Bon comme du bon pain

Après le très doucereux « Meilleur pâtissier », je me suis prise d’une passion pour le « Meilleur boulanger » lors de sa première diffusion sur M6. J’ai donc décidé de suivre avec attention la deuxième saison de l’émission.Image

[L’illustration est hors-sujet, mais prouve que ma mère pourrait concourir pour le Meilleur pâtissier.]

Pourtant, je ne suis pas très pain en vrai dans ma vie. J’en achète rarement et j’en mange surtout au restaurant quand il est vraiment bon. Mais le « Meilleur boulanger » apaise mes nerfs à vif en ce moment. Allez savoir pourquoi !

Il faut dire que c’est un peu l’antithèse de « Top chef », c’est calme, doux et agréable comme la mie bien aérée d’une bonne miche de pain.

Cette semaine, je suis particulièrement au taquet parce que l’émission se déroule dans ma région et qu’avec un peu de chance je vais pouvoir identifier le meilleur boulanger de Toulouse.

L’enjeu du « meilleur boulanger » tient dans le titre. Deux hommes, que dis-je, deux professionnels de la boulangerie, un meilleur ouvrier de France et un faiseur de pain de père en fils, dont je n’ai pas retenu les noms parce que je sature des jurys, je sais juste qu’il y a un Gontran, parce que j’adore le cousin veinard de Donald,  parcourent la France à la recherche du meilleur boulanger.  Je vous rassure, ils ne partent pas au hasard, les gens ont indiqué à M6 où étaient les meilleures boulangeries de France.

L’émission se déroule entre trois actes.
Les jurés, et le téléspectateur par conséquent, découvrent chacune des trois boulangeries en compétition dans le département du jour. Ils jaugent la façade, l’intérieur, l’accueil des propriétaires. Ensuite, ils goûtent un produit comme ça au hasard, parce qu’il a attiré leur œil d’expert. Là, petite musique de suspense, vont-ils aimer ce qu’ils dégustent ? Dans tous les cas, on vous rassure, ils adorent.

Le boulanger leur propose ensuite sa spécialité et nous explique bien comment il la fait, histoire qu’on se sente concerné, même si honnêtement il y a peu de chances qu’on la reproduise à la maison vu qu’on a pas les proportions, ni les outils dédiés.  Le suspense insoutenable est de retour pour la même conclusion, ils se régalent toujours.

Enfin, telles des Mercotte, ils lancent un défi aux différents candidats en leur demandant de leur concocter une spécialité improbable oubliée de tous.
« Aujourd’hui, vous allez nous faire une fougne », *air renfrogné des boulangers qui ne connaissent pas*,  ensuite ils vont sur internet et arrivent à élaborer comme des chefs le bidule.

Au final, le jury choisit le gagnant du jour, qui le vendredi affrontera les autres vainqueurs pour la finale régionale de la semaine sur des tas d’épreuves certainement. On ignore bien souvent quels sont les critères de choix. Les deux juges la jouent peut-être à plouf-plouf mais on s’en fiche.

« Le meilleur boulanger » est une émission gourmande et croquante dans l’air de la télévision « feel good ». Finalement, toutes les boulangeries présentées ont gagné une exposition assez formidable à la télévision. L’enjeu est très anecdotique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s