C’est ma vie (de téléphage)

Vous savez qu’entre M6 et moi, le divorce est consommé depuis la finale de « Top chef ». Cependant, il reste une chose que j’adore sur l’ex petite chaîne qui monte : les samedis après-midi « c’est ma vie ».
Un jour, France 2, sans me consulter, a supprimé l’une de mes émissions favorites, « jour après jour ». Programmé le lundi soir, ce programme, aujourd’hui abondamment rediffusé sur la TNT sous une forme ou un autre, filmait, comme son nom l’indique, « jour après jour » des gens arrivés à un tournant de leur existence. M6 a légèrement plagié repris ce concept, allant jusqu’à chiper donner une seconde chance à sa voix off.

Mais « c’est ma vie » emprunte également largement à « Confessions intimes », à l’époque où l’émission était certes trash, mais ne faisait pas du buzz son fond de commerce, avec ses sujets et ses témoins à la limite de la limite de la normalité.

Le samedi après-midi, si aucune visite n’est programmée chez mes beaux-parents ou si aucun lecteur ne vient me sauver de mon vice avec une visite impromptue à Toulouse, j’ingurgite non pas un, ni deux, mais trois épisodes de « c’est ma vie » sans me lasser.

Hier, le programme était très chargé. Nous avons démarré avec un sujet assez sensible sur les enfants malheureux, qui mettait en scène une petite fille surdouée rendue aigrie par le système scolaire – un classique – et une jeune femme boulimique en voie de rémission. Il se peut que nous ayons beaucoup encouragé le deuxième témoin à assumer son homosexualité pour sortir de ce cercle infernal.

Nous avons enchaîné avec un sujet toujours porteur, « je suis dingue de mes animaux ». Je ne sais pas si vous avez eu la chance un jour de voir dans « confessions intimes », le couple amoureux de ses tortues, mais les amateurs de chinchillas d’hier les égalaient presque en qualité.

Nous avions donc deux amoureux, devenus parents un jour par inadvertance certainement, qui élèvent une centaine de chinchillas dans leur cave et qui ne vivent que pour ces bêtes à fourrure et si nous souhaitions en être convaincus, l’émission comptait une scène mémorable où la fille des éleveurs chouine parce qu’elle s’est fait mal, et ses parents ne l’écoutent pas du tout, se contentant de bisouiller pendant de longues minutes leur chinchilla favori.
Le couple part ensuite passer de longues heures, un week-end en Belgique, au championnat européen des petits rongeurs et passent 9 heures à attendre le verdict. Ca se passe presque de commentaires. Je précise aux amateurs de ces bestioles qu’il s’agit d’un concours annuel et que leurs protégés doivent à tout prix se dispenser d’avoir les fesses sales pour l’emporter.

Comme si ça ne suffisait pas, l’émission suivait en outre une jeune femme de 27 ans, mère d’une petite fille, qui n’a jamais quitté le cocon familial et qui impose à sa méritante petite maman et à sa soeur, plusieurs pythons dont elles ont une trouille bleue. Notre nouvelle amie avoue face caméra qu’elle ne se sent pas de se passer de ses amis rampants et tant pis pour sa mère qui se crève le cul à travailler 12 heures par jour comme femme de ménage pour la nourrir ainsi que ses bestiaux. L’heureuse mère de ce cas social au chômage doit en plus aller acheter les adorables petites souris qui serviront à nourrir ces monstres. Mais tout se termine bien, je vous rassure, la fille aînée de la dame consent à aller bosser au snack du coin pour espérer un jour éventuellement offrir un nouveau toit à ses amis à écailles.

Bon, là, je l’avoue, entre les troubles alimentaires et les dingues des animaux, j’avais une très légère indigestion et hier j’ai même songé à zapper la dernière émission qui était fort heureusement beaucoup plus intéressante, car consacrée à mon sujet de prédilection (non, je ne me cherche pas d’excuses) l’économie. J’en ai tiré en plus une idée de sujet et j’indique à tous les gens qui atterriront ici via un moteur de recherche et qui ont regardé le « c’est ma vie » du 30 avril que le plus grand restaurant de pirates de France s’appelle « le rocher des pirates » et qu’il existe à Perpignan et désormais dans la banlieue toulousaine. J’ai sérieusement été très admirative de la démarche du créateur de cette enseigne qui aujourd’hui réussit en plus à la franchiser. L’autre « cas » du jour n’était pas non plus inintéressant avec une dame qui se bat pour faire exister sa boutique dédiée à la puériculture et qui le fait très intelligemment.

Voilà j’ai donc passé volontairement et consciemment 3h30 devant M6 en me fadant deux spots de publicité par émission et pour une fois sans râler, un genre de miracle…

Je serai dans un prochain « c’est ma vie » qui aura pour thématique « j’essaie d’arrêter c’est ma vie », le samedi après midi pour en avoir une justement.
Publicités

3 réflexions sur “C’est ma vie (de téléphage)

  1. Je n'ai pas regardé hier mais la semaine dernière il y avait dans une même émission une petite fille aveugle de naissance très vive et intelligente un peu rejetée par ses camarades de classe et une jeune fille trisomique avec un amoureux qui prend son indépendance ce qui cause beaucoup de soucis à sa mère. J'avoue j'aime aussi ces après-midi M6.

  2. Bon moi j'avoue que je regarde l'émission sur M6 replay!
    Un jour je suis tombée sur cette émission et je suis restée hallucinée! Comme tu dis, c'est un mélange entre jour après jour et Confessions intimes!
    Mais ce sont souvent des rediffusions! Le resto des pirates et la boutique de puériculture ont déjà été diffusés il y a quelques semaines!
    Mais tu vois, ce soir je vais aller regarder les autres sujets!
    Quand je serai à Toulouse, je te garantie pas que je pourrais te sauver un samedi après-midi! Je vais essayer de faire mon possible! Promis!

  3. Lucy, j'étais en promenade la semaine dernière, mais je suppose qu'ils seront rediffusés prochainement.

    boubou, comme tu dis souvent des rediffs, donc c'est pas mal de sauter son tour parfois… 🙂 Je me doutais un peu que les pirates n'étaient pas récents, puisque la franchise toulousaine a ouvert en février dernier. Le gars a donc pas mal évolué dans son projet.
    Sur le site, il y a aussi les appels à témoins qui sont prometteurs.
    T'en fais pas pour Toulouse, je suis souvent en vadrouille en plus en ce moment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s