Revenante

Depuis mercredi dernier, j’ai l’impression de renouer avec une vieille copine, longtemps perdue de vue. Après trois ans de bouderie, je me suis en effet remise sur un coup de tête réfléchi à « Grey’s anatomy ». Les lecteurs les plus fidèles de ce blog se souviennent de ma grande passion pour Meredith, qui avait même hérité du titre enviable de « personnage de série favori » de POC à l’époque de ma folie des classements.

Mais le temps, le cancer d’Izzie, ses relations compliquées avec McDreamy (le docteur Mamour), la mort de George, mon incapacité momentanée à supporter les séries médicales, ma lassitude pour ces mêmes fictions, son grand âge, la grossesse d’Ellen Pompeo et ses conséquences sur le physique de mon fantasme, le départ d’Addison pour une « private practice »…m’avaient poussée à prendre mes distances avec Meredith et ses amis.

[La suite de ce post compte quelques spoilers sur la saison 7 de « Grey’s anatomy ».]

Comme on retrouverait une vieille copine après trois ans sans la voir, je n’ai pas cherché plus que ça à savoir ce qui avait pu arriver dans sa vie avant. J’ai juste su pour la fusillade au Seattle Grace et la blessure de Derek. J’ai vaguement entendu parler de son mariage improbable avec son neurochirurgien sans miser un kopeck sur cette union. J’ai décidé très concrètement de me remettre à la saison 7, après avoir arrêté la série à la fin de la quatre ou au début de la 5, sans chercher à découvrir les nouveaux personnages, ni leurs interactions avec les anciens. Je savais quand même que George était mort et Izzie FBI portée disparue. La fusillade m’a apparemment sauvée de plein de personnages annexes qui sont morts pendant son déroulement.

Au début de la saison 7, Cristina se marie avec un vétéran et ne le plaque pas devant l’autel. Meredith a donc épousé McDreamy et s’avère stérile. Elle pourrait également développer un Alzheimer précoce.
Callie est devenue lesbienne avec une jolie pédiatre, qui s’appelle Arizona.
Kim Raver a rejoint le casting de la série, ce qui me plaît beaucoup.
Voilà presque tout ce que j’avais besoin de savoir, puisque McSteamy (le Docteur Mamour) reste un obsédé, Karev un personnage plus complexe qu’il en a l’air et Lexie, une paumée notoire.

La vie au Seattle Grace reprend donc son cours après un énième traumatisme. Un mec avait déjà manqué de faire exploser l’hôpital avec une bombe dans son ventre, une interne avait manqué de mourir après ce qui s’apparentait à une tentative de suicide, un autre docteur avait, lui, succombé à ses blessures après avoir tenté de sauver une jeune femme d’une mort atroce… La routine donc… De mon côté, depuis sept ans, j’aurais quitté cet hôpital maudit.
Cristina est la plus abîmée par cette nouvelle péripétie, ce qui lui fait retrouver le grain de folie que j’appréciais tant chez elle.

« Grey’s anatomy » demeure « Grey’s anatomy » avec des cas extraordinaires (greffe de deux bras, ablation des seins d’un ado mâle), sa logique du un cas sur les trois sera fatal (mais lequel ?), ses catharsis – franchement vous arrive-t-il régulièrement dans votre vraie vie alors que vous venez de vous engueuler avec votre copain / copine ou que vous avez un problème professionnel de rencontrer quelqu’un qui vit une situation qui n’a vraiment rien à voir mais qui pourrait vous renvoyer par des biais tordus à votre problème vous aidant à le résoudre dans la seconde ? Ben moi pas… -, ses (faux) méchants et (vrais) gentils. Mais voilà, ce soap médical reste totalement addictif et en y remettant le petit doigt, j’ai immédiatement eu envie d’y plonger à corps perdu. Je m’interroge même sur l’opportunité de regarder la saison qui voit le rapprochement de Callie et d’Arizona.
Je suis surprise en bien par l’évolution des personnages et les nouveaux arrivés, qui sont plutôt bons. J’adore que Meredith demeure le personnage le plus « dark » et « twisted » du petit écran, qui demande à un tireur fou de la canarder.

D’ailleurs, je vous laisse car quand je n’ai rien de mieux à faire, je prends quarante minutes pour finir la saison 7 au plus vite.

Publicités