Nailed it !

Comme presque chaque année depuis 16 ans, et à chaque fois pour une raison différente, j’ai loupé l’anniversaire de mon blog. En même temps, mes parents ont oublié celui de mon frère (oui je balance !), alors on va dire que c’est moins grave (et surtout tout le monde s’en tamponne le coquillard).

@M6

Cette semaine, j’ai regardé largement en replay L’Amour est dans le pré. J’ignore si c’est un problème de fatigue, de casting, ou de programmation, mais j’ai véritablement du mal à accrocher avec les agriculteurs cette année.
Même si je trouvais la phase des courriers souvent inutilement longue, elle permettait quand même de redécouvrir les candidats, de commencer à s’y attacher, et surtout de connaître leurs premiers coups de coeur. Là on passe directement à la case speed-dating avec l’impression d’avoir loupé les épisodes précédents. Alors certes, Karine Le Marchand est géniale dans le rôle de la téléspectatrice qui commente depuis son canapé, mais ça ne m’atteint pas.

Lundi, nous avons donc découvert Cathy, qui n’avait convié que trois prétendants, pour n’en retenir qu’un au final, après des speed-dating glaçants. Elle a certainement été déçue par ses courriers, mais on ne peut pas le savoir puisqu’on ne l’a pas vue les ouvrir !
Jérôme a, lui, reçu une foule de jolies jeunes femmes et a eu au moins cinq coups de foudre. J’attends de voir la suite maintenant. Et Lionel s’est autant ennuyé que nous pendant ces rendez-vous. Idem, je pense que Lionel a choisi des prétendantes par défaut.

Bref, ce n’est pas bien folichon et ça n’augure rien de bon pour la suite. Cathy devrait très vite nous quitter et Lionel sera peut-être le fameux candidat dont une prétendante a été repêchée in extremis.

Comme vraiment, je ne passe pas une super semaine sur M6, j’ai eu bien du mal aussi avec le Meilleur Pâtissier. Je me demande au final si ce n’est pas moi le véritable problème dans l’histoire. J’en veux peut-être inconsciemment à M6 de m’avoir sucré 5 hommes à la maison.

Donc pour cette nouvelle édition en plein covid, les pâtissiers sont 54 à s’affronter pour décrocher le titre de meilleur confectionneur de gâteaux. Et sur les 54, j’ai l’impression que certains ont mon niveau, ce qui n’est pas un compliment. Hier, après le cake et la charlotte, je me suis presque attendue à ce que quelqu’un prépare un gâteau au yaourt.

Vous reprendrez bien un morceau de 2020 ?

Le premier éliminé qui réalisait des merveilles dans son portrait a enchaîné les déconvenues. Je comprends. Il ne maîtrisait pas le four. Il n’a jamais cuisiné sous pression… Mais bon moi je regarde l’émission pour découvrir de beaux gâteaux, pas pour rigoler nerveusement en voyant un type sortir une préparation à moitié cuite de son four.

Mais le pire, c’est quand même le candidat qui aime tellement les States qu’il parle la moitié du temps en anglais. La production a jugé plus prudent de le sous-titrer. Vous savez qui aimez aussi les Etats-Unis ? XDDL ! Je dis ça, je dis rien.

Alors je précise, ils ne sont pas 54, ils sont 14, mais à l’écran, le sentiment est le même. En plus, ils portent des petites visières à bouche. Je pose la question : n’aurait-il pas été préférable de les isoler, de les tester et ensuite de tourner. D’autant que ni Mercotte, ni Cyril Lignac, ni la mirobolante Julie Vignalie ne portent ces ridicules accessoires. J’aurais préféré un masque à la limite.

Et puis bon, si c’est pour voir des gâteaux s’écrouler et ne ressembler à rien, je préfère Nailed it (C’est du gâteau) vraiment. Au moins, c’est drôle !

Voilà, voilà, ça va vous sinon ?
Je risque de poster une série de billets grincheux. Mais il faut dire aussi qu’entre l’automne, le stress et les journalistes sportifs de France 2 qui râlent parce qu’il pleut et il fait froid à Roland Garros en OCTOBRE, il y a de quoi être de mauvaise humeur. Non ?

Pas de blanc sur les pages roses

Je tiens à remercier Claire qui a noté en commentaire que dans un accès de démence liée à la canicule de la semaine écoulée, j’avais supprimé brutalement le rose de ces pages pour en venir à une apparence pleine de blanc et de sobriété, qui sied mieux à mon humeur du moment.
Alors pour paraphraser Winnie l’ourson, « merci de l’avoir remarqué » !

Le avant et vous êtes sur le après

Depuis l’arrêt de 5 hommes à la maison, je me console en regardant des choses très diverses et vraiment variées…

Des films de cinéma
Ces trois derniers jours, j’ai atteint l’un des objectifs que je m’étais fixé pour l’été : regarder quelques films de François Truffaut sur Netflix. J’ai enchaîné Baisers volés, Domicile conjugal et L’amour en fuite.
Je ne suis pas cinéphile, je vais donc me contenter de dire que j’ai pris énormément de plaisir à les regarder pour des raisons qui m’appartiennent.

La première, c’est que j’adore découvrir la France des années 60. C’est le syndrome Maigret. Cette époque me fascine, je regarde les enseignes, les moyens de transport, les logements, la décoration, en partie les moeurs… C’est la France de mes parents et des mes grands-parents et elle m’intrigue.


La deuxième, je l’avoue, c’est que j’avais très envie de découvrir Dorothée actrice. Comme tous les enfants nés en 1977 ,et cinq à dix ans avant et après, j’aime Dorothée. C’est l’un des symboles de mon enfance heureuse. Je guette chacune de ses apparitions en plateau aujourd’hui et je regrette amèrement qu’elle n’ait jamais pu incarner L’Instit (je sais qu’elle avait été pressentie, j’ai même regardé la vidéo sur Youtube). J’ai été épatée par son jeu dans L’amour en fuite. Elle est formidable dans le rôle de Sabine, le nouvel amour d’Antoine Doinel.
J’ajoute que j’adore Marie-France Pisier, et pas uniquement pour son rôle dans Pourquoi pas moi, je me suis donc aussi régalée en la retrouvant dans le dernier film du cycle.

Il faut bien le reconnaître ces films sont assez épatants, souvent drôles, parfois émouvants… Il faut s’habituer à Antoine Doinel, mais on devient vite accro. Si j’osais, je dirais qu’il y a un petit côté série dans ses aventures et qu’on regrette qu’il n’y ait pas de suite.
L’avantage, c’est qu’ils sont sur Netflix et donc facilement accessibles à tous.

Du mystère
Je me suis aussi (re)mise à Fringe.
Après une longue hésitation, je voulais à la base me relancer dans Lost, j’ai finalement préféré Fringe. Pour une raison simple, je n’ai jamais vu la fin de la série. Elle m’a permis de découvrir l’une des immenses failles de Netflix à son démarrage, les séries ne sont pas éternellement diffusées sur la plateforme. J’avais donc été coupée dans mon élan en cours de saison 4 (alors 2 en fait…je suis allée bien moins loin que je pensais). J’ai failli acheter à plusieurs reprises l’intégrale en dvd sans jamais transformer l’essai.
Après mûre réflexion d’au moins deux minutes, j’ai décidé de reprendre à zéro la série et je ne regrette pas mon choix.
La première saison est vraiment excellente. Le personnage de l’héroïne est pour l’instant assez formidable. Forte, intelligente, drôle et charismatique, elle prend des décisions qui ont un sens. Au hasard, elle ne cache pas sa relation avec son ex collègue, elle partage les infos en sa possession… Je le souligne parce que souvent dans les séries, je ne comprends pas les choix des protagonistes. J’avais oublié à quel point sa relation avec Peter Bishop (Pacey de Dawson) était chouette. John Noble (Walter Bishop) est excellent en savant fou déphasé par un séjour prolongé en asile psychiatrique.
Les intrigues sont dans la veine de X Files : des crimes mystérieux commis par des humains aux étranges pouvoirs surnaturels. Mais la vérité ne viendra pas des étoiles, elle est ailleurs…

Je ne sais pas si j’irai au bout cette fois, car je ne suis pas sûre que la série tienne le rythme, une fois le mystère des phénomènes étranges qui frappent la terre éventé, mais je vais vraiment essayer.
Et du coup, je recommande Fringe sur Amazon Prime Vidéo.

De l’interactivité
J’ai également re-terminé, quoi pas tout à fait, Unbreakable Kimmy Schmidt en participant à l’épisode interactif.
J’ai beaucoup de tendresse pour cette série un peu inégale. Elle avait offert une happy-end méritée à Kimmy et j’appréhendais un peu ce nouvel épisode.

Pour mémoire, Kimmy est libérée dans le premier épisode de la série d’un bunker où un ignoble révérend la détenait en otage, depuis 15 ans, avec d’autres femmes, après lui avoir fait croire que l’apocalypse avait eu lieu. La naïve Kimmy débarque ensuite à New-York pour porter son regard décalé sur notre société toute viciée. En parallèle, elle continue son combat contre son kidnappeur, repris une nouvelle fois pour ce nouvel opus.

Cet épisode interactif est vraiment sympa et beaucoup plus abouti que Bandersnatch (celui de Black Mirror). On peut s’amuser à faire suivre le pire des chemins à Kimmy, simplement pour découvrir les conséquences atroces de nos choix et nous faire recadrer par des personnages de la série. J’ai aussi cru suivre la bonne piste et je me suis souvent trompée.
Globalement, c’est amusant à faire et la trame de l’épisode est vraiment bien.
Je voudrais le regarder à nouveau en essayant toutes les possibilités, mais ça risque d’être vraiment chronophage.

De la douceur pour se détendre
Pour me détendre le soir avant de dormir et me sortir de la tête que mon mal de gorge serait lié au covid et non au fait que les températures ont chuté de 20° en 24 heures, je me suis aussi remise à Nailed it, la meilleure émission de pâtisserie de la terre. La saison 4 est étonnamment drôle avec des pâtissiers de plus en plus calamiteux et le duo Nicole Byer / Jacques Torres mérite à lui-seul le visionnage. Le moment où l’animatrice est surprise de goûter un truc mangeable, voire bon, est assez irrésistible.
Je regrette vraiment que la version française ait été abandonnée. Artus avait su lui donner un ton et un humour bien particulier sans copier la version américaine.

Voilà qui a pas mal occupé ma semaine…. J’ai aussi regardé les rediffs de Doctor Who sur NRJ12 et écrasé une larme pour en moyenne un épisode sur deux. Décidément, j’aime vraiment Matt Smith dans le rôle.

Quatre à la suite !

Hier, WordPress m’a récompensée d’un petit trophée virtuel pour avoir posté trois jours d’affilée. Je tente donc ma chance avec les quatre à la suite !

Aujourd’hui, je vais vous parler de ma découverte du week-end dernier sur une chaîne de la TNT au delà de Gulli. Je viens de vérifier, c’est à nouveau 6ter qui brille par la qualité de sa programmation. Il faut donc appuyer sur le 2 puis le 2 pour dégoter l’émission que je vais évoquer en suivant.

Ca s’appelle Déco ou Nego. C’est une émission anglaise qui mêle parfaitement deux concepts chers à mon coeur : D&Co et Recherche appartement ou maison. Un couple de britanniques propose à ses compatriotes propriétaires qui rêvent de déménager, deux solutions bien distinctes : refaire leur appartement en gommant ce qui ne leur plaît plus chez eux ou leur dégoter un nouveau bien qui correspondrait mieux à leurs exigences nouvelles. Le monsieur, agent immobilier, leur cherche un nouveau lieu. La dame, certainement architecte d’intérieur, trouve des solutions pour améliorer leur maison. A la fin, aux candidats de choisir entre déco ou réno.

Le concept de l’émission est tellement bien que je me demande pourquoi M6 ne l’a jamais adaptée. Au temps de sa splendeur, la chaîne aurait pu miser sur un fabuleux duo composé de Valérie Damidot et de Stéphane Plaza. Elle aurait aussi trouvé une solution pour éviter que les nouveaux propriétaires d’une maison merveilleusement rénovée par la papesse du marouflage ne la vendent et que les home-stagés de l’agent immobilier le plus médiatique de France ne restent dans leurs maisons magnifiquement remises au goût du jour par Sophie Ferjani (au lieu de la revendre le quart du prix, parce que c’est le marché, vous comprenez).

Il n’est jamais trop tard pour bien faire et Stéphane et Sophie peuvent encore incarner merveilleusement ce programme. M6 si tu m’entends…

Comme je ne pense pas poster ce week-end, je vous recommande de regarder Déco ou Négo sur 6ter (vous finirez bien par tomber dessus en zappant), Fort Boyard (samedi soir sur France 2), et Affaire conclue la chasse aux objets, l’un des innombrables spin-off du programme, si l’émission figure dans la grille des vacances.

Je n’ai pas osé ajouter nue, en boxer, en slip, en sous-vêtements… derrière le nom des animateurs cités dans l’article, alors je dépose lâchement ces quelques mots ici, afin de gagner des lecteurs de qualité.

Mots clés 2020

Je ne l’ai pas fait depuis longtemps. Voilà un florilège des mots clés qui ont permis à des internautes égarés d’échouer (littéralement) sur mon blog.

Je rappelle la règle. Les requêtes sont rigoureusement authentiques et j’ajoute mes commentaires en italique.

Les recherches d’utilité publique
american horror story meilleure saison
meilleures saison american horror story
la meilleure saison d’american horror story
classement american horror story

Là je me sens un tout petit peu utile en donnant le vrai classement des meilleures saisons de la série.

Est-ce que j’ai honte d’avoir retrouvé cette photo dans mes archives ? Probablement…

christelle koh lanta
christelle koh lanta saison 8
christelle de koh lanta hot

J’ai isolé quelques requêtes concernant celle, qui a quand même été l’une des meilleures gagnantes du programme. Pour la resituer, elle était policière à Bordeaux et diablement jolie.

maud de la ‘star ac’ 5
Là encore, les vrais savent… Est-ce que je l’ai déjà moi-même googlée pour savoir ce qu’elle devenait. Peut-être… Elle chantait très bien en plus.

poc conseil de lecture
Un retour du POC et la plume n’est pas exclu.

Ca partait bien pourtant et on en arrive déjà aux célébrités nues….
elise lucet nue
elise lucet entierement nue
sabine paturel nue
image isabelle vitari hot
fabienne egal nue video
claire keim seins
valerie maurice topless
valerie damidot nue

valerie maurice en bas baisse pornografiques
fabienne égal photos
veronique jeannot nue
marie-ange nardi collant
charlie nune nu

Et c’est là que je me rends compte que mes lecteurs ont à peu près mon âge, car ils se souviennent de Fabienne Egal. Je n’en suis pas encore au stade Evelyne Leclerc (nue), mais ça me pend au nez.

baisse ta culotte célébrités
celebrite nue

Là c’est le moment où le niveau d’exigence baisse.

isabelle martinet nue
isabelle martinet nue en train de s’étirer
voir toutes les amies d’isabelle martinet.

Catherine Laborde ayant quitté la météo pour de tristes raisons, Isabelle Martinet fait une percée significative dans mes mots clés, avec des requêtes un peu trop spécifiques.

bruno putzulu nu
david tournay nu
Étienne carbonnier torse nu

Et il y en a pour tous les goûts. Je vous épargner les requêtes très détaillées sur la nudité de David Tournay, qui apparaissait notamment dans Foudre.

fabinne gaillourdet nue
gaillourdet fabienne nue

Là c’est totalement au dessus de mes compétences. J’ignore qui est cette personne.

En vrac

l’histoire de clé dans frère scott

Alors ne cherchez pas, il n’y a pas de problèmes de « clés » dans les Frères Scott. En revanche, Clay a des soucis dans les Frères Scott. Sa femme est morte d’une rupture d’anévrisme et il a oublié qu’il avait eu un enfant avec elle. Le sosie de son épouse morte essaie des le tuer, lui et sa nouvelle copine, aussi à un moment.

lorelai gilmore egoiste
dawson leery condescendant

A un moment, ça doit aller mieux en l’écrivant… J’ajoute Tom Scavo est un connard. Ca soulage !

truc imprtant arriver le 29 decembre 2004

Là je cale…. Une idée pour aider ?

final un dîner presque parfait 2011
Et si vous étiez un peu plus précis…

st grotus

Meilleure fête imaginaire mise en scène dans une série. Merci Malcolm !

Mon été devant la télé !

Avertissement ! Ce post est réservé à un public de téléphages avertis. Les journées télé de cette femme pourraient effarer les autres !

Cet été, pour des raisons principalement logistiques et laborieuses, mes vacances seront essentiellement toulousaines. Je m’occupe donc en travaillant un petit peu, en essayant de maintenir 30° de moyenne dans mon appartement (ce qui est vraiment mieux que 35°, ce qu’on réalise à 35° justement), en regardant des séries sur Netflix, en lisant un peu quand même, mais surtout en regardant la télévision. Je commande aussi des choses sur Internet et parfois je sors acheter des fruits.

dawson-pleure
La photo est à la fois hors et dans le sujet !

Voilà ma journée télé type !

Réveil entre 6h32 et 9h30 en fonction de la température !
Je sirote mon café au lait devant TV Breizh. Je suis la téléspectatrice, que dis-je la ménagère de moins de cinquante ans, qui regarde TV Breizh. Mais j’ai une bonne raison pour cela, la chaîne (re)diffuse Une famille formidable depuis sa première saison. Nous en sommes à la cinquième déjà. J’attends de passer le cap épineux du moment où la série est devenue irregardable. Pour le moment, ça tient plutôt la route et j’arrive encore à avoir de l’empathie pour les Beaumont dans leur globalité.
Je suis au niveau Beaumont + 10 et au stade où je pourrai écrire des fanfics de la série en faisant réintervenir des personnages improbables qui ont disparu de la smala au fur et à mesure des saisons.
Je prévois ainsi d’écrire sur la relation homo entre Nicolas et son vieux pote Alexis, qui a fait son coming-out lors de la première apparition de la famille sur TF1, ce qui devait être presque culotté à l’époque.

Vers 11 heures, j’alterne C8 et NT1.
Sur C8, il y a une sympathique émission estivale sur des enfants qui ont tué des gens (parents, profs, amis, inconnus…). Je ne m’interroge évidemment pas sur la pertinence de la diffusion d’un tel programme en fin de matinée. Ca aurait été tellement super à l’heure du goûter, mais les plus petits se régalent devant Maigret à ce moment-là… Quand j’en ai marre ou que la pub tombe, je me replie sur NT1 et sa sympathique famille de créationnistes qui ont 19 enfants et qui véhiculent des messages édifiants sur l’absence de sexe avant le mariage ou le rôle de la femme. En général, je (re)zappe en vociférant vers les enfants tueurs.

14 heures, j’échoue devant Faustine.
C’est l’heure du pic de chaleur de la journée alors je suis toute excusée. France 2 nous fait revivre les meilleurs moments de l’émission de Faustine Bollaert. Et là, comme j’ai 68 ans, je me munis de mon mouchoir et je me prépare à pleurer. Faustine est un peu comme un Jacques Pradel bienveillant. Des gens lui confient qu’ils n’ont jamais revu leur amour de jeunesse, leur soeur cachée ou leur père disparu parce qu’ils habitent à 30 km l’un de l’autre et là magie de la télé, après avoir bien insisté sur le fait qu’ils ne se sont JAMAIS vus ou plus depuis TRENTE ANS, elle fait entrer la personne sur le plateau. L’animatrice a les larmes aux yeux, je suis liquide. Parfois, quand le sujet ne s’y prête pas, on revoit juste des images touchantes ou un témoignage tire-larmes.

15 heures, je tombe dans le coma devant le Tour de France.
C’est là que j’ai le plus honte de moi. Je revis mes jeunes années chez mes grands-parents dans les Alpes quand il faisait trop chaud pour sortir et que je regardais le Tour avec ma Mamie en espérant que ça se termine à temps pour voir quelques miettes de Giga. Là je n’attends plus rien, je me passionne pour le cyclisme. Bon, en général, je me passionne surtout pour Tetris sur ma Switch. Je pense passer pro avant la fin de l’année.

18h30, je regarde N’oubliez pas les paroles.
Typiquement le programme que je ne regarde pas de l’année, mais en l’absence des talks, le jeu de Nagui me fait patienter jusqu’à mon programme de la journée !

19h10, c’est l’heure de Demain nous appartient.
J’ai résisté à Plus belle la vie, mais je suis tombée dans Demain nous appartient. Je n’avais vu que des bribes d’épisodes et l’arc Bernard Menez / Véronique Jeannot m’a rendue accro. Bon, Pause café est devenue passablement réac et il faut que je compose avec ça. Je pense que sa carrière dans l’éducation nationale l’a rendue amère, alors je lui pardonne. Ce n’est pas long, ce n’est pas prenant et ça passe bien. Si vous avez une nature addictive, fuyez ! Il faudra voir si cette passion survit à l’été.

20h30, deuxième moment fort de ma journée.
J’adore En famille. Je me suis attachée aux Le Kervelec bien plus que de raison. Vous pouvez en dire tout le mal que vous voulez, je trouve que les scénaristes ont été malins de jouer la carte du saut dans le temps. L’évolution des personnages est cohérente, le côté feuilletonnant marche bien et les acteurs sont bons. Le fait que Chloé affirme sa bisexualité en fantasmant sur une copine de fac n’est que la cerise sur le gâteau. Ca ne casse certainement pas trois pattes à un canard, mais ça me va bien.

Je rassure les âmes sensibles, je ne suis pas ce programme à la lettre chaque jour (si, si en fait). Je vous ferai les primes dans un second temps…

 

Putain treize ans !

Ces jours-ci, mon blog a eu 13 ans. Mon blog est bientôt un adolescent et moi j’ai 40 ans. L’avantage du blog, c’est qu’on dispose de chouettes archives et qu’on arrive à se faire insulter par son soi du passé.
Donc je tiens à dire officiellement à POC de 34 ans, que je l’emmerde (« avec un grand A« ) à pied, à cheval et en voiture, et non à quarante ans, je ne ressemble pas (encore) (tout à fait) à Katherine Chancellor et si c’était le cas, j’en serais ravie.

LES FEUX DE L'AMOUR

Ce petit moment de schizophrénie n’est pas inédit dans ma vie de blogueuse. 

Donc, je m’appelle POC, j’ai quarante et bon an, mal an, je continue à bloguer.

Qu’est-ce qui a changé ?
Caroline a assez bien résumé ma pensée sur le sujet. Le gros, gros élément qui a modifié mon approche du blog ces dernières années, c’est l’auto-censure. J’étais bien plus décomplexée avant pour attaquer le physique (c’est mal), le talent ou l’intelligence (c’est mal aussi) d’un candidat de télé-réalité, d’un chanteur promu par un télé-crochet, ou de stars du monde musical. Ca m’a valu des insultes de fans de Josh Groban (je vous promets, il a des fans, teigneux en plus), de fans de Mylène Farmer (bon, ça, c’est la routine) et même de fans de Mickels (aujourd’hui, ces personnes ne se souviennent plus qui est Mickels alors que moi oui. Qui était vraiment intéressé par lui au final ?). Aujourd’hui, je me dis que derrière tous ces gens, il y a une personne ou des proches, qui peuvent malencontreusement atterrir ici et me lire. C’est improbable, mais quand même.

Est-ce lié ou pas ? J’ai plus de mal à appuyer sur le bouton Publier. Je m’interroge mille fois plus qu’avant sur la pertinence et l’intérêt de mon propos. J’ai aussi certainement moins le réflexe, même si l’envie me saisit parfois impérieusement, d’écrire, de raconter…
Il faut dire que Twitter est passé par là. Tout le monde s’exprime tout le temps sur tout, alors à quoi bon venir en rajouter ?

Ce qui n’a pas changé 
Je regarde toujours autant la télévision. C’est peut-être ça aussi être Xénniale. Je n’ai toujours pas saisi l’intérêt de regarder des chaînes Youtube. Je préfère une bonne vieille émission classique, qui passe dans mon petit écran, bien produite par des gens dont c’est le boulot. J’ai quarante ans, je suis une vieille conne démodée et j’assume.

Je regarde toujours autant n’importe quoi.
Entre 19 heures et 21 heures, je suis cinq émissions en simultané : Les Marseillais contre le reste du monde (Fidji, tu es la plus belle), Secret Story, Les vacances des Anges (Coco, tu es la deuxième plus belle après Fidji), Touche pas à mon poste, et Quotidien. Je maudis les vils programmateurs qui osent caler les pubs de tous ces programmes en même temps. Je m’en fous, je zappe sur Scènes de ménage sur M6.

Le midi, je suis orpheline de Daphné Burki, alors je mate Friends sur NT1, et ce que j’ai loupé la veille de Secret Story ou des Anges.

A 16 heures si je peux, je lâche tout pour aller regarder Affaire conclue, l’émission de Sophie Davant, qui est mon kif absolu du moment. Si je pouvais, je lancerais Enchères TV, une chaîne qui diffuserait des émissions d’enchères toute la journée. J’arrêterais de travailler pour la regarder.

Bon, et puis j’espère bien être encore là dans dix ans, j’aurai cinquante ans, je serai magnifique comme Courteney Cox (je te donne rendez-vous dans dix ans, POC de 50 ans) et normalement la télévision existera toujours.

Superga XO Jennifer Meyer Collection Launch Celebration

 

 

Onze moments qui ont marqué ma vie de téléphage pour onze ans de blog

Caramba j’ai encore raté l’anniversaire de mon blog. Ca devient une habitude puisque l’an dernier j’ai carrément loupé ses dix ans. En même temps, en dehors du compte rond, ça n’avait rien de bien symbolique puisque sans lâcher l’affaire, je blogue trop peu. Mais pour marquer ces rendez-vous manqués, j’ai décidé de vous expliquer en onze moments télé pourquoi j’aime autant mon petit écran, et tant pis si je radote, parce que bon an, mal an j’en ai écrit des choses en onze ans.

1 Croque-vacances
Je suis une disciple de Dorothée, je ne peux pas le nier. J’ai adoré Récré A2, mais bizarrement j’en garde beaucoup moins de souvenirs heureux que de « Croque Vacances ». J’imagine que c’est parce que cette émission marquait justement des périodes heureuses de congé. J’affectionnais particulièrement les émissions de Noël avec « Super Ted », mais je garde des souvenirs émus de « Deux ans de vacances », le générique me fait monter les larmes aux yeux, ou de « Dare Dare Motus ».

2 Les feuilletons de mon enfance
« Monsieur Merlin » reste ma madeleine absolue. J’ai une image fixée dans la tête, celle de la salle blanche avec le hibou, qui continue de me fasciner et de me faire rêver. A priori, si je me fie à la fiche Wikipédia de l’émission, la série était diffusée dans le cadre de Récré A2.

« Dick Turpin » fait également partie de mes bons souvenirs d’enfance passés devant la télé en compagnie de mon père et de mon frère.

3 Les dessins animés
Captain Flam, Goldorak, Gigie et Bififoc occupent forcément une place de choix dans mon cœur, mais il faut bien reconnaître que ce sont les dessins animés qui m’ont fait acheter des jouets qui m’ont le plus marquée. Le marketing a bien formaté ma génération. J’ai donc acheté des Mask, des GI-Joe et même des chevaliers du Zodiaque à des prix délirants. Certaines séries, Mask en tête, avaient été créées juste pour ça d’ailleurs.

4 Santa Barbara
J’ai toujours regardé plus la télé avec mon père que ma mère. Mais ma mère, avant « Bones » et « The good wife », a eu une passion coupable pour « Santa Barbara » et ça tombe bien moi je trouvais Eden magnifique. Aujourd’hui, l’actrice est bonne sœur.

Eden

5 La une est à vous
Si une chaîne lançait un grand sondage consistant à demander quelle émission du passé les téléspectateurs souhaiteraient voir revenir, je voterais un million de fois pour « La une est à vous » présentée par Bernard Montiel. Imaginez, les gens pouvaient choisir les séries qu’ils souhaitaient regarder le samedi après-midi. Bon au final, les gens souhaitaient toujours voir « Stingray » ou « Le Magicien » mais c’était super quand même.

6 Giga
Car je n’étais plus tout à fait une enfant, ni vraiment une adulte, j’adorais Giga qui proposait des séries pour les grands, un peu trop même parfois. Je pense évidemment aux « Années collège », auxquelles j’ai dû préférer un moment « Sauvés par le gong » parce que j’étais amoureuse de Kelly. M’en fous, j’assume.

Kelly

7 Les premières séries
Bon, j’ai été fan absolue des feuilletons, « Amicalement vôtre », « Les deux font la paire », « L’homme qui tombe à pic », « L’homme qui valait trois milliards », « Pour l’amour du risque »…et j’en oublie, avant de succomber aux charmes de « Côte ouest » parce que je craquais, je fondais pour Paige, un truc de fou. Mais bon, un jour, la télé nous a appris que le séries, ça pouvait aussi être quelque chose de respectable. Ca a commencé avec « Friends » puis « Urgences », et là évidemment une révolution a démarré. Je ne parle pas de « Dawson », qui m’a tellement fait pleurer.

Paige

8 Le Loft
La deuxième révolution culturelle télévisuelle que j’ai connue de mon vivant a démarré avec « Le Loft » qui a marqué l’avènement de la télé-réalité. Bizarrement, je n’en garde pas de souvenirs bien précis même si je peux certainement retrouver de tête tous les lofteurs et que je me souviens encore de Kimy. Il faut dire que le « Loft 2 » a un peu tout gâché.

9 La star academy
J’avais boudé la première saison parce que je préférais « Popstars » – la honte – mais comme tout le monde j’ai adoré la deuxième. Nolwenn, Anne-Laure, Eva, Aurélie, Fabien, Jérémy, Houcine, Emma… Ils étaient tous super. La trois a réussi le mérite d’être presque aussi bien et puis l’émission a décliné un peu jusqu’à la six, mais je n’en ai loupé aucune.

10 « Koh Lanta », « L’Amour est dans le pré » et « Pékin Express »
La star ac’ reste au firmament, mais ces trois télé-réalités d’aventure ou de dating la suivent de près dans mon cœur. « Koh Lanta » est resté au top, « L’Amour est dans le pré » décline, et « Pékin Express » a disparu. Mes plus fidèles lecteurs se souviendront de la saison 2 des bébés. « Pékin Express » a été une grande émission de télé-réalité.

11 La TNT
C’est peut-être la dernière chose qui a révolutionné ma vie de téléphage. Une dizaine de chaînes gratuites supplémentaires qui proposent des télé-réalités plus ou moins au rabais, des séries plus ou moins anciennes, des émissions américaines redoublées à la bouche, des tas de programmes sur les faits divers et des talks.