Gleek / Pas gleek

J’ai profité de mes vacances sans télévision pour donner une seconde chance à « Glee ». En boycottant la série, j’ai un peu l’impression de m’exclure d’un gigantesque club mondial d’initiés, c’est ce qui m’a donné envie de poursuivre le visionnage de la saison 1, entamée au début de l’année. De plus, je n’avais pas grand chose d’autre d’inédit à emmener dans ma forteresse de solitude.
« Glee » me rend un peu schizo. Je n’arrive pas à savoir si j’apprécie ou pas la série.

Après avoir réussi à nous en passer durant six mois, en nous remettant à « Glee », nous avons englouti les épisodes au rythme de deux par soirée environ.

Je n’arrive pas à savoir si le plaisir que me procure les parties chantées réussies et les interventions de Sue Sylvester peut me faire oublier des intrigues extrêmement minces et des personnages souvent caricaturaux, et inversement je me demande si le scénario digne de « Sunset Beach » qui peine à rebondir à mi-saison suffit à me gâcher la qualité de certaines prestations musicales et le côté décalé de quelques personnages.

Glee me rend effectivement schizo.

Nous avions arrêté en partie à cause du « sunsetbeachisme » de la première partie de saison donc avec tous ses bébés, vrai et faux, dont l’un n’était pas le père et l’autre non plus finalement parce qu’il n’y avait pas vraiment de polichinelle dans le tiroir de sa femme. Alors que je pensais la série empêtrée à jamais dans ces histoires vraiment pas crédibles, Will saisit en une seconde que sa femme lui ment et l’abominable Rachel apprend à ce pauvre imbécile de Finn qu’il est cocu.
La page est tournée et la série doit remonter la pente.

Là, j’avoue, j’ai craint le pire et j’ai eu raison. Sans grande mission, à part celle de tolérer de partager le toit de cette caricature de Kurt, le brave Finn tourne en rond et devient incolore et on a du mal à trouver Will crédible dans son rôle de tombeur divorcé.

Fort heureusement, la série me bluffe en deux épisodes centrés autour de deux divas. Le spécial Madonna m’a littéralement scotchée. J’ai adoré la fascination de Sue pour la reine de la pop et malgré sa philosophie un peu gentillette, l’épisode tournant autour de Lady Gaga et de la différence et de la tolérance m’a conquise.

)
Dans les pires moments de crise, je me dis que j’adorerais voir les protagonistes de « Glee » sur scène. Je ne fais pas partie de la caste qui prétend zapper les scènes musicales pour se consacrer quoi d’ailleurs ? L’intrigue…ce qui fait un peu peur, non ?

Quand je reprends le dessus, je me dis évidemment que si « Glee » était une série réputée drôle ou à prendre au second degré, tout serait différent. Mais, très vite, le succès aidant certainement, les scénaristes ont commencé à ne plus assumer à 100% la géniale Sue, à qui on découvre une sœur « handicapable ». Sue est vraiment très, très méchante, mais…quoi d’ailleurs ? Elle a des circonstances atténuantes ? Elle est bonne finalement au fond d’elle même ? Ca me chiffonne un peu. « Glee » ose un truc en introduisant le personnage de la pom-pom girl trisomique, sur laquelle Brittany copie en maths, peut-être la réplique qui m’a fait le plus rire dans la série, mais recule en se donnant bonne conscience avec Sue, qui n’est finalement pas pourrie jusqu’à la moelle.

[Au risque d’être très peu originale, j’adore Sue…]

Il faut certainement prendre « Glee » pour ce que c’est, une bonne série pour ados avec des passages chantés parfois bluffants, mais sans intrigues très solides, ni personnages très construits. Pourtant, en écrivant cela, j’ai envie de me contre-dire immédiatement et de lui trouver plein de qualités.

Définitivement, « Glee » me rend schizo. La saison 2 m’aidera peut-être à trancher enfin mon opinion.

J’allais oublier que parmi les grandes qualités de Glee, il y a Quinn, que je trouve au-delà de magnifique, et qui pourrait bouleverser mon classement des plus belles blondes du petit écran (s’il existait).

Publicités

6 réflexions sur “Gleek / Pas gleek

  1. J'ai regardé la saison 1 quand elle est passée sur W9. Avec un grand plaisir!
    … Du moins, les quatre ou cinq premières semaines. J'étais vraiment fan, de l'histoire improbable, des chansons, des chorés. Et puis, il y a eu cette sœur handicapée de Sue et ces chanteurs sourds de je ne sais plus quelle école. Ces deux éléments m'ont mis très mal à l'aise, parce que j'ai eu l'impression que Glee tentait de surfer sur toutes les vagues pour bouffer à tous les râteliers de la différence.
    Surtout, d'un coup, les histoires n'avaient plus aucun sens, d'ailleurs, il n'y avait plus d'histoires. Les personnages vivaient des choses qui étaient oubliées dès l'épisode suivant… D'ailleurs, quels personnages? En dehors de Finn, niais comme jamais (il a presque 30 ans, en vrai, Finn) et de Rachel, qui voit-on de la chorale?
    J'avais lu qu'il y avait un avant et un après pause de mi-saison, qui correspondait à un avant et un après méga-succès et je n'ai plus vu que ça: à vouloir caser de plus en plus de chansons (pour vendre de plus en plus de musique, pour attirer de plus en plus de guest-stars), les auteurs ont abandonné leurs personnages en cours de route, puisqu'ils n'avaient plus la place de les développer. Je ne vais pas dire que j'étais fan de toutes les intrigues du début (le non-recours à l'avortement, décidément…), mais je trouvais vraiment ces gens bien plus sympathiques.
    Et par ailleurs, je n'aime pas particulièrement Sue (et c'est sans doute à cause de sa sœur).

  2. Je partage globalement ton sentiment, sauf que je n'ai pas été aussi sensible que toi aux intrigues du début de saison que je persiste à trouver brouillonnes et farfelues. Je retiens surtout que Finn a presque 30 ans, ce qui me fait un sacré choc. En revanche, je demeure très fan de Sue pour plein de bonnes et mauvaises raisons.
    Il paraît, dixit Facebook, que la saison 2 met d'autres personnages en avant. A voir…

    la belette, je ne suis pas sûre de te conseiller la série, sauf si tu aimes la pop/variété américaine et Sunset Beach. 😉

  3. Moi aussi, cette série m'a rendue shizo mais j'étais plus dans le « c’est naze mais j'aime quand même »
    La s2 m'a tuée, je ne regarderai pas la s3
    Au début, j'ai accroché à Glee car je trouvais cette série gonflée de nous montrer sans complaisance la vie dans les lycées américains, cette culture des clans, l'importance d'être populaire, une culture qui forge des jeunes gens qui deviennent après ces Américains qui nous fascinent et nous répugnent à la fois. Tout commence là chez eux et selon le chemin pris au lycée, tout semble déjà écrit, comme le couple de Will et « Asshole » (oui, pour moi elle restera à jamais Gina de Nip/Tuck) : highschool sweethearts ils ne vont nulle part et vivent sur la nostalgie de leurs belles années de lycée.
    J'aimais que l'on nous montre des ados cruels entre eux, que l'on voie des adultes un peu paumés et dépassés par le système, certains choix étaient même osés avec le personnage de Kurt, par parce qu’il est gay, mais parce qu'il est Kurt, pareil avec Mercedes : on en voit peu des caractères bien trempés à la tv ado US. Et puis il y avait Sue…

    Et puis tout est parti en sucette, ils ont fait des épisodes pour faire des performances, plus rien n'a avancé et je me suis ennuyée et les morceaux chantés n'ont plus suffit à me satisfaire… Dommage, y'avait du potentiel second degré à l’arsenic dans cette série, on s'est retrouvé avec de la guimauve toute collante…

  4. Et bien nous on aime bien Glee 🙂 Je suis morte de rire devant les répliques de Brittany… Bon, et je ne détaillerai pas mais j'aimais bcp Santana et Brittany et maintenant, je les aime encore plus 🙂 Tu nous donneras ton avis quand tu auras vu la saison 2 😉

  5. Bonjour POC.
    Je suis surprise que certaines personnes puissent dire qu'elles regardent Glee en sautant les passage chantés. Parce que, il faut ne faut pas se moquer du monde, si le sénario et les répliques sont très bon, l'intérêt de la série ne réside pas dans les intrigues à mon sens.

    Pour moi les personnages de Glee et les histoires sont volontairement très caricaturaux, comme dans Grease par exemple. Je regarde la série comme une grosse blague, parodie de films adolescent comme high school music hall.

    Et j'adore les passages chantés… C'est pour cette raison que j'ai trouvé le début de la saison 2 moins bien.
    Mais dans cette 2ème saison j'ai adoré les personnages de Santana et brittany et surtout le personnage de Gwyneth Paltrow (actrice que je deteste pourtant, excellente dans Glee).

    Sinon tu est décidément très influente POC, parce que j'ai commencé à regarder modern family. Je n'ai regardé que les deux premiers épisodes et je suis déjà conquise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s