Lip service : Le L Word écossais

En moyenne, j’ai toujours deux ou trois ans de retard dans le visionnage des séries. Mais cette fois-ci, grâce à Samya, qui a attiré mon attention sur « Lip Service », le « L Word » européen, je suis quasiment en phase avec mon époque.

Je reconnais que depuis l’arrêt de « L Word », je ne m’étais pas spécialement mise en quête de séries qui pourraient prendre la suite ou tenter de remplacer cette fiction assez médiocre, qui n’a connu le succès que pour avoir osé mettre en scène des filles qui baisent ensemble et qui n’aura finalement connu qu’une saison et demi décente avant une longue et pénible descente aux enfers qui s’est terminé par l’assassinat du personnage emblématique de la série.

Oui, je vous confirme que je n’avais pas hâte de revoir ça, c’est donc relativement sceptique que je me suis laissée tenter par « Lip Service » qui n’a rien à voir avec « The L Word », si ce n’est mettre en scène de jolies lesbiennes qui couchent ensemble.

« Lip Service » a un gros atout, la série se déroule à Glasgow en Ecosse (je le précise parce qu’apparemment la localisation géographique de cette ville n’est pas évidente pour tout le monde) et les acteurs qui jouent dedans sont de vrais écossais qui sont donc dotés d’un accent extrêmement particulier. Il fallait un élément pour que nous accrochions à la série et que nous tentions le deuxième épisode après le visionnage du premier qui n’est pas forcément accrocheur et bizarrement, la raison pour vouloir regarder la suite n’a pas été le sexe entre filles, ou l’héroïne diablement séduisante, mais l’accent des protagonistes.

Je vous interdis de penser, dire ou écrire que nous vieillissons…

Pour en venir au vif du sujet, « Lip Service » met en scène le retour de Frankie, Francesca de son vrai prénom, à Glasgow, après un départ tonitruant à New York, quelques années auparavant. On saisit vite qu’avant de partir la jolie photographe underground a plaqué sa meilleure amie, la très britannique Cat, qu’elle venait de pousser à quitter sa moitié pour vivre enfin une idylle qu’on peut imaginer passionnée. Vous imaginez le traumatisme pour la très rangée, Cat. Frankie rentre en Ecosse pour les funérailles de sa tante qu’il l’a élevée à la mort de ses parents, du moins c’est ce qu’elle pense, parce qu’un mystère entoure leur relation et sert de fil rouge à la mini-série. Sur place, elle retrouve le personnage le plus attachant de la série, la très paumée Tess, jolie blonde façon sirène, apprentie comédienne ratée, super gaffeuse, qui erre de petit boulot en petit boulot en attendant le job de sa vie, et qui squatte chez Cat faute de situation stable, et Jay, qui travaille avec Cat dans son cabinet d’architecture, et qui est un hétéro assez pénible, maqué, mais frustré.


[Osez me dire maintenant que Frankie n’est pas plus sexy que Shane !]

Pour en venir aux personnages, Frankie est la Shane européenne, butch mais pas trop, et surtout archi canon contrairement au modèle qui prévalait jusque là de Don Juan au féminin. Quand on voit Frankie retourner une hétéro comme un crêpe et se taper tout ce qui bouge, on y croit vraiment, le seul défaut du personnage étant d’être une tête à claque absolue. Je ne souhaite donc pas ardemment qu’à la fin Cat retrouve Frankie car honnêtement c’est ce qui pourrait lui arriver de pire.

Cat compose, elle, un mix assez réussi de Bette, pour le côté ambitieux et freak-control, et de Tina dans ses facettes plus sensibles. Le retour de Frankie dans sa vie coïncide au moment où elle se dégote une mignonne fliquette butch pour la consoler enfin de cette perte.


Je l’écrivais tout à l’heure mais le personnage le plus réussi demeure Tess, le cœur d’artichaut, qui tombe amoureuse d’une hétéro assez peu décidée à sortir du placard, vedette locale d’une émission de télé. Elle est l’élément comique, qui permet d’accrocher à la série, et sans doute finalement le personnage qui a le plus de profondeur.

Je vous conseille « Lip Service » pour en apprendre plus sur les mœurs sexuelles des écossaises, car à l’instar du « L Word » des débuts, les filles baisent beaucoup dans la série. En trois épisodes, j’ai compté une bonne moyenne de trois ou quatre scènes de sexe par épisode. Elles sont plus ou moins réussies, celles avec Frankie frôlent notamment le comique, dans le genre « super butch à l’attaque », mais comme toujours ça se laisse regarder.

La série présente aussi l’avantage de compter six malheureux épisodes et non six saisons laborieuses. Je vous promet que ça compte…
J’ai déjà évoqué l’accent des protagonistes…

J’allais oublier, je félicite les scénaristes de ne pas avoir mis en scène un couple établi destiné à boire le bouillon très vite… C’est appréciable.

Même si ça ne casse pas trois pattes à un canard et que certaines longueurs dans les intrigues sont totalement risibles, en particulier dans le premier épisode, je vous conseille donc « Lip Service ».

Publicités

10 réflexions sur “Lip service : Le L Word écossais

  1. Ok c'est noté ! Il n'y a pas longtemps, je me suis regardé un ou deux épisodes du L Word, juste par nostalgie (et non pas pour la cohérence du scénario, en effet). Donc cette nouvelle série pourrait être intéressante, même si 6 épisodes c'est court… Et effectivement, cette Frankie a l'air très bien mais j'attends de voir car Shane garde une place spéciale dans mon coeur 🙂 Comme pourrait en témoigner ma chérie qui, consternée, m'a vu crier « Shaaane » devant les Experts Miami (oui mais elle, elle a crié « Beeeeeette » devant Lie to me, donc on est à égalité 🙂
    Merci donc pour l'info sur cette série et j'attends avec impatience d'entendre l'accent de Glasgow. Pour l'anecdote, lors d'une fête étudiante en GB, une copine me demande en parlant d'une autre(qu'on entendait de loin): – Elle est polonaise, Elsje, non ? – Non, elle vient de Galsgow.
    🙂

  2. Boadiceaaa, étant plutôt Bettophile et Shanophobe, j'ai du mal à comprendre l'attirance que tu éprouves pour l'héroïne de The L Word, mais je respecte évidemment. Je te conseille vraiment de jeter un oeil à « Lip Service ». Tu me diras ce que tu en penses…
    En ce moment, je travaille l'anglais avec accent entre « Pékin Express », « TBBT » et « Lip Service » donc et j'adore ça.

  3. Et où peut-on voir cette mini -série, est-ce qu'elle est diffusée?

    Je n'avais vu que quelques épisodes de L world, mais de la première saison et j'avais pas mal aimé, alors que les histoires entre filles ne sont pas un argument pour me donner envie de voir une série. Quels que soient les personnages il faut que ce soit bien écrit, c'est tout – mais ce n'est pas rien.

    Un peu plus et j'oubliais France 2 ce soir, le simple fait de venir par ici me l'a rappeler, tu n'as même plus besoin de le signaler!

  4. Je comprends bien, no soucy 😉 J'aurais du mal à expliquer car son caractère 'no commitment' ne m'attire pas du tout. Enfin, je ne vais développer ici les pour et les contre, ce n'est sans doute pas l'endroit 🙂
    On va regarder Lip Service sitôt que je les aurais trouvés.
    Sinon, pour l'accent bien British, il y a cette série géniale et déjantée (des années 90), Absolutely Fabulous. Tu connais ?

  5. J'ai suivi « The L World » au début, en fait, jusqu'à ce que canal+ arrête de diffuser la série. J'ai téléchargé quelques épisodes après ça mais j'ai vite abandonné. J'ai évité tes billets sur le sujet en me disant qu'un jour, je regarderais bien la fin mais plus le temps passe et plus j'en doute.
    Je visionnerais peut-être « Lips service », 6 épisodes, c'est faisable.
    Par contre, bien qu'hétéro, je suis tombée folle de Shane. Elle a plus que titillé mon côté lesbien.

  6. Louise, elle est accessible sur la BBC3, qui est a priori visible sur la TNT payante, le câble et certains réseaux adsl. Sinon, si tu as une cousine écossaise…
    La série est sympathique et se laisse regarder, notamment pour le personnage de Tess, donc je te la conseille même en zappant les scènes de sexe entre filles.

    Boadiceaaa, je suis évidemment une grande fan d'Ab Fab, dont je possède quelques saisons en dvd.

    Hélène, bonne question, merci de me la poser… Un indice chez toi, 20h40, France 2, une chanson de Dutronc… 😉

    Tay, j'enlève « bien qu'hétéro » dans ta phrase, il est logique qu'en tant qu'hétéro tu craques sur une carricature de mec. :op Rhoo, je vais me retrouver dans une guerre entre Shane addict et opposantes d'ici peu sur ce blog et je l'aurais bien cherché.

  7. Je ne voulais pas dire que j'aurais zappé les scènes de sexe entre filles, mais ce n'est pas ce qui me motiverait pour voir la série (va falloir me trouver une cousine Ecossaise!).

    je ne sais pas s'il y a lieu à débat entre les shaninistes et les shaniphobes; mais j'ai pensé comme toi, que Shane possède des caractéristiques masculines dans sa manière d'être, d'aborder les autres filles, qui font qu'elle peut attirer les femmes hétéro (et oui, moi aussi, même sans la trouver phénoménale physiquement, elle m'a semblée bien sexy). Alors que Beete est tellement « fille » que j'aurai peut-être aimé être sa copine mais pas plus.

  8. Je ne trouve pas que Shane soit masculine. Elle est androgyne mais malgré ses « efforts » d'habillement, je n'arrive pas à la voir masculine 🙂 Ah, tu risques de déclencher un long débat 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s