Madeleine de POC

Voilà ma madeleine à moi, les fameux bonbons de chez Gayant Gourmand à Douai, dont j’ai déjà du parler ici.

J’ai passé mon enfance et mon adolescence à les déguster devant mon petit écran. Le mercredi matin en rentrant de l’atelier théâtre où ma petite maman m’avait inscrite de force, certainement pour que je ne passe pas ma journée de congé devant la télévision, je me munissais en général de 10 francs pour les investir dans 250 grammes de bonbons – l’inflation est passée par là et aujourd’hui il faut plutôt compter 2 euros pour 100 grammes – de chez Gayant Gourmand que je mangeais ensuite avidemment devant Les mystérieuses cités d’or, en milieu de matinée, puis le Club Dorothée, l’après-midi.

C’est un miracle que j’ai encore des dents et qu’elles soient plutôt jolies en plus avec le régime que je leur ai imposé.

Grâce à mon Meilleur Ami, qui les importe de ma ville natale jusqu’à Toulouse, à 34 ans et un jour, je peux encore savourer mes madeleines de POC.

Auteur : poclatelephage

Blogueuse téléphage depuis 2004. Ecrivez-moi : poclatelephage@gmail.com Suivez-moi : https://twitter.com/poclatelephage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :