American Horror Stories saison 1, le classement des meilleurs épisodes

Je reviens vous chercher pour classer les sept épisodes d’American Horror Stories saison 1 (Disney +) du pire au meilleur.

Commençons par quelques considérations d’ordre général…

Pourquoi c’est bien d’après moi !
Le bonheur de retrouver un univers qu’on adore…

Un petit côté qui rappelle les Alfred Hitchcock présente ou Bizarre, bizarre, pour les plus anciens.

Chaque épisode a son propre générique et on ne va pas se mentir, les génériques comptent à 30% dans le plaisir de regarder une nouvelle saison de American Horror Story et à 80% dans le frisson préparatoire.

On retrouve tous les ingrédient qu’on aime dans la série originale : du mystère, du frisson, du sang, du gore et beaucoup, beaucoup de what the fuck !

Le casting est dans la plupart des épisodes plutôt pas mal. Mention spéciale à la sublime – et je pèse mes mots –Kaïa Gerber, digne fille de sa maman, Cindy Crawford.

Pourquoi c’est bien mais pas top…
On ne va pas se mentir, certaines histoires ont vraiment du mal à donner le meilleur d’elles-mêmes en seulement 40/45 minutes. J’y reviendrai plus en détails dans le classement.

Si le casting est vraiment pas mal, j’aurais aimé retrouver les têtes d’affiche de la série « principale ». Et moi, il me manque un « rise » de Sarah Paulson, même en clin d’oeil… même court.

On nous ressort la maison hantée jusqu’à l’épuiser et même la tuer (????), la pauvre.

On en vient à l’essentiel, mon classement !

Attention, il y a quelques spoilers sur la série !

7- La Liste des Vilains (The Naughty List) (épisode 4)

Typiquement l’épisode inabouti, dont l’intrigue aurait mérité de courir au moins sur trois fois 45 minutes. Sans compter que je trouve le propos limite indigent. C’est dommage parce que le père Noël qui est vraiment une ordure avec un peu de second degré, ça aurait pu fonctionner. Je sauve juste la petite morale finale.

6- Game Over (Game over) (épisode 7)

Là vraiment à regret. Le retour de la maison hantée, pour la deuxième fois de la saison. Et comme son nom l’indique, on veut vraiment en finir avec ce lieu. Mais la mise en abyme – la série est adaptée en jeu vidéo – fonctionne bien pendant l’introduction et me perd à la fin. Je ne sais plus différencier ce qui est « réel » du reste. La maison a-t-elle vraiment brûlé ?
C’est vraiment dommage parce que le côté méta est très sympa. On aurait aimé aussi voir encore plus de personnages de la saison principale.
Si la série est adaptée en jeu vidéo,je me précipiterais dessus, même si je doute qu’elle ait un portage sur Switch.

5– Ba’al (Ba’al) (épisode 5)

On commence déjà à attaquer les bons épisodes. L’intrigue semble prévisible et est plus complexe que prévu avec une série de twists finaux de très bon acabit. Et puis bon, même si elle joue comme une patate, j’adore Billie Lourd (la fille de la regrettée Carrie Fisher).

4 et 3- La femme en latex, partie une (Rubber (Wo)Man) La femme en latex, partie deux (Rubber (Wo)Man – Part Two) (épisodes 1 et 2)

Une famille emménage dans LA maison hantée, on sait que les choses vont forcément mal tourner. Ca massacre à tout va. Il y a Paris Jackson et Kaïa Gerber (d’autres filles de). Ce n’est pas forcément formidable, mais on retrouve l’esprit de la saison 1. Je regrette cependant l’absence des piliers de la fiction d’origine au casting.

2 – Sauvageons (Feral) (épisode 6)


Certainement le plus glauque. L’intrigue enlevée ne pâtit pas du tout du côté on-doit-tout-raconter-en-45-minutes. On a le temps de s’attacher suffisamment à la famille du petit garçon enlevé alors qu’il campait – un classique – pour trouver le final atroce. Il y a du Roanoke en bien dans cet épisode.

1 – Le Drive-in (Drive In)

Excellent épisode ! Intrigue au top, final génial. A voir ! Je pense que j’ai raté 80% des références cinéphiles.

10 films feel-good pour passer de bonnes fêtes

En cette fin d’année 2020, je ne fonde aucun espoir sur 2021. Je n’en attends rien et pourtant je risque d’être déçue, pour reprendre à mon compte la célèbre formule de Dewey. Par conséquent, j’ai décidé de terminer l’année avec des classements réconfortants.

2021, je suis prête !

Aujourd’hui j’ai choisi 10 films qui me mettent du baume au coeur pour terminer l’année en beauté ! Il y en aura pour tous les goûts (mais très peu de bo goût) !

10- SOS Fantômes
Le film culte de toute une génération… Bill Murray est parfait en scientifique désabusé. Je ne me lasse pas d’entendre le docteur Spengler demander à l’excentrique standardiste : « Gutenberg est mort, vous savez ? » Phrase que je reprends régulièrement à mon compte… Sigourney Weaver est diablement sexy en Zuul. Le monstre vert qui se collisionne avec Venkman est splendide !

9- Scream
Bon, on a connu plus réconfortant qu’une bande d’ados qui se fait allégrement massacrer. Mais le côté méta du film avec les acteurs des séries des années 90 au générique en plus me renvoie à une époque heureuse et légère. Mes années fac, sans Virginie Désarnauts malheureusement

8- Gremlins 2
J’avais adoré Gremlins mais Gremlins 2 est un film parfait pour en finir avec les années 80. Méta à souhait.. Les questionnements sur les règles à appliquer à Gizmo sont irrésistibles. Et oui, il est toujours un peu minuit quelque part dans le monde, alors on fait quoi ? J’aime le gremlin qui parle, le très douteux gremlin devenu femme… tout me plaît dans ce film de Noël (???).

7- Sexe Intentions
Et oui, je mets ce mauvais remake des Liaisons dangereuses dans les films réconfortants, car c’est une véritable madeleine pour moi. En plus, il y a Buffy qui roule un patin à Selma Blair dedans. La BO est formidable et c’est quand même très regardable au second degré.

6- Les Goonies
J’ai découvert sur le tard ce film d’aventures mettant en scène des gamins à la recherche d’un trésor. Je l’adore. Je pourrais le revoir à l’infini. La scène où Choco explique qu’il a fait semblant de vomir au cinéma et a rendu malade toute la salle me fait mourir de rire.

5- Moulin Rouge
Là aussi, l’histoire est un peu tragique, mais que j’aime ce film. Ca chante, ça danse… C’est d’un kitsch fabuleusement assumé. Les chansons sont supers. Je pourrai le revoir à l’infini avec le même enthousiasme. Je me le réserve en général pour les 31 décembre moroses. A noter que j’aime tous les films de Baz Luhrmann (y compris et même surtout Gatsby le magnifique). (Et puis Nicole Kidman n’a jamais été aussi belle.)

4- Lost in translation
Dans le top 10 de mes films favoris… une histoire presque confinée. Bill Murray est formidable, Scarlett Johansson est splendide. Et quelle BO ! La scène du karaoké me bouleverse. Je m’écouterais, j’arrêterais d’écrire et je le lancerais.

3- Mes meilleures amies
Je dois à ce film l’un de mes mémorables fou-rires au cinéma. Dans une salle particulièrement froide, nous étions écroulées de rire avec l’ex madame Poc. Je ne suis pas très pipi / caca, mais la scène où elles ont la diarrhée dans la boutique de mariage compte parmi celles qui me font le plus rire au monde.

La chanson du pénis est l’un des très grands moments du film !

2- Allumeuses
Un véritable chef d’oeuvre… D’abord parce qu’il réunit trois bombes atomiques : Cameron Diaz, la malheureusement trop rare Selma Blair et Christina Applegate. Ensuite parce que c’est un sommet de mauvais goût, mais surtout de drôlerie. Je rirai jusqu’à la fin de mes jours devant la scène où le motard pense que Cameron Diaz fait un c*ni à Christina Applegate dans la voiture. La scène d’essayage façon Pretty Woman est également géniale. Et ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres. Si vous n’avez jamais vu Allumeuses, foncez ! Ce film va changer votre vie. (C’est bien plus drôle que Mary à tout prix !)

1- Quatre mariages et un enterrement
Certainement le film que j’ai vu le plus grand nombre de fois dans ma vie. Ado, je ne savais pas qui je préférais de Hugh Grant (au sommet de son charme) ou d’Andie MacDowell (maintenant je sais). C’est drôle, c’est fin, c’est émouvant… Selon moi, la meilleure comédie romantique de tous les temps. Le film parfait en somme !

American Horror Story : mon classement de la pire à la meilleure saison

Pour bien commencer l’année 2020, j’ai décidé de dresser le classement des saisons d‘American Horror Story de la moins réussie à la meilleure.  D’abord parce que ça me fait plaisir et ensuite parce que j’ai uniquement envie de parler de cette série et surtout parce que j’ai enfin tout vu (ou presque, la 9 ne figurera pas dans ce top, je l’ajouterai plus tard).

Pour réaliser ce classement ultime, je suis allée consulter les autres. J’avais envie de vérifier si mon avis était partagé et bizarrement il ne l’est pas vraiment.

Quelques petits avertissement préalables…

Ce post sera bourré de spoilers sur la série. Donc si vous ne l’avez pas vue, je vous déconseille de le lire.

Pour ceux qui auraient envie de se lancer, American Horror Story est une excellente série. J’envie ceux qui vont la découvrir. Mais elle a aussi les défauts de ses qualités (j’adore cette expression) : elle est grand-guignol, souvent bordélique, parfois lente et ennuyeuse, choquante à l’occasion…

8- Cult, la plus tristement réaliste
J’ai longuement hésité entre les deux dernières. Mais je dois bien me résoudre à l’évidence. La saison 7 est celle que j’ai le moins aimée.
Tu nous la résumes ?
Oui, mais en deux mots alors. Donald Trump est élu président des Etats-Unis, ce qui plonge Ally (Sarah Paulson) dans un profond désarroi. Ses multiples phobies refont surface et sa compagne Ivy, malgré sa bonne volonté, a de plus en plus de mal à la gérer. Pendant ce temps-là, ailleurs en ville, Kai ne va pas très bien non plus. Il bascule  lui-aussi dans une psychose inquiétante.
Comme son nom l’indique, Cult parle d’une secte.
Tu aimes quoi dans cette saison ?
Les cheveux lisses de Sarah Paulson, principalement.
L’arrivée de Billie Lourd.
Tu détestes quoi dans cette saison ?
Elle est trop ancrée dans la réalité pour me distraire.
Trop de rebondissements tue le rebondissement.
Tu en retiens quoi ?
Ce que je nomme désormais « The rise of Sarah Paulson ». Malgré une saison bien galère pour elle, elle triomphe de l’adversité et gagne à la fin.

7- Freakshow, de loin la plus ennuyeuse
C’est là que je m’éloigne beaucoup des autres classements. Freakshow compte parmi les saisons les plus surcotées à mon avis.
Tu nous la résumes ?
Tout est quasiment dans le titre. Le cirque d’Elsa Mars s’implante à Jupiter en Floride. Les monstres de la belle allemande dégoûtent et fascinent les habitants de la petite ville. Un clown tue des gens suivi par un fils à maman.
Tu aimes quoi dans cette saison ?
La thématique prometteuse du cirque.
Jessica Lange, toujours formidable.
Deux fois plus de Sarah Paulson et de cheveux lisses (elle interprète le rôle d’une siamoise).
Les quatre derniers épisodes qui démontrent que cette saison aurait pu être formidable.
Tu détestes quoi dans cette saison ?
Sa langueur et sa longueur. Tous les ingrédients étaient réunis pour que cette saison soit mémorable : la thématique, Jessica Lange, les différents personnages… Mais Ryan Murphy se perd totalement en chemin et ne sait pas très bien quoi faire de ses personnages. L’histoire commence avec un clown psychopathe, qui meurt à mi-saison. Dandy, le fils prodigue, prend le relais niveau monstruosité. Un méchant décime les créatures du cirque. Evan Peters ne sait pas bien ce qu’il doit faire. Sarah Paulson apparaît et disparaît. A la fin tout le monde (ou presque) meurt, car c’est la fin d’une époque. Moralité : 13 épisodes, c’est bien trop long.
Tu en retiens quoi ?
Un petit sentiment de gâchis.
La performance de Jessica Lange.

6- Roanoke, la plus gore
Tu nous la résumes ?
Des gens achètent une baraque et ils n’auraient pas dû. Un classique ! Ils se sont installés sans le savoir sur les terres de la bouchère, la chef de la communauté disparue de Roanoke. La saison démarre comme un docu-réalité sur le paranormal. A mi parcours, elle change de ton. Les protagonistes du documentaire et les vrais acteurs de l’histoire retournent sur les lieux du crime et se font massacrer un par un. C’est une véritable boucherie.


Tu aimes quoi dans cette saison ?
La prestation de Kathy Bates en bouchère.
La construction en deux parties vraiment originale.
L’histoire qui donne envie d’en savoir plus sur Roanoke et la fameuse disparition des colons.
Tu détestes quoi dans cette saison ?
Son côté inutilement gore et violent. Les tarés cannibales qui arrachent les dents de leurs prisonnières, ça a été le coup de grâce pour moi.
Tu en retiens quoi ?
Le sentiment que c’est une saison vraiment mineure.

5- Apocalypse, la plus cadeau aux fans
Cette saison devrait quasiment être hors-catégorie. Elle croise principalement deux opus de la saga : Coven et Murder house.
Tu nous la résumes ?
C’est simple, c’est l’apocalypse. Des bombes s’abattent sur le monde entier. Seuls quelques rares privilégiés, qui ont payé leur place dans un abri ou ont été choisis pour leur brillant ADN, ont été sauvés d’une mort atroce. Bon, leur bonheur est de courte durée, car ils terminent dans un abri souterrain sous le joug de Sarah Paulson-aux-cheveux-lisses version vieille fille cruelle. On comprend au bout de trois épisodes que l’Antéchrist est derrière tout ça et les sorcières de Coven débarquent. Elles sont belles (mais pas lesbiennes).

Arrivée
Tu aimes quoi dans cette saison ?
Le cross-over entre deux saisons que j’adore : Coven et Murder House. Les retrouvailles avec Emma Roberts, Taissa Farmiga, Frances Conroy et Lily Rabe sont délicieuses, tout comme le retour inattendu de Jessica Lange, que je n’attendais pas là.
Le fait que cette saison mette un point final à certains problèmes laissés non résolus à la fin de Murder House.
Tu détestes quoi dans cette saison ?
Les deux geeks qui précipitent la fin du monde.
Tu en retiens quoi ?
Cette saison est loin d’être immortelle  mais elle est plaisante. J’adhère au fan-service.

4- Coven, la plus Harry Potter trash
Bon là, les choix se compliquent pour moi.
Tu nous la résumes ?
A l’instar de Poudlard, il existe une académie pour former les sorcières. Elle se trouve à la Nouvelle-Orléans. Au démarrage de la série, rien ne va à la maison pour jeunes filles exceptionnelles de Madame Robichaux. La Suprême, comprendre la Dumbledore en jupon, a bien du mal à céder sa place et entend supprimer toutes celles qui brigueraient son fauteuil. Elle est bien sûr incarnée par Jessica Lange. Sa fille humiliée la supporte comme elle peut. De plus, la princesse vaudou aimerait bien régler son compte aux élèves de l’académie. Pour ne rien arranger, une cruelle esclavagiste complique la donne (merveilleuse Kathy Bates dans le rôle d’une personne qui a vraiment existé Delphine Lalaurie).
Tu aimes quoi dans cette saison ?
L’atmosphère.
La musique.
Les sorcières.
L’intrigue.
Les rebondissements.
Taissa Farmiga avec un chapeau.
Le deuxième rise de Sarah Paulson.
Tu détestes quoi dans cette saison ?
Le viol collectif du départ.
Tu en retiens quoi ?
Après une formidable saison 2, Coven tient bien le coup. Je ne comprends pas pourquoi cette troisième saison est parfois décriée.

3- Murder House, le début du voyage
Ca vire au choix de Sophie…
Tu nous la résumes ?
Un couple achète une maison. Il ignore qu’un paquet de crimes y a été commis et qu’elle est habitée par le mal en personne. A la fin, TOUT LE MONDE meurt, mais le bonheur règne quand même.
Tu aimes quoi dans cette saison ?
Tout.
La découverte à presque chaque épisode d’un nouveau meurtre commis dans la maison.
Le casting. Connie Britton !!!!
La (re)découverte de Jessica Lange.
Une intrigue formidablement menée.
Tu détestes quoi dans cette saison ?
Sarah Paulson-aux-cheveux-lisses fait presque de la figuration.
Tu en retiens quoi ?
On peut revisiter le mythe de la maison hantée formidablement.

2- Asylum, la surenchère
Quand j’ai commencé Asylum, j’ai arrêté au bout du premier épisode. Je ne supportais pas que Sarah Paulson soit internée à cause de son homosexualité. J’avais mal et peur pour elle. (Ses cheveux n’allaient pas rester lisses longtemps à cause des électrochocs.)
Tu nous la résumes ?
Un asile psychiatrique dans les années 60. La journaliste Lana Winters a le malheur de s’intéresser d’un peu trop près aux affaires de la redoutable mère supérieure, Soeur Jude. Elle souhaite enquêter sur le redoutable tueur en série Bloodyface qui vient d’être incarcéré à Briarcliff. Elle se retrouve internée contre son gré et c’est le début d’un très long calvaire pour elle.
Tu aimes quoi dans cette saison ?
La surenchère dans l’horreur. Vous aimez l’asile psychiatrique, vous aurez en plus les extraterrestres, le psychopathe monstrueux, le boucher nazi, le diable qui s’incarne dans une bonne soeur, et pour le même prix quelques zombies font de la figuration..
Lily Rabe est extraordinaire dans le rôle de la bonne soeur malmenée qui finit par devenir le diable en personne.
Jessica Lange est au sommet de son art.
Sarah Paulson se révèle et rises pour la première fois.
Tu détestes quoi dans cette saison ?
Le côté trop c’est Tropico peut-être, mais il faut aussi le charme d’Asylum.
Tu en retiens quoi ?
Comme toutes les mentions aux asiles psychiatriques, cette saison ne laisse pas indifférent.

1 Hotel, la plus mieux
Le premier épisode m’a inquiétée, la suite m’a enchantée.
Tu nous la résumes ?
Si j’ai un conseil à vous donner, évitez de séjourner à l’Hôtel Cortez. Il est peuplé de fantômes aigris et de vampires assoiffés de sang, les matelas peuvent vous engloutir et à coup sûr vous vous perdrez dans ce dédale en y laissant peut-être la vie.
Tu aimes quoi dans cette saison ?
La musique.
L’esthétique.
L’histoire.
Lady Gaga.
Le chemin abouti des personnages.
L’émotion.
La fin.
Elizabeth Taylor.
Tu détestes quoi dans cette saison ?
Son démarrage poussif.