Des dîners franchement ratés

Je suis une fan d’un « Dîner presque parfait » depuis le lancement de l’émission sur M6. Je n’ai plus de la date exacte, mais je me souviens que la première semaine avait été organisée à Lyon et que c’était un certain Grégory, depuis devenu une star des fourneaux, qui avait triomphé. Je me rappelle également que la deuxième édition avait eu lieu à Lille.

A un moment, je ne manquais aucun épisode du programme. J’ai même proposé ici même (ou presque, puisque j’ai quand même déménagé entre deux) mon programme pour un dîner presque parfait, avec l’animation imparable dans laquelle je crois toujours : l’animation chatons.

J’avais même décliné en cinq chapitres (I II III IV V) les recettes pour emporter les 1000 euros promis au vainqueur.

3775c-dc3aenerm6

Evidemment, à un moment j’ai été gagnée par la lassitude et je suis passée à autre chose, comme M6 d’ailleurs, qui a arrêté l’émission pour la laisser un peu reposer et mieux la ressusciter quelques années plus tard sur W9, sa jumelle maléfique inversée. Pourvu qu’elle ne finisse jamais sur la triplée de l’enfer, 6ter, ce qui est le dernier stade avant le néant.

Le problème, c’est que sur la TNT, tout est permis. Il a donc fallu salir un peu l’émission pour la faire obéir aux codes de  la « nouvelle » télé-réalité, qui sont en vigueur au-delà du numéro 7 de ma télécommande. Du coup, le programme a bien souffert.

Entendons-nous bien, il y a des éditions quasi normales. Les dîners en Picardie passaient presque la semaine dernière. Les participants ont failli chialer en constatant qu’un candidat pas très aguerri en cuisine, pour rester soft, avait eu du mal à confectionner des crêpes et, ils ont résisté bravement à la tentation de le pourrir en découvrant son interprétation pourtant peu ragoûtante de la ficelle picarde.

A l’inverse, depuis lundi, c’est free-style. Les concurrents sont infects, calculateurs et mauvais joueurs, mais le clament haut et fort. C’est la W9’s touch : un protagoniste peut assumer frontalement de saboter le principe même de l’émission en notant n’importe comment et ça passe.

Bon, au point où en sont arrivés les participants, il semblerait que l’ultime dîner de la semaine, ce vendredi, tourne au pugilat entre la blonde sexagénaire sans filtre et le gourmet inutilement sophistiqué, qui a collé un 2/10 à un repas très honorable.

Je me demande du coup comment l’émission peut encore trouver des victimes pour accepter de participer à la compétition. D’ailleurs, quand personne ne se dévoue, ce n’est pas trop grave, la chaîne sort ou rediffuse une édition plus ou moins faisandée avec des vedettes. Sophie Tapie a ainsi fait des miracles avec son dîner de cow-girl plein de viande alors qu’elle est végétarienne. Un ex Miss France a été ravie de se revoir dans un truc qu’elle avait tourné, il y a au moins cinq ans.

Entendons-nous bien, je ne suis pas contre la mauvaise foi de bon aloi dans ce genre d’émission : je lui mets 2/10 pour sa décoration car je l’avais imaginée différente et que je ne gère pas bien la déception, il mérite un 5/10 car son homard avait des pinces minuscules…

Mais, je reste persuadée naïvement que le concept de l’émission était assez fort pour lui épargner de terminer aussi mal son existence. De mon côté, je regarde quand le programme s’annonce « normal » : aucun candidat border-line, aucune tension à l’horizon…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s