Plus personne à la maison

Comme je l’avais pronostiqué, M6 m’a sucré 5 hommes à la maison. Je persiste à penser que cette émission était vraiment bien produite et méritait mieux que ça. Je vais en parler une dernière fois et ensuite j’irai me rouler en boule dans une cave pour pleurer le programme au frais.

Je pense que M6 a commis quelques erreurs avec l’émission.

Son titre
Il n’a rien de bien engageant et laissait présager une télé-réalité vaguement trash. Et elle ne l’était pas, elle était par bien des aspects beaucoup plus humaine et tendre que L’Amour est dans le pré.

Sa programmation
Il aurait sans doute fallu inverser les semaines 1 et 2. Je n’ai rien contre Jen(nifer) mais elle avait certainement un côté un petit peu trop télé-réalité qui a rebuté les téléspectateurs et ses prétendants légèrement bling-bling n’ont rien arrangé.
En plus, Jennifer partage une ressemblance assez troublante avec une autre star de la télé-réalité, Stéphanie Clerbois, qui n’a sans doute frappé que moi, mais qui a pu inconsciemment perturbé les téléspectateurs. A l’inverse, Emilie était certainement plus simple et accessible, mais véritablement charmante (je vous recommande un détour par le replay vraiment). Son aventure m’a semblé plus sincère que la précédente et son choix final beaucoup plus compréhensible, j’allais même écrire lisible. L’épisode de vendredi était assez émouvant avec un prétendant sincèrement touché par son départ.

Je ne pourrai pas me faire d’opinion sur les autres candidates, car l’émission est déprogrammée.

J’en fais trop ?

Du coup, maintenant, on va revenir aux fondamentaux du côté de M6 avec des épisodes de Chasseurs d’appartement. Je ne déteste pas l’émission. Elle me rappelle juste ce qui a été pénible dans ma propre recherche immobilière.
Des agents qui te trouvent un appartement génial, à un prix défiant toute concurrence, mais absolument pas dans ton secteur. C’est joli le centre de Mâcon, mais moi je voulais habiter celui de TOULOUSE !
Tes exigences font chier tout le monde. Tu veux de l’ancien, on t’emmène dans une résidence des années 90 (alors je chipote, c’est littéralement de l’ancien, mais ça risque de manquer de parquet d’origine et de moulures au plafond) et si tu as parlé d’un truc atypique, tu as intérêt à t’accrocher, car tu te retrouveras dans un labyrinthe qui fait en moyenne 1m20 de hauteur sous plafond. Et trop tard, tu t’es cognée à la poutre au milieu de la cuisine (la poutre existe, elle était juste à l’entrée de l’appartement).
J’allais oublier le budget. Même quand le candidat dispose d’une confortable enveloppe, les chasseurs arrivent à l’exploser en évoquant une négociation déjà quasi validée. Dans la vraie vie, quand tu commences à expliquer à l’agent immobilier que le prix est délirant, il devient tout pâle et t’explique par a + b à quel point tu es ingrate de vouloir le saigner ainsi que les pauvres propriétaires actuels (et là aussi, expérience 100% authentique).
Dans le cas de l’émission de M6, de toute façon mieux vaut avoir un budget coquet. Et encore, ça ne t’épargne pas les biens immondes et donc hors secteur.
Et au final, l’acheteur ne choisit jamais l’appartement pour lequel tu aurais opté et ça te rend dingue.

Et à la fin du mois d’août, M6 ressortira carrément son carton du (dé)confinement pour s’assurer de supers audiences : Tous en cuisine avec Cyril Lignac. L’émission que je déteste par dessus tout, parce que je ne supporte pas la feinte bonne humeur de tous les gens filmés en train de flinguer la recette du chef (et surtout celle des célébrités qui « nailed » visiblement la recette) et que je ne suis pas fan de Jérôme Anthony.

Et surtout, je vous recommande de jeter un oeil à la liste d’ingrédients qu’il fallait en moyenne pour réaliser un plat de l’émission. Pendant le confinement, j’avais du mal à trouver du pain au Drive, même de mie (je ne parle même pas des oeufs ou de la farine), alors la liste longue comme le bras de produits pour réaliser les recettes me laisse fortement dubitative.

J’espère qu’en mesure de conciliation, M6 va mettre les dernières semaines de 5 hommes à la maison sur 6play.

Une petite dernière pour la route ? Ma chanson préférée de l’album Sainte Victoire de Clara Luciani. M6, c’est un message personnel, tu as intérêt à me mettre le replay sur 6play sinon « c’est la dernière fois que tu me vois » !

Quatre à la suite !

Hier, WordPress m’a récompensée d’un petit trophée virtuel pour avoir posté trois jours d’affilée. Je tente donc ma chance avec les quatre à la suite !

Aujourd’hui, je vais vous parler de ma découverte du week-end dernier sur une chaîne de la TNT au delà de Gulli. Je viens de vérifier, c’est à nouveau 6ter qui brille par la qualité de sa programmation. Il faut donc appuyer sur le 2 puis le 2 pour dégoter l’émission que je vais évoquer en suivant.

Ca s’appelle Déco ou Nego. C’est une émission anglaise qui mêle parfaitement deux concepts chers à mon coeur : D&Co et Recherche appartement ou maison. Un couple de britanniques propose à ses compatriotes propriétaires qui rêvent de déménager, deux solutions bien distinctes : refaire leur appartement en gommant ce qui ne leur plaît plus chez eux ou leur dégoter un nouveau bien qui correspondrait mieux à leurs exigences nouvelles. Le monsieur, agent immobilier, leur cherche un nouveau lieu. La dame, certainement architecte d’intérieur, trouve des solutions pour améliorer leur maison. A la fin, aux candidats de choisir entre déco ou réno.

Le concept de l’émission est tellement bien que je me demande pourquoi M6 ne l’a jamais adaptée. Au temps de sa splendeur, la chaîne aurait pu miser sur un fabuleux duo composé de Valérie Damidot et de Stéphane Plaza. Elle aurait aussi trouvé une solution pour éviter que les nouveaux propriétaires d’une maison merveilleusement rénovée par la papesse du marouflage ne la vendent et que les home-stagés de l’agent immobilier le plus médiatique de France ne restent dans leurs maisons magnifiquement remises au goût du jour par Sophie Ferjani (au lieu de la revendre le quart du prix, parce que c’est le marché, vous comprenez).

Il n’est jamais trop tard pour bien faire et Stéphane et Sophie peuvent encore incarner merveilleusement ce programme. M6 si tu m’entends…

Comme je ne pense pas poster ce week-end, je vous recommande de regarder Déco ou Négo sur 6ter (vous finirez bien par tomber dessus en zappant), Fort Boyard (samedi soir sur France 2), et Affaire conclue la chasse aux objets, l’un des innombrables spin-off du programme, si l’émission figure dans la grille des vacances.

Je n’ai pas osé ajouter nue, en boxer, en slip, en sous-vêtements… derrière le nom des animateurs cités dans l’article, alors je dépose lâchement ces quelques mots ici, afin de gagner des lecteurs de qualité.

Poc recherche un appartement saison 2

Résumé de la saison 1 : Poc cherchait à acheter un appartement. Après quelques visites, elle avait arrêté car elle ne savait finalement pas bien ce qu’elle voulait et qu’elle n’était visiblement pas prête à s’investir. Ses relations problématiques avec les agents immobiliers n’avaient rien arrangé…

Un an plus tard, en toute logique, et devant le succès (tout relatif) de la saison 1, Poc remet ça avec un meilleur budget (mais comme le marché ne l’a pas attendu, on va dire que ça ne compte presque pas) et surtout cette fois avec une idée bien arrêtée de ce qu’elle désire.

saison 2
Et entre deux, Poc n’est toujours pas devenue graphiste…

Du vieux, du bizarre, du haut et du péri-central avec la lumière du jour quand même dedans (une précision qui s’avère souvent utile malheureusement) à un prix arrêté et clair !

Et il faut bien reconnaître que cette saison 2 est jusque-là bien plus palpitante que la précédente.

J’ai lu un jour un passionnant article sur les séries dont la saison 1 est plus que moyenne et qui deviennent cultes à la deuxième, et au moins deux d’entre elles figurent dans le top 50 de mes favorites : Parks&Recreation et New Girl. Comme quoi…

J’ai failli acheter pas un, pas deux, mais bien trois appartements ! Bon, disons deux…parce que j’ai fait deux contre-visites et que le dernier n’était pas haut. Mais je me suis bien projetée dedans, avant que mes années de visionnage d’Esprits criminels ne me rattrapent. Un rez-de-chaussée n’est pas haut et me semble en plus anxiogène.

Pour le premier coup de coeur, je ne pense pas que la non-concrétisation du projet soit vraiment un échec. Il fallait refaire entièrement l’appartement. Et pour un premier achat sans véritable vision, ça me semblait délicat. Je ne suis pas Emmanuelle Rivassoux (nue, fiancée, en couple). Dans les séries, les jeunes couples achètent toujours des taudis qu’ils refont et qui sont supers à la fin.
(Je pense à Cece et Schmidt surtout car je me décide enfin à terminer New girl. Mais je pense que la fiction surclasse la réalité dans ce domaine.)

La perte du deuxième est véritablement une immense contrariété. J’étais prête à faire une offre pour un appartement bizarre et biscornu très bien situé et quelqu’un m’est passé devant à un centimètre de la ligne d’arrivée.

Cette saison 2 m’a également déjà réservé quelques belles surprises.

L’appartement à prix parisien qui s’avère être un véritable taudis, défendu par l’agent immobilier le plus désagréable de la terre. Il m’avait même fait un méga montage financier pour que j’achète l’appartement à prix raisonnable en vendant le parking. Et de toute façon, pourquoi je voulais acheter un truc qui allait me plaire aussi ?

La traditionnelle grotte… qui coûte 1 million d’euros pour 15 m2 et où tu finis par demander à l’agent immobilier si le propriétaire est sérieux et si le soleil passe à une quelconque heure du jour par les fenêtres. Oui et non.

Le taudis sympa, où tu réfléchis une seconde. Tu réfléchis tellement que tu te poses désabusée sur le matelas de la mezzanine avec l’agent immobilier un peu trop chaleureux qui vient s’asseoir à côté de toi et où tu ressens quand même un léger malaise. Mais bon, à la fin, tu calcules qu’avec les fenêtres à changer, l’électricité à refaire, le sol qui gondole, la plomberie fantaisiste, et tout l’aménagement à repenser, le taudis sympa situé dans un quartier encore problématique risque de ne pas te faire rire à terme.
Je ne précise pas que l’appartement était situé sur le même palier que celui de mon ex, vous ne me croiriez pas et surtout vous auriez du mal à imaginer que je me suis projetée un instant, parce que ça aurait été pratique pour faire garder le chat de temps en temps.

Et puis toujours les bons vieux sketchs des agents immobiliers : j’essaie d’ouvrir la mauvaise porte, la terrasse qui n’est même pas un balcon, la porte d’entrée qu’on n’arrive plus à ouvrir quand on est à l’intérieur, vous la sentez l’odeur d’humidité ? Non, non…

Non, vraiment cette saison 2 est vraiment mieux que la 1. J’en viendrais à souhaiter qu’il y en ait une troisième pour la peine*.

(*En vrai, non.

Nooon.gif

NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON même.)

 

POC recherche appartement (épisode III) : Le retour de POC

Pour vous donner une image précise de ma situation actuelle, j’ai l’impression d’être un candidat de Fort Boyard apeuré par le vide qui s’apprête à sauter la tête en bas pour récupérer une clé. Tout le monde lui hurle de sauter et lui, il hésite, il ne sait pas… A priori, il ne va pas mourir, mais il crève quand même de trouille. Il n’a qu’un pas à faire pour satisfaire tout le monde, se sentir mieux, accomplir son destin… mais il joue la clepsydre !

Episode III

Ce pas minuscule à l’échelle de l’Humanité mais immense à mes yeux c’est celui ou pas de faire une proposition et de m’engager dans la grande aventure de la propriété.
Alors, je sais, je sais… faire une proposition ne signifie pas qu’elle sera acceptée, surtout si je négocie de 60.000 euros comme dans les émission de M6, et même ensuite j’aurai le droit de me rétracter, mais quand même….

Dans le épisodes précédents, je visitais donc avec le Padawan de Stéphane Plaza. Et puis, un peu découragée par ses propositions, j’ai repris le taureau par les cornes et trouvé l’appartement qui correspond à 75% de mes critères. Je l’ai même contre-visité avec mon armée mexicaine, qui a été, vous allez rire, à 75% emballée. L’unanimité m’aurait fait peur en même temps.

J’ai donc accepté un troisième rendez-vous avec mon nouvel ami de la fin de semaine. Bon, je ne sais pas, je ne sais plus. L’appartement vraiment bien, mais ni dans le secteur, ni dans le prix, ni même au bon étage… Je crois que je vais arrêter de lui répondre au téléphone, ou lui reparler du SECTEUR !
Je comprends désormais pourquoi des gens voient des appartements géniaux sur M6 et refusent sans qu’on comprenne bien leurs raisons. Ils sont juste à  trente p**** de bornes de leur secteur ! Et je m’en fous du Lidl à côté si vous saviez…

Donc, voilà, je suis un peu comme Hal dans Malcolm quand il doit décider ou pas de débrancher son voisin. Alors je sais que ça se revend un appartement et que ça n’engage pas pour la vie, mais je ressemblerai à ça, si j’y suis encore quand j’aurai fini de payer mon emprunt :


Finalement, je me suis décidée à ne pas sauter dans le vide, parce que les réserves l’ont emporté sur le coup de coeur.
Peut-être que l’absence de fenêtres a moins pesé que la proximité immédiate d’un boulevard et une certaine méfiance à acheter un appartement pas terminé sur la foi seule des dires du promoteur ! Pourtant, je m’étais vraiment projetée. J’avais trouvé l’emplacement de la caisse des chats, le bureau serait passé ric-rac dans la chambre, mais il restait le problème de la télé / box et du canapé. Bref, je repars à zéro.

Pour la prochaine visite potentielle coup de coeur, il faudra que je trouve l’accompagnateur idéal pour mon père, le mythique « garçon de mon entourage qui s’y connaît en bricolage et en travaux« , qui pourra livrer un avis autorisé de mâle sur le bâti. Bizarrement, cette phrase ne se décline pas au féminin.