Deux ans après, où j’en suis avec Netflix

J’avais envie de rédiger un top sur les séries qui m’ont le plus marquée en 2016. Mais, comme d’autres le font bien mieux que moi, et que mes choix se résumeraient essentiellement à celles diffusées par Netflix, j’ai décidé de faire un point après presque deux ans d’abonnement.

Les avantages de Netflix
Le prix
Avec l’âge, je deviens raisonnable sur le tout gratuit. Il faut bien reconnaître que ce n’est pas très cher. Pour 10 euros par mois, je peux visionner légalement un grand nombre de séries et de films sur mon ordinateur, ma télévision, et même ma console de jeux.

eva-green-as-vanessa-ives-courtesty-showtime

Les séries exclusives
Je me suis lassée de « Orange is the new black », au point de ne pas avoir encore terminé la saison 3 et de me demander si je verrai la 4 un jour. Mais qu’importe, en 2016 sur Netflix, j’ai regardé les trois saisons de « Penny Dreadful », « Stranger Things »,  la suite de « Scream », « The Crown », et la saison 3 de « Black Mirror ». J’avance doucement avec les séries Marvel bien sombres. Je vois bientôt le bout de « Daredevil », je vais terminer « Luke Cage », avant de me remettre à « Jessica Jones ». Je m’endurcis tout doucement grâce à ces trois super anti-héros. Je me demande encore si ça valait le coup de revenir à Stars Hollow, mais je vais bientôt en finir avec les aventures des « Gilmore girls ». J’ai également essayé pas mal de choses. L’avantage, c’est que je peux arrêter au bout de cinq minutes, un quart d’heure ou un épisode sans regret.

Le côté pratique
Je démarre une série sur mon ordinateur, que je poursuis sur ma télé, et que je retrouve au lit sur le pad de ma console de jeux. Ca peut paraître anodin, et pourtant c’est diablement pratique et confortable. J’arrête de visionner une série pendant un moment, et je reprends exactement là où je m’étais arrêtée. Ca faisait pareil avec les VHS non rembobinées, mais l’image sautait après.
Les sous-titres sont qualitatifs. Bon, il ne faut pas être trop regardant sur les fautes – il y en a quand même – et parfois on a l’impression que les traducteurs ont fait une micro-sieste, mais dans l’ensemble c’est un bon point de ne pas avoir à les chercher et à les caler.

4118bc185081d7b9ff5160dc6e5304cbaab081a7

Un rêve de téléphage
L’adulte que je suis pense à la petite POC apprentie téléphage, quand elle a, à sa disposition, un catalogue de séries et de films assez étendu. Bébé POC n’avait le choix qu’entre les programmes de trois chaînes, et encore quand ses parents ne lui imposaient pas « 7 sur 7 » ou « Histoires parallèles ».

Comme ce message n’est pas subventionné par Netflix, je vais me pencher sur les gros bémols du système.

La disparition inéluctable de certains programmes
Quand j’ai rejoint Netflix, j’ai pensé que son catalogue était en expansion permanente comme l’univers (non?). Mais, ce n’est pas le cas du tout. Régulièrement, des séries disparaissent dans l’indifférence générale. Enfin pas la mienne, je pleure encore (dans l’ordre) « Fringe », « Chuck » et même « Lost ». J’allais oublier les cinq premières saisons de « Doctor Who ». Je trouve franchement dommage que le catalogue s’appauvrisse et ne conserve pas quelques classiques.
Du coup, il semble écrit que je ne verrai jamais la fin de « Fringe ».

La disparition inquiétante des films Disney
Un dimanche soir de petit moral, je me suis dit « pourquoi ne pas regarder un bon vieux Disney sur Netflix histoire de chasser mon cafard tout noir ». C’est à ce moment-là que j’ai constaté que pendant que je ne faisais pas attention tous les films Disney (et il y en avait un paquet) avaient disparu de Netflix en France. Ils n’ont pas réapparu depuis, et j’ai eu beau chercher sur Internet, les articles évoquant les raisons de ce départ sont inexistants.
Si quelqu’un a une vraie explication…

Les films
Autant le dire tout de suite, il ne faut pas s’abonner à Netflix pour l’offre cinéma, sinon on sera déçu. Le service ne propose pas de films récents pour des questions légales en France, et les ajouts sont en général assez décevants. Bon, je ne vais pas être injuste totalement. Grâce à Netflix, j’ai découvert « Le monde de Narnia ». Mais en gros, les films sur Netflix, c’est un peu comme les films à la télé pendant les vacances de Noël, très sympa quand on est nostalgique, pas super sinon.

Bilan, de mon côté, pour le moment, les avantages surclassent les inconvénients. J’espère secrètement le retour des Disney en regardant mes séries.

Publicités

6 réflexions sur “Deux ans après, où j’en suis avec Netflix

  1. J’avoue que j’hésite encore à m’abonner à Netflix… mais il y a la saison 2 de Sense 8 qui va bientôt débarquer et qui me tente vraiment. Il faut reconnaître que les séries estampillées Netflix sont de qualité. Pour OITNB, je te conseille tout de même la saison 4, plus sombre et plus grave (le côté pelle à tarte du personnage principal m’horripile, heureusement qu’il y a une galerie de portraits attachants et prenants). Après, je ne sais pas capable de sauter comme toi d’un support à l’autre pour suivre mon épisode^^ et je suis une binge watcheuse. Pour Fringe, c’est bien dommage car la série est, selon moi, la meilleure de JJ Abrams et la plus aboutie (pas comme Lost et son ballon de baudruche décevant du season finale). Enfin, pour Dr Who c’est vraiment regrettable, étant une whovienne endurcie, je comprends ton mécontentement. Bon, j’ai éludé la question en achetant les coffrets au fur et à mesure et en regardant directement sur BBC one (mais l’accent écossais de Peter Capaldi est un poil dur à comprendre). Sinon, je me regarde tranquillement Lucifer, série assez gentillette (le diable fait équipe avec une jolie fliquette) avant de m’attaquer à Westworld (mon collègue n’arrête pas de m’en parler) et d’enfin voir The man in the high castle, globalement adaptation casse-gueule de l’univers de Philip. K. Dick. Au plaisir de revenir sur tes pages roses 🙂

    • Il y a des formules plus ou moins chères pour Netflix et à une époque le premier mois était offert à titre d’essai. 😉
      Pour OITNB, c’est par phase. Donc, je peux très bien m’y remettre sur un malentendu.
      Ca sera plus compliqué pour Fringe, à moins d’une rediff à la télévision.
      Quant à Doctor Who, quelqu’un de mon entourage proche possède l’intégrale en dvd, et finalement j’en ai vu pas mal.

      C’est cool de voir que tu es revenue ici. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s