Est-ce que j’aimerais vraiment être confinée avec…Bébé Yoda ?

Pour le reconfinement, je me suis (re)posé la question du premier : avec quel personnage de série j’aimerais être confinée ? Et soudain l’évidence : Bébé Yoda. Mais il va bien falloir peser le pour et le contre.

(Et oui, au premier degré, je me demande vraiment quels sont les avantages et les inconvénients d’accueillir Bébé Yoda chez soi. Ca va vous ?)

(Des gens se sont vraiment énervés parce qu’il mangeait les oeufs d’une grenouille extraterrestre imaginaire, alors ce n’est pas pire, je trouve…)

Pour…
Il est vraiment trop mignon.


Il n’est pas très remuant.

Il n’est pas très bruyant.

Il est rigolo.

Il sera un atout de taille pour vos visios entre amis ou en famille.

Il n’est pas très encombrant, même dans un petit appartement. Il se range dans une sacoche.

Il a certainement la Force, ce qui peut être pratique pour déplacer des meubles.

Il mange les oeufs des araignées. Un bon point pour les arachnophobes (sauf si elles se réveillent, furieuses et géantes).

Contre…
On ne sait pas bien ce qu’il mange. Des oeufs a priori… Mais ils sont vraiment difficiles à trouver en période de confinement. Et si comme Alf lui prenait l’envie soudaine de manger le chat….


Il est propre au moins ? Ce n’est pas très clair dans la série. Après tout, c’est techniquement un bébé ou un enfant.

Il est habitué aux grandes espaces : Tatooine, l’univers… Pas sûre que votre 30 m2 lui suffise !

Il tripote un peu tout, comme un gosse. Il pourrait détraquer la box Internet sans le vouloir ou trifouiller dans la caisse du chat (décidément).

Il n’est pas hyper obéissant. Le Mandalorian a du mal à en venir à bout, alors un humain lambda…

On ne connaît pas vraiment son âge et c’est préoccupant.

Bilan, de mon côté, ça sera un grand non ! Mais je vous laisse juger…

Plan blog

Vous savez comme moi qu’il y a plein de supers séries à regarder et qu’on manque toujours de temps. Enfin, ça a été niveau temps ces dernier mois, mais j’y reviendrai. C’est pour ça que je me demande toujours pourquoi je finis par regarder Plan coeur sur Netflix. D’autant que j’ai mollement apprécié la première saison et détesté la deuxième. Alors pourquoi me suis-je tapée l’épisode sur le confinement ? C’est un grand mystère…. d’autant que je n’ai pas pu me rincer l’oeil, ce qui semble être l’objet unique de cet inédit, sur la plastique du beau barbu, dont on voit presque tout sauf ce qu’il montre au balcon à sa voisine (mais que c’est drôle…).

Je vais vous résumer Plan coeur aussi bien que je l’ai fait hier pour quelqu’un que ça n’intéressait pas.

Dans la première saison, Machine (je vais vérifier les prénoms pour plus de clarté) Elsa se fait plaquer par Maxime. Comme elle a le coeur brisé, ses bonnes copines (avec des amis comme ça, pas besoin d’ennemis) décident de payer un escort-boy (qu’elle baptise « le pute ») pour qu’elle se console. Elsa ne sait pas que le beau Julio est payé pour la séduire et tombe amoureuse de lui. Comme c’est une comédie romantique, la réciproque est vraie. Elle découvre la vérité dans le dernier épisode et décide de se mettre en couple avec lui. A un moment, il y a Anne de Petrini aussi. Ses deux potes, Charlotte et Emilie, ont aussi des aventures qui ne visent qu’à illustrer le fait qu’elles sont insupportables. Emilie passe sa vie à être infecte (et le mot est faible) avec son gars, qui est un gentil interne. Charlotte s’emploie à gâcher la vie d’Elsa.
Dans la saison 2, Elsa a caché à ses meilleures amies qu’elle était avec Julio. (Tu m’étonnes…) Du coup, elles essaient de la recaser avec Maxime, qui s’est découvert un amour transi pour elle entre deux.
Le seul personnage bien, et c’est sans parti-pris, est la collègue lesbienne d’Elsa, qui apparaît de temps en temps pour ne pas trop exister.
Je vous épargne l’intrigue autour de la start-up bidon de Charlotte.
Elsa rompt avec Julio à cause de ses copines et se remet finalement avec lui, parce que cette série est nulle et n’a rien à dire.

Et donc, comme ça doit bien marcher, Netflix a proposé hier un épisode spécial de Plan coeur sur le confinement.

Vous avez aimé le confinement, vous détesterez l’épisode de Plan coeur sur le confinement.
Vous avez détesté le confinement, vous détesterez l’épisode de Plan coeur sur le confinement.
D’ailleurs, je pense que les scénaristes de Plan coeur détestent leurs personnages. Je ne vois aucune autre explication.

La petite bande d’amis décide de se confiner ensemble dans la maison de la grand-mère d’Emilie. Et puis, finalement pas…. Charlotte a trop peur d’être infectée par le virus. Maxime a trop envie de baiser (je n’invente rien). Matthieu, dont je ne vous ai pas parlé, est bloqué à Londres. (On l’oublie vite, comme les autres personnages qui cessent rapidement de l’appeler.) Jules et Elsa veulent baiser (décidément). Emilie est donc bloquée, seule, avec son courageux époux qui est soignant et son fils à la campagne.


Et là, et bien c’est la calamité.
Elsa devient super écolo et insupportable (je ne sais pas quel est le message derrière, je vous laisse décider). Charlotte psychote à cause du virus. Emilie se fait suer et profite du métier de son époux pour devenir populaire sur Insta. On avait déjà atteint les limites du supportable avec son personnage dans les deux premières saisons et là j’avoue que je ne comprends même plus comment c’est possible d’être aussi immonde. Maxime secoue sa b.t.e au balcon pour trouver une meuf (et encore une fois, je n’invente rien).
Au bout de trente jours de confinement, sans qu’on comprenne comment c’est possible puisqu’on ne les voit jamais sortir, Julio chope le coronavirus. Du coup, Elsa se rend compte qu’elle est une véritable emmerdeuse. Charlotte est prise de remords car elle ne fait rien pour les autres et culpabilise. Elle vainc sa germophobie pour mettre ses über au féminin au service des soignants. Maxime fait du sport pour entretenir son corps, donc on le voit en slip une grande partie de l’épisode.

Ce que ça dit du confinement : rien ou du moins pas grand chose de bien.
Il y aurait pourtant eu matière. La série ne fait même pas l’effort de suivre l’actualité qui avait son importance pendant ces quarante jours. Les personnages se regardent le nombril pendant 98% de l’épisode, avant de réaliser qu’il faut être altruiste, sauf Maxime très occupé par autre chose.

Si un extraterrestre découvre l’humanité avec cet épisode, il va nous crever. Vous êtes prévenus !

Sinon, ça va, ma gestion de la colère, tout ça…

Let’s go to the mall

Nous sommes quasi à J + 1 mois depuis le début du déconfinement. Et en bonne irréductible que je suis, je résiste encore et toujours à ce mouvement.
Je savoure le fait de pouvoir sortir sans autorisation et d’avoir la liberté de circuler, mais je n’en abuse pas.
Le confinement a été agréable pour moi et je ne préjuge pas en écrivant ceci de ce qu’il pu être pour d’autres. Je pense que la génération Club Do qui passait ses journées confinée à regarder toutes les émissions de la prêtresse des programmes pour enfants était bien préparée à cette situation.

Il faudrait me couper Internet, l’accès à Animal Crossing New Horizons et les chaînes de streaming pour que j’accepte de sortir.

Pour ne rien arranger, Netflix m’a annoncé au moins trois bonnes nouvelles dernièrement :

  • La saison 3 de Dark. Avec toujours cette même hésitation : faut-il repartir de zéro pour savourer pleinement son dénouement ?
  • La saison 7 de New Girl. Bon ok, la six avait une fin tellement parfaite que j’aurais pu m’en tenir là et je sens déjà avec ses deux premiers épisodes qu’elle est parfaitement redondante, mais qu’importe il faut en finir pour de bon.
  • Les saison 9 et 10 de Modern Family. Idem la série a beaucoup perdu, mais il faut que le voyage se termine. Je prépare les mouchoirs.

En parallèle, Amazon s’enrichit de séries des années 2000 que j’ai toujours eu envie de revoir ou qui ont été si mal programmées par les chaînes hertziennes que j’ai loupé leurs fins. Je vais enfin pouvoir terminer Fringe par exemple.

Et surtout, je me suis mise au très bon et bizarrement passé inaperçu Superstore.

Superstore narre le quotidien d’une équipe qui travaille dans un supermarché américain à la périphérie d’une petite ville lambda.
Je n’attendais rien de particulier de cette série et j’ai été immédiatement séduite.
D’abord parce que c’est vraiment drôle, et vous pouvez me faire confiance sur ce point, je n’ai pas le rire facile.


C’est aussi très, très bien joué. J’avais aimé America Ferrera dans Ugly Betty sans savoir que sous les lunettes et l’appareil se cachait une aussi jolie nana (oui, je sais, c’était le principe), mais surtout qu’elle avait une jolie voix rauque éraillée parfaitement charmante.
J’avais vu Ben Feldman dans le très moyen Drop Dead Diva et il est formidable dans Superstore dans le rôle de l’ex étudiant en commerce idéaliste. Le personnage de Dina ne devrait pas vous laisser indifférent, pas plus que celui Sandra. Et je n’oublie pas Glenn, le directeur du magasin, qui en VO (je ne pense pas que la série doive se regarder autrement) a la voix de Fozzie l’ours, ce qui n’est pas donné à tout le monde.

Superstore réussit l’exploit d’être une série légère qui évoque de vrais sujets : la discrimination, l’immigration illégale, l’avortement… Elle m’a aussi permis de découvrir qu’on vendait la pilule du lendemain ou qu’on votait dans les supermarchés aux Etats-Unis.
Je la placerai dans la lignée de Scrubs (Amazon, quand achètes-tu l’intégrale de Scrubs ?) ou de Brooklyn Nine-Nine(et oui, je vais jusque-là).

La série a été diffusée par NRJ12 en lieu et place de The Big Bang Theory à titre informatif.

Bon, foncez, faites moi confiance, vous ne le regretterez pas. Superstore est une série hautement addictive.

Le retour (de flamme) de la Force

Parmi les joies du confinement, il faut bien le dire, il y a l’arrivée tant attendue de Disney + en France. J’en profite pour voir enfin tous les dessins-animés que j’ai loupés dans ma longue existence. J’ai commencé mon rattrapage par La Petite Sirène, que j’ai adoré, je ne m’y attendais pas du tout. Il se peut que je chante « les poissons, le poissons » en boucle depuis. Le prochain film sur ma liste est La Princesse et la Grenouille, suivi certainement de Basile, détective privé.

Mais, évidemment, ce qui me réjouit le plus pour le moment, c’est de déguster (« les poissons, les poissons »), désormais à un rythme hebdomadaire, les nouveaux épisodes de Mandalorian.

Un peu comme pour Rogue One, je n’attendais rien, ou du moins pas grand chose, de cette série inspirée de l’univers Star Wars. J’étais même carrément sceptique, me rendant à l’avis que Disney allait essorer la franchise jusqu’à la moelle pour se faire du pognon. Et, non, je suis emballée !

Nous avons consommé à vitesse grand V ses premiers épisodes disponibles au lancement et le sixième, en ligne depuis vendredi, nous a laissées sur notre faim. Il était extrêmement réussi, peut-être le meilleur jusque-là.

Je ne suis pas une spécialiste de l’univers Star Wars, loin de là. Je suis juste née en 1977 et ce film a marqué ma vie, comme celle de tout bon Xennial, qui se respecte (je généralise exprès). Je rêve d’enrichir ma collection de Pop! avec cette figurine et celle-ci. Ceci n’est absolument pas un message subliminal pour un 13 mai qui approche à la vitesse de la lumière pour une personne à qui j’en ai déjà subtilement parlé en attirant son attention à plusieurs reprises sur la beauté de ces figurines. Bref… j’adore Mandalorian et pas uniquement grâce à Bébé Yoda (dont la Pop! sera bientôt en ma possession).

The Child

Moins de Skywalker, plus de fun
Mandalorian s’inscrit subtilement dans l’univers Star Wars en se détachant des Skywalker, comme quoi c’est possible, et en faisant des références à l’existant mais sans qu’il pèse trop sur le propos. L’apparition du conducteur de vaisseau prison avec son look 70’s / première trilogie m’a enchantée, tout comme le passage sur la planète Tatooine. Bon, ok, j’aurais voulu voir les deux soleils évoqués, mais ça aurait été trop facile certainement. Nous sommes dans la galaxie après la chute de l’Empire. On sent bien que la Nouvelle République galère encore à s’imposer et que c’est toujours le far-west, un peu comme avant en somme et puis après aussi certainement.

Le Rebelle dans l’espace
La série a un petit côté fiction des années 70 et 80. Un héros banni erre dans l’univers avec son enfant adoptif et relève des missions pour subsister. La menace rôde partout autour de lui, mais il s’en sort à chaque épisode et trace sa route. Il pourrait monter sur sa moto ou errer le long d’une route poussiéreuse du coeur de l’Amérique. Là, il s’envole avec son vaisseau spatial. Impossible pour lui de se poser auprès d’une jolie éleveuse de crevettes bleues. C’est un peu Le Rebelle, Bruce Banner / L’incroyable Hulk ou l’Agence tous risques à lui tout seul. D’ailleurs, la musique du générique final a des accents de l’époque.

Dans l’espace, personne ne vous entend parler
Moi qui adore les séries bavardes, je suis une inconditionnelle de Gilmore Girls après tout, je me surprends à aimer ce héros taiseux et ces épisodes quasi silencieux. Tour de force inattendu, le héros masqué est d’ailleurs extrêmement expressif.

Une programmation payante
La stratégie de Disney + de distiller les épisodes au compte-goutte me semble déjà très payante. Bon, d’abord, parce que ça empêche de s’abonner à la chaîne uniquement pour binge-watcher la série durant la quinzaine de jours de gratuité, mais aussi parce que ça fait du bien de découvrir une série à l’ancienne avec une véritable attente et une frustration à la fin. En ces temps de confinement, un rendez-vous régulier avec un truc qui fait plaisir, ça n’a pas de prix. 

 

Vis ma vie de confinée ! (Je regarde Affaire conclue à la maison)

Nous allons bientôt arriver au moment où les chaînes n’auront plus rien dans leurs cartons à nous proposer. Alors histoire de temporiser, elles s’adaptent !

Quotidien propose ainsi une formidable émission raccourcie tous les soirs. Le talk-show a su se renouveler pendant cette drôle de période et la formule est vraiment plaisante. Je suis assez fan de la séquence avec les couples curieusement et je trouve qu’Alison Wheeler n’a jamais été aussi drôle. Il se peut aussi que je sois moi-aussi un peu au bout du rouleau. C’est aussi comme ça que j’ai appris que les chaînes proposaient désormais une grille dite « dégradée« .

affaire conclue

France 2 pense par exemple à ses téléspectateurs et a adapté sa meilleure émission à la sauce fait maison (on pourrait dit cheap, mais bon je reconnais l’effort). Et honnêtement si vous avez envie de rire en ces temps difficiles, Affaire conclue à la maison est certainement une très bonne piste.

Nous avons donc Sophie Davant et ses oreillettes depuis le salon de sa maison en Normandie (c’est elle qui l’a dit hier en commentant la météo sur place, son ancien dada), qui contacte via Skype un vendeur quelque part dans le monde. Celui-ci se présente, raconte (un peu trop) sa vie et montre son bel objet. Un commissaire priseur confiné nous en dit plus, à son tour, sur sa nouvelle vie avec ses enfants, puis expertise l’objet. Deux acheteurs bien tentés par l’objet interviennent enfin pour tenter de l’acheter (sous réserve qu’ils le reçoivent un jour et qu’il soit conforme à la description).

C’est hilarant parce que le petit décalage de quelques secondes, auquel on est bien habitué pour l’interview d’un envoyé spécial, ou désormais d’un spécialiste médical ou d’un homme politique, fonctionne beaucoup moins bien dans une émission de divertissement. Il y a un petit côté Intervilles-Guy-Lux-Je-ne-vous-entends-pas, qui rend le propos très décalé.

Dans ces circonstances, mener de vraies enchères est quasi impossible. La production a donc songé à une solution de circonstance : les acheteurs font leur proposition sur un papier blanc (de taille et de couleur pas encore super homologuées) façon Vitrine du Juste Prix. Et on sent bien d’ailleurs que Caroline Margeridon s’est inspirée du jeu culte de TF1 parce que, hier, elle nous a claqué la proposition à 1501 euros pour tenter de damer le pion à sa collègue, qui de toute façon était 500 euros en dessous. Contrairement au Juste Prix, il faut avoir le prix le plus haut pour emporter l’enchère et non se rapprocher le plus possible de l’estimation de l’expert.

Vous vous imaginez bien que dans ces circonstances, je me suis remise en quête de l’objet idéal pour apparaître moi-aussi devant ma collection de Pop ! dans l’émission. (Oui, parce que les gens choisissent en général un fond qui les met en valeur.)

Ne me reste qu’à trouver l’objet parfait et à faire le deuil des câlinous de Caroline, qui ne vont pas avec la distanciation sociale imposée par les circonstances de toute façon…

Vis ma vie de confinée !

Je déplorais qu’il manque un couple de filles dans les duos confinés de Quotidien et je m’apprêtais à poster ma candidature, quand deux nanas visiblement du Sud-Ouest (Caramba, encore raté !) ont pris la place. Tant pis ! Je me contenterai de raconter ma vie de confinée ici.

Si je reprends mon Télé POC journée du tout début du confinement, qui a déjà un mois (!!!!), il ne reste quasi aucune émission du départ.

Tom Nook

Du coup, j’occupe mes journées en jouant énormément à Animal Crossing New Horizons. Je me souviens de ma déception, il y a grosso modo un an, quand Nintendo avait annoncé le report du jeu à mars 2020. Désormais comme Francis Cabrel, je pense que c’était écrit. Le jeu rend ce confinement tellement moins insupportable. J’ai même réalisé tous les plans d’Albin, le lapin sautillant. J’ai aussi attiré l’un de mes habitants favoris sur mon île (George), grâce à une carte Amiibo. Qui se félicite aujourd’hui d’avoir mené bien trop loin cette collection ? Un indice chez vous : Moi !

Je profite aussi du confinement pour rattraper un relatif retard en séries. J’ai enfin visionné en quasi intégralité Grégory sur Netflix et pleuré à chaudes larmes devant la scène de l’enterrement du petit garçon.
Si vous ne l’avez pas vu, je vous recommande ce documentaire. Je me rends compte en le visionnant à quel point le fait divers était présent en arrière-plan de mon enfance et de mon adolescence, sans que je m’y sois jamais vraiment intéressée. Sauf bien plus tard à l’âge adulte.

Je me suis également mise à The Boys sur Amazon, la version trash de l’univers Marvel. Les super-héros y sont dépeints comme des super-ordures managés par une société sans scrupule qui gère leur image. C’est violent, un peu hard, mais le propos est assez passionnant. J’ai hâte de voir où ça va me mener.

 

The Child

Je me suis évidemment abonnée jour 1 à Disney + et j’ai enfin vu les trois premiers épisodes de Mandalorian. Que dire ? C’est vraiment chouette de retrouver l’univers Star Wars dans une série. Je pense forcément à mon moi de 8/10/12/15 ans qui aurait tellement aimé ça. Mon moi de 42 ans kiffe aussi un max, je vous rassure.
Je n’aurai finalement qu’un regret : avoir su pour le Bébé Yoda et ne pas avoir bénéficié de l’effet de surprise qui a dû être absolument magique pour les vrais premiers téléspectateurs.
En super fan d’Arrested Development, je suis ravie de découvrir que Carl Weathers est vraiment un acteur !

Je poursuis aussi Community, une série sur laquelle je reviendrai un jour plus en détails. Mais quelle merveille de drôlerie ! Je retrouve ce que j’ai adoré dans Parks & Recreation ou Arrested Development, ce côté tout pour la blague qui fonctionne si bien. Pour les garçons sensibles et les filles hétéros, j’ai rarement vu une série qui mette autant ses héros plutôt canons et bien bâtis en slip gratuitement.

Le confinement destiné à se prolonger me donne désormais envie de me remettre à Lost (attendu sur Amazon prime apparemment), Buffy (déjà sur Amazon Prime) et Scrubs (nulle part et c’est dommage).

Et sinon, je regarde aussi la télé, mais j’en parlerai dans un autre post, histoire d’économiser mes cartouches.

Koh Lanta, la meilleure émission à regarder pendant le confinement !

En ces temps troublés, les petites habitudes ont quelque chose de plutôt réconfortant. Enfin, je vous parle de temps troublés, mais ils ressemblent fort à mon quotidien : ne pas sortir et télétravailler. Mais, même si je n’ai pas mis le nez dehors depuis une semaine (et même un peu plus), chaque soir, je me tape la bonne vieille crise d’angoisse à base de j’ai mal à la tête et à la gorge, c’est fini. Il a donc été voté au conseil à l’unanimité de deux personnes et de deux chats, que je serai dispensée de courses jusqu’à nouvel ordre. Donc, dans ces moments plutôt angoissants, les habitudes ont du bon et mon rendez-vous hebdomadaire avec Koh Lanta est une véritable bénédiction.

 

fdc0c-kohlantalarevanchedeshc3a9ros
Ce n’est pas le bon logo mais j’ai pioché dans mes archives (Crédit : TF1)

La production avait promis une saison d’anthologie et elle n’avait pas menti.

Je vous résume le début de la saison…
Tout a fort bien commencé avec le coup d’éclat de Joseph, qui est quand même le premier candidat à tenter d’éteindre le feu qu’il avait lui-même allumé. En vain d’ailleurs, ses compagnons d’aventure l’ont ranimé.

Joseph

Ahmad est le premier candidat à manquer de se noyer, interrompant une épreuve d’immunité, alors qu’il avait…pied ! Et grâce au coup de folie de Joseph, il n’a même pas été éliminé, alors qu’il ne sait pas nager.

Cette saison nous réservait une autre très bonne surprise : le retour des anciens.
Bon, alors, sans Freddy (l’ingénieux ingénieur qui n’a jamais emporté l’émission) ou Grégoire, ça perd un peu de son sel, mais Teheiura et Claude sont de la partie, tout comme Moussa, Sara et Jessica (bon, j’avoue que je l’avais oubliée).
Ils étaient cinq au départ, quatre seulement devaient participer à l’aventure. Mais bon, finalement, comme les vrais aventuriers tombent comme des mouches, ils ont tous pu intégrer une équipe.

Passée la joie de voir arriver des héros de Koh Lanta qui leur ont donné de chouettes coups de main  en étant très bons sur les épreuves ou en les nourrissant au quotidien, les nouveaux candidats se sont retrouvés face à un dilemme de taille. Les conserver ou se dire : eux, ils ont déjà eu leur heure de gloire, à nous de briller ! Et c ‘est ainsi que Tehe a été éliminé la semaine dernière, provoquant l’ire des téléspectateurs.

Un nouveau super méchant honnis de tous a émergé : Ahmad, le super stratège prêt à tout pour l’emporter, y compris donc à éliminer le bon Tehe. Mais honnêtement, j’y réfléchis depuis, vous n’auriez pas fait pareil à leur place ?

Dans le dernier épisode…
Chez les rouges, Claude a juré de venger Tehe. De son côté, Sara a tout donné pour faire gagner les jaunes, au point de se provoquer une hernie (authentique). Elle a donc été remplacée par le dernier éliminé, je vous le donner en mille, le sympathique Polynésien. Sur la sellette chez les rouges, les anciens, Claude et Jessica, ont trouvé un collier d’immunité (oh ça tombe bien), qui ne leur servira à rien (quel dommage !) puisqu’il était valable jusqu’à la réunification qui interviendra DEJA la semaine prochaine.
L’épreuve de la régate (un classique de Koh Lanta) a tourné, contre toute attente, à l’avantage des rouges. Les jaunes ont éliminé un candidat perpétuellement affamé et casse-pied.

Et donc la semaine prochaine, tout ce petit monde va se réunifier. Sur les cinq héros du départ, quatre sont encore en course (Moussa, Claude, Jessica et Teheiura), bien décidés à mettre des bâtons dans les roues de leurs désormais adversaires, dans une aventure qui devient déjà solitaire.

Il va bien sûr y avoir une réunion des ambassadeurs, qui va sceller de façon injuste le destin d’un aventurier. Je serais les nouveaux, j’éliminerais Claude, comme ça juste par méchanceté. Je parie que c’est ce qu’Ahmad va faire d’ailleurs.

Bref, ce Koh Lanta cuvée 2020 n’a pas fini de nous surprendre.

Mes commentaires personnels
J’ai déjà un pronostic pour le nom de la gagnante. Je vois Naoil l’emporter, sauf si elle part sur blessure.

Mon chouchou de la saison est le petit Sam, qui s’est préparé comme un dingue à l’aventure. Je crois peu en ces chances, mais il mériterait de gagner.

J’ai trouvé le nom de la personne avec qui je ne voudrais absolument pas être confinée : Sara, qui hurle « il n’y a pas de fatigue qui tienne » et qui doit imposer des exercices physiques pour ne pas se ramollir.

Avec quel personnage de série aimeriez-vous être confiné ?

Sur un concept complètement piqué ici, mais avec une liste totalement personnelle de noms, voici mon grand sondage : avec quel personnage de série aimeriez-vous vous confiner ?

(Je prépare le contre sondage : avec qui n’aimeriez-vous vraiment pas vous confiner ?)
gilmore-girls-une-nouvelle-annee-un-hiver-cosy-critique-une-958x388

Lorelai Gilmore (Gilmore Girls)
Avantage : Elle est drôle, elle adore la junk food, elle parle tout le temps.
Inconvénient : Elle parle tout le temps.

Janet

Janet (The Good Place)
Avantage : Elle exauce tous les voeux. Elle sait tout, mais vraiment tout. Elle est hyper sympa…
Inconvénient : Je sèche…

Friends

Monica Geller (Friends)
Avantage :
Elle est maniaque. Elle vous aidera à vous lancer dans un grand plan de nettoyage chez vous et s’occupera de désinfecter les courses.
Inconvénient : Elle est mauvaise joueuse, les jeux de société peuvent très mal tourner avec elle. Planquez les fourchettes !

River Song (Doctor Who)
Avantage : Elle est sympa, elle est débrouillarde, et elle voyage dans le temps.
Inconvénient : Elle ne tient pas en place.

Rachel Green (Friends)
Avantage : Elle est facile à vivre et sympathique.
Inconvénient : Elle est un peu superficielle.

fc83c-sex-and-the-city-1

Samantha Jones (Sex and the city)
Avantage : Elle a bon fond, elle est rigolote et elle a plein de trucs à raconter.
Inconvénient : C’est une obsédée sexuelle. A deux, ça peut vite devenir lourd.

Bette Porter (The L Word)
Avantage : Elle est lesbienne et canon. Elle danse et soude super bien. C’est une femme forte, qui gardera la tête froide en toutes circonstances.
Inconvénient : Elle ne respire pas la joie de vivre.

Emily Prentiss (Esprits Criminels)
Avantage : Elle saura quoi faire quelle que soit la situation. Elle est cultivée et bien éduquée.
Inconvénient : Elle n’est pas super fun.

Samantha Stephens (Ma sorcière bien aimée)
Avantage : C’est une sorcière ! Elle peut exaucer tous nos voeux.
Inconvénient : Jean-Pierre risque de lui coller au basques. On lui préférera du coup sa cousine, Serena.

Max (2 Broke Girls)
Avantage : Elle est drôle, elle est douée en pâtisserie et surtout c’est une vraie new-yorkaise, elle sait donc se sortir de toutes le situations.
Inconvénient : Elle est trop franche.

Ron Swanson (Parks & Recreation)
Avantage : Il est doué de ses mains et pourra enfin vous réaliser l’étagère à Pop! dont vous rêvez.
Inconvénient : Il est un peu taciturne.

Buffy Summers (Buffy contre les vampires)
Avantage : Elle est sexy. Elle saura vous protéger si les choses tournent mal.
Inconvénient : Elle est sans doute un peu rigide.

Angela Bower (Madame est servie) et sa mère Mona
Avantage : Pour l’ambiance à la maison et le confort du foyer !
Inconvénient : Ils sont déjà nombreux dans la famille, pas sûr que vous trouviez une place.

Thomas Magnum (Magnum)
Avantage : Il est sympathique et il possède une magnifique moustache. En plus, il y a pire que Hawaï pour se confiner.
Inconvénient : Il est très poilu, les poils sur le savon c’est un peu dégueu.

98e2f-monk2

Adrien Monk (Monk)
Avantage :
Il est maniaque, le virus ne franchira pas le seuil de votre porte.
Inconvénient : Il est maniaque à l’excès et ne supportera pas que vous mettiez les pieds sur la table basse.

Jess Day (The New Girl)
Avantage : Elle est distrayante. Elle aura des idées originales pour des travaux manuels.
Inconvénient : Elle doit être extrêmement saoulante à la longue et je préfère Schmidt.

Carol Hathaway (Urgences)
Avantage : Pour les hypocondriaques, elle sera d’une compagnie rassurante.
Inconvénient : Je la soupçonne d’être sinistre.

 

 

Comment s’occuper pendant le confinement ?(Episode 2)

Pour celles et ceux qui n’ont jamais le temps de regarder des séries, voici quelques conseils ! Pour la plupart d’entre elles, j’ai écrit un post pour dire tout le bien que j’en pensais. Vous cliquez sur le titre, il apparaît. Magie !

Je suis preneuse d’idées aussi.

Arrivée

Les 8 saisons d’American Horror Story sur Netflix
Il y a certainement beaucoup plus réconfortant, mais bon vous aurez un peu de matière et c’est vraiment bien.

Les 4 saisons de The Good Place sur Netflix 
Probablement la meilleure série de ces cinq dernières années à mon goût. Alors certes, les saisons sont inégales, la troisième rame un peu, mais vous ne regretterez pas le voyage !

Les 2 saisons de Dark en attendant la troisième sur Netflix
C’est amusant, je cite trois séries et elles parlent de mort, de crimes atroces ou d’apocalypse. Dark est une véritable merveille malgré grâce à son côté sombre, mystérieux et compliqué. Vous avez aimé Lost, vous adorez Dark.

Les deux saisons de Fleabag sur Amazon Prime
Une merveille d’intelligence et de drôlerie !

The End of The Fucking World (2 saisons sur Netflix)
Je n’ai pas fini la deuxième mais la première m’avait mis une très jolie claque.

Sex Education (2 saisons sur Netflix)
C’est anglais, il y a Gillian Anderson dedans et les acteurs sont chouettes. Je la fais brève sur ce coup-là.

Brooklyn 99 (Netflix)
Par les créateurs de The Good Place, le quotidien rigolo de policiers new-yorkais, mais pas que… Une série qui peut aussi vous faire sévèrement monter les larmes aux yeux quand elle évoque un coming-out bi ou le racisme. En général, l’essayer c’est l’adopter ! Si je devais faire une mauvaise comparaison, c’est un peu un Scrubs avec des flics. Et puis bon, Rosa est devenue très vite l’un de mes personnages de série favori.

friends

Friends (10 saisons sur Netflix)
Parce qu’on ne se lasse jamais de Friends et qu’on a toujours besoin de regarder Friends, surtout en ce moment.

Community (Amazon Prime et bientôt Netflix)
Cette série a été mal programmée et en VF sur la TNT. Pourtant, elle mérite le détour tant elle est originale et drôle. Je suis en cours de visionnage actuellement et je me régale.

Une dernière pour la route, Master of None, qui compte au moins deux épisodes d’anthologie ! Et à propos d’anthologie, vous avez tout vu de Black Mirror ?

Sur Netflix, je vous recommande aussi chaudement Nailed it (version française et américaine), parce que c’est hilarant !  Artus a réussi le défi d’être un aussi bon animateur du programme que Nicole Byer sans jamais l’imiter. L’émission avait en plus eu le mérite de m’inspirer.

Si vous ne l’avez pas encore vu Toys that made us est un formidable documentaire sur les jouets de notre enfance et sa déclinaison ciné Movies that made us est très plaisante aussi.

Sur Twitter, j’ai vu que l’INA proposait Madelen, sa plateforme gratuitement pendant trois mois et dessus il y a Papa Poule et Pause Café. Je sens que je ne vais pas résister bien longtemps….

Comment s’occuper pendant le confinement avec sa télé ? (Episode 1)

Comme on va être nombreux à rester enfermés pendant un moment et que la plupart des gens normaux ignorent ce qu’il y a de bien à la télé en journée, je vais partager mes tuyaux. Vous appelez ça le confinement, moi c’est ma vie quotidienne !

(Je grossis le trait, mais il faut bien conserver le moral, ce qui n’est pas forcément évident pour une hypocondriaque.)

Je vais commencer par un article sur les programmes de la journée, après je donnerai des conseils séries et/ou replay.

Welcome
Je pense que c’est de circonstance. (Crédit : NBC)

Vous allez rire, ou plutôt pas, mais les dates de ce confinement tombent mal. La meilleure télé-réalité du moment diffusée sur TFX (NT1 / la 11) vient de se terminer. Vous n’aurez donc pas le bonheur de découvrir Lucie, la meilleure love-coach de la télévision française (vous pourriez profiter du confinement pour envisager un virage à 180° dans votre vie professionnelle et devenir love-coach d’ailleurs ou match maker), donner des conseils amoureux à d’anciens candidats de télé-réalité qui cherchent l’amour.

Heureusement pour vous, NRJ12 (oui, c’est une vraie chaîne) a décidé de faire un magnifique cadeau à ses fans en rediffusant la cinquième saison des Anges, celle qui a consacré Nabilla !

Mais bon, je me disperse, commençons par le matin !

9 heures / 13 heures
C’est, ça a été et ça sera toujours un désert télévisuel. La période actuelle n’a pas arrangé la situation. Du coup, vous pouvez zapper et vous fixer sur un truc qui vous intéresse sur Arte (7), sur une scripted reality (20 / 22) ou sur un reportage sur les flics / la légion (23 /24).

De mon côté, sur TMC, je vous recommande Drop Dead Diva. L’histoire d’un mannequin qui meurt dans un accident de voiture et se retrouve dans la peau d’une avocate en surpoids extrêmement intelligente. Bon là, c’est un peu bête, parce que vous allez prendre l’histoire en cours de route à la quatrième saison, mais vous devriez raccrocher les wagons assez vite. En espérant que cette fois TMC aille au bout de la diffusion de la série !
Pourquoi c’est bien ?
Je vais être honnête, ça ne casse pas trois pattes à un canard. Mais c’est une série à tribunaux et les Américains font ça plutôt bien.

Le midi, on se tape le 13 heures pour prendre sa dose d’angoisse de la journée.

14 heures / 19h30
Dès 14 heures, on se fixe pour une bonne partie de l’après-midi sur France 2.

On prend le café devant Ca commence aujourd’hui. Vous vous étiez arrêté à Ca se discute ou C’est mon choix, la recette n’a pas pris une ride. Désormais, c’est Faustine Bollaert qui confesse ses invités sur leurs grands malheurs, leurs petits bonheurs ou leurs immenses joies. Elle fait ça très bien. Préparez un paquet de kleenex au cas où ! Je plaisante, mais elle aborde avec délicatesse des sujets pas forcément évidents.
Pourquoi c’est bien ?
L’émission est souvent extrêmement feel-good avec beaucoup de sujets sur l’amour (l’amour, l’amour). Faustine Bollaert est parfaite dans son rôle.

En alternative, il y a des rediffs sur la TNT : Gossip Girl (TFX), Columbo (TMC), voire pour les plus masos de NCIS (W9).
Il y a aussi les toujours formidables feuilletons de l’après-midi sur M6 et TF1. Moi, j’ai décroché ! Attention, c’est une drogue dure.

A 15 heures, vous pouvez tenter Love, etc. sur France 2. La qualité de l’émission fluctue selon les invités et mon humeur. Je ne vous la conseille pas énormément.

15h40, on zappe sur M6 pour regarder Incroyables transformations sur M6 avec le fabuleux Nicolas Waldorf, qui a fait de Vous avez un colis, une émission originale.

A 16 heures, on arrête tout et on se branche sur France 2 pour deux formidables épisodes d’Affaire conclue.
Vous serez sceptiques au départ puis vous allez adorer. Je ne vais pas me répéter, j’ai déjà tout ici et . On a bien besoin des câlinous de Caroline Margeridon en ce moment.

Oula déjà 17h50, avec mon programme vous n’avez pas vu la journée passer. Vos yeux saignent car vous manquez d’entraînement, mais vous ne vous êtes pas ennuyés une seconde.

Il est temps de migrer vers Un dîner presque parfait, un grand classique, sur W9. Vous avez l’énorme avantage de ne pas avoir vu l’émission depuis qu’elle a quitté M6.
Le principe n’a pas changé cinq personnes de mauvais foi, persuadées d’être des cordons bleus, s’invitent à tour de rôle et disent le plus grand mal du repas de leur hôte depuis sa salle de bain. La blanquette était trop salée, je ne ne mange pas les bébés animaux, le dessert était trop sucré, la déco trop / pas assez chargée, la neige trop molle…

Vous pouvez aussi opter pour le très surprenant Mamans et célèbres sur TFX (bouton 11 de la télécommande). Le pitch est dans le titre de l’émission. Pour vous, ça sera surtout Mamans parce qu’il est assez improbable que vous connaissiez les participantes de l’émission, toutes issues de différentes télé-réalités. Comme Affaire conclue, vous aurez du mal au départ avec le concept – suivre la vie de dames qui ont des enfants dans leur quotidien – puis vous deviendrez accro.
Pour vous donner une idée du contenu, après avoir fait les valises de son fils pour partir à la neige, hier Julie a fait un Puissance 4 avec son compagnon. C’était le moment le plus intéressant de l’épisode !

Vers 19h30, regardez Quotidien, tant que TMC maintient le direct !

Et vous voilà, à 22h15 pour regarder le… prime !