24 heures chrono chez Mickey !

Au moment où j’écris ces quelques lignes, j’ignore qui a été éliminé de « Pékin Express » – le montage laissait penser que les vieux étaient sur la sellette, quand je me suis endormie « comme un plot » (©Laure du « Loft 1 ») -, qui a quitté « la Nouvelle Star » hier soir, bien que je craigne que le public et ses boules quiès aient osé virer l’extraordinaire Lussi, et l’issue finale de « Lost », et pour cause après cinq ans de bons et loyaux services, ma live-box encore siglée « wanadoo » a rendu l’âme à mon retour du paradis sur terre.

J’ai été tenté de demander à Madame Orange avec qui j’ai été rigoureusement impolie qui avait été éliminé de « la Nouvelle Star », mais je crois que tout le monde l’ignore à Bangalore (cette localisation exotique me fait toujours songer à Rory personnellement…). Je l’ai même soupçonnée de me retenir au téléphone avec « son test » sur un machine débranchée, alors qu’il doit s’agir de la procédure standard.

Mais telle Mylène, je m’en fous, ma tête est encore au pied du château d’une certaine princesse et fait la fête avec « la nouvelle génération ». Je suis prête à participer à un « tellement vrai » sur les addiCtions les plus risibles, même si je persiste à penser que même à 33 ans, quand on aime, on ne compte pas. En plus, à ma décharge, jamais personne ne m’a vue me compromettre avec des oreilles ou un chapeau. Je suis accro à Mickey, mais sobre…

Voici en presque 24 heures chrono, le récit de mon séjour….
5h00 : En sortant de chez moi, je shoote dans un crapaud mort. Quel sinistre présage à quelques heures de mon arrivée dans un endroit justement féerique !
7h30 : Le sosie de Jérémy Michalak, le grand comédien du « groupe » de France 2 prend place à quelques centimètres de moi, de l’autre côté du couloir du wagon 16 dans le TGV. Il semble immédiatement fascinée par ma femme et moi, et un rien timbré.
9h30 : Tout excité, ce garçon qui me voit ouvrir un œil me demande si le badge là est à moi. Quel badge, me direz-vous, je me pose la même question. Philippe, chef de bord de son état, a perdu son insigne sur moi, j’ignore comment. Ne m’appelant pas Philippe et n’ayant pas encore endossé de hautes responsabilités à la SNCF encore, j’affirme au sosie timbré de Jérémy Michalak que non ce badge ne m’appartient pas. Il se lance donc à la poursuite du contrôleur pour le lui rendre.
10h25 : Le faux Jérémy descend à Saint Pierre des Corps et nous sommes soulagées.
11h54 : Plus de six heures après notre départ, fraîches comme des roses, nous posons le pied en terre disneyenne. Bon, ok, à Marne-la-Vallée Chessy…
12h30 : Nous mangeons vite fait dans le Starbuck du Disney Village histoire de reprendre des forces avant d’attaquer le combat.
12h50 : Mon sourire fend largement mon visage, je remonte Main Street, la vie est belle…
12h51 : Je blêmis, le petit train de la mine est en rade, comme les pirates et l’attente est longue pour le Star Tour.
12h52 : Je reprends du poil de la bête. Nous allons quérir un fast-pass pour le petit train, qui a été remis en branle depuis, puis nous enchaînons avec la première attraction, la maison hantée.
13h10 : Un petit tour de Pirates…
13h30 : Grâce au fast-pass, nous zappons la queue et vive Big Thunder Mountain
14 h00 – 17 h00 : Nous enchaînons ensuite sans encombre les attractions… Je redécouvre le Star Tour, qui sera bientôt rénové, et la nausée qu’il provoque immanquablement chez moi. Tant pis, j’adore les clins d’œil à Star Wars et les sensations fortes qu’il me procure. Nous traînons dans les boutiques. Nous nous photographions allègrement. Nous refaisons le petit train grâce à un fast-pass.
17h00 : Encore vaillantes, nous nous lançons à l’assaut du deuxième parc pour réaliser mon rêve : enfin faire un tour de crush-coaster. L’attraction est en panne. Il y a du monde dedans, autant dire que damned tout est encore à refaire. De dépit, nous nous replions sur la tour de la terr, non, le roller coaster d’Aero…, non, nous préférons les tapis volants d’Aladin.
17h30 : Ces sensations fortes nous ont épuisées, nous nous replions vers l’hôtel et nous découvrons avec surprise que nous avons hérité d’une chambre avec vue plongeante sur le lac et le Bay Club.
18h10 : Il n’y a pas de vestiaires privatifs dans la piscine de l’hôtel New York chez Mickey. Il faut donc se désaper avec plus ou moins de pudeur dans une ambiance très « union libre » – l’émission sur l’Europe de Christine Bravo – devant ses congénères européennes. Qu’importe, la piscine est ouverte et chauffée. Nous nous affalons finalement sur un transat et nous soufflons enfin.
19h00: Nous allons manger dans le restaurant le plus sauvage de Disney Village sous le regard d’un éléphant ombrageux. Dans un style très « Gilmore girls », une mère et sa fille américaines dînent à nos côtés. La plus jeune des deux porte un tee-shirt siglé kapa – phi – delta. Ma femme menace de tarter le prochain chiard qui la bouscule pour tripoter la trompe de l’éléphant. La Lorelai Gilmore blonde lui jette un regard totalement approbateur, elle parle donc français…
20h20 : Aucune gifle à déplorer, nous rentrons nous coucher, enfin comater devant « Pékin Express ». Mathieu et Cécilia sont imbattables et les amoureux du web, impayables.
22h10 : Nous sombrons dans le sommeil.

6h25 : Le réveil sonne. Si on veut bien s’amuser, il faut se lever tôt.
7h00 : La journée débute avec l’attraction favorite de ma femme : le buffet de petit déjeuner pantagruélique de l’hôtel.
8h00 : Repues, nous nous dirigeons vers le parc.
8h10 : Je daigne monter sur les cheveux du Carrousel de Lancelot, et nous enchaînons avec Peter Pan par deux fois, puis les tasses.
9h00 : Je tente d’enregistrer la ritournelle entêtante des petites poupées de « it’s a small world » dans le but inavouable d’en faire ma future sonnerie de mon portable. Mon plan échoue… Ma femme qui l’apprendra en lisant ses lignes va s’en féliciter doublement du coup.
9h20 : Nous rendons visite au dragon du château. Seules en sa compagnie dans son antre, nous croyons l’espace de quelques secondes qu’il est réel. Des européens gueulards rompent la magie.
9h30 : Après un passage indispensable, le huitième de la matinée, aux toilettes, nous nous rendons à toute allure dans « l’autre » parc pour, je l’espère, enfin étrenner le crush coaster.
9h40 : Il y a déjà la queue à l’extérieur…
9h40 et 40 secondes : Non, ouf, en fait l’attraction n’était pas ouverte encore.
9h41 : Je fonce dans le tas et ça y est, je découvre ENFIN l’attente pour le Crush Coaster. Les deux geeks devant nous s’amusent à effrayer ma femme.
9h54 : Les deux geeks en ont pour leur argent. Ma femme hurle à s’en casser la voix dans sa carapace. L’attraction est au-delà de mes espérances.
10h09 : Après une pause au pied de la tour de la terreur, nous rentrons dans le « vrai » parc.
10h15 : Le petit train est en rade pour changer. Nous nous rabattons sur la maison hantée. A notre sortie, nous fonçons chez les Pirates.
10h50 : Big Thunder Mountain refonctionne, nous prenons un fast-pass qui marquera la fin de notre aventure.
11h00: Nous prenons en photo Bourriquet et Coco Lapin, puis nous mangeons un panini avant de nous rediriger vers « Frontierland ».
12h20 : Un petit tour sur le Mark Twain pour patienter…
12h40 : Notre dernier tour de Big Thunder Mountain marque la fin du voyage féérique. Atomisées de fatigue, nous nous dirigeons vers la dernière attraction de la journée : six longues heures de TGV…
20h50 : Je constate que la live-box a rendu l’âme.

Désormais, je suis officiellement une pro du parc. Nous avons réussi grâce à des timings parfaits à nous jouer du monde. La foule était quand même assez importante pour un jour de semaine, mais rien de comparable toutefois aux vacances d’été par exemple. La réussite d’une visite chez Mickey tient vraiment à l’organisation : prendre les bons fast-pass, faire les bonnes queues… Personnellement, je refuse de patienter plus de 30 minutes pour une attraction. C’est épuisant, surtout quand il fait chaud, et frustrant. Les heures de magie en plus pour les personnes qui séjournent dans un hôtel permettent justement de parer au problème de l’attente. A 8 heures du matin, Fantasyland est vide, l’occasion de faire et de refaire les tasses, Peter Pan, ou Dumbo. Discoveryland est également partiellement ouvert et les plus téméraires peuvent en profiter pour faire et refaire Space Mountain, également accessible.

Nous avons également découvert le train circulaire, qui permet d’aller à un point à un autre du parc sans s’épuiser, malheureusement comme pour le reste, il faut faire la queue…

Si je voulais être provocatrice, je vous déconseillerais d’emmener vos enfants chez Mickey. En 24 heures, je n’ai pas croisé un bambin souriant et heureux d’être là. Ils sont perpétuellement frustrés de ne pas avoir eu le ballon, la glace, d’attendre… Ils ont chaud, faim, soif…Les parents excédés deviennent horriblement agressifs. Bref, il n’y a guère que les lesbiennes qui sourient chez Mickey. Je le sais d’autant mieux que j’ai croisé nos doubles en allemandes, vieilles et obèses, qui semblaient aussi joyeuses que nous.

Au niveau des attractions, le Crush Coaster est un véritable enchantement, à la fois très beau et extrêmement spectaculaire. Il surclasse désormais très légèrement dans mon cœur Big Thunder Mountain. Je conseille également les attractions sympathiques et sans grande attente que sont la maison hantée et les pirates. Pour se reposer, un petit tour sur le gros bateau blanc qui évoque « Tom Sawyer » et qui est d’ailleurs baptisé le « Mark Twain » ou un voyage en train circulaire permettent de prendre l’air loin du bruit de la foule. Au petit matin, tous les manèges de Fantasyland et Peter Pan en priorité sont à faire.

En vieillissant, je suis de moins en moins accro aux très grosses attractions que sont Space Moutain – je suis ressortie de mon dernier voyage vers la lune couverte de bleus ce qui m’a calmée durablement – ou l’ascenseur de la terreur, mais c’est une question de goûts et de couleurs. Enfin, pour les amateurs de kitsch, je recommande chaudement « it’s a smallworld ».

Publicités

8 réflexions sur “24 heures chrono chez Mickey !

  1. A une semaine près (oui, je sais, ça fait beaucoup!) nous nous croisions!
    Je suis d'accord avec toi pour Crush, nous avons commencé par là et c'était fort sympathique. Je me suis marrée avec Stitch Live et je te le recommande chaudement pour la prochaine fois… Enfin, j'aime bien Stitch donc ça m'a beaucoup fait rire.
    Par contre je confirme que Space Mountain est parfaitement horrible. J'aime beaucoup les manèges à sensations mais là, à part m'ecraser la tête contre les protections et me provoquer un mal de crâne, je n'y vois aucune utilité!
    Bref, j'ai quand même bien pensé à vous pendant ma journée. Comme quoi, it's a small small world!!

    Alinet qui a cédé de très bonnes grâces aux oreilles de Minnie!

  2. Alinet, effectivement, nous nous loupées de (presque) peu. N'étant pas très amatrice de Stitch, que ma femme a croisé et pris pour, je cite, « une souris mal dessinée », je n'ai pas testé son attraction, mais je note qu'elle est intéressante.

  3. Je suis épuisé rien qu'en lisant ce récit! Mon dernier voyage chez Mickey m'avait plutôt plu, mais j'avais été un peu soûlé par la queue du Big Thunder Mountain, même avec un fast pass (bien que je ne me rappelle plus très bien de comment ça marchait). Je note au passage que, si je veux faire Peter Pan, un jour, il faudra que j'aille très très tôt au parc, ce qui, bien entendu n'arrivera probablement jamais. D'autant que je présume que le parc n'est pas ouvert aux non-hôteliers à 8h?
    Vu tes horaires, tu as dû éviter au moins le plus gros de la pluie (et à 24h près, ça aurait été vraiment atroce).
    Je jurerais avoir Notre monde est tout petit sur une cassette intitulée Euro Disney c'est magique (une merveille!) et présume que ça doit se trouver, même en pas live, sur le net.
    Enfin, même en réfléchissant, je ne vois pas d'addition risible. Même pour 1+1, j'ai du respect!

  4. Pierre, à cause de toi, j'ai cru que Christophe allait perdre sa place ce midi et vraiment pensé que cette journée allait être la plus pourrie du printemps. Mais ouf, il est encore en course, c'est toujours ça de pris.
    J'ai oublié un « c » à addiction effectivement. A ma décharge, j'ai fait plus de 12 heures de TGV en deux jours et je me suis levée deux fois bien trop tôt.
    Normalement avec un FP, la queue de BTM est très anecdotique, moins de cinq minutes, mais hors saison évidemment. En plein été, elle ne doit pas cependant être énorme non plus.
    Les « heures de magie en plus » sont réservées aux gens qui dorment, mais les parcs ouvrent largement avant 10 heures, ce qui explique qu'il y ait la queue dès 9h30 au Crush Coaster, ce qui est un peu agaçant parfois.
    Quant au tout petit monde, j'ai pu obtenir le mp3 grâce à un ami bien intentionné.

  5. Tu réponds à la question christophienne que je me posais mais, si ça doit te rassurer, la date fatidique que j'avais lue -mais qui était une rumeur- est passée. Je respire un peu, du coup.
    Si je me souviens de mon BTM, je me rappelle avoir emprunté un raccourci par le côté pour arriver directement au premier étage au milieu d'une foule compacte et impressionnante. Je ne me rappelle pas combien de temps j'ai attendu mais visuellement, faire la queue pour couper la queue, c'était assez frustrant, mais c'était en 2003.

  6. Faudra vraiment que j'aille y faire un tour un jour!
    A part ça t'es tu déjà demandé si, lorsque tu prenais une photo avec donald ou mickey, le mec à l'intérieur souriait aussi pour la photo? 😉
    Perso j'attends tes commentaires sur le final de Lost…

  7. J'ai longtemps habité à côté et pourtant je n'ai encore jamais mis les pieds dans le nouveau parc et franchement je doute le faire un jour.
    Par contre un programme quand même ça, c'est toujours mille fois mieux qu'un live blog de la nouvelle star

  8. Pierre, je crois que les temps d'attente se sont grandement améliorés depuis 2003 et le raccourci pour BTM amène effectivement au premier étage où tu attends normalement 5 minutes maxi.
    Quant à Christophe, d'où vient cette odieuse rumeur ?

    GaËtaN, comme il faisait chaud, je ne suis pas collée les types habillés en peluche, mais normalement je suis très aimable parce que j'ai des remords en songeant à eux.
    Pour Lost, je devrais me décider en fin de semaine. En espérant bien avoir le 18…

    cectoch, malgré mon grand état de fatigue, j'ai regretté un peu de ne pas liver en entendant les commentaires des jurés sur les performances de Ramon par exemple.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s