Une révolution, sa révolution, enfin celle de Jamie…

Après un très bon départ la semaine dernière, les aventures de Jamie en Amérique se sont muées en une télé-réalité très lacrymale.

Jamie est donc parti en croisade aux Etats-Unis et plus particulièrement dans la petite ville de Huntington en Virginie Occidentale, où une grande partie de la population est obèse, pour sauver les américains d’eux-mêmes.
La semaine dernière, il prenait les choses en main dans les cantines scolaires, ce qui après une grande résistance des cantinières revêches mais bien coiffées a quasiment réussi.
Pour la suite de son combat, il décide donc de s’attaquer aux lycéens. Il découvre que dans l’usine à manger qu’est la cantine de la grande école locale, les gamins se nourrissent aussi mal que les bambins et ingurgitent frites, pizzas, ou hamburgers au poulet en délaissant le pourtant utile bar à salades. De plus, les lycéens ne semblent pas hyper réceptifs à son message qui consiste à les inciter à arrêter les frites pour leur préférer de la laitue. Du coup, le cuisinier anglais décide de s’appuyer sur des ambassadeurs pour porter sa bonne parole dans les classes mais attendez, ça me rappelle un truc tout ça, un cuisinier, un lycée, les ambassadeurs…je le savais, Jamie a tout pompé sur Cyril Lignac qui avait fait exactement la même démarche, voilà un ou deux ans sur M6. Bref, Jamie initie les gamins brièvement à la cuisine et décide, mais c’est dingue ça, comme Cyril Lignac à nouveau, les cours de cuisine, et l’idée d’inviter des gosses peu rompus aux techniques culinaires, à concocter un menu pour des pontes locaux, afin de lever des fonds pour financer sa « révolution ». Je me demande si Cyril Lignac ne devrait pas faire quelque chose contre ce plagiat manifeste, non ?

Le problème de santé publique posé par l’obésité aux Etats-Unis étant assez terrible, les apprentis cuisiniers sont invités à témoigner sur ce qu’il les a amenés à participer à l’aventure et dans une séquence très glauque et lacrymale, une gamine de 15 ans qui pèse plus de 150 kg explique que son espérance de vie est limitée à 7 ans par son poids.

Dans le deuxième épisode, Super Jamie doit combattre le super vilain de son aventure américaine. Il s’agit d’un animateur de radio particulièrement virulent qui reproche à notre cuisinier favori d’être venu là pour apprendre à vivre à ses compatriotes et faire sa publicité au passage. Jamie parie donc avec lui qu’il initiera 1000 personnes à la cuisine en une semaine dans sa bonne ville et je vous passe le suspense vain, ça fonctionne et il rallie même à sa cause son ennemi sensible au fait qu’il existe maintenant des cercueils géants pour les obèses.
Je plaisantais évidemment pour le sens dans lequel s’est effectué le plagiait manifeste. Cyril Lignac pompe tout à Jamie depuis l’émission qui l’a révélée au grand public, mais n’a malheureusement pas le charisme de la star anglaise des fourneaux.

La semaine prochaine, on se demande ce que Jamie va accomplir de plus, puisqu’il a déjà convaincu le gouverneur de l’Etat de l’intérêt de sa démarche. Rencontrera-t-il le président américain ou Oprah ?

Avec tout ça, j’ai loupé « Doc Martin ».

La révolution de Jamie

La rentrée télé se profile décidément bien, puisque entre la découverte de « Sherlock » et « l’amour est dans le pré » ce soir sur M6, j’ai pu visionner le retour du Jedi de la cuisine, le Cyril Lignac anglais (j’ai honte, et même physiquement mal, d’avoir écrit cela), dans « Jamie Oliver’s food revolution » ou en français dans le texte « Jamie fait sa révolution » (comme Jenifer) sur Gulli.

Dans la première saga, le jeune chef anglais vedette « aux allures de rock star », comme on l’écrit dans les bons magazines, avait tenté de changer les habitudes des cantines anglaises qui servaient jusqu’à sa visite des horreurs, qui feraient frémir les cantinières françaises pourtant sacrément endurcies, aux petits enfants, plombant en partie leur avenir. Il avait même été reçu pour ce combat par Tony Blair et les résultats, dont j’ignore tout, je l’avoue, avaient forcément du être probants, puisque deux ans plus tard, Jamie a décidé de s’attaquer carrément à l’Amérique.

Mon cuisinier préféré, à égalité avec Gordon Ramsay, a choisi pour cible Huntington en Virginie Occidentale qui a la triste réputation d’être la ville des Etats-Unis qui compte le plus d’obèses, avec 50% de sa population en surpoids massif. Je pensais jusque là bêtement qu’il s’agissait de Springfield depuis un épisode des « Simpson » où Marge réussissait à mettre en place une prohibition sur le sucre, mais la ville natale de Bart a peut-être été battue dans ce domaine par Huntington Virginie Occidentale.

Jamie débarque donc aux Etats-Unis avec sa bonne bouille d’anglais, son excellente volonté et quelques caméras pour rééduquer, le mot n’est pas trop fort, une ville puis un état et pourquoi pas le pays entier. Mais les autochtones n’apprécient pas sa démarche et les médias locaux se déchaînent immédiatement contre ce rosbif qui entend leur apprendre à vivre. Le cuisinier médiatique se met également à dos les cantinières extrêmement bien coiffées de l’école où il entend commencer son évangélisation alimentaire et on sent bien que la partie est très loin d’être gagnée pour notre héros.

En assistant à la tentative de révolution de Jamie, on fait forcément des « ah » et des « oh » en découvrant l’alimentation des petits américains, qui  mangent de la pizza au petit-déjeuner, et, ce qui a laissé Jamie sans voix, et nous a totalement terrassées de surprise, ma femme et moi, n’utilisent pas de couverts avant leur entrée au collège, puisque tout ce qu’ils ingèrent – nuggets, hamburgers, pizzas….- peut-être mené à leur bouche par une cuillère ou leurs petits doigts. Comme si ça ne suffisait pas, le téléspectateur découvre également l’alimentation d’une vraie famille totalement en surpoids qui ne connaît que la friture comme mode de cuisson des aliments.

Jamie se bat vraiment contre des moulins à vent, comme le prouve cette scène surréaliste où il explique à des mômes adorables la composition des nuggets. Il mixe une carcasse de poulet avec des peaux bien dégueulasses avant d’y ajouter moult saloperies sous les huées des gamins, qui finissent, quand ils découvrent qu’il s’agit de nuggets au final, par en réclamer. Les petits américains sont plus forts que Jamie…

[Cette séquence mérite le détour…]

Petit bémol évidemment, la noble cause défendue par Jamie est également et surtout une télé-réalité. Il faut donc des moments où le propos est dramatisé à l’extrême. Ainsi un savant suspense est entretenu sur la santé de l’ado que le cuisinier anglais prend sous son aile : a-t-il ou pas du diabète à 14 ans ? Nous voyons également les larmes du pauvre Jamie harcelé par les médias locaux et raillé par les cantinières hostiles.

J’ai énormément d’admiration pour le combat, le mot n’est pas trop fort, de Jamie Oliver, qui met réellement sa vie entre parenthèses pour aller se battre contre des moulins à vent. Alors, certes, il ne fait pas non plus ça pour des nèfles et il sert ainsi sa réputation de héros des fourneaux, mais la sincérité de la démarche m’éblouit – sinon honnêtement pourquoi s’emmerder à aller composer avec des cantinières revêches qui servent de la pizza à des gamins le matin au petit déjeuner en pensant qu’elles travaillent pour leur bien-être. Je persiste donc à saluer son courage et je serai au rendez-vous la semaine prochaine devant Gulli afin de savoir si la révolution de Jamie a réussi ou pas.