M6 et la publicité subliminale !

Je ne sais pas s’il vous est déjà arrivé comme à moi de regarder « MIAM » et d’être soudain pris d’une furieuse et inexplicable envie de manger des Quality Street – mais si vous savez la fameuse boîte à bonheur remplie de chocolats et de caramels… Ce soudain désir était motivé par la présence derrière le chef de bombonnes remplies des fameuses friandises. Ne cherchez pas la semaine prochaine, elles n’y sont plus depuis quelques numéros. Quelqu’un a du avoir la même idée que moi et râlé, mais j’ai gardé une capture d’écran pour prouver ce que j’avance.

En France, nous restons super faux-culs avec le placement de produits, comme l’a prouvé le fabuleux « D&Co, une semaine pour tout changer » d’hier. Tel un Rambo en jupons, Valérie Damidot a été très inspirée par la maison de la pauvre famille qui l’accueillait et a littéralement décidé de tout péter. Les jolies cheminées d’époque ont donc été atomisées pour que la papesse de la décoration puisse imposer ses goûts à une famille de toute façon tellement sonnée par son malheur qu’elle en avait oublié qu’elle pouvait avoir une opinion.
De toute façon, ces gens n’avaient même pas de meubles à mettre dans la benne. Encore une jolie hypocrisie de l’émission au passage, les possessions de la famille, enfin surtout leur poids, ne devraient pas entrer en ligne de compte pour déterminer le niveau de l’aide accordée, si ? Enfin là exceptionnellement, les promoteurs offraient leurs services pour venir en aide à la famille…

Je ne vous refais pas le couplet sur la ressemblance maintenant tellement flagrante qu’elle n’en est plus drôle entre « D&Co » et les « maçons du cœur ». D’ailleurs, Valérie montrait autant ses seins hier que Ty ses pectoraux dans son émission à lui…

Ce qui m’a choqué en plus du reste, c’est la manière insidieuse dont le programme nous a vendu la journée de la famille dans « le plus grand parc d’attractions d’Europe », sans jamais citer son nom. Des indices chez vous : Aladdin ? Cars ?… Vous pensez comme moi au parc Astérix ? Alors pour enfoncer les clous, Valoche a mis une jolie fresque avec Buzz et Woody dans la salle de jeux des enfants et plein de marchandising Mickey dans les chambres de plus petits. Vous avez saisi maintenant ?

Qui alerte le CSA ?

[NDLA : Je félicite de mon côté Disneyland Resort Paris, l’endroit que je préfère au monde, pour son exquis placement de produit. C’est bien M6 que je fustige…]

Valérie se prend à chaque épisode de D&Co de plus en plus pour Ty des Maçons du coeur

Je m’essaie aujourd’hui à un nouveau concept. Sur un même sujet, vous découvrirez le côté pile plus généraliste sur le Post et ici le côté face plus personnel dans l’analyse. J’inaugure cette formule avec l’épisode d’hier de « D&Co, une semaine pour tout changer ».

Valérie Damidot a une fois de plus, hier sur M6, changé la vie d’une famille méritante grâce à sa sympathique équipe de « designers » et à des entrepreneurs ultra qualifiés.

En visionnant le début de l’épisode, malgré mon début de grippe, j’ai littéralement fait un bond dans mon lit : Valérie tenait un mégaphone à la main. Pour ceux qui suivent, je m’étais déjà inquiétée lors du précédent « D&Co, une semaine pour tout changer » de la tyisation de Valérie, qui se prend d’épisode en épisode de plus en plus pour une « maçonne du cœur » et je lui avais suggéré de pousser jusqu’au bout la logique en se munissant d’un mégaphone, ce qu’elle a apparemment fait.

Dans le précédent épisode, Valérie s’attaquait à la méritante famille d’une jeune femme qui avait perdu ses jambes dans un accident de voiture. Cette semaine, elle s’occupait d’une brave famille d’accueil.
Comme nous ne sommes (pas encore) totalement des américains. Les liens de parenté entre les différents membres de la famille ont été passés sous silence. J’ai déduit que le grand garçon qui veut devenir militaire n’était probablement pas le fils de la famille, tout comme le joli petit dernier, Stan, mais pour le reste j’hésite encore.

Maçonnerie du cœur oblige, Valérie a vu les choses en grand à nouveau cette semaine : des murs ont été abattus, un escalier changé, un studio à nouveau aménagé, une terrasse installée, un jacuzzi posé dans le jardin.
Maçonnerie du cœur oblige bis, les conditions météorologiques ont également été contre l’équipe d’ouvriers qui a du, dans un style pas du tout développement durable, installer des chauffages électriques pour permettre aux nouvelles installations de sécher en temps et en heure.
De plus, l’interlocutrice privilégiée de Valérie, la fille de la famille, a chopé une bronchite en cours de route.

A terme dans un style absolument américain, la famille hystérique n’a pas eu besoin que Valérie « move the bus » pour hurler et sauter partout. Les plans semblaient tout droit sortis d’un épisode de la franchise américaine. La chambre-cabane-animaux du petit dernier était également dans un style très Connie ou n’importe laquelle des designeuses américaines aux 52 dents blanches. Enfin chaque chambre comptait son pc portable.

L’histoire ne dit pas encore si tels de cruels Leomiti, la famille d’accueil chassera les pauvres orphelins en conservant sa maison refaite à neuf…
En tout cas, la prod de l’émission doit lire attentivement les forums et parcourir avidement le net, je ne vois pas d’autre explication.

(Pour mémoire, ici l’autre versant de l’histoire…)

La maçonne du coeur

Depuis quelques émissions, Valérie Damidot semble se prendre, de plus en plus, pour une maçonne du cœur. Dans un numéro récent de « D&Co, une semaine pour tout changer », elle avait ainsi aidé une famille qui, faute d’argent, n’avait pas terminé l’aménagement de l’immense maison pour laquelle elle s’était endettée. Hier, elle est carrément intervenue en faveur d’une famille méritante, dont la cadette avait perdu l’usage de ses jambes, suite à un accident de moto. Émission française oblige, la majorité du pathos nous a été épargné, mais pas en fin d’émission les gros plans sur le papa, pourtant flic, en larmes en découvrant le studio aménagé spécialement pour le handicap de sa fille, nous ne pouvons donc que déduire en filigrane ce que les Maçons nous auraient expliqué avec beaucoup d’émotions. Je suppose que si le grand fils de plus de 20 ans vit encore chez ses parents alors qu’il travaille, c’est pour aider sa sœur dans un univers non adapté (Connie aurait abondamment pleuré à cette simple perspective).

Au-delà du sujet, plutôt touchant et intéressant – comment rendre une maison accessible à une jeune fille coincée dans un fauteuil roulant ? – l’émission était remarquable par l’intérêt que le jeune apprenti de Valérie lui portait.

Le fils de la famille, choisi par la super designeuse pour l’aider dans les travaux et sosie du fils d’Alice de « seconde chance » (toutoutou « seconde chance ») ou de Tom de « sous le soleil », semblait en effet raide dingue d’elle, passant son temps à la complimenter ou à la tripoter.
Si je n’avais pas constaté dans un reportage de samedi, que Valérie avait déjà un homme dans sa vie, j’aurais pu penser que la décoratrice médiatique avait précédé les mamans et trouvé l’amour sur M6.

A la fin, le résultat du relooking brutal de la maison, avec abattages de murs comme dans les maçons, et aménagement du garage, était complétement sidérant. Il faut dire que la maison partait de très, très loin. Valérie a, même, emprunté des gadgets à ces cousins américains, le miroir de salle de bains qui fait télévision par exemple. Pour le prochain épisode de « D&Co », je lui conseille donc de se munir d’un haut-parleur pour tyranniser ses équipes de façon encore plus efficace, en attendant le jumelage officiel avec « les maçons du cœur ».

Par la suite, j’ai visionné un inédit particulièrement sympathique de « c’est du propre ».

Les deux fées du logis de la six étaient mandatées pour intervenir chez deux colocs beaux gosses fans de soirée mais pas très doués pour récurer leur maison. Ma femme a été enchantée quand Béatrice et Danièle ont indiqué aux jeunes gens qu’il ne fallait pas mettre trop de lessive dans la machine – un sujet de discorde dans mon couple – et personnellement j’ai noté qu’un peu de vinaigre blanc dans le bac de l’adoucissant permettait de raviver les couleurs.

Bizarrement, après cette intervention particulièrement ludique, les deux dames ne sont pas revenues inspecter la maisonnée des jeunes gens….


J’ajoute à ce post, deux infos en vrac.

Grâce à « + clair », samedi, sur canal +, nous avons pu apercevoir brièvement Amel de « Koh Lanta 2 », qui a fait un magnifique teaser pour « le retour des héros », le fameux « Koh Lanta » « all stars ». Apparemment, il y aurait eu du sport entres les différents participants et l’aventure s’est avérée plus dure pour de nombreux participants que la première. J’ai hâte de découvrir ça.

Sinon, je tiens à jour la liste des gens qui me détestent grâce à mes interventions sur le Post – les fans de Michel Sardou, Serge Lama, Mylène Farmer, Patricia Kaas, Josh Groban, et Christophe Maé – auxquels s’ajoutent désormais ceux de Gautier et d’Anne Ducros.

Après une semaine de silence !

Je suis navrée d’avoir délaissé mon blog rose cette semaine. J’ai deux bonnes excuses pour cela :

1) La présence de mes parents qui me laissait à peine le temps de travailler et de bloguer sur la star ac’ (j’ai le sens de priorités)

2) L’actualité chargée de la star ac’ à commenter d’urgence et déjà avec du retard sur Le Post. Pour celles et ceux qui sont complétement hermétiques à mon autre blog, pour mémoire, il n’y aura pas de tournée cette année et ce pour la première fois en huit ans d’émission et de façon complétement inattendue la promo 8 aura la peau de l’émission. La star academy peut désormais inscrire avec son sang sur un mur de l’hôtel particulier, Gautier m’a tuER.

J’ai placé ma mère curieuse de découvrir ma passion pour l’émission de télé-crochet devant TF1 à 18h15, lundi soir. D’abord, elle m’a demandé, curieuse, en visionnant une page de publicité si c’était ça la star ac’. J’ai du lui indiquer posément que « ça » c’était la réclame et qu’à priori chez elle, elle pouvait aussi visionner la même. Ensuite, elle a d’emblée détesté Gautier et elle s’est imaginée que Solène avait un problème aux lèvres. Elle m’a vraiment interrogée à plusieurs reprises sur la maladie supposée de la jeune fille. Une piqûre d’insecte ? Une allergie quelconque à un produit qu’elle ingurgite là bas ?…

Globalement, elle a lâché l’affaire à la pub et décrété que la star ac’ n’était guère passionnante. Cette promo 8 est décidément nulle et incapable même de passionner ma mère, pourtant néophyte en la matière, plus d’un quart d’heure. Il faut dire que ma malheureuse génitrice a aperçu les évals rock où Gautier et Edouard n’ont cessé de dialoguer par confessionnal interposé sur ce qu’était une attitude supposée rock.
D’un côté, le rock selon Edouard c’est se décoiffer sur du Noir Dés’, et de l’autre, pour Gautier, c’est de chanter très, très, très fort habillé tout en noir – trop rebelle attitude – sur du Kyo. De mon côté, je pense que ni l’un, ni l’autre n’ont réellement la bonne réponse car c’est Yvane plus provoc’ que jamais qui la détient forcément, à moins qu’il est juste cherché à envoyer au casse-pipes deux bonnes copines.
Enfin, ma nouvelle héroïne, Machin Machin (Marine Méchin que je soupçonne fort d’être une copine) a décidé qu’Yvane avait manipulé les filles, la prod semble bien décidée à le virer ce soir quitte à l’inciter à créer un coup d’éclat en plein prime en se barrant à la Pierre.
A suivre…

Enfin, après cet intermède star ac’, ma mère m’a quand même aidée à comprendre l’une des enigmes qui m’intriguait depuis un moment, le lien entre les desperate housewives. Je tolère mal la série car je n’arrive pas à comprendre que ces femmes que tout oppose soient amies. Ma mère m’a expliqué qu’elle n’avait aucune raison objective d’être copine non plus avec les siennes et que c’était, dans son cas, le boulot qui les avait rapprochées.
Je n’ai pas eu de mal à trouver la Gabrielle Solis de la bande de ma mère, mon père était d’accord mais a tenu à préciser qu’elle était… « moins belle », ai-je rétorqué, alors qu’il voulait signifier qu’elle était « plus intellectuelle ».
Les photos de leur réalisation seront bientôt en ligne ici ou ailleurs mais les premières réactions extérieures à mon couple ne sont pas celles escomptées.
Ce soir, n’oubliez pas que je live-blogue sur le Post et que demain je débriefe le prime ici.

Valérie Damidot nous ment !

Ce que Valérie Damidot oublie de nous dire dans D&Co, c’est que pour coller des stickers sur un mur, tapisser en violet ou peindre en taupe, au préalable il faut le DETAPISSER, ce qui prend un temps inouï et s’impose comme un exercice épuisant ! En plus, quand on enlève les tapisseries, on a toujours des surprises : un papier peint oublié en dessous de celui qu’on arrache déjà, des murs dans un état assez calamiteux…
En tout cas, avant la venue des POC Senior père et mère, mes murs sont (presque) nus. Nous y avons passé la journée à trois sans décolleuse éléctrique.

Ce que POC oublie de vous dire dans ce post, c’est qu’après avoir passé plusieurs heures à regarder des motifs de papiers peints sur des sites dédiés et s’être arraché les cheveux en constatant qu’absolument rien n’était à son goût ou ne correspondait à ses désirs, elle a appelé sa maman, la queue entre les jambes, et lui a demandé de lui choisir sa nouvelle déco avec de préférence des tons gris / bleus et un motif pour un mur lui indiquant qu’elle voulait créer une ambiance « cosy » et « chaleureuse » dans sa pièce.

A ce jour, nous ne disposons pas des images exclusives de POC Senior en train d’arpenter les brocantes et les allées des boutiques de décoration, mais je sais qu’elle a trouvé quelque chose dans l’esprit évoqué. Toutefois comme elle me l’a expliqué au téléphone, elle s’est piquée au jeu et s’est prise un peu pour Valérie Damidot en prenant des libertés avec nos consignes et en investissant dans un rouleau avec un motif « un peu audacieux ».

A suivre…

Je vous promets les photos du résultat final dans une semaine. En croisant les doigts pour que ma mère m’ait un peu plus écouté que la papesse de la déco de la six quand elle reçoit les consignes de ses victimes…

Valérie Damidot sors du corps de ma maman !

Je n’ai aucune excuse pour ne pas poster plus ici alors que j’ai la matière. Je voulais d’ailleurs m’engager dans un cycle audacieux pour une téléphage, « les émissions qu’on regarde en ayant conscience qu’elles sont absolument dénuées d’intérêt ». Certains considèreront déjà que 99% de ce que je visionne à la télévision peut-être placé dans cette catégorie ce qui est un peu extrême mais pas faux toutefois.

Pour autant, aujourd’hui, j’avais envie de décortiquer un mail de POC Senior qui a franchement les honneurs de mon blog en ce moment.
Ma mère se refuse à lire ma prose du net parce qu’elle est persuadée que je passe ma vie à y dire du mal d’elle, ce qui est complétement faux la plupart du temps. J’ai un peu mieux à raconter (ce que je regarde à la télé) par ailleurs. Mais aujourd’hui, je ne résiste pas à la tentation d’être légèrement fourbe en vous balançant son message du matin.

Je le contextualise avant. Mes parents débarquent dans 15 jours avec une benne rouge – une scénic grise – pour nous proposer de s’attaquer à la rénovation de notre intérieur, chaque kg dans la benne – la voiture – représentant à peu près 1 euro pour les travaux.
Je suis décidément une mauvaise fille aujourd’hui parce qu’en vrai mes gentils parents viennent s’attaquer après plus d’un an passé ici à la décoration de notre salon / bibliothèque / bureau défiguré par cette tapisserie (photo ci contre). Malheureusement, à ce jour contrairement à nos habitudes, nous n’avons abouti à aucun consensus sur le papier à poser sur le mur. Enfin si, pour être exacte, avec ma moitié, nous avions envisagé un mélange de sobriété cassée par un entourage psychédélique de mon bureau reprenant les couleurs du couloir.

(Des gens ont choisi sciemment de poser un jour ce papier peint dans une pièce de 20m2…)

Mais ce matin, le drame est arrivé avec ce mail…

(PS : j’ai conservé la syntaxe approximative du message original de ma mère qui ne maîtrise pas encore complétement le clavier d’un ordinateur)

« lors de mon insomnie matinale (6h.) j ‘ai imaginé la déco .de votre pièce .voici mes suggestions »
(Petite culpabilisation maternelle toujours bienvenue dans un style très Emily Gilmore, la maman de Lorelai dans « Gilmore Girls », j’empêche ma maman de dormir.)

(Mes pois manquent de subtilité d’après ma mère. Les fans assidus de « fais pas ci, fais pas ça » reconnaîtront un morceau de la déco de la chambre de Tiphaine Bouley.)

« autour du bureau ,choisir des rayures fines reprenant les couleurs du couloir ,lors d’un précédent passage chez L-M ,j ‘avais repéré ce papier ;ce serait plus subtil peut-être que de reprendre les pois »
(Je tiens beaucoup à mes pois. Je n’ai pas envie d’être subtile, Maman. Au passage, appréciez la critique sur mon manque supposé de subtilité. Quant à ce qui est désigné sous l’appellation ce papier, j’ignore encore à quoi il ressemble.)

« par ailleurs,je verrai bien ,pour casser une trop grande uniformité sur les autres murs,travailler différemment le mur de la bibliothèque avec une couleur ..chocolat (miam,miam) ,couleur chic qui ne serait pas trop omniprésente puisque en partie masquée mais qui mettrait malgré tout la bibliothèque en valeur et en harmonie avec l’ensemble des couleurs du couloir ; quant au reste ,opter pour une couleur ivoire à la fois douce et claire .. »
(« Du chocolat », ma mère a vraisemblablement été avalée par Valérie Damidot pendant la nuit. Pourquoi pas du mauve tant que nous y sommes ou du orange ??? Nous voulions une certaine harmonie générale simplement rompue par les fameux pois autour du bureau. Ma mère envisage un chaos tout damidotien dans la pièce où je travaille quotidiennement. Pour le chocolat aucune allusion subtile à Olivia Ruiz, ma mère ignore jusqu’à son existence. )


Je sais que je suis une mauvaise fille, je vous remercie par avance de ne pas l’indiquer dans les commentaires. Mais hier, nous avons vraiment détaillé par téléphone à ma mère ce qui nous ferait plaisir pour en arriver là. Contrairement aux gens sans imagination qui confient aveuglément la réalisation de leur intérieur à la grosse Valérie dont les goûts sont plus que discutables, j’ai un avis sur mes murs, pourtant je sais à quel point ma mère a du goût dans le domaine.
Pour la peine, je comprends encore moins les grands malades qui font appel à Valoche depuis bientôt deux ans….

La folie des grandeurs

Sans vouloir me porter la poisse, j’ai l’impression que mon ordinateur donne de plus en plus de signes de faiblesse.

Mais tel n’est pas le sujet du jour. Hier, Valérie Damidot nous a tenu en haleine durant 1h30, quand même, devant un « D&Co, une semaine pour tout changer », qui avait tout, je suis médium comme Marilyn à mes heures (cf mon dernier Télé POC), d’un épisode des « maçons du cœur ».
Valérie débarque en effet avec son acolyte Franck dans l’immense baraque d’un couple fort méritant mais surtout ultra fauché qui n’a pas songé un instant que miser sur les murs était une chose mais que l’aménagement intérieur d’une maison pouvait également avoir son importance.
Pour la méritude, je ne retiens à ce moment là que « fauché avec trois enfants et une baraque immense à entretenir sur les bras ».
Heureusement, Valérie n’a pas exactement des critères aussi draconiens que Ty et son équipe de designers, elle accepte donc de s’occuper de cette maison. A raison d’ailleurs, comme le téléspectateur peut le constater en découvrant la baraque.
Cette superbe demeure immense qui s’étend sur plusieurs étages compte à peine des murs et un toit. Le sol est en béton, les murs sont nus, l’immobilier presque inexistant… La pauvre épouse, car oui dans « D&Co » comme ailleurs c’est la femme qui est réputée être aux fourneaux, est contrainte de cuisiner à la cave car il n’y a pas d’arrivée d’eau au rez-de-chaussée, ni d’ailleurs de lavabo dans la salle de bains. Les chambres des enfants ressemblent à des cellules monastiques avec de laids dessins de leur composition collés au mur pour décorer.
Je vous rappelle au passage qu’aucune explosion au gaz, ni accident violent mettant en jeu des armes à feu, ni cyclone, ni maladie mortelle, ni champignons voraces ne sont responsables de cet état de fait, ces gens ont simplement mal évalué leur budget avant d’engloutir leurs économies dans leur nouvelle baraque.
Mais Valérie est au dessus de mes préoccupations méritantes, Bertrand de « Koh Lanta » a du pester de rage comme moi devant le peu de prévoyance de cette famille, et prend sa mission à bras le corps. Malgré le vide relatif de la maison, la benne est soit disant rempli de 900 kg de meubles – Valérie a du se glisser dedans à la pesée – soit 90 mille euros d’aménagement.
L’équipe des artisans, en France on emploie pas encore de « designers », peut donc se lancer pendant que la famille n’est pas envoyée en Floride mais parquée chez une connaissance.
Valérie a, un peu comme la famille, la folie des grandeurs avec le magot amassé grâce à sa benne rouge. Elle décide de peindre la maison, d’aménager les combles en suite parentale, d’installer une piscine (hors sol et minuscule certes) et une cabane (digne du décor de « Fantasy Land » à Disney Land) pour l’aîné de la famille dans le jardin, de faire venir du mobilier de cuisine mega design depuis l’Italie et de suspendre une cheminée dans le salon.
Bref elle a la folie des grandeurs. Les chambres d’enfants sont décorés dans un style vraiment filles à 45 dents des « maçons du cœur » avec un décor champêtre plus vrai que nature dans la pièce de la plus grandes gamines aux oreilles monstrueusement décollées et une ambiance rock « Tokio hotel » très marquée dans celle du grand garçon. Stéphane Plazza qui ne jure que par la depersonnalisation et les couleurs sobres aurait pleuré en découvrant la chambre de la cadette toute en rose.

A l’arrivée, rien à dire, le résultat est magnifique. Valérie a réalisé son chef d’œuvre et devrait même s’arrêter là plutôt que de pécher à nouveau par mauvais goût à l’avenir. Elle m’a fait plaisir en installant ENFIN une bibliothèque dans une maison où prendront place des livres. La cuisine au design italien m’a rendue extrêmement jalouse. J’étais plus sceptique sur la baignoire installée au milieu de la suite parentale dans laquelle aucun adulte ne pourra jamais se douche debout et sur la cheminée ultra découverte au milieu du salon avec trois petits enfants dans les murs.

A l’avenir, espérons pour elle que ce couple ne fasse pas des émules…