Les poncifs des séries américaines : Les retrouvailles de la promo 1995 (chapitre 6)

Avez-vous remarqué, comme moi, que certains éléments qui reviennent régulièrement dans les séries américaines nous sont (un plus d’un titre) totalement étrangers. Si nous avons réussi à piquer Halloween à nos cousins d’Outre-Atlantique, d’autres choses n’ont pas franchi l’océan qui nous sépare.

C’est LE sujet que toutes les séries, voire certains bouquins à l’image du merveilleux « Johnny Blues » de Joyce Carol Oates, évoquent forcément un jour, la soirée des anciens de la promo 1995j’ai pris l’année d’obtention de mon bac comme exemple.
De « 30 Rock » à « Friends » (et c’est là qu’on s’aperçoit que Ross et Chandler étaient dans la même promo que Meredith Grey, ce qui ne la rajeunit pas, et que Ross a entretenu une relation incestueuse avec sa sœur) en passant par « Bones », et n’importe quel autre série, les protagonistes d’une fiction se retrouvent forcément à un moment dans le gymnase où ils ont dansé pour leur bal de promo à échanger sur leur vie actuelle.

Le sujet est souvent douloureux, Fran se fait accompagner par Erik Estrada pour tenter d’oublier qu’elle n’est qu’une nounou, et Liz Lemon (« 30 Rock ») se rend compte que si l’ensemble de ses camarades la détestait, c’est de sa faute, mais systématiquement savoureux. Heureusement que Temperance, elle, s’en fout de réaliser que son seul ami était le concierge qui fait un peu peur.

De mon côté, je fais partie de ceux qui refuseraient bec et ongle de se rendre à leur réunion des anciens, même au bras de ma superbe moitié et avec la carrière qu’on me connaît.

Publicités

8 réflexions sur “Les poncifs des séries américaines : Les retrouvailles de la promo 1995 (chapitre 6)

  1. Ahaha je viens de me souvenir de « la relation incestueuse » de Ross avec sa soeur 🙂 Un très bon moment de rigolade, comme souvent avec Friends. Et j'avais adoré Temperance et son autisme dans cette rencontre ô combien sociale.
    Sinon je crois bien que qqun de mon lycée avait organisé une soirée de ce type, qui a été annulée faute de participants. Je n'étais visiblement pas la seule à ne pas vouloir y aller.

  2. Johnny blues, c'est mon roman préféré de Joyce Carol Oates, où l'on comprend bien qu'aux Etats-Unis, les années lycée constituent l'âge d'or, après lequel on ne vit plus que dans le souvenir. Pas étonnant que ce soit un poncif des séries américaines !

  3. Boadiceaa, c'est rigolo que ton ancien lycée ait eu des vélléités d'importer cet événement et c'est dommage qu'il ait renoncé. Je me réfugie, de mon côté, derrière l'idée qu'on ne pourrait pas me retrouver. 😉

    Monty, j'ai beaucoup aimé ce livre. Quels autres ouvrages de Joyce Carol Oates, as-tu lu ? J'ai eu une grande phase JCO au printemps et puis j'ai arrêté, car j'avais envie de gaieté.
    Ton analyse est intéressante et se vérifie avec des séries comme les frères Scott. Les stars du lycée ont bien du mal à devenir des adultes.

  4. Je viens de chouiner devant les frères Scott et la fabuleuse Peyton et effectivement, la période lycée avait l'air plus sympa :s
    Sinon je n'ai pas que des bons souvenirs du collège (le lycée, plus) et du coup je n'étais pas très chaude pour cette rencontre… Mais ce n'était pas le lycée qui avait organisé, mais un copain.

  5. J'ai organisé une journée retrouvailles avec ma classe de 3ème, ça s'est super bien passé, la moitié de la classe a fait le déplacement et même quelques professeurs (dont ma prof de Français-Latin qui ne m'a pas laissé que de très bons souvenirs – j'ai détesté le latin! 3h de cours supplémentaires et à chaque cours, un thème ou une version en devoir noté, grrrr)
    Depuis, je passe beaucoup de soirées et même mes vacances avec mes amis retrouvés du collège!
    Comme quoi, il n'y a pas que du mauvais!

  6. Je crois que j'aimerais bien que quelqu'un organise des retrouvailles de gens du collège. Techniquement, vu que je travaille dans mon collège d'alors, ce serait moi qui serais le mieux placé pour accéder aux dossiers des anciens (donc au plus de noms possible), mais bon, euh, non. Mais ça me plairait de revoir certains gens, voir ce que chacun est devenu. Ça me terrifierait aussi, c'est certain.

  7. J'ai lu Blonde, sur la vie de Marilyn Monroe et Hantise, recueil de nouvelles fantastiques, mais Jonnhy reste mon préféré, notamment dans le style et le mode de narration. Blonde est un bon gros roman, mais très glauque, effectivement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s