Une seconde chance pour Dawson

« Un volcan s’éteint, un être s’éveille » a un jour écrit le poète et finalement il n’avait pas tort. Aujourd’hui, alors que « Seconde Chance » a pris fin dans l’indifférence quasi générale vendredi, « Dawson » redémarre à 16h30 sur TMC, soit à l’heure précise où je regardais le soap de TF1 précédemment.
Vous l’ignorez parce que j’écris moins ici, ce qui est d’ailleurs terminé aussi grâce à la magie de la vie, mais depuis quelques semaines je n’avais qu’une phrase à la bouche : quand est-ce que TF1 ou la TNT va se décider à reprogrammer « Dawson » ? Aujourd’hui, j’ai ma réponse.
Je sais déjà que les premiers épisodes vont être un cauchemar à visionner. Les héros me paraîtront trop jeunes et plastiquement assez repoussants, mais qu’importe une infime partie de moi se souviendra que TF1 avait annoncé, à la fin des années 90, la diffusion de « Dawson » sur son antenne à grand renfort de slogan du genre « la série qui a ébranlé l’Amérique ».
Je suis obligée de parler de la conclusion de « Seconde chance ». Comme je l’espérais, décidément, la série a eu le droit à une vraie belle fin digne de sa grande qualité.


Laëticia, la méchante historique, qui voulait du mal à Alice Leroy, qui avait bien le droit à une « seconde chance », est redevenue sur le fil adorable. Elle coulera désormais des jours heureux au paradis des héros de séries défuntes avec Marc (Sébastien d’« Hélène et les garçons ») qui était fort heureusement toujours amoureux d’elle malgré ses six mois de manipulations diaboliques. Le demi-frère de Marc, Lucas, pas franchement adorable non plus au premier abord, va lui devenir le père de l’enfant de l’ex traîtresse de l’agence, qui était en fait une ex call-girl qu’un vilain faisait chanter. Enfant adopté, ce qu’il a appris vers la fin de la saison, il s’est recréé une sympathique famille qu’il a choisie.
Les stagiaires ont tous obtenu des postes à responsabilités et trouvé l’amour. Lionel, le garçon, est passé créateur à part entière et sort avec la fille d’Alice, l’ex héroïne de la série, qui va malheureusement partir six mois en Guyane et Audrey, la fille, dirigera désormais l’événementiel avant de partir accoucher de l’enfant de l’ex mari de l’ex héroïne de la série.
Emilie, la remplaçante d’Alice a elle aussi trouvé l’amour, un job de rêve et une nouvelle famille riche cette fois-ci.
Quant à l’ex patron d’Alice, il sort avec sa mère qui partage désormais sa vie avec deux hommes. Le père d’Alice est, lui, devenu chanteur célèbre, malgré son grand âge, grâce à un buzz du net, ce qui le console d’avoir un rival.
La standardiste sourde ne l’est plus, ce qui lui a permis d’avoir très logiquement une promotion…
Bref, c’est un peu n’importe quoi finalement cette fin, mais un n’importe quoi si jouissif qu’on le pardonne aux scénaristes au chômage.

Bref, tout est merveilleusement bien qui finit extrêmement bien dans la guimauve absolue.
Alice Leroy, la première héroïne à qui la série avait accordé une seconde chance avant que cette conne ne tombe enceinte, est même venue clore le propos en nous expliquant que nous avions tous le droit à une seconde voire une troisième chance, ce qui a du faire sangloter tous les grands dépressifs probablement sans emploi ou précaires qui regardaient l’émission vendredi, et je m’inclus dans le lot évidemment.

TF1, qui n’a plus de sous, comme nous le martèlent toutes les émissions médias compétentes, va nous balancer deux épisodes de « Grey’s anatomy » tous les jours, pour compenser. Dans deux semaines, quand la saison 4 aura été écoulée, ils réfléchiront à la possibilité de remettre « Monk » ou « Code Zoé » pour compenser mais pas « Las Vegas » car apparemment ça ne fonctionne pas. Mais moi je m’en fous, je regarderai « Dawson » sur TMC à ce moment là.

Ce blog n’est pas mort loin de là…

Comme j’ai conscience que les quelques lecteurs du blog rose s’apprêtent à faire circuler sur le web une pétition digne de celle qui invite la une à ne pas faire cesser « seconde chance », je sors enfin de ma torpeur pour poster ici.

Non, le blog rose n’est pas mort. Mais j’ai vraiment en ce moment un notable problème d’emploi du temps qui fait qu’il m’est impossible de poster sur deux blogs simultanément. Je tiens en effet égoïstement à préserver avant tout ma vie amoureuse. Ma vie sociale a été abandonnée depuis un tout petit moment.

Mais, contrairement à ce que ce silence assourdissant (j’adore les oxymores) pourrait laisser penser, j’ai énormément de choses à dire…

Petite liste exhaustive des choses que j’ai à dire :

Je voudrais d’abord m’indigner contre l’arrêt prématuré et injuste de l’excellentissime « seconde chance » dont la qualité s’améliore de semaine en semaine. La série n’a jamais été aussi bien fichue, légère et drôle, alors pourquoi l’arrêter ? A n’en pas douter, à un autre horaire et en lui laissant un peu de temps, elle pourrait s’installer.

J’ai envie de conspuer la très, très moyenne saison sept de « Scrubs » que fort heureusement je n’ai pas payée grâce à ma fidélité sans faille à Orange qui me vaut des bons d’achat alapage. Alors, évidemment, la grève des scénaristes est passée par là et la saison 7 n’a que onze minuscules épisodes, mais il n’empêche que les intrigues tournent gravement en rond. Mais j’y reviendrai, promis…

Je me réjouis en revanche de constater que les scénaristes de « Lost » peuvent encore nous surprendre. La saison 5 crée de nouvelles questions en répondant partiellement au millier d’interrogations que j’ai déjà recensé. Mais la question du mois demeure : qu’est-il advenu de Claire ? Pourquoi a-t-elle disparu ? La reverrons-nous ? Par ailleurs, je suis évidemment fan de l’année dans laquelle évolue Jack, Sawyer et les autres et je me demande ce qu’ils y font, bien que j’ai quand même une petite idée à ce sujet.

J’aime de plus en plus, comme « seconde chance », la série « la vie est à nous » qui remplace avantageusement « sous le soleil ». Bon, parfois, les intrigues sont alambiquées et peu crétines et l’héroïne est une horrible tête à claques. Mais dans l’ensemble, il faut reconnaître que c’est vraiment pas mal joué et souvent drôle. Je suis évidemment d’autant plus sensible à cette fiction qu’elle met en scène une jeune et jolie lesbienne qui fait tourner la tête de la copine hétéro d’un de ses colocs. Je vous le conseille avant d’en dire plus à ce sujet.

Je continue à collecter grâce à « un dîner presque parfait » la liste des phobies alimentaires les plus débiles. Je ne suis pas végétarienne mais je ne mange pas les bébés animaux est pour l’instant en tête de mes préférences, à égalité avec la végétarienne crétine qui mange de la gélatine de porc (l’agar agar n’a pas été inventé pour les chiens) et les aliments qui ont été en contact avec de la viande).

Je regrette, chaque semaine, d’avoir oublié de visionner le « toute une histoire » du mercredi consacré aux célébrités qui ont une vie pourrie un peu comme nous et donc parfois des chagrins d’amour ou des phobies…

Enfin, NT1 diffuse sans s’en vanter la saison 3 d’How I met your mother, dommage que je ne supporte pas la série en VF.

Ca nous fait de la matière pour plus tard. Il faut juste me laisser le temps d’en terminer avec mes priorités professsionnelles…

En attendant, je suis quasiment tous les jours ici. Pour les phobiques des commentateurs du Post, les choses se sont améliorées et moi je me détends peu à peu dans ce nouveau lieu.
Par ailleurs, pour bien manger, ma femme tient toujours son magnifique blog. Je vais ajouter les lien dans ma colonne de droite pour que vous le trouviez facilement et cliquiez chaque jour dessus (je vérifierai…).

La Province contre-attaque !

En tant que provinciale, née au Pays des Chtis et vivant actuellement dans la patrie du cassoulet, je m’élève contre le traitement que la télévision réserve aux jolies contrées qui bordent la région parisienne.

Je vais prendre deux exemples au hasard pour m’agacer légèrement du racisme anti-provincial des décideurs télévisuels.

Je commence avec « seconde chance »toutoutoutoutou » d’ailleurs non parce que les paroles du générique ont disparu).

Depuis qu’Alice est partie faire carrière au Japon ou cacher l’existence dans un congélateur du fils caché de Marc afin de ne pas agacer plus son ancienne copine d’école déjà fort rancunière à son égard, la sœur des frères ennemis Broaman a fait son apparition dans la série. Cette coiffeuse légèrement beaufette sur les bords est censée venir de Toulouse et là tous les poncifs concernant la ville rose ont été envisagés. Ainsi, Laëtitia nous a proposé la totale évoquant largement notre goût prononcé pour le cassoulet. [Il faut vraiment le vouloir pour manger un cassoulet à Toulouse, je vous assure. Je suis bien placée pour le savoir parce que mon géniteur n’en pouvait plus de ne manger que quasi végétarien à cause de cette personne quand il venait me rendre visite et qu’il a fallu lui dégoter une table qui servait des fayots aux saucisses.] Quant aux autres, ils n’ont que « vous n’avez pas ça à Toulouse ? » à la bouche, ce qui m’agace souverainement. A écouter les protagonistes de « seconde chance », Toulouse est vraiment une ville d’arriérés. [Je vous assure, nous avons le métro…]
Je me retiens de signaler que la ville rose est un pôle aéronautique de dimension mondiale mais surtout je voudrais rappeler à TF1 que France 3 a fait son beurre dans «plus belle la vie» des particularismes régionaux a priori et que donc pour rivaliser il faudrait peut-être cesser de se moquer des provinciaux qui sont encore majoritaires dans ce pays, (bordel).

M6 ne fait guère mieux en envoyant le sophistiqué Cyril Lignac, qui mériterait un nouveau look pour une nouvelle vie surtout pour ses cheveux filasses et secs, à Lens, en plein cœur du bôssin minier et lô évidemment on ô le drôt à la crème de la population. Lô bô, les hommes pensent que la cuisine n’est pas une tôche pour les môles et ont accessoirement un joli accent couleur locale qui aurait manqué sinon et une passion dévorante pour le club de foot locôl. J’ai adoré les images hors sujet du pauvre type qui explique que « le foot c’est sa vie » et apparemment ça passe largement avant le bien être de son épouse.

La seule émission qui trouve grâce à mes yeux dans l’exploration de la « Province » demeure « un dîner presque parfait ». Nous sommes rarement assaillis par les particularismes régionaux, même si quelque fois des mémères se demandent pourquoi un niçois fait de la quiche lorraine ou des nems (il s’agit d’un exemple non contractuel) et en majorité les « Provinciaux » sont plus sympathiques que les Parisiens souvent trop compétiteurs. L’actuelle semaine rochelaise qui suit un séjour à Paris en est la preuve ultime d’ailleurs.

« Seconde chance » : le lourd passé d’Alice

Avant d’avoir « une seconde chance » (toutoutou « seconde chance ») et certainement avant que son mari ne la plaque, Alice avait passé un diplôme de comptabilité par correspondance car elle croyait beaucoup à cette profession pleine d’avenir.

Comment je le sais ?
Ce matin, pendant les pubs de « KD2A » apparemment destinées aux femmes au foyer désespérées qui regardent les émissions pour la jeunesse avec leurs enfants, je l’ai aperçue rayonnante dans un spot à ce sujet.
L’interprète d’Alice semble avoir un physique de gourdasse quelconque adaptée au profil de la ménagère qui cherche à retravailler parce que son mari la quitte du jour au lendemain…
Enfin, Alice a eu plus de chance que son homologue de la publicité, puisque une carrière dans la pub est quand même beaucoup plus réjouissante qu’un avenir dans la compta, même si c’est un monde de requins et que votre patronne cherche à tout prix à se venger de vous pour des raisons non encore élucidées.

(Il faut vraiment avoir mauvais esprit décidément pour comparer « Seconde chance » au « Destin de Lisa » même si nous attendons avec impatience que l’héroïne soit relookée comme dans les bandes-annonces ou le générique de la série… Source photo : http://www.linternaute.com)

Quant à la fille d’Alice, avant la quotidienne de la star ac’, elle tente d’évoquer ses problèmes de contraception avec une copine qui s’en fout. Je trouve que sa mère n’est pas bien à l’écoute. Son frère de 35 ans se drogue avec des pilules fournies par la pire ennemie et donc patronne de sa mère et elle, elle ignore tout des moyens de se préserver d’une grossesse…