Dix points pour dire tout le mal que je pense de la saison 4 de Dix pour cent

C’est peut-être un détail pour vous, et pour 99,9% des lecteurs de ce blog, mais vendredi les candidats de l’émission de NT1 (TFX, ça va….) ont trouvé les 10 couples parfaits in extremis. Je dois être la seule personne au monde à m’être demandé si, sur un malentendu, ils n’avaient pas opté pour les bonnes combinaisons dès la 1ere cérémonie ( 2e ou le 3e). Et si finalement, ces matchs parfaits existent vraiment.
De toute façon, je regarde aussi l’émission pour voir Elsa Fayer, qui mériterait tellement plus de présence à l’écran que le Loto et deux télé-réalités par an sur TFX !

Mais tel n’est pas le sujet du jour ! Jeudi, j’ai eu un énorme coup de barre et je me suis dit, quitte à avoir la flemme, autant terminer Dix pour cent. Heureusement que j’ai vraiment profité d’un moment très creux de mon existence pour ça.

Le dernier épisode ne m’a absolument pas réconciliée avec la série.

1- Mais pourquoi est-elle aussi méchante ?
Elise Formain a donc coulé ASK en deux temps, trois mouvements. L’agence n’allait déjà pas très, très bien depuis le départ de Mathias, mais un simple enregistrement a suffi à provoquer une hémorragie de talents assez notable pour que la boîte coule. J’y reviendrai largement. En revanche, on ignore tout des motivations de cette personne. Il aurait peut-être fallu contextualiser cette haine avec un flashback, même comique. Parce que là, une vengeance de cette ampleur a dû être causée par une humiliation de taille. On lui a refusé d’intégrer ASK ? Et surtout, pourquoi en veut-elle autant à Andréa ? Ben on ne saura jamais. A moins que la série ait un préquel…

Tu es vraiment un ancien si tu te souviens de cette pub et si tu as bu de l’Orangina rouge !

2- Pourquoi fallait-il tuer Jean Gabin ?
C’est la seule chose qui m’a arraché des larmes dans cet épisode : la mort de Jean Gabin ? Pourquoi avoir tué le chien d’Arlette, c’est un grand mystère pour moi ? Enfin si j’ai une petite idée et elle n’est pas très glorieuse. Si Jean Gabin a été tué pour amener le gag avec Jean Réno, c’est vraiment moche.

3- Pourquoi cette faillite d’ASK en deux temps, trois mouvements ?
A l’image, on passe donc d’un moment où ils sont suffisamment chez ASK pour créer une illusion de fourmilière en activité, puis le lendemain hop la boîte a coulé, on va fermer, il n’y a plus personne. On liquide ASK sans se soucier de toutes les petites mains qui vont se retrouver au chômage et même des talents plus mineurs qui ne vont plus avoir d’agent. Chez ASK, on se bat, jusqu’à un certain point. On vous rassure, Camille va les récupérer grâce à l’agence qu’elle va créer avec son père.

4- Pourquoi Hicham prend-il ça aussi bien ?
On passe d’un moment où Hicham explique qu’en gros il n’a plus de liquidités parce qu’il a racheté les parts de Mathias, à celui où il décide d’arrêter les frais. Le mec est zen et boit le champagne avec ces gens qui lui ont coûté une fortune, le sourire à la bouche. Alors, j’y ai vraiment réfléchi. Mettons qu’il soit un investisseur ultra fortuné, qui a des quantités de billes ailleurs, et qu’il relativise, mais à ce point…

5- Pourquoi Gabriel s’en sort-il aussi bien ?
Tout le monde perd son job, mais Gabriel, le mec le plus inutile d’ASK qui a grandement contribué dans la saison 3 à sa fragilité économique, retrouve un job en or dans une super agence d’artistes, parce que… Ben, pourquoi au fait ? On en revient à Elise, dont on ne saisit toujours pas les motivations.
Couler ASK pour récupérer Gabriel, sacré plan de buse !

6- Pourquoi Andréa s’en sort-elle aussi mal ?
A la fin de la saison 2, Andréa aurait dû devenir agent aux Etats-Unis. Au lieu de ça, elle est tombée enceinte et ensuite tout est allé de Charybde en Scylla pour l’héroïne de la série. Elle adorait le cinéma, bossait comme une dingue par passion pure, passait ses nuits à lire des scénarios et à la fin de la saison 4, son plan de carrière est de rencontrer sa fille et de reconquérir Colette (COLETTTE !!!!!!). Encore une série qui n’aime pas ses personnages et ne les comprend pas. Je ne tiens pas compte de la mise en abyme finale que je trouve juste simplette.

7- Pourquoi la série se termine-t-elle aussi mal ?
On a bien compris l’idée : il fallait en terminer avec ASK. Détruire l’agence pour ne pas se donner la possibilité de faire une suite. J’aurais trouvé mille fois plus intelligent que l’agence s’en sorte et continue son activité, quitte à être rachetée et à mettre dehors son équipe, sauf quelques traîtres.
Au final Dix pour cent est juste la chronique d’une entreprise qui fait faillite. Dans la saison 1, son créateur meurt bêtement la fragilisant, un contrôle fiscal n’arrange rien ; dans la 2, un investisseur rentre dans la société pour la reconsolider ; dans la 3, un associé majeur se barre ; dans la 4, elle coule. Tous les liens créés entre les agents et leurs talents n’auront servi à rien. Tout ce qu’on a vu était vain.

8- Pourquoi Colette ?
Il me manquait un point, je l’avoue, mais la question se pose !

9- Pourquoi la série a la carte ?
C’est un grand mystère pour moi. Tout le monde a encensé ce final bancal, souvent ennuyeux et globalement bien moins drôle que les saisons précédentes. La série a perdu progressivement son charme en se refusant, je me répète, à égratigner les artistes.
Et ce plantage m’en rappelle un autre. Fais pas ci, fais pas ça était une excellente série méconnue, mal programmée en fin d’après-midi, le samedi. Et puis, la série a été propulsée en prime, ce qui a scellé son déclin progressif pour très mal se terminer. Comme Dix pour cent, elle a perdu sa showrunneuse en cours de route, ce qui n’a pas été sans conséquence.

10- Pourquoi n’y ai-je pas pensé avant ?
J’ai compris !
Depuis le départ Colette et Elise, couple diabolique, fomentaient un plan pour se venger d’Andréa, qui les a humiliées toutes les deux quand elle était une véritable tombeuse. Elles se sont adjoint les services d’Hicham, dont le rôle a dépassé leurs espérances, puisqu’il a mis Andréa enceinte. Il ne leur restait ensuite qu’à saper progressivement la confiance en elle de leur victime pour arriver à leurs fins en utilisant le servile Gabriel et le diabolique Matthias. Je crois que c’est la meilleure explication à cette fin et à l’ensemble de la série. Inutile de me remercier !

Le match des télé-réalités de l’été

Cet été, malheureusement, je n’ai pas fait que lire et regarder de bonnes séries ou de vieux films. J’ai aussi BEAUCOUP regardé la télévision.

Je vous propose aujourd’hui…le match des télé-réalités de l’été.

Je déteste Cash Island.
Rien que le nom…
Était-il vraiment nécessaire de lancer fin août, à deux semaines de la reprise de Koh Lanta, un nouveau jeu d’aventure ?

Pour moi, la réponse est non.

Le concept :
Dix candidats débarquent sur une île et se voient attribuer aléatoirement une carte. Une seule d’entre elles mène à un trésor enterré (la bagatelle de 100.000 euros en liquide dans un coffre). Le veinard qui la trouve en premier se voit attribuer l’honneur d’être le maître du jeu. En gros, l’homme ou la femme à abattre, parce que les autres doivent tout faire pour l’éliminer et récupérer le magot. Tous les candidats s’estiment évidemment être de fins stratèges et dès les premières minutes du jeu, ils débutent leurs déductions pas du tout pénibles. Si Machin dit ça, c’est parce que c’est lui le maître du jeu ou au contraire il dit ça parce qu’il ne l’est pas…
AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !

L’animateur : Pour ne rien arranger au problème, l’émission est « présentée » par Benjamin Castaldi, qui intervient en fait essentiellement pour lancer les jeux façon Koh Lanta et animer les fameuses assemblées où sont désignés les futurs éliminés ; ici pas de vote secret d’ailleurs, chacun doit dire à haute voix qui il a choisi. Autant je le supportais et je l’aimais plutôt bien sur TF1, autant il m’insupporte sur C8. Il ne fait aucun effort, bouffe systématiquement ses mots et il a été carrément graveleux dans Touche pas à mon poste (autre problème, me direz-vous !). C’est d’ailleurs certainement parce qu’il refuse d’articuler qu’il n’est pas la voix off.

Les candidats : Ils ont choisi immédiatement d’éliminer Stan, la forte tête et le beau gosse de l’émission. Le premier maître du jeu a arboré une tête de labrador coupable qui a mangé le rôti et qui attend sa correction, dès que les autres joueurs ont commencé à enquêter, alors qu’il aurait dû maîtriser celle du chat qui ne doute de rien (quoi ? Moi j’aurais pissé sur le lit ? M’enfin, c’est dégueulasse de se laisser aller ainsi. Comment peux-tu m’accuser d’un tel forfait ?).

Cette tête là !

Je vous épargne les épreuves longuettes, incompréhensibles et sans intérêt. J’ai lâché l’affaire au bout de dix minutes hier devant le deuxième épisode et je ne suis apparemment pas la seule.

Mais, j’adore 10 couples parfaits.
C’est MON émission de l’été.

Le concept : Il est sans réel intérêt, mais je vais vous l’expliquer pour le principe. Vingt jeunes gens, dix garçons et dix filles, sont regroupés dans une maison. Charge à eux de découvrir les matchs parfaits qui les unissent. En gros, comme dans Mariés au premier regard, ils ont été testés pour découvrir quelle personne avait les meilleures affinités avec une autre. Chaque semaine, ils doivent tenter de former les dix couples parfaits pour espérer emporter aussi 100.000 euros, mais à 20. Ils peuvent  tester, au préalable, après des rendez-vous en tête à tête, les unions qu’ils pensent être les bonnes. Si les deux personnes matchent, elles quittent la maison pour une lune de miel. Mais, évidemment, des couples se sont formés contre toute logique scientifique, et ils répugnent à se séparer, ce qui crée plein de tensions entre ceux qui aimeraient gagner des sous et ceux qui préfèrent l’amour.

Le point fort de l’émission : Ses candidats ! Je n’en peux plus de voir des Marseillais, des Chtis et des Anges, et des cross-overs entre les différentes tribus. Ils sont tous plus ou moins sortis les uns avec les autres, ils se fritent sur les réseaux sociaux, à l’écran…du coup, ils ne peuvent plus se sentir, se rabibochent et se ré-embrouillent. Au moins, ces candidats-là sont frais et plutôt moins bêtes que la moyenne. Ils font certes quelques fautes de français, mais dans l’ensemble le niveau n’est pas exécrable.

L’autre bon point : Elsa Fayer ! Tel Dorian Gray, Elsa a cessé de vieillir un jour, par miracle. En plus d’être vraiment jolie, c’est une excellente animatrice. Elle est complice avec les candidats, sans trop de familiarités, et elle sait aussi les recadrer quand tout part en vrille. Elle serait super à l’animation de Secret Story.

Ce soir, c’est la finale et ces vingt candidats vont me manquer, enfin surtout Iris bizarrement. Je vous recommande chaleureusement la scène où elle recadre son compagnon d’aventure un peu volage avec les autres candidats morts de rire derrière elle.

10 couples parfaits: Iris et Hagda clashent et balancent sur le montage de l’émission !