Valérie se prend à chaque épisode de D&Co de plus en plus pour Ty des Maçons du coeur

Je m’essaie aujourd’hui à un nouveau concept. Sur un même sujet, vous découvrirez le côté pile plus généraliste sur le Post et ici le côté face plus personnel dans l’analyse. J’inaugure cette formule avec l’épisode d’hier de « D&Co, une semaine pour tout changer ».

Valérie Damidot a une fois de plus, hier sur M6, changé la vie d’une famille méritante grâce à sa sympathique équipe de « designers » et à des entrepreneurs ultra qualifiés.

En visionnant le début de l’épisode, malgré mon début de grippe, j’ai littéralement fait un bond dans mon lit : Valérie tenait un mégaphone à la main. Pour ceux qui suivent, je m’étais déjà inquiétée lors du précédent « D&Co, une semaine pour tout changer » de la tyisation de Valérie, qui se prend d’épisode en épisode de plus en plus pour une « maçonne du cœur » et je lui avais suggéré de pousser jusqu’au bout la logique en se munissant d’un mégaphone, ce qu’elle a apparemment fait.

Dans le précédent épisode, Valérie s’attaquait à la méritante famille d’une jeune femme qui avait perdu ses jambes dans un accident de voiture. Cette semaine, elle s’occupait d’une brave famille d’accueil.
Comme nous ne sommes (pas encore) totalement des américains. Les liens de parenté entre les différents membres de la famille ont été passés sous silence. J’ai déduit que le grand garçon qui veut devenir militaire n’était probablement pas le fils de la famille, tout comme le joli petit dernier, Stan, mais pour le reste j’hésite encore.

Maçonnerie du cœur oblige, Valérie a vu les choses en grand à nouveau cette semaine : des murs ont été abattus, un escalier changé, un studio à nouveau aménagé, une terrasse installée, un jacuzzi posé dans le jardin.
Maçonnerie du cœur oblige bis, les conditions météorologiques ont également été contre l’équipe d’ouvriers qui a du, dans un style pas du tout développement durable, installer des chauffages électriques pour permettre aux nouvelles installations de sécher en temps et en heure.
De plus, l’interlocutrice privilégiée de Valérie, la fille de la famille, a chopé une bronchite en cours de route.

A terme dans un style absolument américain, la famille hystérique n’a pas eu besoin que Valérie « move the bus » pour hurler et sauter partout. Les plans semblaient tout droit sortis d’un épisode de la franchise américaine. La chambre-cabane-animaux du petit dernier était également dans un style très Connie ou n’importe laquelle des designeuses américaines aux 52 dents blanches. Enfin chaque chambre comptait son pc portable.

L’histoire ne dit pas encore si tels de cruels Leomiti, la famille d’accueil chassera les pauvres orphelins en conservant sa maison refaite à neuf…
En tout cas, la prod de l’émission doit lire attentivement les forums et parcourir avidement le net, je ne vois pas d’autre explication.

(Pour mémoire, ici l’autre versant de l’histoire…)

La maçonne du coeur

Depuis quelques émissions, Valérie Damidot semble se prendre, de plus en plus, pour une maçonne du cœur. Dans un numéro récent de « D&Co, une semaine pour tout changer », elle avait ainsi aidé une famille qui, faute d’argent, n’avait pas terminé l’aménagement de l’immense maison pour laquelle elle s’était endettée. Hier, elle est carrément intervenue en faveur d’une famille méritante, dont la cadette avait perdu l’usage de ses jambes, suite à un accident de moto. Émission française oblige, la majorité du pathos nous a été épargné, mais pas en fin d’émission les gros plans sur le papa, pourtant flic, en larmes en découvrant le studio aménagé spécialement pour le handicap de sa fille, nous ne pouvons donc que déduire en filigrane ce que les Maçons nous auraient expliqué avec beaucoup d’émotions. Je suppose que si le grand fils de plus de 20 ans vit encore chez ses parents alors qu’il travaille, c’est pour aider sa sœur dans un univers non adapté (Connie aurait abondamment pleuré à cette simple perspective).

Au-delà du sujet, plutôt touchant et intéressant – comment rendre une maison accessible à une jeune fille coincée dans un fauteuil roulant ? – l’émission était remarquable par l’intérêt que le jeune apprenti de Valérie lui portait.

Le fils de la famille, choisi par la super designeuse pour l’aider dans les travaux et sosie du fils d’Alice de « seconde chance » (toutoutou « seconde chance ») ou de Tom de « sous le soleil », semblait en effet raide dingue d’elle, passant son temps à la complimenter ou à la tripoter.
Si je n’avais pas constaté dans un reportage de samedi, que Valérie avait déjà un homme dans sa vie, j’aurais pu penser que la décoratrice médiatique avait précédé les mamans et trouvé l’amour sur M6.

A la fin, le résultat du relooking brutal de la maison, avec abattages de murs comme dans les maçons, et aménagement du garage, était complétement sidérant. Il faut dire que la maison partait de très, très loin. Valérie a, même, emprunté des gadgets à ces cousins américains, le miroir de salle de bains qui fait télévision par exemple. Pour le prochain épisode de « D&Co », je lui conseille donc de se munir d’un haut-parleur pour tyranniser ses équipes de façon encore plus efficace, en attendant le jumelage officiel avec « les maçons du cœur ».

Par la suite, j’ai visionné un inédit particulièrement sympathique de « c’est du propre ».

Les deux fées du logis de la six étaient mandatées pour intervenir chez deux colocs beaux gosses fans de soirée mais pas très doués pour récurer leur maison. Ma femme a été enchantée quand Béatrice et Danièle ont indiqué aux jeunes gens qu’il ne fallait pas mettre trop de lessive dans la machine – un sujet de discorde dans mon couple – et personnellement j’ai noté qu’un peu de vinaigre blanc dans le bac de l’adoucissant permettait de raviver les couleurs.

Bizarrement, après cette intervention particulièrement ludique, les deux dames ne sont pas revenues inspecter la maisonnée des jeunes gens….


J’ajoute à ce post, deux infos en vrac.

Grâce à « + clair », samedi, sur canal +, nous avons pu apercevoir brièvement Amel de « Koh Lanta 2 », qui a fait un magnifique teaser pour « le retour des héros », le fameux « Koh Lanta » « all stars ». Apparemment, il y aurait eu du sport entres les différents participants et l’aventure s’est avérée plus dure pour de nombreux participants que la première. J’ai hâte de découvrir ça.

Sinon, je tiens à jour la liste des gens qui me détestent grâce à mes interventions sur le Post – les fans de Michel Sardou, Serge Lama, Mylène Farmer, Patricia Kaas, Josh Groban, et Christophe Maé – auxquels s’ajoutent désormais ceux de Gautier et d’Anne Ducros.

La folie des grandeurs

Sans vouloir me porter la poisse, j’ai l’impression que mon ordinateur donne de plus en plus de signes de faiblesse.

Mais tel n’est pas le sujet du jour. Hier, Valérie Damidot nous a tenu en haleine durant 1h30, quand même, devant un « D&Co, une semaine pour tout changer », qui avait tout, je suis médium comme Marilyn à mes heures (cf mon dernier Télé POC), d’un épisode des « maçons du cœur ».
Valérie débarque en effet avec son acolyte Franck dans l’immense baraque d’un couple fort méritant mais surtout ultra fauché qui n’a pas songé un instant que miser sur les murs était une chose mais que l’aménagement intérieur d’une maison pouvait également avoir son importance.
Pour la méritude, je ne retiens à ce moment là que « fauché avec trois enfants et une baraque immense à entretenir sur les bras ».
Heureusement, Valérie n’a pas exactement des critères aussi draconiens que Ty et son équipe de designers, elle accepte donc de s’occuper de cette maison. A raison d’ailleurs, comme le téléspectateur peut le constater en découvrant la baraque.
Cette superbe demeure immense qui s’étend sur plusieurs étages compte à peine des murs et un toit. Le sol est en béton, les murs sont nus, l’immobilier presque inexistant… La pauvre épouse, car oui dans « D&Co » comme ailleurs c’est la femme qui est réputée être aux fourneaux, est contrainte de cuisiner à la cave car il n’y a pas d’arrivée d’eau au rez-de-chaussée, ni d’ailleurs de lavabo dans la salle de bains. Les chambres des enfants ressemblent à des cellules monastiques avec de laids dessins de leur composition collés au mur pour décorer.
Je vous rappelle au passage qu’aucune explosion au gaz, ni accident violent mettant en jeu des armes à feu, ni cyclone, ni maladie mortelle, ni champignons voraces ne sont responsables de cet état de fait, ces gens ont simplement mal évalué leur budget avant d’engloutir leurs économies dans leur nouvelle baraque.
Mais Valérie est au dessus de mes préoccupations méritantes, Bertrand de « Koh Lanta » a du pester de rage comme moi devant le peu de prévoyance de cette famille, et prend sa mission à bras le corps. Malgré le vide relatif de la maison, la benne est soit disant rempli de 900 kg de meubles – Valérie a du se glisser dedans à la pesée – soit 90 mille euros d’aménagement.
L’équipe des artisans, en France on emploie pas encore de « designers », peut donc se lancer pendant que la famille n’est pas envoyée en Floride mais parquée chez une connaissance.
Valérie a, un peu comme la famille, la folie des grandeurs avec le magot amassé grâce à sa benne rouge. Elle décide de peindre la maison, d’aménager les combles en suite parentale, d’installer une piscine (hors sol et minuscule certes) et une cabane (digne du décor de « Fantasy Land » à Disney Land) pour l’aîné de la famille dans le jardin, de faire venir du mobilier de cuisine mega design depuis l’Italie et de suspendre une cheminée dans le salon.
Bref elle a la folie des grandeurs. Les chambres d’enfants sont décorés dans un style vraiment filles à 45 dents des « maçons du cœur » avec un décor champêtre plus vrai que nature dans la pièce de la plus grandes gamines aux oreilles monstrueusement décollées et une ambiance rock « Tokio hotel » très marquée dans celle du grand garçon. Stéphane Plazza qui ne jure que par la depersonnalisation et les couleurs sobres aurait pleuré en découvrant la chambre de la cadette toute en rose.

A l’arrivée, rien à dire, le résultat est magnifique. Valérie a réalisé son chef d’œuvre et devrait même s’arrêter là plutôt que de pécher à nouveau par mauvais goût à l’avenir. Elle m’a fait plaisir en installant ENFIN une bibliothèque dans une maison où prendront place des livres. La cuisine au design italien m’a rendue extrêmement jalouse. J’étais plus sceptique sur la baignoire installée au milieu de la suite parentale dans laquelle aucun adulte ne pourra jamais se douche debout et sur la cheminée ultra découverte au milieu du salon avec trois petits enfants dans les murs.

A l’avenir, espérons pour elle que ce couple ne fasse pas des émules…