De Sète à huit

(Après avoir trouvé ce titre fabuleux, je pourrais me retirer, tête haute, de la vie bloggueuse.)

Les gens me charrient en général sur ma téléphagie en me disant : « Plus belle la vie, tu dois adorer, toi ». Il s’avère que non. J’ai toujours résisté aux sirènes du Mistral. Jusqu’à très récemment, j’étais persuadée que le problème venait du rythme quotidien. Mais c’est surtout que j’ai loupé le coche et qu’il y aurait trop à rattraper.

En revanche, ce qui a commencé comme une blague estivale a tourné à l’addiction depuis peu. Je suis devenue fan de Demain nous appartient !

Ne cherchez aucun second degré dans cette affirmation. Je ne loupe aucun épisode du feuilleton quotidien de TF1 et je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

Ca me replonge dans mes années Santa Barbara.
C’était mon rendez-vous du soir avec ma mère. Elle ne regardait quasi pas la télévision, mais à 19 heure, elle venait s’installer sur le canapé avec moi et regarder le soap américain. Nous étions gentiment accros aux aventures de Cruz et Eden et de Kelly et plein de types louches. Avec Demain nous appartient, je retrouve en solitaire le plaisir simple du feuilleton quotidien.

Des visages connus
Comme il y a une criminalité absolument débridée à Sète, il faut faire tourner l’effectif. Tout a commencé pour moi à cause Véronique Jeannot. Le retour de Pause café dans une série m’a enchantée. Depuis, la cruelle matriarche Lazzari a quitté l’Occitanie, mais moi je suis toujours là. Rendez-vous compte, elle avait poussé sa fille à aller étudier à Douai (improbable quand même) pour pouvoir adopter son enfant. Celle qui croyait depuis des années avoir une soeur était en fait la fille de celle-ci. Depuis Nourredine d’Une famille formidable a rejoint le casting avec femme et enfants. Et je sens que ce n’est pas fini !

Des intrigues au top
Dans Demain nous appartient, il se passe toujours quelque chose. Une intrigue à peine terminée, une autre couve déjà. Depuis que j’ai commencé à regarder la série, on a découvert que Bernard Menez avait couvert un meurtre. Puis il a été tué. Et sa femme Véronique Jeannot a dû reconnaître que sa fille était en fait sa petite-fille. Linda Hardy a été harcelée par un avocat sosie de Jean-Jacques Goldman qui a fini par la séquestrer. Pour s’en tirer, elle l’a tué. Du coup, elle est partie faire Danse avec les stars pour oublier. Un infirmier pervers a rejoint l’hôpital de Sète. Il a été tué. La police a coffré 52 personnes avant de trouver l’assassin. Il faut dire que ce n’était pas facile…
Tout ça tourne autour de la personnalité tutélaire d’Ingrid Chauvin, véritable pilier de la série. Elle est de chaque épisode. Si elle n’est concernée qu’à la marge par l’intrigue principale, elle est la confidente, celle qui rassure et réconforte le personnage tourmenté. Chloé Delcourt est formidable. En ce moment, elle essaie d’avoir un bébé. Elle a fait une fausse-couche après l’incendie du Mas, mais elle est à nouveau enceinte. Quand je l’ai appris, j’ai eu les larmes aux yeux et je me suis dit qu’il était temps que j’en parle…

Des lieux totems
Une bonne série se doit d’avoir des lieux où les personnages se retrouvent. Dans Demain nous appartient, le Central Perk s’appelle le Spoon. Tous les personnages, de 7 à 77 ans, se retrouvent au Spoon.
Quant aux employeurs de la ville, ce sont l’Education nationale avec le lycée, la santé avec l’hôpital (absolument central) et la sécurité avec le poste de police. A Sète, tu es soit prof / proviseur adjoint / élève, soit médecin / infirmière / aide-soignant, soit flic. A la marge, Alexandre Brasseur élève des huîtres au Mas. Tu peux aussi être en prison, ce qui pend au nez à absolument tout le monde là-bas.
Donc les intrigues ont lieu principalement au poste de police, au lycée, à l’hôpital et aux domiciles de chacun des protagonistes. 

De bons acteurs
L’argument qui voudrait que les séries françaises soient mal jouées a vécu selon moi. On écarte Les Mystères de l’amour bien sûr, on est hors catégorie là. Demain nous appartient n’est pas pire à ce niveau qu’une série américaine standard, doublée ou pas. Bon, j’avance cet argument en me disant que je suis peut-être victime d’un savant Syndrome de Stockholm, mais je ne pense pas.
Le personnage joué par Catherine Allégret, la mère du compagnon d’Ingrid Chauvin, m’a vraiment émue en évoquant son Alzheimer galopant. J’ai une pensée sincère pour ma grand-mère en voyant ses confessions et j’ai pleuré (sinon ça va bien, je vous rassure).

Une saga familiale bien compliquée
Je suis capable de vous donner de tête l’arbre généalogique d’Une Famille Formidable. Vous pouvez essayer de me piéger, vous n’y arriverez pas. En revanche, j’ai encore du mal  avec celui des personnages de Demain nous appartient. Le séduisant Bart a deux mamans, mais je crois que c’est encore une sordide histoire d’abandon forcé. L’adorable Arthur lui a vraiment deux mamans et l’une d’elles est quand même Charlotte Valandrey, qui a été une formidable directrice  de la star ac en son temps.

Je ne peux pas vous inciter à regarder Demain nous appartient. D’abord parce que c’est assez contraignant d’être au rendez-vous chaque soir à 19h20 et ensuite parce qu’il faut avoir l’esprit très ouvert pour plonger dans un feuilleton quotidien de TF1, mais aujourd’hui j’assume ce (nouveau) plaisir coupable.