L’amour vu de mon canapé (épisode 4)

L’amour est dans le pré nous a encore régalé hier avec un épisode plein de rebondissements et de….larmes.

Jérôme est le premier de la soirée à avoir versé toutes les larmes de son corps pour le départ de la prétendante qu’il n’avait a priori pas choisie. Alicia, lucide, a décidé de partir pour laisser le maraîcher vivre son histoire avec Lucile. Souvenez-vous, elle l’avait embrassé au milieu des blettes, scellant le début de leur idylle, au moment où Jérôme se disait qu’elle n’était peut-être pas à la hauteur de ses espérances. Désormais, il est complétement emballé par sa douce, d’autant qu’ils ont passé la nuit ensemble.
Mon pronostic : tout feu, tout flamme…je ne vois pas le couple aller bien loin. Mais bien sûr, je peux me tromper.

Mathieu a, lui-aussi, été contraint d’afficher ses préférences, lors d’un embarrassant tête-à-tête dans sa voiture. Johnny l’a poussé dans ses retranchements et l’éleveur a dû assumer sa préférence pour Alexandre. Bon, il semblerait quand même qu’il soit déjà très, très amoureux de son petit jockey et que sa famille l’ait adoubé. Je veux donc croire en leurs chances. Les deux font un peu écorchés vifs et je leur souhaite vraiment de se faire du bien (sans sous-entendus graveleux). Sincèrement…
J’ignore si on les reverra avant le bilan, parce que Karine n’a évoqué aucun séjour chez le jeune homme pour le moment.

David a laissé filer Stéphanie la blonde et offert un dîner en amoureux de très haut niveau à Stéphanie la brune. La prétendante commence déjà à entrevoir des failles dans leur avenir. Elle a ainsi remarqué qu’il lui paraissait impossible qu’il maintienne une telle qualité de services, une fois les caméras parties. Et puis bon, elle se demande, comme moi, si David arrête de chialer parfois. (Pourtant, je pleure beaucoup aussi.) Stéphanie est peut-être un peu trop dure pour l’agriculteur trop tendre. Je persiste à penser que Stéphanie la rigolote aurait été un meilleur choix. On verra si l’avenir me donne raison ou pas !

Comme la saison 15 est celle de toutes les surprises, après la médiation entre Eric le chevrier et la Petite-Claudine, Karine Le Marchand est revenue pour organiser un speed-dating surprise à Eric l’Auvergnat. Les deux événements ont pu avoir lieu le même jour pour des raisons de praticité et de test anti-covid. Mais je m’avance…
Bref, la production aurait reçu une lettre en retard pour Eric, l’aurait trouvée parfaite et face à son désarroi, elle se serait dit que ça serait super de lui organiser une rencontre.
Je mets tout ça au conditionnel parce que Nathalie est certainement charmante, mais le pauvre Eric avait l’air totalement dépassé par cette attention inattendue et pas si emballé que ça par sa nouvelle prétendante pourtant au top, on vous a dit. Ca aurait été vraiment dommage qu’ils ne se rencontrent pas…

J’ouvre une parenthèse. Mais je pensais que la principe de l’émission était que les agriculteurs reçoivent des lettres, les ouvrent, les lisent et choisissent celles qu’ils désirent rencontrer. Une fois le processus terminé à la ferme, ils sont normalement libres de lire les courriers arrivés après coup et d’organiser leur vie comme ça leur chante. Je suis donc vraiment réservée sur ce « cadeau » un peu empoisonné fait à Eric.
D’ailleurs sur Twitter, personne ne croyait à la possibilité d’une histoire entre Eric et Nathalie. En revanche dans l’amour vu du pré, les agriculteurs certainement bien briefés ont trouvé ça géniaaaaal !
Et là encore,  « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point« . Et je peux lourdement me tromper.

On n’oublie pas Lionel ! Lionel qui rit beaucoup quand sa prétendante sculpte un animal dans une banane et rien que pour ça, il m’est sympathique. Bon, il riait moins quand la belle Christine lui a annoncé lors de la promenade en calèche qu’elle allait partir.

Il ne l’avait pas vu venir, plus que nous. Mais ça sent le mal pour un bien. Mon adage préféré de tous les temps, puisque je sens que la rigolote Muriel pourrait lui faire oublier très vite cette mésaventure.

L’amour vu de mon canapé (épisode 2)

Les épisodes de L’amour est dans le pré se suivent et ne se ressemblent pas. Celui d’hier soir était un poil longuet.

@M6

Nous avons donc retrouvé Eric le chevrier et sa petite Claudine pour la médiation de la dernière chance menée par Karine Le Marchand.
On ne va pas se mentir, elle croyait aussi peu en une éventuelle réconciliation du couple que nous et cette séquence visait surtout à rallonger un peu la sauce du malaise de la semaine dernière. D’ailleurs, le couple ne s’est jamais retrouvé en face-à-face, ce qui en dit long sur l’envie de Claudine de retrouver Eric.
Karine a écouté Claudine, gentiment tancé Eric, et en est finalement arrivée à la conclusion que la prétendante aurait pu faire un effort et s’accrocher un peu. Ca démarrait si bien entre eux pourtant.. Elle n’a pas dû voir les mêmes images que les téléspectateurs et la détresse qui se lisait sur le visage de la pauvre invitée. Bizarrement 64 sms n’auront pas suffi à la ramener à la raison. On a connu Karine, et l’émission, vraiment meilleures que sur ce coup-là.
Le dicton dit que si tu ne fais aucun effort le premier soir, tu ne t’amélioreras pas les cinq suivants.

Jean-Claude semble, de son côté, afficher une préférence pour Yolanda. Il faut dire que Danelly parle certainement trop. Mais je la préfère à sa rivale, perpétuellement dans la récrimination et la jalousie. L’agriculteur pourrait bien regretter l’animation que créait la pétulante brune après son départ. Je ne crois pas beaucoup en ses chances avec Yolanda. Mais je me suis souvent trompée.

Jérôme avait finalement une préférence pour Alicia, après avoir eu un coup de coeur pour Lucile aux speed-dating. Mais la jeune femme en a décidé autrement et la cueillette de blettes lui a permis de prendre un peu d’avance en arrachant un chaste baiser au maraîcher, que cette audace a profondément troublé. Du coup, il ne sait pas, il ne sait plus. Et à ce train-là, il ne va pas aller bien loin. Bon, vue l’intensité du baiser, il peut encore se rétracter. Il va surtout falloir qu’il se décide à un moment.

Le touchant Philippe a accueilli son unique prétendante et il a l’air décidé comme souvent dans l’émission à faire contre mauvaise fortune, bon coeur en la gardant à la ferme. Les twittos voulaient organiser, hier, un échange entre Florence et Claudine et je ne leur donne pas entièrement tort. Claudine aurait peut-être dû écrire au gentil vieux monsieur qui se lave comme mon grand-père au gant de toilette, plutôt qu’au type bourru qui envoie un sms quand il mange un steak-frites.

[Update de 14h37] Florian s’est montré bien plus gentleman que la plupart de ses homologues en offrant des fleurs à ses prétendantes, en leur servant le champagne et surtout en leur louant un gîte avec piscine intégrée, dont je veux bien l’adresse. Il s’est surtout enfin détendu ce qui semblait totalement impossible aux speed-dating ! Il affiche même, déjà, une préférence pour Lola, qui semble logique, grâce au traditionnel tour en tracteur.

J’ai regardé les premières minutes de L’amour vu du pré et le couple le plus réjouissant de (2019) 2020 et probablement 2021 demeure Didier et sa splendide Isabelle. Ces deux-là rayonnent de bonheur et de kif. Ils se font rire et d’expérience ça soude les couples.

Et sinon à minuit, M6 programme toujours Mon admirateur secret, version cheapos du rideau, et ça vaut le détour. La vérité n’est pas au bout du couloir, mais à la table d’un (faux ?) restaurant.
Votre conseiller bancaire peut ainsi vous convier pour vous annoncer qu’il vous aime depuis toujours. Du coup maintenant il va falloir changer de banque. C’est pratique.
C’est tellement bien que ça mérite une programmation tardive, mais je suis toujours ravie de voir des nanas qui ont le cran de convier des copines pour leur dire qu’en fait elles les aiment. Ca ne marche pas à tous les coups, mais c’est réjouissant de voir Julia Vignali les encourager dans cette voie.
Globalement, c’est toujours réjouissant de voir Julia Vignali à la télé. Seconde chance pour toujours !
Pour lancer un peu Mon admirateur secret, on pourrait imaginer un cross-over, où Didier convoque Claudine pour lui dire qu’il l’aime toujours, non ?

Replay

A force de ne pas écrire sur mon blog, je n’ai pas dit que j’avais adoré Vous avez un colis sur 6ter (numéro 22 sur votre télécommande) malgré la présence de Jean-Pascal, qui compte parmi les candidats de la star ac’ que j’aime le moins. Le concept est simplement génial : des gens déballent un colis et testent le produit qui se trouve dedans. Parfois, le bonheur c’est simple comme le passage du facteur. A titre indicatif, je suis d’ailleurs candidate pour la saison 2. Je suis maladroite et facilement enthousiaste. En plus, je représente au moins une minorité.

Je n’ai pas parlé non plus de l’Amour est dans le pré saison 13 ou très peu, alors que le début du bilan a été diffusé lundi dernier et qu’un agricultrice est déjà enceinte. De mon côté, je me demande depuis trois mois s’il est vraiment pertinent que je reprenne un chaton et l’incidence que ça pourrait avoir sur ma princesse-obèse. C’est le temps, rencontre comprise, qu’il fallu à cette personne pour décider de faire un enfant avec son prétendant qui passait pourtant son temps à parler de ses flatulences. Chapeau à la dame! J’essaierai d’en parler lundi quand tous les couples se seront confiés à Karine. Pour le moment, la moisson amoureuse me semble assez maigre.

Je n’ai pas (re)parlé de ma passion pour Affaire conclue. Je ne suis pas la seule apparemment à trouver que cette émission est géniale et que Sophie Davant est la meilleure animatrice du moment (et de loin). Son mélange ironie-empathie surclasse de loin l’émotion qui paraît souvent surjouée de Karine Le Marchand.

Janet

Je n’ai pas évoqué à nouveau ma passion pour les séries Netflix. J’ai adoré, le mot est faible, The Haunting of Hill House. Je pense que The Good Place est ce qui est arrivé de mieux dans ma vie de piètre sériphile depuis Master of none. Et là, je découvre avec plaisir Great News. Je peine, en revanche, devant Riverdale, parce que malgré tout, j’ai 41 ans et les ados de 25 ans torses nus ne me font pas frissonner, ce qui rassurera au moins une personne.

Dans le prochain post, je vais essayer de parler vraiment de quelque chose : la saison 3 de 10% !

 

Point Pré

J’ai joué au Jéopardy avec M6, la semaine dernière. Le replay des épisodes inédits est arrivé tard et dans le désordre. J’ai donc découvert les choix des agriculteurs avant de comprendre comment ils avaient été motivés.

Mouton

Le choix de Nathalie
Nathalie a opéré un premier écrémage chez ses prétendants. Elle a finalement décidé de chasser le facteur motivé qui lui avait écrit après les speed-dating. Il faut dire que le garçon solitaire a pu la faire flipper avec son absence de second degré et sa vie sans amis. Ils ne sont plus que deux, le chiffre normal, à pouvoir l’emporter et le choix risque d’être complexe pour la jeune femme, qui a, face à elle, deux beaux garçons, drôles et motivés.
Je n’aimerais pas être à sa place.
Je n’aimerais pas non plus être à leur place, car la jeune éleveuse m’horripile avec ses rires forcés.

Roland et la bouchère
Roland a sagement opté pour la bouchère retraitée chti, qui a son âge et qui va attendre patiemment qu’il cesse son activité dans un an pour couler des jours heureux avec lui. Sa rivale plus jeune a pourtant cherché à enfoncer sa concurrente en soulignant qu’elle était vieille et abîmée. C’était peine perdue, Roland était déjà décidé.

Pierre-Emmanuel, premier amoureux officiel de la saison
Pierre-Emmanuel boit les paroles de Gwladys, qui lui narre de passionnantes histoires sur les animaux de compagnie qu’elle a eus depuis ses deux ans, et déguste ses petits plats alsaciens. Le couple est déjà sur les rails pour un bilan heureux.

Vincent, l’amoureux des chiffres
Je ne suis pas convaincue que Karine Le Marchand valide le choix de Vincent, qui a préféré la très urbaine Carine à Brigitte, qui rêvait de s’installer au grand air pour y mener de grands projets agricoles. En même temps, je comprends que Vincent ait préféré celle qui venait pour lui et non pour son activité.

Près de l’amour !

Je suis un peu en retard dans mon suivi de L’Amour est dans le pré. Pourtant, cette saison continue de réserver des surprises.

Le malaise de la soirée
Sébastien avait été très touché à l’ouverture de son courrier de recevoir une lettre d’une de ses anciennes camarades de classe à l’école primaire. La quadragénaire ne l’avait jamais vraiment oublié et avait donc choisi de prendre la plume pour avoir enfin une chance de se déclarer, trente ans après son coup de foudre. Normal… Aux speed-dating, l’amoureuse transie est apparue tremblotante, nerveuse et proche des sanglots, expliquant au candidat qu’elle l’aimait déjà ou depuis toujours. Bon, pas de superbe histoire d’amour en pespective, Sébastien a flippé et ne l’a pas choisie. Il a préféré le sosie de Frédérique Bel, avec qui il a été tout aussi bizarre que sa précédente prétendante, en riant puis en pleurant, parce qu’il était épaté qu’une femme pareille se déplace pour lui.
Bilan : Je lui souhaite évidemment que ses sentiments pour le sosie de Frédérique Bel soient partagés. A l’avenir, il faudra simplement qu’il déménage pour éviter de retrouver son petit lapin en train de mijoter dans une casserole. Son ex de l’école primaire a déjà promis qu’elle l’attendrait.

Dorothée
Dorothée

+

F Bel
Frédérique Bel

=

Frédérique Bel
Emilie, la prétendante de Sébastien

Une prétendante a réussi à clouer le bec à Romuald, le candidat le plus insupportable de la saison, qui l’a logiquement choisie pour aller à la ferme. Si elle poursuit dans cette voie, elle pourrait bien être l’heureuse élue et faire beaucoup de bien aux oreilles et au moral des téléspectateurs.

Carole, la candidate posée et sensée de cette édition, qui habite dans un coin perdu avec ses chiens (elle fuit peut-être une vieille copine de l’école primaire), a fait des choix raisonnables, peut-être trop. Mais, on sent bien que ce n’est pas de ce côté que les choses vont réellement se corser. Enfin, on est jamais à l’abri d’une surprise avec L’Amour est dans le pré.

Toutes les prétendantes avaient révisé leur ornithologie pour séduire Raphaël, le séduisant pêcheur passionné par les oiseaux , qui n’a finalement pas choisi la guide ornithologue, qui pensait pourtant avoir toutes ses chances. Elle a, sans le savoir, été sauvée d’un terrible repas à base de foie de poisson. J’avoue que son cas ne me passionne pas plus que le précédent.

Il y a, en revanche, à dire sur Roland, qui participe clairement à l’émission pour avoir des relations sexuelles, beaucoup et le plus souvent possible. A son crédit, il a vite affiché la couleur lors des speed-dating, évoquant beaucoup sa « zigounette » et la nécessité de la faire travailler pour qu’elle fonctionne à l’avenir. Ses prétendantes n’ont pas pris peur et l’ont trouvé « coquin« . Doux euphémisme…

 

La revanche des ex – Le bilan de la saison 11 de l’Amour est dans le pré

La onzième saison de « L’Amour est dans le pré » a enfin pris fin hier soir, battant tous les records de durée, et je me demande, à ce jour, si je repartirai pour une douzième saison le moment venu.

l-amour-est-dans-le-pre-2016-exit-james-blunt-le-nouveau-generique-sera-chante-par-00c8f56e9a5784480

Bizarrement, contrairement aux années précédentes, le bilan n’a pas été la phase la plus pénible de la saison. Il faut dire que comme la majorité des épisodes ont été d’une platitude et d’un ennui absolument hors du commun, leur résumé m’a presque semblé rythmé.

Sur les onze couples promis au départ, sept étaient encore en activité au moment du bilan. Je vais faire un point rapide agriculteur par agriculteur.

Les pas en couple mais on s’en doutait
Je commence par Julie qui restera à jamais ma candidate préférée du programme. Elle a donc participé, je le rappelle parce que c’est important, à l’émission alors qu’elle avait déjà quelqu’un en vue et que c’était la pire période d’activité pour son exploitation. Elle a sciemment fait venir deux gars qui ont espéré une demie seconde. Après avoir mis les pieds chez elle, ils ont vite compris leur douleur.
Je plaisante, mais je n’ai pas toujours compris le choix de Julie.
La suite : Pour les sadomasochistes, elle souhaite toujours recevoir des courriers.

Eric souhaitait rencontrer une femme pour faire des enfants, et a été fort déçu de constater que les candidates ne se bousculaient pas au portillon pour venir s’enterrer avec un type de plus de cinquante ans en pleine cambrousse.
Une personne lui a quand même écrit et la production a dû lui mettre une sacrée pression pour qu’il la reçoive chez lui. A l’arrivée, tout le monde a été malheureux et le téléspectateur a bien ressenti l’énorme malaise à travers son écran.
La suite : La prétendante d’un autre candidat est a priori intéressée.

Benoît a écouté ses copains pour choisir la fille discrète, plutôt que la volubile visiblement intéressée par lui. Résultat, ça n’a pas fonctionné. Étonnant, non ?
La suite : Il sort avec la sœur d’un de ses potes. Voilà, voilà…

Tout le monde voulait croire que Julien avait trouvé la fille idéale. Il a très vite fichu dehors le sosie un peu déboussolé de Carrie Bradshaw et puis son coup de cœur a fait machine arrière, arguant qu’elle n’aimait pas trop la campagne, l’Est de la France, et que la neige était trop molle.
La suite : Julien espère sincèrement que la fille qu’il a ignorée pendant tout son séjour à la ferme va lui revenir.

Mouton

Les pas en couple mais on a voulu y croire jusqu’au bout
Paulo
 donnait l’impression d’être fou de sa Céline à qui il déclarait sa flamme au bout d’une journée à la ferme. Et puis finalement, la prétendante s’est avérée trop peu entreprenante et les choses ont tourné court. J’en veux à Paulo d’avoir humilié jusqu’au bout son invitée, allant jusqu’à draguer lourdement sous ses yeux malheureux une serveuse.
La suite : Pour être totalement honnête, j’ai zappé. Mais j’ai cru comprendre qu’il avait trouvé quelqu’un.

Jean-Paul est l’archétype du candidat antipathique. Il semblait avoir crée un semblant de relation avec sa prétendante, mais patatras la question des enfants est venue tout troubler. Pour une fois, l’émission a eu la classe de donner un droit de réponse à Marie. Elle a expliqué comment l’agriculteur l’avait laissée tomber salement ne souhaitant pas assumer ses enfants.
La suite : Il cherche à nouveau, on peut lui écrire.

Bernard, le picard, n’a jamais accroché plus que ça avec Isabelle, la prétendante qu’il avait pourtant choisie, rappelant sans cesse son surpoids. Il l’a finalement larguée. A nouveau, Isabelle, la fiancée éconduite, est venue apporter sa vérité sur cette rupture et sur le manque de classe et de galanterie de l’agriculteur.
La suite : Il y croit encore.

J’allais oublier Bruno, qui a préféré arrêter avec Lætitia sans que sa manie de chanter à tout bout de champ y soit a priori pour quelque chose.
La suite : Je ne pourrai plus jamais entendre « La nuit je mens » d’Alain Bashung.

Ils sont encore en couple
Bernard
file toujours le parfait amour avec Michèle, la commerçante basque.

Sébastien sera célibataire lors du prochain point de Karine Le Marchand mais pour le moment il entre dans la prometteuse catégorie « en couple mais on va à notre rythme, on ne veut rien brusquer».

J’ignore comment Jean-Paul peut supporter Monique mais il s’est installé chez elle. Il a TOUT plaqué pour elle.

Le touchant Didier fait toujours danser son amoureuse.

La pétillante et volubile Marianne a également trouvé l’âme sœur. Cherchez l’erreur.

Je ne trouve que cinq couples contre les sept évoqués hier par Karine Le Marchand, qui doit compter ceux qui se sont formés hors programme.

Pour la suite, j’aimerais que l’émission se concentre comme autrefois sur deux mois maximum avec des épisodes d’1h30. Autant dire que je rêve…