POC in Wonderland

Devant le succès public de mes derniers posts, acclamés par des dizaines de commentateurs qui se battaient pour avoir l’honneur d’apporter leur pierre à ce magnifique édifice que sont les pages roses – deux commentaires, dont un de moi, sur les dîners du 1er avril, j’ai manqué de défaillir… – j’ai décidé de faire glisser la ligne éditoriale de ce blog, désormais il parlera de cinéma et de littérature exclusivement. Je suis d’ailleurs tentée de former un club lecture auquel j’imposerai le choix du premier ouvrage, « Bellefleur » de Joyce Carol Oates, simplement parce que j’aurais l’avantage puisque j’en suis à la moitié de cet impressionnant roman.

Aujourd’hui, je vais attaquer la nouvelle ligne éditoriale de ce blog en évoquant le film que je l’ai vu mardi au cinéma, « Alice au pays des merveilles de Tim Burton » produit par Walt Disney.

Mes lecteurs fidèles savent que je vais rarement au cinéma, honte sur moi… En revanche, depuis quelques temps même si j’en parle peu, je me rattrape en dvd (plein de posts en perspective donc).

Bref, j’ai donc été interloquée en apprenant que désormais les films étaient en 3D et que donc il fallait payer 1 euro de plus pour les voir (afin de financer la remise à niveau du Gaumont toulousain certainement) et encore 1 euro pour acheter les jolies lunettes qui ne servent en aucun cas à protéger les yeux du soleil, mais qu’en revanche on peut conserver toute sa vie (à condition toutefois d’en prendre soin).

Cette petite aventure au cinéma m’a donc coûté la bagatelle de 11,80 euros.

Qu’importe, je ne voulais pas manquer « Alice au pays des merveilles de Tim Burton », comme je n’avais pas loupé « Charlie à la chocolaterie de Tim Burton » d’après Roald Dahl.

Pour le résumé, on va faire simple. La petite Alice a bien grandi et désormais c’est une femme, enfin une jeune fille, un peu spéciale, qui fait de drôles de rêves et qui a souvent des remarques décalées surtout pour l’Angleterre victorienne dans laquelle elle évolue. Sa petite maman partiellement ruinée après le décès du papa adoré de la gamine entend lui faire souscrire un mariage arrangé afin de retrouver un statut enviable dans la société. Mais la gamine n’a pas très envie d’épouser son rouquin de promis à la digestion difficile, elle préfère donc suivre un lapin blanc en costume jusque dans le trou d’un arbre et se retrouver « au pays des merveilles ».

Le reste de l’histoire est finalement accessoire. Alice doit tuer un monstre pour sauver le pays des merveilles de la tyrannie de la Reine Rouge à la tête hypertrophiée, en chemin elle ne cesse de changer de taille et de tenues. En évoluant dans le « wonderland », elle va croiser tous les personnages cultes du roman de Lewis Carroll mais surtout du dessin animé de Disney : le chenille bleue, le chat du Cheshire, le chapelier fou et ses amis… Elle assistera même à une partie de croquet vite expédiée de la reine rouge.

Visuellement, même si je suis en désaccord profond avec ma moitié sur ce point, le film est un enchantement pour qui (petit bémol) adhère à l’esprit Disney évidemment. Le château de la reine rouge ressemble à s’y méprendre à celui de la Belle au bois dormant qui se dresse fièrement au milieu du parc Disneyland Resort Paris par exemple. La table du chapelier fou est, elle, plus directement ancrée dans l’esprit burtonien.

Alice est bien dans son rôle et en découvrant la « petite » Alice, on regrette presque que Tim Burton n’ait pas ou Disney n’ait pas permis à Tim Burton de…réaliser un remake ou simplement sa version de l’authentique « Alice au pays des merveilles » avec une petite fille qui fout un peu les jetons.

L’intrigue, je l’ai déjà dit, est accessoire.

Bref, si on aime beaucoup Walt Disney, on peut adhérer en s’accrochant à bout de bras à son âme d’enfant à ce film. En revanche si on attend du Tim Burton, on est franchement déçu, car en dehors de la présence de Madame (Helena Bonham Carter toujours fabuleuse en Bellatrix ou en Reine Rouge) et du poteau de Tim (Johnny Depp). L’esprit burtonnien ne souffle clairement pas sur ce film et on se prend à rêver de qu’il aurait pu faire s’il avait été vraiment libre (j’imagine).

Un « la belle au bois dormant » est déjà annoncé et je serai curieuse de le découvrir cette nouvelle adaptation, mais j’aimerais que la prochaine fois Tim Burton donne un peu plus de lui-même dans le film, comme il l’avait fait pour « Charlie à la chocolaterie » sans que ça dénature l’histoire.

Et la 3D dans tout ça ?

Euh, ça vous passera avant que ça me reprenne. A la place de l’UGC de Toulouse, je ne me lancerais dans des dépenses somptuaires pour une technologie qui est très, très loin d’être au point et qui apporte assez peu.

Bon, j’ai oublié de glisser un passage dans mon résumé sur le fait qu’Alice pense rêver alors qu’en fait a priori non, puisque elle garde le stigmates de sa visite au Wonderland – des griffures – dans le monde réel. Si j’ajoute ce chapitre impromptu, c’est uniquement pour brailler « ce n’était qu’un rêve, ce n’était qu’un rêve » alors que non en fait…

[NDLA : Ce post est entièrement illustré avec les clichés que j’ai pris l’été dernier chez Mickey. L’ignoble fée SNCF m’empêche de retourner dans mon Wonderland à moi alors que j’entends bien découvrir la nouvelle génération avant la fin du mois de juin…]

Publicités

17 réflexions sur “POC in Wonderland

  1. Plop,
    Cette semaine pas vraiment de télé, pas de film non plus. J'attendais Top chef, peut être te gardes tu pour la finale de la semaine prochaine?
    J'attends juste Koh lanta vendredi.
    Enfin, Alice ce n'est pas trop trop mon truc, je vais attendre que ma fille soit plus vieille pour me faire une cure 🙂

  2. DE LA TELE, on veut de la télé !!D'ailleurs pour prouver que je boycotte Alice, je vais réagir ici sur ton article du Post (je ne commente plus sur le Post, marre de se faire insulter à longueur de temps par la frange raciste et antifonctionnaire de la population).

    J'adoooore Steph Plaza (que je prefererai hétéro.) mais j'ai pas tenu 20min sur Maison à vendre. Deja parce que c'est TOUJOURS pareil et que ca en devient chiant. Et puis, ils donnent a chaque fois une image pourrie de ma Seine et Marne (toutes les emmissions s'y passent). On y voit soit des baraques en kit, soit comme hier des zones desertiques.

    Rien obligeait cette famille – aux gouts plus que douteux – à aller s'installer à Chevru. C'est pas comme-ci ils avaient découverts du jour au lendemain que c'était le coin le plus reculé et mort de la Seine et Marne. Autour de Chevru, y'a rien. Dans la ville la plus proche de Chevru, y'a rien. C'est pourtant repérable à la 1ere visite. S'ils voulaient de l'activité, il fallait s'installer ailleurs dans un village avec plus d'âme et de charme(et ce n'est pas plus cher)!

    Je parcours tous les jours la Seine et Marne, qui a tant de villes/villages mignons et vivants, c'est triste de ne montrer que Chevru, qui est si moche, parce que des gens font semblant de tomber des nues en découvrant le champ de pommes de terre qui entoure leur lotissement.
    En plus, maison en vente à 196 000 euros, faites moi rire! Quelqu'un se souviens à combien ils l'ont vendu finalement?

  3. @poc : navré, mais je ne regarde toujours pas les émissions culinaires de la six… Et je n'ai toujours pas vu le Tim Burton, qui me fait un peu peur et dont les séances 3D sur Paris sont toutes blindées apparemment !

    @elise : mes parents vivent près de Chevru, et globalement, le charme briard, je vois pas trop en quoi il ne vaut pas celui de la Creuse. Par contre, c'est vrai que c'est un coin bien mort…

  4. @ Vinsh : La Brie coté Ferté Gaucher, et en général l'Est de la SetM, je suis daccord c'est froid et austère. la nationale est glauque, le pays est plat et inhabité. Mais il suffit de monter un peu au Nord ou de descendre un tout petit peu au Sud pour retrouver nottamment la Vallée du Morin, et tout de suite on s'y sent mieux c'est boisé et legerement plus accueillant comme paysage.
    Ce que je déplore c'est l'image qui est donné en général de la SetM alors que la plupart de ceux qui travaillent à Paris, mais n'ont pas le salaire pour y vivre, sont bien contents de pouvoir trouver des maisons avec terrain pour le prix d'un F3-F4 dans un immeuble de proche banlieue.
    Et puis ce que je déplore par dessus tout, c'est les gens qui viennent s'installer à Chevru et qui après se plaignent de s'y ennuyer. C'est ce que tu disais plus haut: ca se voit non que c'est mort ?? 🙂

  5. Re,
    Autant pour moi, je n'avais pas vu ton article sur le post. Je pense que ma vue défaillante y participe.
    Quant à l'émission d'hier sur les maisons, je ne suis pas propriétaire mais quand on m'annonce des prix de fous comme ceux qui sont présentés, j'aime ma condition de locataire. Et pourtant ma maison est moche de chez moche 🙂
    Par contre en passant devant la télé j'ai regardé l'appartement de la Bouddhiste, j'ai bien rigolé 🙂

  6. j'ai vu Avatar en 3d et j'ai trouvé ça assez époustouflant, mais je reconnais que le plus impressionnant ce sont les pubs en 3d (notamment la pub haribo qui donne l'impression que des bonbons flottent autour de soi).
    Concernant les diners, je suis toujours abasourdi par la naiveté des candidats. A la rigueur je comprends qu'ils se soient trompés le 1er jour, mais les jours d'après ils auraient quand même du percuter…
    A part ça c'est toi au pied du chateau sur la photo? 😉

  7. Elise, je sens que ma nouvelle ligne éditoriale est mal engagée avec toi. J'en ai marre personnellement que Stéphane ne quitte par la région parisienne pour « maison à vendre ».

    Vinsh, heureusement que Top chef prend bientôt fin alors…
    Pour Alice, tu ne loupes rien vraiment.

    Arkadia, c'est un peu pour ça que j'aimerais aussi que SP intervienne en dehors de la RP, les prix seraient peut-être moins délirants.

    GaËtaN, je me demande si le vrai poisson d'avril est que tous les candidats sont des acteurs et que le faux Benoît est piégé. Sinon, ça ne me paraît guère crédible.
    Non, je ne suis pas sur les photos et je vais finir en prison pour ne pas avoir flouté la petite allemande au pied du château. 😉

  8. Je n'ai pas vu Alice de Tim Burton mais j'aime beaucoup l'Alice de Disney, le thé chez les fous avec les mille et une manière de servir du thé en particulier. Les dialogues sont soignées, les voix extra et l'univers de Lewis Caroll respecté en grande partie.
    Je vois que la Seine et Marne déchaîne les passions et les posts!

  9. Je n'ai jamais aimé Alice, ni en livre ni même en Disney, je ne sais pas ce dessin animé me mettait mal à l'aise (mais « moins pire » que Pinocchio).

    Pour la 3D je trouve cela sympa mais cela n'est pas nécessaire pour tous les films, loin de là. Avatar était magnifique et heureusement car le scénario est bête à pleurer (alors que l'idée de départ était bonne). Avec même pas une BO remmarquable, ce n'était même pas du Céline Dion comme pour Titanic. Et oui, aller au ciné devient un luxe (je ne m'étendrais pas sur le prix de la place dans ma folle jeunesse, cela va me déprimer).
    Ce n'est pas la sncf mais mes gnômes à moi qui m'empêchent de retourner dans Disney's wonderland: j'attends qu'ils soient tous en âge et en taille de faire toutes les attractions, voire qu'ils puissent se débrouiller par eux-même; mais pas question de passer mon temps à courir après une « crincesse » de trois ans en folie.

    Pour tout le reste, en fait je n'ai pas du tout regardé la tv cette semaine. Je voulais juste voir Dc House et puis, non, merci le foot.

    Moi je veux bien une rubrique ciné-littérature ET tv, tout me plait là dedans et puis à chaque fois que tu évoques un livre, c'est l'occasion d'une découverte (qui vient s'empiler dans le stock de livres en attente)

  10. Rôôôh ! Le poisson d'avril !
    Toi, laisser tomber la télé ?
    Bon, je commenterai un peu plus, alors… Notamment sur le dernier épisode de Lost (le 10), un poil navrant.
    🙂

  11. Marie, je suis 100% d'accord avec toi, voilà pourquoi certainement j'aurais préféré que Tim Burton se lance dans un remake du dessin animé de Disney.

    Louise, tu fais bien d'attendre que tes enfants soient grands pour les traîner chez Mickey, afin de ne pas engendrer de frustration chez les petits comme chez les grands.
    Pour la 3D, je ne vois vraiment pas l'intérêt et si tous les films y passent, ça me navrerait réellement…
    Quant à Pinochio, tu as raison, c'est flippant…
    Sinon, je vais continuer comme maintenant à commenter beaucoup la télé et un peu le reste. 🙂

    VodkaSoleil, ça me fait réellement très plaisir de te retrouver ici. Bien vu, il s'agit effectivement d'un (mauvais) poisson d'avril et le post sur l'épisode 10 arrive. 🙂

  12. J'ai un très mauvais souvenir du dessin animé Alice du coup le film ne me tente pas trop même si c'est du Burton avec Johnny Depp…
    Sinon à Elise à propos de la Seine et Marne je trouve aussi que Stéphane Plaza fait du mal à l'image du département. Mais bon la Seine et Marne c'est mort depuis qu'il n'y a plus la carac.

  13. J'ai regretté moi_aussi que l'histoire soit une suite et non l'original, avec une petite fille et ce n'est pas seulement l'étrangeté de Tim Burton qui a été écrasée par la « magie » Disney, mais aussi celle de Lewis Carroll. Même si le film n'est pas désagréable, il m'a davantage fait penser à un Narnia (certes plus déjanté) qu'à ce qui pouvait sortir du mariage entre Burton et Carroll, dont j'attendais plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s