American Horror Stories saison 1, le classement des meilleurs épisodes

Je reviens vous chercher pour classer les sept épisodes d’American Horror Stories saison 1 (Disney +) du pire au meilleur.

Commençons par quelques considérations d’ordre général…

Pourquoi c’est bien d’après moi !
Le bonheur de retrouver un univers qu’on adore…

Un petit côté qui rappelle les Alfred Hitchcock présente ou Bizarre, bizarre, pour les plus anciens.

Chaque épisode a son propre générique et on ne va pas se mentir, les génériques comptent à 30% dans le plaisir de regarder une nouvelle saison de American Horror Story et à 80% dans le frisson préparatoire.

On retrouve tous les ingrédient qu’on aime dans la série originale : du mystère, du frisson, du sang, du gore et beaucoup, beaucoup de what the fuck !

Le casting est dans la plupart des épisodes plutôt pas mal. Mention spéciale à la sublime – et je pèse mes mots –Kaïa Gerber, digne fille de sa maman, Cindy Crawford.

Pourquoi c’est bien mais pas top…
On ne va pas se mentir, certaines histoires ont vraiment du mal à donner le meilleur d’elles-mêmes en seulement 40/45 minutes. J’y reviendrai plus en détails dans le classement.

Si le casting est vraiment pas mal, j’aurais aimé retrouver les têtes d’affiche de la série « principale ». Et moi, il me manque un « rise » de Sarah Paulson, même en clin d’oeil… même court.

On nous ressort la maison hantée jusqu’à l’épuiser et même la tuer (????), la pauvre.

On en vient à l’essentiel, mon classement !

Attention, il y a quelques spoilers sur la série !

7- La Liste des Vilains (The Naughty List) (épisode 4)

Typiquement l’épisode inabouti, dont l’intrigue aurait mérité de courir au moins sur trois fois 45 minutes. Sans compter que je trouve le propos limite indigent. C’est dommage parce que le père Noël qui est vraiment une ordure avec un peu de second degré, ça aurait pu fonctionner. Je sauve juste la petite morale finale.

6- Game Over (Game over) (épisode 7)

Là vraiment à regret. Le retour de la maison hantée, pour la deuxième fois de la saison. Et comme son nom l’indique, on veut vraiment en finir avec ce lieu. Mais la mise en abyme – la série est adaptée en jeu vidéo – fonctionne bien pendant l’introduction et me perd à la fin. Je ne sais plus différencier ce qui est « réel » du reste. La maison a-t-elle vraiment brûlé ?
C’est vraiment dommage parce que le côté méta est très sympa. On aurait aimé aussi voir encore plus de personnages de la saison principale.
Si la série est adaptée en jeu vidéo,je me précipiterais dessus, même si je doute qu’elle ait un portage sur Switch.

5– Ba’al (Ba’al) (épisode 5)

On commence déjà à attaquer les bons épisodes. L’intrigue semble prévisible et est plus complexe que prévu avec une série de twists finaux de très bon acabit. Et puis bon, même si elle joue comme une patate, j’adore Billie Lourd (la fille de la regrettée Carrie Fisher).

4 et 3- La femme en latex, partie une (Rubber (Wo)Man) La femme en latex, partie deux (Rubber (Wo)Man – Part Two) (épisodes 1 et 2)

Une famille emménage dans LA maison hantée, on sait que les choses vont forcément mal tourner. Ca massacre à tout va. Il y a Paris Jackson et Kaïa Gerber (d’autres filles de). Ce n’est pas forcément formidable, mais on retrouve l’esprit de la saison 1. Je regrette cependant l’absence des piliers de la fiction d’origine au casting.

2 – Sauvageons (Feral) (épisode 6)


Certainement le plus glauque. L’intrigue enlevée ne pâtit pas du tout du côté on-doit-tout-raconter-en-45-minutes. On a le temps de s’attacher suffisamment à la famille du petit garçon enlevé alors qu’il campait – un classique – pour trouver le final atroce. Il y a du Roanoke en bien dans cet épisode.

1 – Le Drive-in (Drive In)

Excellent épisode ! Intrigue au top, final génial. A voir ! Je pense que j’ai raté 80% des références cinéphiles.

Au revoir l’Enfant !

Parmi les très jolies choses que nous aura apportées 2020, il y a, à n’en pas douter, la deuxième saison de Mandalorian.

C’était vraiment chouette vendredi de se sentir moins seule, après avoir séché ses larmes, en lisant les commentaires sur Twitter de ceux qui venaient de voir l’ultime épisode de la saison 2.

Je ne vais pas vous raconter l’intrigue, soit vous l’avez vue, parce que ça vous intéresse, soit vous ne la regarderez jamais, parce que Star Wars ce n’est pas votre tasse de thé. Je vais cependant essayer de convaincre les indécis en vous disant pourquoi Mandalorian, c’est vraiment bien.

1- C’est beau…
Les décors, les planètes, l’image….

2- C’est contemplatif
Pas de dialogues inutiles, c’est certain.

3- C’est merveilleusement joué
Je l’ai déjà dit ici, mais il faut le faire pour être expressif sous un casque. Et quand le casque tombe, c’est le téléspectateur qui ne voit plus rien, tant il chiale comme un putain de veau. Outre le merveilleux interprète du Mandalorian, on retrouve quelques guerrières vraiment badass et ça fait plaisir. Et par exemple Ming-Na Wen que j’avais déjà adorée dans Urgences. Et bien sûr, on adore Gina Carano,  Carasynthia Dune, rescapée de la défunte Alderaan.

4- L’univers (étendu) Star Wars
Inutile d’avoir obtenu un doctorat en Guerre des étoiles pour comprendre Mandalorian, vous saisirez à votre échelle les allusions qui vous parlent, essentiellement celles qui se réfèrent à la trilogie ancestrale dans mon cas. Les férus de l’univers étendu verront plein de trucs que je n’ai pas compris, mais qu’importe ça n’empêche pas de se régaler.

5- L’empire contre-attaque
La série répond bien plus à mes interrogations sur ce qu’est devenue la galaxie après la chute de l’Empire, que l’immonde et inutile troisième trilogie. Et c’est un joli bordel… Esthétiquement, le film reprend les codes, les décors et les costumes des films originaux et ça suffit à mon bonheur.

6- Le meilleur personnage de série vu depuis un moment et son adorable créature
Le Mandalorian était formidable dans la saison 1, il est absolument fabuleux dans la deuxième. J’ai commencé à pleurer quand il a ôté son casque dans l’avant-dernier épisode afin de retrouver Grogu, je n’ai pas cessé de pleurer depuis qu’il l’a enlevé pour lui dire adieu.

7- Grogu
On ne va pas se mentir. Grogu est LA trouvaille des deux premières saisons. J’ai déjà 528 Pop! à son effigie (trois seulement, ça passe…). Je regretterai longtemps de l’avoir découvert un peu après l’univers, quand Disney+ est enfin arrivé en France.

8- En finir, il faut savoir
J’aurais adoré que le Mandalorian passe son existence à résoudre des problèmes sur des tas de planètes de la lointaine galaxie accompagné de son acolyte vert à grandes oreilles, mais la série aurait fini par me lasser (du moins, j’imagine). Il fallait trouver une nouvelle famille à Grogu, même si me brise le coeur. La suite sera certainement plus sombre pour le lonesome cow-boy. Enfin, je demande à voir et je n’aurai qu’un an à patienter…

9- Le retour du Jedi
Je vous entends grogner d’ici. Gnagnaga effets visuels à la con, c’est moche, ça ne sert à rien. N’empêche, qui pouvez venir chercher Grogu pour que ça soit la fin idéale du personnage ? Hein, qui ? Ben, oui, Luke forcément… Et bien sûr, ça laisse des tas de questions en suspens. Je pense personnellement que l’histoire de Grogu est terminée (bouhouhouhouhou). Et je ne suis vraiment pas convaincue que Luke soit le meilleur maître pour l’adorable créature vu le mal qu’il va faire à Ben Solo quelques années plus tard, mais c’est ainsi. Grogu se consolera avec le toujours craquant R2D2 déjà prêt à devenir son copain. Si Disney veut lancer un spin-off, je suis d’accord !

10- Et on fait quoi maintenant ?
(Je voulais un numéro 10 !) Je n’aurais rien contre, un nouvel acolyte. Et j’ai réfléchi. Un Gungan qu’on n’a pas vu depuis un moment dans la galaxie serait un formidable associé pour le Mandalorian. En plus, il ajouterait une touche de comédie bienvenue. Je plaisante… (Il me fallait un numéro 10.) Mais je vois bien un adorable Bébé JarJar. Allez ! Il nous reste plein de pain sur la planche avec le darksaber. Je ne suis pas très inquiète pour la suite.

Que la Force soit avec mon classement !

Petit préambule, j’avais écrit ce post, il y a fort longtemps dans une galaxie pas très lointaine (en mars en Occitanie). Je l’avais gardé dans mes brouillons pour le relire à tête reposée. Et puis l’actualité me donne l’occasion de le poster. Vous n’allez pas être d’accord avec moi, c’est à peu près fatal, mais ce n’est que le reflet de mon opinion.

Yoda

Avec l’avènement de Disney +, les sites médias classent les meilleurs Disney, l’ordre dans lequel il faut visionner les Star Wars et même les films de la saga.

Ce classement m’ayant rendu dingue, j’ai décidé de commettre le mien, puisque on ne m’a rien demandé. Mais il faut que je rende justice à Rogue One.

(Le classement en question que vous compreniez ma douleur : 11- Solo / 10- Rogue One / 9- Episode IX L’Ascension de Skywalker / 8- Episode I La menace fantôme  / 7- Episode II L’attaque des clones / 6- Episode VII Le réveil de la Force / 5- Episode IV Un nouvel espoir / 4- Episode III La Revanche des Siths / 3- Episode VI Le retour du Jedi / 2- Episode VIII Le dernier Jedi 1- L’Empire contre-attaque)

11- Episode VIII – Le dernier Jedi
Il a limite fallu me bâillonner à la sortie du film, parce que je hurlais ma colère et ma déception dans les rues de Toulouse. « Ce n’est pas un Star Wars, quelle honte », a-t-on pu m’entendre crier du Capitole aux Minimes. J’ai refusé de le revoir depuis. Bon, détail hilarant, auquel les exégètes des deux derniers films ont certainement une explication toute trouvée, Kylo dit à Rey que ses parents ne sont personne, et bizarrement, il se contredit dans le suivant.

10- Episode IX – L’ascension de Skywalker
J’attendais énormément de l’ultime aventure des Skywalker, le film qui devait mettre un point final à une aventure démarrée l’année de ma naissance. La déception a été à la hauteur de l’attente. Le plus gros problème du film, c’est qu’il doit contenir deux épisodes en un. Du coup, ça va vite, bien trop vite. On n’a pas une seconde pour s’appesantir sur la mort de Leia, qui de toute façon était décédée avec son interprète à mes yeux. Je ne reviens pas en détails sur tout ce qui me pose problème. Je déteste ce film, un peu moins que le précédent, mais je le déteste.

9- Episode I La Menace fantôme
Il faudrait que je le revoie avec mes yeux de quadragénaire. Mais les aventures du petit Anie, qui va devenir le pire méchant de la création, ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable. Je sauve Jar-Jar parce que j’adore les personnes aux immenses oreilles.

Jar Jar

8- Episode II L’Attaque des clones
Le film où l’on découvre que les Jedi ne sont pas aussi clairvoyants qu’ils le prétendent. Ils tombent dans un piège grossier et se font gaiement massacrer dans une arène horrible. Le film est beau mais inégal. Inutilement compliquée aussi. Et pareil, le flirt Anie/Padmé m’indiffère au plus haut point.

7- Solo a Star Wars Story
Ce n’est pas que de la provocation inutile. Après avoir vu l’Episode VIII, j’ai trouvé ce film bien moins nul que ce qu’on m’avait annoncé. Voilà, voilà…

6- Episode VII Le réveil de la Force 
Je croyais encore avec ce remake un peu littéral de l’épisode IV que l’ultime trilogie pouvait nous surprendre. Mais Kylo Ren me posait déjà problème. J’ai adoré retrouver Luke, Han, Leia et Chewie. Voilà pourquoi je le positionne aussi bien.

5- Episode III La Revanche des Sith
La naissance de Dark Vador méritait bien une cinquième place. Evidemment, je suis un peu déçue de découvrir que derrière le masque se cache un garçon un peu naïf, mais j’aime la jonction avec la première trilogie.

4- Episode IV Un nouvel espoir
Le commencement de tout, la pure madeleine… Le message de Leia dans R2D2. Tellement de magie…

3- Rogue One 
La plus belle surprise que l’univers Star Wars m’a réservé dans les années 2000 avec Mandalorian. Un film fort, beau, intense et une fin parfaite (j’en reste à la destruction). Bon, je sais que l’apparition de Leia fait débat, mais bon elle est aussi dans le IX.

ewok

2- Episode VI – Le retour du Jedi
J’aime tellement les puppets que je voue un culte païen aux ewoks. C’est le film de mon enfance et puis sa fin est parfaite.

1- Episode V – L’Empire contre-attaque
C’est peut-être le seul choix qui ne souffrira aucune discussion.

Hors-concours, je place L’Aventure des Ewoks avec l’une des meilleures chansons de Dorothée, qui spoile à peine le film.

Mes 15 chansons Disney favorites

Noël approche, on a le moral dans les chaussettes, alors voici mes 15 chansons Disney préférées pour vous accompagner en emballant les cadeaux !

La numéro 1 risque de vous surprendre !

15- Pinocchio – When You Wish Upon a Star
Je déteste ce film et le mot est faible ! Mais cette chanson, c’est toute la magie Disney concentrée en quelques minutes.

14- La Reine des neiges – Libérée délivrée
Comment ai-je pu simplement penser à ne pas la faire figurer ? Je reste pourtant très peu fan du film (décidément).

13 – La Belle et la bête – Je ne savais pas
L’un de mes Disney (récents) préférés !

12- Mulan – Une fille à aimer
Une belle et tardive découverte.

11- Le Bossu de Notre Dame – Charivari
Je m’étais pris une telle claque visuellement que je l’ai vu deux fois en salle. Si, si…

10- Aladdin – Prince Ali
Encore un film que j’aime peu, mais je m’incline face à la qualité de la chanson !

9- La Belle et le clochard – La chansons des Siamois
Nous sommes dans le registre de la madeleine. C’est certainement l’un des premiers films que j’ai vus en salle avec Taram (que je reverrai un jour).

8- Les Aristochats – Des gammes et des arpèges
Certainement mon Disney favori avec les 101 dalmatiens (malheureusement dépourvu de toutes chansons) et un souvenir affreux du collège. J’ai eu un 4 en solfège sur cette chanson.

8′- Les 101 dalmatiens – Cruelle diablesse
J’ai écrit qu’il n’y avait pas de chanson dans les 101 dalmatiens, j’ai oublié cette improvisation de Roger au piano. Pourtant quand j’étais petite, j’avais la cassette audio du dessin animé (pas la VHS, non) et je l’écoutais en boucle.

7- La Petite Sirène – Kiss the girl
J’ai découvert récemment (pendant le confinement sur Disney +) La Petite Sirène et j’ai adoré ce film, injustement décrié. Il compte au moins deux chansons cultes, dont celle-ci.

6- La Belle et la bête – Gaston
La Belle est la bête est un excellent Disney, qui compte en plus l’une des meilleures BO. Ce n’est pas la dernière fois que le film apparaîtra dans ce classement. Accessoirement, j’ai commandé un chaton noir pour Noël que je veux appeler Gaston.

5- Mary Poppins – Chem Cheminée

4- Le Roi Lion – L’histoire de la vie
Et donc je vais faire mon coming-out, je n’aime pas du tout le Roi Lion, mais si cette chanson et ces images ne vous font pas frissonner, je ne peux rien pour vous. Vous avez perdu votre âme d’enfant…

3- La Belle et la bête – C’est la fête

2- La Petite Sirène – Les poissons
La chanson la moins vegan de la terre, qui est encore mieux en VO. Je peux la chanter pendant des heures. Je n’ai d’ailleurs plus le droit de consommer du poisson, du poisson à cause de ça.


1- Hercule – N’avoue jamais !
Très mauvais Disney, mais excellentissime chanson !

En bonus-track !
Ce n’est pas une chanson, mais ce sont mes personnages préférés !

Est-ce que j’aimerais vraiment être confinée avec…Bébé Yoda ?

Pour le reconfinement, je me suis (re)posé la question du premier : avec quel personnage de série j’aimerais être confinée ? Et soudain l’évidence : Bébé Yoda. Mais il va bien falloir peser le pour et le contre.

(Et oui, au premier degré, je me demande vraiment quels sont les avantages et les inconvénients d’accueillir Bébé Yoda chez soi. Ca va vous ?)

(Des gens se sont vraiment énervés parce qu’il mangeait les oeufs d’une grenouille extraterrestre imaginaire, alors ce n’est pas pire, je trouve…)

Pour…
Il est vraiment trop mignon.


Il n’est pas très remuant.

Il n’est pas très bruyant.

Il est rigolo.

Il sera un atout de taille pour vos visios entre amis ou en famille.

Il n’est pas très encombrant, même dans un petit appartement. Il se range dans une sacoche.

Il a certainement la Force, ce qui peut être pratique pour déplacer des meubles.

Il mange les oeufs des araignées. Un bon point pour les arachnophobes (sauf si elles se réveillent, furieuses et géantes).

Contre…
On ne sait pas bien ce qu’il mange. Des oeufs a priori… Mais ils sont vraiment difficiles à trouver en période de confinement. Et si comme Alf lui prenait l’envie soudaine de manger le chat….


Il est propre au moins ? Ce n’est pas très clair dans la série. Après tout, c’est techniquement un bébé ou un enfant.

Il est habitué aux grandes espaces : Tatooine, l’univers… Pas sûre que votre 30 m2 lui suffise !

Il tripote un peu tout, comme un gosse. Il pourrait détraquer la box Internet sans le vouloir ou trifouiller dans la caisse du chat (décidément).

Il n’est pas hyper obéissant. Le Mandalorian a du mal à en venir à bout, alors un humain lambda…

On ne connaît pas vraiment son âge et c’est préoccupant.

Bilan, de mon côté, ça sera un grand non ! Mais je vous laisse juger…

Banc d’essai

Depuis quelques semaines, je brûle de faire un comparatif entre les trois chaînes de vidéo à la demande que j’utilise. Comme je brûle littéralement depuis lundi et que je trouve visiblement malin de frôler la combustion spontanée en ajoutant la chaleur de mon pc portable à celle de mon petit corps, c’est visiblement le jour J !

Je dispose d’abonnements à Netflix, Amazon Prime et Disney +, dans l’ordre d’arrivée dans ma vie. Des choix qui se sont faits dans le même ordre par : premier arrivé sur le marché, opportunité et coup de coeur.
Précision notable, je les paie ou j’en supporte le coût avec quelqu’un qui accepte ma téléphagie.
Je vais essayer de les comparer objectivement en tenant compte de mon ressenti.

Netflix, le précurseur
Les avantages…
Les créations originales de la chaîne : Dark, Master of none, Sex education, The end of the fucking world, Unbreakable Kimmy Schmidt..
Des séries que je n’ai pas vues ailleurs : The Good Place, Brooklyn Nine-Nine
Des documentaires plutôt meilleurs que la moyenne (Gregory) et Alien Theory (que je n’inclus pas dans la catégorie citée).
Et depuis peu, quelques grands films du patrimoine français, et notamment beaucoup de Truffaut, que je m’étais promis de visionner pendant l’été (qui n’est pas encore terminé).
La navigation est assez fluide. Bon, on ne voit toujours que ce que l’algorithme veut nous montrer et pense qu’on va aimer. Mais en comparaison de certains concurrents, Netflix s’en tire pas mal.
Et puis, Netflix c’est cool.

Les inconvénients
Le prix ! Globalement, l’abonnement est quasi deux fois plus cher que celui des concurrents.
Le catalogue. Netflix finit par manquer de séries vintage et je ne me retrouve pas forcément dans les créations originales. Je me tamponne d’Elite et de la Casa de papel.

Pourquoi je reste abonnée ?
Netflix sait se renouveler et les créateurs de Dark bossent sur une nouvelle série.

Amazon prime, le rouleau compresseur
Les avantages
On ne va pas se mentir : le prix et la livraison gratuite et rapide sur la plateforme de e-commerce. Ca compte aussi !
Le catalogue. Mamamia ce catalogue ! Malcolm vient d’arriver sur la plateforme. On y trouve aussi Buffy contre les vampires, Fringe, Une nounou d’enfer, The Office, Community, Lost, The L Word, X Files, Dawson…. J’en passe et des meilleurs. Mais aussi des tas de films. Vous avez passé les années 90/2000 dans un bunker, vous pouvez actualiser entièrement votre culture populaire.

Les inconvénients
Je n’ai jamais vu une interface aussi mal fichue. Amazon Prime est organisé par saison, ce qui fait que vous pouvez passer un temps dingue à chercher celle que vous souhaitez regarder.
Les créations originales sont, à mon goût, plus faibles que celles de Netflix.

Pourquoi je reste abonnée ?
C’est un rêve de téléphage.

Disney +, le cadeau aux enfants de 7 à 177 ans
Les avantages
Tout le catalogue Disney à portée de clic, auquel on ajoute évidemment Star Wars et les Marvel.
TOUT LE CATALOGUE DISNEY avec STAR WARS et les MARVEL.
Je n’oublie pas le Muppet Show. La formidable et trop courte série mettant en scène le talk show de Miss Piggy (The Muppets) vaut le détour.

Et j’allais omettre les Simpson. Je n’ai toujours pas trouvé par quel bout les prendre, ce qui explique cela.
Mandalorian, définitivement et, je l’espère, toutes les séries issues de l’univers Star Wars et Marvel à venir.
Le prix qui n’est pas délirant.

Les inconvénients
Attention, je vais écrire un adage populaire qui compte dans le top 5 de mes phrases favorites en l’inversant : Disney + a les inconvénients de ses avantages. On n’a pas forcément envie de regarder un Disney tous les jours.
Pour le moment, ça manque un peu de séries, bien que les trois premières saisons de Once upon a time arrivent sur la plateforme.

Pourquoi je reste abonnée ?
Mais parce que je le dois à POC de 8 ans ! Et aussi, parce que je peux me refaire quand je le désire l’intégrale Star Wars et envisager même de regarder le MCU enfin dans l’ordre. Quelle drôle de question…

Et s’il ne devait en rester qu’un…
Pour le rapport qualité / prix, Amazon prime, presque sans hésiter.
(Et Disney +….)