Celle qui avait pronostiqué la victoire de Naoil dans Koh Lanta dès le premier prime

Je n’aime pas particulièrement pavoiser, mais figurez-vous que j’avais pronostiqué la victoire de Naoil dans mon premier et unique post sur cette saison de Koh Lanta. Je me doutais que Claude, malgré ses immenses qualités, ne gagnerait pas. Comme Freddy avant lui ou Sam dans le futur, Claude n’a pas le profil du gagnant de Koh Lanta. Il est très fort, très méritant, et doué en stratégie, mais ça ne suffit pas, ou plutôt ça n’aide pas à gagner Koh Lanta.

Le gagnant de Koh Lanta est en général relativement fédérateur, discret, et présent sur le camp sans trop en faire. Il gagne des épreuves dans la mesure du raisonnable et il a un peu de bol parfois. Et surtout, surtout, le gagnant de Koh Lanta se place dans la bonne stratégie et suit le mouvement, sans en être l’instigateur bien sûr.

Naoil était une candidate vraiment sympathique. Elle est la seule à avoir remis les pendules à l’heure, après la réunion des ambassadeurs, quand tous les rouges blâmaient Ahmad, alors qu’objectivement rien ne les a jamais obligés à le suivre. Elle s’est imposée dans les épreuves sans trop froisser l’ego des mâles. Sam reste persuadé qu’elle a gagné face à lui, car il a commis une erreur dans l’épreuve de l’étoile ! Et elle a vraiment choisi la bonne alliance en se plaçant sous la protection de Moussa.

Beaucoup de gens l’ont blâmée hier de ne pas avoir emmené Claude au conseil final. Mais vous auriez fait quoi à sa place après presque trois heures d’effort et de douleur ? Vous auriez choisi votre pote qui a partagé vos galères de l’aventure (et contre qui, vous étiez quasi sûre de l’emporter) ou un héros qui a déjà eu sa chance trois fois dans le jeu et avec qui vous n’avez pas particulièrement d’atomes crochus et qui risque, pas de bol, de vous faire passer à côté de la victoire ?

On est d’accord…

En plus, rien ne dit que Claude aurait gagné malgré tout. Naoil était plutôt populaire sur le camp.

D’ailleurs, Inès savait très bien qu’elle avait perdu hier et elle a trouvé la fin de l’émission aussi pénible que nous. Elle a hérité de la voix de son parrain (Moussa) et de celle de Régis, décidé à troller le jeu jusqu’au bout. Régis compte, à mon avis, parmi les incompris de la saison. Il pensait certainement qu’il allait accéder aux poteaux grâce à sa stratégie qui donnait l’apparence de ne pas en être une. Il se croyait beaucoup plus malin que les autres et il a finalement payé des choix étranges, ne pas suivre Claude et Jessica essentiellement car il les pensait plus fort que lui à l’orientation. L’orientation est une loterie, on en a encore eu la preuve cette année. Comme les poteaux dont on tombe bêtement parce que soudain on a une absence.

Bref… comme pour Lost, dans Koh Lanta, ce qui compte c’est le voyage, pas la destination. Sam, Teheiura ou Claude n’ont pas gagné, mais ils nous ont offert une superbe saison. Ahmad a bien contribué à la rendre palpitante aussi. Je n’oublie surtout pas Joseph qui a essayé d’éteindre le feu. Et Naoil est une splendide gagnante à mes yeux.

Cette saison a tellement captivé, qu’on en oublie que Koh Lanta a eu de nombreux gagnants pas franchement emballants ces dernières années. Vous souvenez-vous d’Ugo (j’ai dû le googler), Philippe ou Gérard ?

Tout le monde dit déjà que Sam suivra les traces des plus grands. Je confirme. Comme Claude, Teheiura, Freddy… il sera éliminé très vite de la prochaine édition des héros par d’autres candidats pas idiots qui élimineront un redoutable adversaire après avoir exploité ses talents d’architecte et de pêcheur. Car telle est la loi de Koh Lanta ! Elle est injuste mais c’est ce qui fait sa beauté.

Les vendredis vont être un peu moins biens sans Koh Lanta désormais…

Koh Lanta, la meilleure émission à regarder pendant le confinement !

En ces temps troublés, les petites habitudes ont quelque chose de plutôt réconfortant. Enfin, je vous parle de temps troublés, mais ils ressemblent fort à mon quotidien : ne pas sortir et télétravailler. Mais, même si je n’ai pas mis le nez dehors depuis une semaine (et même un peu plus), chaque soir, je me tape la bonne vieille crise d’angoisse à base de j’ai mal à la tête et à la gorge, c’est fini. Il a donc été voté au conseil à l’unanimité de deux personnes et de deux chats, que je serai dispensée de courses jusqu’à nouvel ordre. Donc, dans ces moments plutôt angoissants, les habitudes ont du bon et mon rendez-vous hebdomadaire avec Koh Lanta est une véritable bénédiction.

 

fdc0c-kohlantalarevanchedeshc3a9ros
Ce n’est pas le bon logo mais j’ai pioché dans mes archives (Crédit : TF1)

La production avait promis une saison d’anthologie et elle n’avait pas menti.

Je vous résume le début de la saison…
Tout a fort bien commencé avec le coup d’éclat de Joseph, qui est quand même le premier candidat à tenter d’éteindre le feu qu’il avait lui-même allumé. En vain d’ailleurs, ses compagnons d’aventure l’ont ranimé.

Joseph

Ahmad est le premier candidat à manquer de se noyer, interrompant une épreuve d’immunité, alors qu’il avait…pied ! Et grâce au coup de folie de Joseph, il n’a même pas été éliminé, alors qu’il ne sait pas nager.

Cette saison nous réservait une autre très bonne surprise : le retour des anciens.
Bon, alors, sans Freddy (l’ingénieux ingénieur qui n’a jamais emporté l’émission) ou Grégoire, ça perd un peu de son sel, mais Teheiura et Claude sont de la partie, tout comme Moussa, Sara et Jessica (bon, j’avoue que je l’avais oubliée).
Ils étaient cinq au départ, quatre seulement devaient participer à l’aventure. Mais bon, finalement, comme les vrais aventuriers tombent comme des mouches, ils ont tous pu intégrer une équipe.

Passée la joie de voir arriver des héros de Koh Lanta qui leur ont donné de chouettes coups de main  en étant très bons sur les épreuves ou en les nourrissant au quotidien, les nouveaux candidats se sont retrouvés face à un dilemme de taille. Les conserver ou se dire : eux, ils ont déjà eu leur heure de gloire, à nous de briller ! Et c ‘est ainsi que Tehe a été éliminé la semaine dernière, provoquant l’ire des téléspectateurs.

Un nouveau super méchant honnis de tous a émergé : Ahmad, le super stratège prêt à tout pour l’emporter, y compris donc à éliminer le bon Tehe. Mais honnêtement, j’y réfléchis depuis, vous n’auriez pas fait pareil à leur place ?

Dans le dernier épisode…
Chez les rouges, Claude a juré de venger Tehe. De son côté, Sara a tout donné pour faire gagner les jaunes, au point de se provoquer une hernie (authentique). Elle a donc été remplacée par le dernier éliminé, je vous le donner en mille, le sympathique Polynésien. Sur la sellette chez les rouges, les anciens, Claude et Jessica, ont trouvé un collier d’immunité (oh ça tombe bien), qui ne leur servira à rien (quel dommage !) puisqu’il était valable jusqu’à la réunification qui interviendra DEJA la semaine prochaine.
L’épreuve de la régate (un classique de Koh Lanta) a tourné, contre toute attente, à l’avantage des rouges. Les jaunes ont éliminé un candidat perpétuellement affamé et casse-pied.

Et donc la semaine prochaine, tout ce petit monde va se réunifier. Sur les cinq héros du départ, quatre sont encore en course (Moussa, Claude, Jessica et Teheiura), bien décidés à mettre des bâtons dans les roues de leurs désormais adversaires, dans une aventure qui devient déjà solitaire.

Il va bien sûr y avoir une réunion des ambassadeurs, qui va sceller de façon injuste le destin d’un aventurier. Je serais les nouveaux, j’éliminerais Claude, comme ça juste par méchanceté. Je parie que c’est ce qu’Ahmad va faire d’ailleurs.

Bref, ce Koh Lanta cuvée 2020 n’a pas fini de nous surprendre.

Mes commentaires personnels
J’ai déjà un pronostic pour le nom de la gagnante. Je vois Naoil l’emporter, sauf si elle part sur blessure.

Mon chouchou de la saison est le petit Sam, qui s’est préparé comme un dingue à l’aventure. Je crois peu en ces chances, mais il mériterait de gagner.

J’ai trouvé le nom de la personne avec qui je ne voudrais absolument pas être confinée : Sara, qui hurle « il n’y a pas de fatigue qui tienne » et qui doit imposer des exercices physiques pour ne pas se ramollir.

Koh Lanta : La (trop) belle victoire de Benoît

Avec retard, je vais revenir sur la finale de « Koh Lanta » saison 32 diffusée vendredi. Cette édition était celle de Benoît. Il a emporté l’anneau d’or et carrément fait l’unanimité auprès de ses anciens compagnons d’infortune.

Voilà ce que je retiens de mon côté de cette finale et de cette saison plus globalement.

d66b9-kl2010

Le précieux de Benoît
Il faudra quand même m’expliquer comment Benoît a réussi à trouver neuf balises, dont une totalement par hasard, en deux jours, quand les autres en avaient péniblement dégoter quatre ou cinq au grand maximum. Suprême heureuse coïncidence, l’anneau était apparemment moulé sur son annulaire. On peut évidemment envisager que la production ait pris le tour de doigt de chaque aventurier au cas où, l’air de rien, mais je trouve décidément que tout s’est trop bien goupillé pour le futur gagnant.

Une épreuve d’orientation qui tourne au grand n’importe quoi
Comme souvent, la super favorite, Candice cette saison, a totalement démissionné lors de l’épreuve d’orientation. De façon totalement illogique, elle n’a jamais trouvé son repère et a erré bêtement dans le secteur jusqu’à ce que Jesta lui chipe sur un malentendu sa place en finale. Et, est-ce que Candice a été contrariée ? Non, bien sûr, puisque Super Benoît, lui, allait en finale…
Je vous épargne Freddy qui écœure le doyen, dont je n’ai jamais réussi à fixer le nom, en trouvant le poignard à son nez et à sa barbe.
Je reviens, en revanche, sur Benoît, le super fouineur, qui a donc trouvé neuf balises en deux jours, et l’anneau d’or en deux visites sur l’île, mais qui a galéré quatre heures pour dégoter un malheureux poignard.

Des poteaux tout aussi calamiteux
Freddy tombe parce qu’il a fermé les yeux, Jesta se marre et chute, et Benoît l’emporte, car sa victoire était déjà gravée dans le marbre. Il choisit Jesta sur des critères qu’il tourne en sa faveur, et tout le monde trouve ça génial.

Un conseil final enfin un peu remuant
Berryl n’a pas vraiment encaissé son élimination et a tenté en vain de s’expliquer avec Candice, bien assez saoulée comme ça a priori. Freddy a été rabroué par le décidément très antipathique Jérémy. Ensuite, Jesta a eu le droit à un procès en bonne et due forme, qui profitait évidemment au héros de la saison, Benoît. En revanche, personne n’a tenu rigueur au futur grand gagnant d’avoir manipulé tout le monde après la réunification. Après tout, il a été le responsable silencieux de chacune des éliminations. Alexandra et Berryl ne se sont pas montrées très rancunières…

Une saison globalement ratée
J’exige habituellement un silence religieux pour regarder l’émission (non, non, je ne suis pas tyrannique) mais cette saison j’ai souvent discuté, joué ou pensé à autre chose en regardant les épisodes. Pourtant, elle comptait pas mal d’éléments pour me plaire, dont une stratégie menée de main de maître par Benoît après la réunification. Julie aurait pu faire une super gagnante si elle n’avait pas été exclue de façon absurde sur une épreuve immédiatement éliminatoire après avoir survécu aux Ambassadeurs. Candice aurait été toute aussi parfaite, si elle n’avait pas lâché l’affaire à l’orientation. Mais, les épisodes étaient trop longs et du coup pas vraiment palpitants, comme dans beaucoup d’émissions désormais.

Et évidemment la puriste de « Koh Lanta » que je suis a hurlé quand Denis Brogniart, amnésique, a indiqué que Jesta et Benoît étaient le premier couple en finale de l’émission. Il a oublié Emilie et François-David, le meilleur couple formé par l’émission.

Koh Lanta c’est plus ça

Aujourd’hui, ça sera un vendredi sans « Koh Lanta » et au final, je m’en fiche presque.

Insidieusement, de saison en saison, l’émission perd de son intérêt. Et pourtant, la production se donne du mal en essayant d’innover. Cette fois-ci, les aventuriers pouvaient se mettre en quête d’un anneau, gage d’une place directe pour l’orientation. J’ignore par quel miracle Benoît l’a dégoté en à peine deux visites sur l’Île dédiée, mais le voilà immunisé.

1a351-klhc3a9ros
J’aimerais bien qu’ils reviennent à nouveau…

Comme dans presque chaque saison désormais, dans toute la première partie de l’aventure, une équipe a écrasé l’autre. Les jaunes plus forts physiquement ont pris le dessus sur les rouges plus bohèmes dans quasiment toutes les épreuves, qui ont précédé la réunification.

Comme dans presque chaque saison désormais, malgré sa supériorité numérique, la tribu dominante a perdu de sa superbe après la réunification.

Je reconnais que les candidats de l’équipe rouge ont été des stratèges de qualité. Benoît a utilisé à bon escient son anneau, puis dupé Alexandra, pourtant hyper psychologue (elle travaille dans les ressources humaines pour vous dire). Totalement désemparés, les jaunes, toujours en surnombre pourtant, ont été jusqu’à abandonner l’idée de continuer à éliminer les rouges. Désormais, ils vont sans doute sauter les uns après les autres, à moins que les jeunes appliquent leur stratégie d’élimination systématique et sans pitié des vieux.

Je crois que ce qui m’insupporte le plus dans « Koh Lanta », saison après saison, c’est cette magnifique logique qui veut que les femmes soient faibles, et donc des boulets dans la progression de leur équipe. La première élimination, puis la deuxième et la troisième, visent toujours des femmes.

Au début du jeu, pourtant, ce sont les aventurières qui ont longtemps régné sans partage sur l’aventure. Les hommes se sont ensuite vengés avec une série de gagnants très peu charismatiques, qui avaient surtout réussi à se faire discret tout au long des quarante jours de survie.

La petite boxeuse nordiste a inversé la vapeur l’an dernier, mais surtout parce qu’elle avait été protégée par le sudiste qui avait mis son collier d’immunité dans son slip.

Cette misogynie, mais aussi le manque de charisme des candidats, qui viennent toutes et tous là pour prouver quelque chose à leur papa, leur maman, ou leurs enfants, m’amènent à me lasser progressivement de l’émission.

Je regrette Grégoire, Freddy, et même presque Teheiura, les vrais aventuriers qui venaient là pour leur plaisir à eux.

Koh Lanta Malaisie : Le grand n’importe quoi continue (Merci Philippe !)

Même si cette saison de « Koh Lanta » est décidément loin d’être géniale, les jeux ont rarement été aussi ouverts. Aujourd’hui, en sachant que Thierry avait été éliminé, j’ai joué au « Kohlantapardy » pour savoir comment on en était arrivé là.


Tel Pierre Bachelet, Philippe, dont on n’attendait pas tant,  joue désormais, à en croire Denis Brogniart, les marionnettistes sur le camp. Il souffle en effet, à sa guise, le chaud et le froid. Le seul orange de l’aventure promet ainsi à Tiry, son ami dont il ne sait pas orthographier le prénom, de voter contre Brice au prochain conseil, avant de se raviser quand le mannequin stratège lui ramène les photos de son fils. Le beau Brice souffre d’ailleurs d’amnésie passagère inquiétante. Il a en effet oublié que le magnétiseur tenait absolument à avoir son courrier, quitte à crever de faim  car « il se nourrit des mots », mais décide en son âme et conscience de ne pas lui ramener ses lettres. En revanche, il n’oublie pas de jouer les facteurs pour ses alliés.

Brice et  Vanessa choisissent donc de ramener le courrier à Charles, Myriam et Philippe, et de la nourriture pour les autres. Mais, nous ne savons finalement rien du partage des denrées et  vu l’état dans lequel est le pauvre Charles, je me demande ce qu’il est advenu du chocolat, des bananes et du manioc ramenés par les deux courageux aventuriers prêts à traverser un bras de mer pour le bien de leurs compagnons de galère.

Thierry, lui, est bien décidé à faire feu de tout bois pour sauver sa peau. Mais il sent bien qu’il a perdu Philippe, qui joue son propre jeu, et a bien raison, puisqu’il emporte, les doigts dans le nez, sa quatrième immunité grâce à  « sa tige très rigide », une allusion qui aurait beaucoup plu à Karine Le Marchand . Avec en plus le collier en sa possession, l’ex banni est quasi assuré de faire partie des quatre finalistes.
Pas résigné, le magnétiseur approche Charles et Vanessa, qui l’envoient bouler. Qu’à cela ne tienne, pragmatique, l’ancien leader des rouges décide de sacrifier Myriam, son alliée, avec l’appui, du moins le pense-t-il des jaunes. Brice qui est loin d’être bête en profite  pour retourner sa veste et Thierry quitte le jeu jusqu’à la semaine prochaine où il reviendra certainement suite à la mort de Charles.

Je pensais qu’à ce stade du jeu, les aventuriers défectueux n’étaient plus remplacés. Mais bon, ce retour pimentera cette morne saison, qui ne vaut que par ses rebondissements de plus en plus abracadabrants.

Pour la victoire, je mise sur les bannis, Philippe ou Bernard. 

Koh Lanta Malaisie : L’émission commence quand au juste ?

La semaine dernière, je me suis tellement ennuyée devant « Koh Lanta » que je n’ai pas pu me résoudre à publier un résumé ou le moindre commentaire sur l’épisode. Mais hier grâce à Marie, la belge, l’émission a été presque intéressante.


Mais bon il faut bien reconnaître quand même que cette saison, la mayonnaise ne prend pas. Vous avez un favori, vous ?
Personnellement, je mise tout sur Bernard, l’outsider, ex guide nature, qui parcourt la Guyane avec les légionnaires.

Philippe, le John Locke mâtiné de Romano d’Urgences, ne tient absolument pas ses promesses et n’a éventré ni animal, ni concurrent depuis le début de la saison.
Si je n’ai aucun préféré, je sais en revanche qui je rêve de passer au mixer après l’avoir assommé à grands coups de pelle, soit à peu près tous les rouges, à commencer par Marylou et Anthony, et une grande partie des jaunes avec en tête le clan « Miel et les abeilles » de Marie et ses sbires.

Autre problème de taille, ces candidats n’ont apparemment pas assez faim. Sinon, ils seraient moins arrogants et plus portés sur la survie, qui passe totalement au second plan cette année. Les « Autres » leur fournissent des pépito ou quoi ? Chez les rouges, la vie sur le camp n’est qu’une vaste blague à laquelle personne ne porte un quelconque intérêt. D’ailleurs, Anthony a totalement renoncé à l’idée d’aider. Personne ne pêche nulle part, même pas Philippe, qui aurait peut-être dû se barrer finalement.
Cette année, ce qui compte dans « Koh Lanta », comme dans « Pékin Express » sur M6, ce sont les épreuves. On se fade donc facilement 40 minutes voire une heure de jeux par épisode. J’imagine qu’un stratège de la chaîne a indiqué que c’est ce que les enfants préféraient.
Hier à l’issue de l’épreuve de confort, il a fallu en plus se taper l’annuelle psychanalyse de groupe des candidats sur leurs rapports compliqués avec leurs conjoints /enfants / parents.

Mais bon, comme je l’indiquais au départ, après avoir perdu l’épreuve d’immunité, les jaunes nous ont offert un magnifique spectacle de désunion totale. Marie, la fourbe, a ainsi retourné en 15 secondes les petits cerveaux de ses concurrentes prêtes à s’écharper sur la foi de ses assertions. Depuis le début du jeu, la nana possède une alliance avec trois gars mais c’est pourtant elle qui dénonce les stratégies. Magnifique, j’applaudis des deux mains.
De façon décevante, elle ne l’emporte pas au paradis et se retrouve éliminée. Elle avait cependant raison sur un point : pourquoi l’éliminer elle, la fille, et pas un de ses trois complices ?


La semaine prochaine, l’émission pourrait prendre son envol définitif avec la réunification. Qui de Philippe, Camille, Charles ou Bernard retournera sa veste en premier ? J’ai hâte de le savoir !

Koh Lanta Malaisie : Les bannis, c’est fini !

Déjà le deuxième épisode de « Koh Lanta » Malaisie, et mon enthousiasme demeure sur cette nouvelle saison inédite.
Il faut pourtant avoir confiance dans les scénaristes. Quelle drôle d’idée de réintégrer dès le deuxième épisode, les bannis ! Je pensais qu’ils en laisseraient pourrir au moins deux sur leur îlot merdique. Mais non, après avoir laissé les gagnants du jeu de confort faire le marché, Denis affecte les deux rebus, dont l’ego doit être au top, à l’équipe perdante. Les rouges, qui n’aiment pas trop les vieux, voient donc Bernard, le doyen de la saison, et Nadine, son homologue chez les femmes, rejoindre leur groupe qui prend déjà l’eau, tandis que les jaunes ont choisi consciemment Philippe et la plus consensuelle Elodie.

 

Les quatre bannis font face logiquement à la semi hostilité de leurs nouveaux compagnons et c’est d’ailleurs tout l’intérêt de la démarche. Si vous croyez encore en la nature humaine, « Koh Lanta » vous convaincra que vous avez tort. L’étranger c’est le mal, surtout quand il est vieux. Les bannis font donc tout pour s’intégrer coûte que coûte au groupe. Les deux anciens ramènent des présents à Namadia, le chef des rouges, qui semble assez peu sensibles à leurs attentions.
De toute façon, honnêtement, on ne souhaite plus qu’une chose, voir les rouges débiles crever de faim, suite à leur péché d’hubris originel, avoir choisi le riz plutôt que le feu.


Chez les jaunes, Philippe, recruté par Camille pour ses qualités d’aventurier, doit très, très vite faire ses preuves. Son super harpon permet certes de ramasser les oursins sans se piquer, mais le John Locke français semble incapable de faire le feu ou de ramener pour le moment du poisson. Je crains d’ailleurs pour lui que sa tête saute très vite en cas de défaite des jaunes, et j’espère que la production s’occupera bien de lui après son élimination.

Les rouges perdent une fois de plus l’épreuve d’immunité, ce que Mickaël, toujours au top, impute gratuitement au pauvre Bernard, qui n’y est pas pour grand-chose. Les filles moins aveugles que les garçons se liguent contre lui et sauvent ainsi in extremis la tête du sexagénaire grâce au vote noir de Mélanie.

Comme je l’ai déjà indiqué sur le Plus, il est dommage que cette histoire de « bannis » ne soit pas un peu plus creusée.  Les candidats intégrés auraient pu être provisoirement remplacés sur l’île par des jaunes et des rouges déjà en place, suite à un vote public de leurs coéquipiers. Oui, je sais, je devrais créer des concepts de télé-réalité….
Je crois désormais énormément aux chances de victoire de Bernard, qui est un peu la Nadège de « Koh Lanta ».

Les bannis de Koh Lanta

Dans ma  vie, j’ai une angoisse : participer à une émission de télé-réalité et être la première candidate exclue. Aujourd’hui, grâce à « Koh Lanta » Malaisie, elle est doublée d’une nouvelle crainte irraisonnée : participer à une émission de télé-réalité et être désignée par le chef d’équipe comme « bannie ».
Quand j’étais ado, je n’étais jamais choisie parmi les premières pour rejoindre les équipes, sauf si c’était ma pote qui les formait. J’imagine donc le calvaire qu’ont vécu à nouveau hier les aventuriers de « Koh Lanta » déjà trempées jusqu’aux os et harassés après un inhumain parcours du combattant en attendant d’entendre leur nom cité par un grand costaud et une nymphette de 18 ans, sportive professionnelle à la ville.
Cette année, en effet, ce sont les vainqueurs du premier jeu qui ont eu le privilège douteux de former les tribus. Un cadeau empoisonné quand on ne connaît pas ses futurs camarades de jeu, au point dans le cas de Camille, de ne pas encore maîtriser leurs prénoms…
J’ai cru un instant que le rouleau compresseur rouge allait écraser l’équipe jaune, mais pour une fois, curieusement, les forces en présence semblent presque équilibrées.
Quant aux bannis, ce sont les vieux et les faibles, qu’on se rassure. Ils ont déjà promis aux jeunes gens inconscients des lendemains qui déchantent sans la sagesse proverbiale des anciens.
Je ne sais pas, de mon côté, si j’aurais opté pour le John Locke, français, Philippe, qui a rêvé toute sa vie de « Koh Lanta » et risque d’assassiner ses compagnons durant la nuit suite à un coup de folie, expliquant au petit matin qu’un ours a décimé la tribu.
Ces jeunes inconscients prouvent dès le premier jeu qu’ils ont bien la tête sur les épaules en refusant, pour les gagnants rouges, le feu au profit du riz. Le feu c’est l’assurance du confort et de la cuisson, le riz cru c’est pas bon… A leur décharge, ils défendront leur choix débile jusqu’au bout.
Au final, si les rouges gagnent donc un confort tout relatif, les jaunes emportent l’immunité. Ce qui est bête, parce que ces charmants jeunes gens, avaient déjà choisi Charles, comme brebis galeuse. Pourtant, le pauvre garçon a tant à prouver à son petit papa et à ses frères….
Les bannis, quant à eux, doivent gérer Philippe sur leur îlot minuscule. John Locke veut replanter des noix de coco pour parer à la déforestation menée par les siens et j’ai hâte qu’il rejoigne une équipe « normale » pour le voir à l’œuvre.
Mélanie, la boulangère, qui s’évanouit pendant les jeux, est logiquement la première éliminée. Les rouges aiment les hommes forts. Dès la semaine prochaine, deux bannis seront sortis de leur isolement. Je ne comprends, par conséquent, pas bien l’intérêt du truc. Mais à voir…

"Koh Lanta" : Une revanche qui n’a pas tenu les promesses de son casting

Je me suis rendue compte hier en éteignant ma télévision, après avoir bien ri devant « les enfants de la télé » (Vie de merde), que j’avais purement et simplement oublié de parler de la grande finale de « Koh Lanta : la revanche des héros ». Il faut dire que j’avais déjà dit tout le mal que j’en avais pensé ici, et que ça avait du suffisamment me défouler pour que je l’oublie à jamais. D’ailleurs, qui se souvient du nom des deux grands gagnants des deux précédentes ? 
(Moi, moi, Romuald et Grégoire. En revanche, j’ai mis dix minutes à réaliser que c’était Gérard qui avait triomphé de Téhéiura à l’automne dernier.)
Bref, cette finale a été décevante de bout en bout. Internet, dans son ensemble, nous avait promis un conseil final sanglant et des aventuriers remontés comme des horloges pour un direct, qui promettait d’être aussi explosif que celui du première combat des héros, qui avait viré au psychodrame entre Jade et Philomène (moi je m’en souviens).
Finalement, le pétard a été mouillé de bout en bout.
Les coquillages de « sa mère » étaient cette année, des dagues. Pour cinq aventuriers, comme dans une version sadique des chaises musicales, il n’y en avait que trois, et donc trois repères à trouver pour espérer dégoter la balise et donc le talisman qui mène à la finale.
Claude a choisi en premier son repère et symptomatiquement personne n’a osé le suivre. Les autres candidats ont également foutu une paix royale à Bertrand, et se sont mis à trois au même endroit, pour que finalement Maud, plus posée et plus ordonnée, gagne sa place sur les poteaux. Patrick et Coumba ont donc migré chez Claude, d’où ils ont été chassés vertement par le chef de la tribu, dont je peux un peu comprendre le courroux puisqu’il savait où aller et qu’il pouvait voir d’un mauvais oeil deux parasites fouiller autour de lui. Justice a été faite, Claude a, à son tour, trouvé son couteau, suivi par Bertrand, qui généreusement avait pourtant donné à Patrick tous les éléments pour lui voler sa place en finale.

L’épreuve d’orientation passée, je me frottais les mains pour les poteaux, et bien cette année héros obligent, ils étaient à bouts arrondis. Il faudra m’expliquer l’intérêt de la manoeuvre puisque jamais de la vie les candidats ne pouvaient tenir dessus des heures. Ils ont déjà eu du mal à se redresser et à tenir au delà d’une minute.
Sur-déception donc…
Claude a gagné devant Maud, et Bertrand aux grands pieds est tombé en premier.
Logiquement, Claude devait choisir Maud pour gagner, mais car il est grand seigneur, il a opté pour Bertrand.
Si je n’avais pas eu vent d’un contexte ambigu, j’aurais admiré la décision du chauffeur de maître, car, comme l’a redit opportunément Maud, « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire », mais l’optique du « pacte » a tout gâché.
Le jury final a loué les qualités des deux aventuriers. On était bien loin du chaos promis et le direct a été tout aussi mou. A noter cependant la disparition au moment du dépouillement de Coumba, et les excuses un peu pathétiques de Moussa à Maud, qui tenait certainement à se racheter une image…

Cette spéciale ne restera pas dans l’histoire de « Koh Lanta », même si finalement elle a couronné un excellent aventurier, qui a même reconnu au passage des erreurs dans « sa » saison. J’ai eu plaisir à revoir Guénaëlle, qui marque pour moi à jamais l’excellente première saison de l’émission, que j’adorerais revoir.

Je regrette que « le pacte », tout comme les ambitions des candidats, ait gâché cette spéciale, qui avait tout pour être phénoménale.
Pour la prochaine fois, même si son existence me paraît déjà compromise, je propose la revanche ds perdants, avec uniquement des candidats éliminés avant la réunification…

"Koh Lanta : la revanche des héros" : Déjà la réunification, enfin de l’action

Après plusieurs épisodes sans grand intérêt, « Koh Lanta : La revanche des héros » a enfin décollé hier soir.
J’a été tellement passionnée, la semaine dernière, par l’émission que j’avais totalement zappé l’élimination d’Isabelle. Il se peut également que j’ai cherché à nier cet événement, car, à défaut d’être certainement une grande aventurière, Isabelle était de loin la plus belle des candidates.
Cette éviction met Patricia et Maud, ces deux alliées, en colère, car elles réalisent tardivement que le reste du groupe est contre elles. Freddy, qui semble bien décidé à enfin gagner « Koh Lanta », tire les ficelles dans l’ombre et a même réussi à asservir, le pourtant très autoritaire, Bertrand, qui se refuse à faire des vagues depuis le commencement de sa nouvelle aventure. D’ailleurs, quand la stratégie de l’ingénieux ingénieur fait perdre le groupe, on préfère reporter la faute sur la pauvre Maud, qui est trop molle (comme la neige).
Freddy semble être possédé par Maxime, le belge de Raja Ampat.
De toute façon, quel intérêt d’emporter à ce stade du jeu, les fameuses conversations téléphoniques avec la famille. Téhéiura est le seul parmi les rouges vainqueurs à apprécier ce cadeau, car il a choisi de repartir au bout du monde alors que sa femme est enceinte. Coumba refuse purement et simplement de profiter du gain, et Guénaëlle se lance dans un appel crypté plutôt amusant. Chacun en déduira, je suppose, ce qu’il désire.
A peine le temps de se remettre de ces émotions que Denis annonce déjà aux candidats que le temps de la Réunification est venu. Cette fois-ci, les ambassadeurs ne peuvent pas mettre leur tête dans la balance, s’ils sont incapables de s’entendre, et de toute façon ils ne choisissent pas un candidat à l’élimination. Ils se contenter de désigner une personne par équipe pour porter les couleurs de leur groupe dans une épreuve inconnue. Le perdant du duel, qui opposera les deux candidats malheureux, quittera le jeu sur le champ. Vous remarquerez le raffinement de la nouvelle règle.
Francis, auto-proclamé représentant des jaunes dominateurs, et Claude, logiquement désigné pour sauver les meubles chez les rouges, s’affrontent donc autour du choix des deux personnes susceptibles de sauter. Le sexagénaire balance Patricia, et Claude feint de lui opposer quelqu’un de très fort dans l’intérêt des siens, Téhéiura.
Claude est très fort sur ce coup là, car il gagne dans les deux cas. Patricia aura en effet à cœur de se venger des siens si elle revient et favorisera donc les rouges en les rejoignant, et lui au passage il sera débarrassé d’un adversaire redoutable. Si Téhéiura l’emporte, l’équipe jaune comptera un candidat de moins, et Claude jouera les chefs d’équipe confiant.
L’histoire ne dit pas pourquoi tant de haine chez les jaunes à l’égard de la pauvre Patricia, qui devra revenir une troisième fois, ou participer aux « maçons du coeur » voire à « D&Co », si elle veut enfin offrir une maison à sa maman.
Le calcul de Francis s’avère finalement logiquement exécrable pour les jaunes, qui n’arrivent pas une seconde à convaincre Maud qu’ils n’ont jamais voulu l’évincer. Elle trahit donc les siens et vire Francis, qui l’a bien mérité.
Comme prévu, les jaunes, finalement totalement désunis et partiellement démobilisés, font les frais de la réunification face à des rouges certainement plus forts psychologiquement. Guénaëlle gagne donc une semaine de survie, ce qui me fait plaisir.
En outre, comme je le rappelais sur lePlus, les jaunes sont tellement sûrs de leur fait, qu’ils ont zappé qu’il reste un collier d’immunité sur leur camp et qu’un ex rouge en a peut-être un en sa possession. Ce qui est d’ailleurs le cas puisque Patrick a planqué astucieusement dans sa gourde le précieux talisman… Le clan Moussa / Wafa / Freddy se croit très fort, mais manque diablement de jugeote ou n’a simplement pas intégré l’impact du collier. Il aurait fallu réviser avant de participer.
De mon côté, je me répète un peu, mais je me régale enfin. Après avoir trouvé le temps long, la semaine dernière.