent plus extrêmes que les précédentes. Il ne faut pas se fier apparemment au décor de carte postale. Les crabes sont géants en Micronésie et les éléments déchaînés.
Ca sent la saison à blessures à mon avis…

A l’opposé, je me suis ennuyée ferme devant le pas-prime de « Secret Story ». Les dilemmes financiers des candidats destinés sans doute à faire réaliser des économies à la prod’ m’ont saoulée. J’ai à peine été un peu intéressée par la rupture en direct de cette pauvre pauvre Sabrina, qui a ainsi assis sa supériorité en terme de sympathie sur le public et poussé dehors Angie, qui n’en pouvait de toute façon plus.

Je vois mal comment la prod’ va tenir décidément jusqu’au 25 septembre avec un seul secret encore en jeu et des candidats fatigués.
Emilie est presque devenue ma favorite pour vous dire et j’ai décidément du mal à saisir l’élan de sympathie du public pour la vilaine Sabrina.
Quant à Dark Bruno, le Padawan du Sith Léo, il faut vraiment qu’il arrête le maquillage.

[Ne manquez pas « Fort Boyard » de soir, PPDA, l’homme tronc, part à la chasse aux clés.]