Cross-over entre un Dîner presque parfait et Fort Boyard !

La semaine havraise de dîners m’inspire décidément. Hier, Guillaume, le sympathique docker, avait décidé de mélanger les influences asiatiques et françaises pour un repas qu’il s’était bien gardé, et je lui en suis reconnaissante, de qualifier de « fusion ».

Après l’énorme foutage de gueule culinaire de Fanny, je m’attendais au pire avec ce nouveau dîner et le candidat m’a favorablement impressionnée. J’ai ainsi apprécié la façon dont il a revisité les sushis en se servant de pain de mie et d’ingrédients typiquement français (rillettes, saucisson…) pour les agrémenter. Son plat de résistance, de la viande à la viande, qui a effaré ma végétarienne de femme, avait l’air plutôt marrant et son dessert, légèrement raté et probablement indigeste était assez original.
Mais bon, Guillaume a osé proposer des recettes de sa composition sorties de son imagination et n’incluant pas de viande à kebab.


Là où le jeune homme a vraiment péché, c’est par son animation. Dans le premier cross-over entre « un dîner presque parfait » et « Fort Boyard », l’hôte d’hier soir a proposé un jeu mêlant l’épreuve des jarres – une candidate, toujours une femme sur le Fort, plonge sa main dans des récipients profonds pour y chercher la clé et hurle en imaginant ce qu’elle peut toucher – et les fameuses épreuves à énigmes des serpents et des araignées, ici des criquets. Divisés en deux équipes, les invités ont du s’amuser à chercher la moitié d’un indice dans un vivarium rempli de criquets, puis d’amusants iguanes, de souris blanches et enfin dans l’habitat d’un serpent affectueusement surnommé « Blood ». Notre Super Nanny, la gentille Laurence, en a pleuré de trouille.

Mais comme les candidats normands sont gentils à faire peur, ils ont salué dans leurs notes l’audace de la cuisine, une déco de table pour une fois relativement réussie et à peine sanctionné une animation osée.

Pour 100%maguer un peu ce post, je me souviens d’un magnifique reportage du magazine d’investigation de la six sur les pizzas aux insectes. Guillaume a donc passablement manqué d’audace en se contentant de pousser ses invités à glisser leurs mains dans le bassin de criquets. Il aurait pu leur servir en amuse-bouches, du jamais vu à ce jour d’ailleurs si je ne me trompe pas (des vocations ?) ou en garniture. Fanny aurait pu garnir son aumônière d’insectes, passablement moins indigestes que le kebab, également.

Dans tous les cas, je croise les doigts pour que le mignon petit docker qui a fait fondre la carapace du mutique Christophe gagne ce soir et j’attends avec impatience de découvrir la soirée Versailles de notre prothésiste ongulaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s