Mes retrouvailles avec les filles Gilmore

J’ai démarré en douceur le visionnage des nouveaux épisodes de « Gilmore gilrs » hier. Je suis désormais partagée entre la tentation de tous les regarder très vite pour savoir où ils vont me mener, et celle de les faire durer au risque d’être spoilée

Justement, je préviens que ce post comprendra des informations au moins sur le premier épisode de la nouvelle saison de la série, et un peu sur le deuxième que j’ai sérieusement entamé.

Autant le dire tout de suite, j’ai été conquise par ces retrouvailles.

La série reste fidèle à elle-même. Les Gilmore causent, causent, causent et causent.

J’ai bien noté que le visage de Lorelai avait changé. Je ne l’ai jamais trouvée très jolie, et là elle ne s’est clairement pas arrangée. Dommage, le temps aurait peut-être pu lui donner du charme. Il faut passer outre ce premier choc.

Lorelai n’a toujours pas appris à communiquer avec sa mère, malgré la disparition de Richard, dont la présence est étrangement palpable dans le premier épisode. Elle tient toujours la Libellule, comme elle peut depuis le départ de Sookie. Une absence qui s’éternise a priori. L’apparition en guest de Melissa McCarthy est très, très attendue. Elle est surtout toujours en couple avec Luke. En dix ans, ils ont oublié de se demander s’ils voulaient des enfants. J’imagine que le scénaristes se sont retrouvés face à ce dilemme cornélien : pouvaient-ils consciemment nous introduire un chiard dans la série sans mettre les fans en état de choc ? Donc Lorelai a désormais 48 ans, et elle s’interroge sur ses envies de maternité. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Rory, elle, semble être devenue journaliste pigiste. Ca arrive même aux meilleures. Son (seul) fait de gloire est d’avoir été publiée par le New Yorker, ce qui fait la fierté de son beau-père. Elle a largué son appartement et ses cartons chez Lane, Paris, sa grand-mère, sa mère, et dans son pied à terre londonien. L’un des excellents ressorts comiques du premier épisode vient du petit ami de Rory, Paul, que tout le monde, y compris elle, oublie. Cette vanne me semble un rien empruntée à « Arrested development » et à Ann, la terrible petite amie de Georges-Michael, mais ça passe. Je ne sais pas d’où elle tient l’argent pour faire tous ses voyages, mais elle travaille avec Alex Kingston, convertie pour l’occasion en hystéro totale.

ad-ann

Quant à Emily, elle gère son deuil comme elle peut et continue de se déchirer avec sa fille. Mais, elles travaillent désormais sur leur relation en allant voir chaque semaine une psy.

Comme je le disais, ma première impression est très bonne.

J’ai presque dû me retenir d’applaudir à chaque apparition d’un personnage récurrent de la série. L’entrée en scène de Paris est, à ce titre, absolument géniale. Lane est moins gâtée, elle aura peut-être plus de chance par la suite. Kirk est mis en valeur dans ses nouvelles aventures entrepreneuriales- la création de Öööber, son service éphémère de voiturier – comme dans ces réalisations artistiques (son nouveau court-métrage). On ne s’attend pas à ce que Rory entretienne à nouveau une liaison avec Logan, par ailleurs fiancé, ce qui va pose problème, on le sent.
Taylor continue à tenter d’améliorer Stars Hollow notamment avec un tout à l’égout, et son idée de gay pride, qui avorte faute de gays dans la ville, m’a bien plu.

Les références à la culture populaire qui émaillent les épisodes font vraiment plaisir. Mon seul bémol, il y en a peut-être parfois un peu trop.

Ce qui marche le mieux, c’est le sentiment de prendre le cours de la vie des personnages comme si le temps avait réellement passé. Alors certes, Luke et Lorelai semblent un peu figés dans leur relation, et c’est finalement Emily, qui en parle le mieux en les comparant à des colocataires. Lorelai ne supporte pas cette réflexion, mais elle ne corrige pourtant jamais sa mère sur ce point.

La relation mère-fille reste tendue, et le nouveau malentendu qui oppose les deux femmes suite aux déclarations de Lorelai lors de funérailles de son père n’arrange rien. Mais, j’y crois. Elles n’ont jamais résolu leur problème et tout ce qui les oppose remonte à la surface suite à cet événement tragique. Plus que la relation assez Bisounours (j’espère bien que les choses vont se corser) entre Rory et sa mère, c’est ce rapport qui m’intéresse, parce que je le trouve vraiment très réaliste et qu’il me parle.

Voilà, ce post est évidemment à suivre, parce que j’ai hâte de passer le reste du printemps, l’été, et l’automne avec les filles Gilmore.

Publicités

2 réflexions sur “Mes retrouvailles avec les filles Gilmore

  1. As tu avancé dans l année Gilmore depuis cet article ? j ai fini les episodes et je me sens orpheline maintenant :/
    hate de lire ton opinion sur les 4 episodes .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s