Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des grands-parents socialistes

Récemment je parlais de mes parents, les intellectuels de gauche, qui ne connaissent pas André Manoukian, ce que je trouve infiniment respectable. J’ai aussi eu des grands-parents socialistes et laïques. Comme j’ai eu du mal à trouver les mots pour parler de ma grand-mère quand il le fallait, je vais le faire ici. C’est compliqué de parler d’une relation en demi-teinte lors d’un hommage, non ?

Mes grands-parents sont involontairement responsables de ma vocation. Quand j’étais pré-ado, je me suis rendue compte, enfin plutôt j’ai pris conscience, que nos relations n’étaient pas franchement idylliques avec mes grands-parents. Rien de vraiment horrible, ils préféraient juste mes cousins et certainement parce qu’ils étaient plus proches géographiquement. Mais cette pris de conscience a été logiquement assez douloureuse, et j’avais besoin de l’exorciser alors j’ai commencé à écrire de longues lettres acides à mon grand-frère qui était loin de la maison. Je lui narrais les visites familiales et autres échanges téléphoniques faits de petites vexations anodines.
Je n’ai gardé aucune trace de ces écrits qui étaient un véritable cauchemar pour mon père qui avait tellement peur qu’ils tombent entre de mauvaises mains.

Mais même s’ils ne m’adoraient pas, mes grands-parents s’occupaient beaucoup de moi. Mes parents avaient la triste manie de me confier à eux au début de l’été, parce que ma mère corrigeait le bac et ne voulait pas m’avoir dans ses pattes. De la maternelle à la fin de la primaire, je n’ai jamais terminé une année scolaire et donc jamais amené des jouets pour les derniers jours d’école. A la place, j’étais confiée à mes grands-parents qui me faisaient traverser la France, de gauche à droite en diagonale, dans la R11 beige avec le chien qui haletait à côté de moi à l’arrière.  Au passage, nous faisions un certain nombre d’étapes culturelles. Je revois mon Papy préparer le trajet méticuleusement en annotant le Guide bleu. C’est ainsi que j’ai visité Vezelay, les Hospices de Beaune, Cluny, découvert le vase de Vix, ou constaté qu’Alesia existait bel et bien contrairement à ce que disait Astérix. J’ai mangé des menus pour enfants dans plein de restaurants de terroir du centre de la France. J’ai gardé de cette période une très longue aversion pour la moindre sortie culturelle. Mais curieusement à l’école, j’adorais raconter dans mes rédactions de rentrée ces périples.

100 idées

J’ai eu et porté ce pull

L’autre grand truc de ma grand-mère que j’avais oublié jusqu’à la semaine dernière, c’était sa contribution dans mon habillement durant toute mon enfance. J’ai porté exclusivement des pulls tricotés en laine par ma Mamie jusqu’au lycée, et les robes que ma mère a réussi à me contraindre à mettre jusqu’à mes 8 ans avaient toutes été confectionnées par ses soins. Au point que je ne pensais même pas jusqu’à un âge avancé que les pulls pouvaient être vendus dans des magasins… Alors autant c’est facile et mignon d’assumer le pull en laine qui gratte modèle 100 Idées 1981 à neuf ans, autant c’est l’enfer au collège.
Aujourd’hui, je regrette bien évidemment ces réalisations. Il me reste un pull en laine qui gratte dans mon armoire que je vais chérir encore plus à l’avenir.

De ma grand-mère, j’ai également hérité un attrait et même un certain talent pour le Scrabble, bien que j’y ai peu joué avec elle, saoulée que j’étais de me prendre une branlée à chaque partie, et surtout un éternuement dantesque qui fait se retourner immanquablement toute la rame de métro. Vous m’avez peut-être déjà entendu.
Je pense qu’elle m’a aussi transmis sans que je m’en rende compte des valeurs et une certaine éducation.

Nous n’avions pas des relations fluides mais je me souviens qu’un été, nous avions regardé ensemble le début de la saga de l’été, « Le Château des oliviers ». Malheureusement, j’avais du partir avant la fin du feuilleton en vacances à l’île de Ré sans télé et j’étais un peu déçue de ne pas connaître son issue. Quelques jours après la diffusion du dernier épisode, j’ai reçu une lettre de ma grand-mère où elle me racontait ce dernier épisode et tous ses rebondissements invraisemblables.

Alors peut-être qu’elle a été sans le savoir à l’origine de ma vocation de téléphage serial résumeuse d’émissions de télé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s