Madame cinéma

Une fois n’est pas coutume, je vais aujourd’hui parler cinéma et évoquer un film qui n’a pas eu un énorme succès commercial à sa sortie en salle, « Upside down ».

Au départ, je ne comprenais pas les raisons de ce bide relatif qui me semblait totalement immérité et puis j’ai vu le film…

Un pitch prometteur
« Upside down » raconte l’histoire d’un couple d’amoureux qui vivent dans deux mondes antagonistes : celui d’en bas et celui d’en haut. En gros, dans un système solaire probablement lointain, des gens – le nom des planètes n’est pas précisé, il est donc complexe de les nommer – vivent dans deux mondes proches l’un de l’autre, sauf que l’un d’eux a la tête en haut et l’autre la tête en bas. Les deux planètes sont reliées par une tour qui abrite l’entreprise Transworld qui exploite les ressources et les salariés du monde d’en bas pour en faire profiter les privilégiés du dessus. Les gens du haut sont riches et prospères et ceux d’en bas sont pauvres et désespérés.

Je vous le disais, le pitch est prometteur. On imagine déjà la révolte des gens d’en bas et la satire sociale. Mais « Upside down » ne fait pas exactement le choix de la facilité en se concentrant presque uniquement sur l’histoire d’amour.

L’histoire d’amour
Un petit garçon orphelin du monde d’en bas tombe amoureux d’une privilégiée du monde d’en haut qu’il croise sur une montagne qui est le point qui rapproche le plus les deux univers. Malheureusement, suite à un concours de circonstance tragique, leur flirt est découvert et propulse le jeune homme en prison.

Dix ans plus tard, il travaille à la composition d’un crème de beauté miracle en bas quand il tombe par hasard sur des images de son amour de jeunesse qui s’épanouit en haut. Il fait tout pour la revoir et va jusqu’à se faire engager par le Mal, l’entreprise Transworld. Mais c’est compliqué car on ne transite pas si simplement que ça du bas en haut, il faut se lester avec des produits qui deviennent inflammables….et en plus sa belle a perdu la mémoire et l’a oublié.

Du coup, « Upside down » raconte essentiellement comment ce gars va mettre en péril son existence pour retrouver cette fille qui est son seul espoir dans la vie. C’est un peu fragile comme fil conducteur parce qu’il y aurait tellement plus à dire sur les injustices entre ces deux mondes, qui ne semblent provoquer la colère de personne. Les gens d’en bas sont résignés à vivre dans un monde triste et gris sans jamais se dire qu’ils ont quand même de la chance d’avoir la tête dans le bon sens. En plus, ils ont le pétrole et donc normalement le pouvoir. On peut se poser des questions sur la qualité de leur réflexion. Le film ne se penche pas plus sur la dictature économique et politique que Transworld fait peser sur les deux planètes.

Il faut cependant reconnaître que le film est joli avec une mention spéciale à la salle de bal où les couples des deux planètes dansent têtes en haut et têtes en bas, ou aux bureaux partagés par les salariés favorisés d’en haut et ceux d’en bas.

Je comprends le bide en salle car « Upside down » n’est absolument pas un blockbuster imbécile et tonitruant. C’est un joli film poétique sur l’espoir. Mais « Upside down » aurait aussi pu être un bon film de science-fiction qui fait réfléchir en partant d’une formidable idée de départ.

Du coup, est-ce que je recommande le film ?

Un peu, si on aime les belles histoires d’amour et les films qui passent à côté de leur sujet tout en campant une atmosphère vraiment sympa.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s