Mal à ma sériphilie (chapitre I)

Je suis une téléphage, qui a toujours plus ou moins mal à sa sériphilie. Depuis deux ans, en dehors de « Lost », qui reste l’exception, j’ai complètement cessé de tenter de suivre les séries en direct des États-unis. J’ai ainsi renoncé à « Grey’s anatomy », et à « Docteur House », mais pas totalement à « How I met your mother ». Bêtement, j’attends la sortie de la saison 4 en dvd qui n’interviendra pas avant la Saint Glinglin a priori faute de diffusion sur une grosse chaîne pour le moment. J’aurais pu persister pourtant dans la voie du visionnage des deux séries médicales cultes, mais pour cela il aurait fallu que je me plie à la programmation délirante de TF1. Pour voir « Grey’s anatomy », il faut accepter de passer presque trois heures devant sa télévision, le mercredi, et encore quand il n’y a pas foot, sans avoir la certitude réelle qu’on va voir les épisodes exactement dans le bon ordre parce que parfois des épisodes plus sanguinolents se retrouvent malencontreusement en position d’être diffusés à 20h50, ce qui risque de poser problème au CSA.
Bon, à la limite, le problème de la VO a été partiellement résolu par la TNT, mais un coup sur deux je dois me fader les sous-titres pour sourds et malentendants qui ne sont guère adaptés aux personnes à audition fluide ou les indications à l’écran sont décalées pour des raisons que j’ignore. Alors évidemment, j’ai le joker TF1 replay, mais encore une fois il faut se bloquer du temps pour ça… En gros, par flemme, j’ai renoncé…
Par conséquent, je choisis les séries dans lesquelles je vais investir. « How I met your mother » demeure une priorité, tout comme « Scrubs » bien que je me demande pourquoi régulièrement (fort heureusement les saisons sont assez peu coûteuses), et pour le reste je suis des séries pour midinettes comme « les frères Scott » ou je me tape pour la troisième fois l’après midi les mêmes épisodes de « preuve à l’appui ».


En semaine, je savoure donc, les rares soirs où c’est possible, la présence d’un film en prime-time. C’est l’avantage de ne pas avoir fréquenté les salles obscures pendant trois ans, tous les films qui arrivent sur les grosses chaînes de télé actuellement sont inédits pour moi. De plus, quand je regarde un navet, je suis réconfortée en me disant que j’ai économisé 10 euros.
Je suis donc très heureuse de constater que le film du dimanche soir est enfin revenu et que « les Experts », contre qui je n’aurais rien sans TF1, sont relégués en deuxième partie de soirée.
Un film, ça a un début, un milieu et une fin. On ne doit pas attendre l’épisode suivant qui ne viendra pas parce que la chaîne a décidé de diffuser un inédit puis trois rediffusions pour économiser son stock, rigoureusement choisies dans cinq saisons différentes histoire que même dans les vieux épisodes il n’y ait aucune continuité. (« Oh ben, je croyais que Kate était morte », « Oh Temperance a encore son petit assistant bizarre… »….).

Pour aimer les séries, il ne faut vraiment pas les regarder diffusées par la télé. Du coup, je me suis dit bêtement : zappe « The Big Bang Theory » (NRJ12) ou « The Office » (Virgin 17), tu te les procureras en dvd (qu’importe le prix, je suis riche à millions apparemment) pour mieux les savourer en VOST ! Sauf que, même à la veille des fêtes, ces séries sont à ce jour introuvables en dvd…. Sur les bons conseils d’une spécialiste (j’y reviendrai), je me suis rendue sur amazon.uk et là c’est une vraie mine, toutes les séries y sont à des prix défiants toute concurrence, surtout en cette période de livre très, très mal en point, mais comme j’ai fait anglais deuxième langue (et que je suis surtout une bonne française qui baragouine l’anglais et qui a surtout appris la langue de Charles Dickens grâce à « Friends »), je ne peux pas (encore, j’espère) me permettre de me contenter de visionner les séries en VO non sous-titrée.
Comme je serai à Londres en janvier (YOUPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPIE !!!!), j’en profiterai peut-être pour ramener un petit coffret de série dans mes bagages et j’ai déjà une idée très, très précise de ce que je vais acheter (mais j’y reviendrai aussi).

Je me plains, je sais, il reste le streaming au pire, je sais. De toute façon, ma sériphilie ne vit que pour la saison six de « Lost » dès…bientôt (YOUPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPIE !!!!) dans ma vie. Ca me rappelle le moment où George Lucas a sorti les préquels (vous saviez que j’adorais ce mot ?) de « Star Wars ». D’épisode (mauvais) en épisode (nul), je m’en foutais, je ne vivais que pour la sortie du chapitre III et les révélations sur la chute d’Anakin…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s