Desperate housewives, Drea Mattéo et les affres du camping : En un mot, ma soirée télé !

Hier soir, j’ai visionné comme ma petite maman certainement si l’antenne familiale daigne à nouveau capter M6, « desperate housewives », que je ne vais pas vous faire l’offense de résumer. J’ai juste beaucoup aimé le couplet de Lynette, qui est très crédible avec ses abdos et ses côtes saillantes en mère de quatre enfants qui en attend deux autres, sur les enfants qui ruinent une vie, mais je me suis surtout réjouie que Drea de Matteo fasse son apparition dans cette sixième saison.

Comme je suis une téléphage et pas une sériphile, je le reprécise, j’ai connu Drea de Matteo dans « Joey », le spin-off de « Friends » et non dans les « Soprano », ce qui aurait été beaucoup plus classe pourtant, et je l’ai adorée dans le rôle de la sœur alcoolique et nymphomane de mon personnage favori de « Friends ». A elle seule, elle m’a donné envie de m’accrocher à une série qui n’a pourtant pas excessivement, certainement à tort d’ailleurs, bonne réputation.
J’espère donc, je croise les doigts, qu’elle ne sera, comme je le suppute, qu’un témoin « en cavale », et non la responsable – c’est que ma femme pense – de l’agression de Julie Mayer. [Si vous pouviez m’épargner le spoilage en commentaires, je vous en serais reconnaissante, merci d’avance !]
Drea Matteo est une petite Lauren Graham à mes yeux pour vous dire…

Sinon, « desperate housewives » reste dans le droite lignée de ce qui fonctionne depuis sa création : d’étranges et forcément suspects nouveaux voisins, l’étranger étant un peu le mal quand même dans cette micro-société, Catherine qui reprend le rôle de salope laissé vaquant par Edie Britt, Gaby qui reste chieuse mais gentille au fond, Susan gaffeuse mais déterminée, et ainsi de suite… Mais comme « Bones » ou « NCIS », « DH » passe agréablement une soirée du mardi, même au rythme de trois épisodes.

A 23 heures, je n’étais pas fatiguée, enfin du moins pas épuisée, ce qui est rarissime en ce moment, je me suis donc intéressée à « enquêtes et révélations » sur TF1, en m’attendant bêtement à ce qu’une enquête poussée mène à des révélations surprenantes. L’émission se consacrait hier soir à un sujet franchement délicat : le camping, la tarte à la crème du moment, et au final le programme était digne d’un « zone interdite ». Il porte d’ailleurs aussi bien son nom que l’émission de M6.

Grâce à « enquêtes et révélations », j’ai à nouveau pu me demander pourquoi des gens appréciaient d’être confinés avec leurs semblables dans un espace réduit dont ils espèrent surtout ne pas avoir à sortir, la problématique du gérant des lieux étant de leur offrir un maximum d’animations pour les pousser à ne pas chercher à savoir si des fois il n’y aurait pas mieux à l’extérieur. Il convie donc un animateur qui escroque les badauds, qui ont pourtant un budget serré, période de crise oblige, en leur vendant 10 euros un film qu’il a réalisé durant la journée sur leurs activités dans le camping.
Mais pour certains, les vacances tournent au cauchemar, l’enquête a finalement mené à une révélation…
Le camping, ou plutôt l’hôtel de plein air, n’est pas à la hauteur de leurs espérances et ils doivent sortir se baigner dans la mer ou visiter la région (brrrrrrrrrrrrrr). Nous découvrons alors une piscine franchement peu ragoûtante et surtout insécure au possible avec des clous rouillés qui dépassent de clôtures couchées, et dont un spécialiste du genre nous explique qu’il est vecteur de tétanos, et d’autres trucs tout aussi scandaleux.

L’émission s’est ensuite penchée sur le scandale des mobile-homes qui est, à mon avis, surtout écologique mais c’est un autre problème. Des gens investissent dans une maison en carton et en plastique qu’ils installent sur un emplacement qu’ils louent dans un camping, libre ensuite au propriétaire de les exclure à la conclusion de leur bail de un an. Un sujet qui a certes sans doute mérité une enquête, mais dont nous connaissions déjà les tenants et les aboutissants…
Heureusement, avant la dernière publicité, le suspense était monté d’un cran, la fille des témoins, candidate à Miss Camping, allait-elle emporter le titre ? Je n’ai pas attendu la révélation pour dormir.

En France, on sait décidément faire des reportages d’investigation qui dénoncent à mort…

Auteur : poclatelephage

Blogueuse téléphage depuis 2004. Ecrivez-moi : poclatelephage@gmail.com Suivez-moi : https://twitter.com/poclatelephage

8 réflexions sur « Desperate housewives, Drea Mattéo et les affres du camping : En un mot, ma soirée télé ! »

  1. J'aimais beaucoup son personnage aussi dans Joey. Je crois bien qu'elle était aussi dans l'excellent « Earl », non ? Un rôle d'alcoolo hystérique de l'Amérique profonde vivant dans un mobile home, justement ? Je ne sais pas si tu connais cette série mais je la trouvais très drôle.
    Sinon, il y a une nouvelle série qui est sortie à la suite de DH, « swingtown ». Jamais entendu parler mais il y a l'ancien beau gosse gentil rebelle mécanicien de Melrose Place et l'excellente Molly Parker. Mais je n'ai pas regardé car je suis allée dormir (ca passe trop taaard).

  2. Boadiceaa, je n'ai jamais accroché avec Earl, mais c'est vrai qu'elle a bien le profil de la fille qui boit dans un mobile-home (ce qui rejoint mon autre sujet d'ailleurs).
    J'ai tenté d'accorder sa chance à « Swingtown » à cause de l'ancien de Melrose Place, mais l'esthétique m'a déplu alors je me suis rapatriée sur le camping. C'est mon choix…

  3. Je pensais que l'étrangleur de Julie était le mari de Drea de Matteo, que je ne connais absolument pas pour n'avoir pas vu les séries citées
    DH, c'est comme un Agatha Christie, on sait ou on va, c'est réconfortant et agréable pour passer une gentille soirée (pour ceux qui aiment Agatha, on peut y mettre un autre auteur).
    Je partage pleinement les considérations de Lynette sur la maternité, surtout surprise. Je suis toujours heurtée, dans les séries américaines, que l'alternative de l'avortement ne soit jamais vraiment envisagée (ou alors rapidement pour la rejeter). Enfin, à sa place je me serai posé sérieusement la question, et aurais certainement passé à l'acte (même la mort dans l'âme).
    Elle a vraiment la ligne à trois mois de grossesse pour un 5ième et 6ième enfant

  4. Louise, j'ai envisagé également que soit son mari ou même la pauvre Catherine…
    L'avortement est très, très rarement envisagé dans les fictions américaines et dans ce cas, ça démontre bien à quel point DH est une série traditionnaliste. Cette grossesse me conforte dans ma haine de Tom Scavo d'ailleurs.

  5. Cette histoire de grossesse m'a bien fait rire et m'a rappelé la fertilité accrue de la mère de Malcolm :). De toute façon, comme vous le dites, personne ne parle d'avorter dans les séries US… Ou sauf dans les excellentes séries pour ados des années 80-90, du genre Les années collège ou TV101. Mais c'était il y a 20 ou 30 ans déjà (gloups !)

  6. Et autant/au temps pour moi (je ne sais pas lequel est le bon), je viens de vérifier et ce n'est pas Drea Matteo qui jouait dans Earl. Mais je pense qu'elle aurait pu 🙂

  7. Drea de Matteo a un super rôle dans cette saison , et j'ai été ravie de revoir la femme de Dexter dans les derniers épisodes dans un rôle à contre-emploi.. mais bon je suis subjective, j'adore la série qui me fait vraiment me gausser

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :