La famille n’a vraiment plus rien de formidable !

J’ai beaucoup commenté à la bouche le première épisode de la parfaitement dispensable saison 8 d’une « famille formidable », parce qu’il m’a globalement accablée. Comme je l’ai indiqué sur le Post, cet épisode est parfaitement résumé par la coach de vie de Jacques et Audrey Beaumont, cette famille est devenue toxique.

Premier signe des temps, Jacques et Catherine sont désormais à la retraite. Jacques Beaumont a donc lâché son restaurant, ce qui semble assez incompréhensible et Catherine s’est envolée vers une contrée imaginaire pour y faire le bien avec Reine, qui ne servirait à rien sinon.
Le reste des intrigues est sans intérêt et n’apporte rien à la famille, en dehors évidemment de la rupture de Julien et de son épouse muette, qui croit bon d’écrire sur un papier que l’ex mari d’Audrey n’est pas le père de sa fille, ce papier atterrit ensuite par un concours de circonstance débile sur le principal intéressé qui décide pour la peine de planter là sa femme et la gosse malade.

Richard est mort évidemment, le regretté Philippe Khorsand ayant succombé à une longue maladie l’an dernier et la série lui rend hommage de la pire des façons. Dans un trucage absurde, Richard discute avec son meilleur pote depuis l’au-delà. D’ailleurs, la sépulture de Richard est laide à pleurer, ce que ne manque pas de faire remarquer un guide du Père Lachaise en passant devant dans l’une des nombreuses scènes qui auraient mérité d’être coupées au montage. En y réfléchissant, je pense que pour réellement rendre hommage à Philippe Khorsand, un des piliers de la série, il aurait fallu que l’épisode se déroule juste après son décès et que la famille le pleure un peu plus. Alors certes quelques mois se sont écoulés depuis sa mort, mais personne chez les Beaumont, en dehors de Jacques, ne semble en être affecté et d’ailleurs tout le monde, même « la grande » Catherine lui tourne le dos. Pas étonnant alors qu’il tombe dans une homérique dépression… Dans sa descente aux enfers, Jacques, alias Bernard Le Coq, est mauvais à pleurer surtout quand il se déguise en femme – on ne comprend pas bien pourquoi, puisqu’il se démasque aussitôt – pour confondre son ancien second indélicat qui lui a volé ses recettes. Il n’est pas plus drôle lorsqu’il joue les bouddhistes d’occasion aiguillé par la coach de vie sa folle de belle-fille, Audrey.

Et les enfants dans tout ça ?

On a envie de tous les gifler.
Nicolas est devenu un vieux pédé, qui désormais peint à ses heures et je vous épargne le vain quiproquo avec son homme, qui aurait pu servir de fil rouge à au moins un épisode au lieu d’être liquidé en cinq minutes.
Audrey est folle et il faut s’y faire. Elle l’est depuis deux ou trois saisons et son cas semble incurable. Si je jouais les psys de bazar, je pense que le fait de ne pas être la fille de Jacques l’affecte et qu’elle souffre également du fait que son ex mari qui n’est pourtant pas un Beaumont lui soit préféré dans la famille.
Mais la pire reste Frédérique, la comédienne n’a plus que la peau sur les os, ce qui n’est pas grave en soit, mais joue surtout plus mal que jamais. Elle hurle comme une poissonnière et aboie sur sa gosse et son mari.
Quant aux pièces rapportées, je vous ai déjà parlé des nouveaux malheurs de Julien.
Sébastien, l’ex de Frédérique obtient enfin grâce à sa mère qui achète un petit asiatique, l’enfant qu’il désire. Cet enchaînement d’événements fait toucher le fond à la série. Le frère du gosse saute sur une mine, Catherine ne parvient pas à le sauver, Reine décide donc de refourguer le gamin à son fils et achète un fonctionnaire pour obtenir ce qu’elle veut. Magnifique…

Au final, nous assistons à un beau gâchis. Les Français (avec une majuscule) avaient réussi à créer une série unique en son genre qui pour une fois n’était pas trop naze. Durant, cinq ou six saisons, avec pas mal de mauvais sur la fin, les scénaristes et le réalisateur ont réussi à tenir le cap, mais depuis trois saisons, tout part à vau-l’au. Je pardonnais à Bernard Le Coq son cabotinage constant, mais là sans Philippe Khorsand, il semble orphelin. Annie Duperey est celle qui s’en sort le moins mal mais si son optimisme semble parfois inapproprié. Quant aux enfants, ils sont plus navrants les uns que les autres, seul Julien sauve à peu près les meubles.

La famille formidable ne l’est plus du tout. On se moque de cette tribu dans l’air du temps et les épisodes à venir n’ont rien de bien allèchant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s