Gagner un dîner presque parfait sur un malentendu, c’est presque possible !*

Hier, Fanny, la jeune candidate de la semaine havraise d’un « dîner presque parfait » a tenté de mettre à profit les conseils avisés que je livrais récemment sur mon blog pour espérer gagner l’émission. Alors, avant de me faire traiter de mégalo, j’ai conscience qu’elle ne l’a pas vraiment fait puisque l’émission a été enregistrée en juin d’après cette passionnante interview de Laurence, l’hôtesse de lundi, qui je le maintiens, même si le Post s’en fout, est le sosie parfait – physique et vocal – de « Super Nanny ». Mais n’empêche que Fanny a failli l’emporter ou du moins décrocher une note qui l’aurait rendue éligible à une victoire sur un énorme malentendu, comme quoi ça fonctionne…


Il faut dire en préambule qu’après avoir mis en scène à Paris de grands « compétiteurs », la semaine havraise réunit de sympathiques bisounours un rien beaufs, il faut le souligner quand même, qui donnent des notes franchement honorables à partir du moment où l’hôte les nourrit et leur permet de s’amuser.

Fanny avait décidé pour la deuxième fois en un mois de proposer un menu régressif, qui n’avait sur le papier par grand-chose d’alléchant. Le premier choc a été pour moi de constater que la jeune femme achetait sa viande et une partie des légumes destinés à l’accompagner….au kebab du coin, sous le prétexte pas du tout fallacieux que ben oui de toute façon elle voulait cuisiner de la viande de kebab. Imparable…

Petite parenthèse heureuse, voilà un délicieux sujet pour « 100% Mag », « la folie des kebabs » avec un angle approprié « peut-on vraiment se régaler avec une viande qui passe son existence à tourner sur une broche ? ». Plus sérieusement, nous avons toutes et tous déjà aperçu le fameux sujet de « capital » ou « 66 minutes » sur les contrôleurs de l’hygiène qui font fermer des kebabs avant de vomir dans l’arrière cours comme les agents du FBI qui découvrent le crime atroce du serial killeur à la scie sauteuse. Tout ça pour dire et je sais que cette digression est un peu longue que j’ai mollement confiance dans la qualité de la viande d’un kebab à cause de M6 en plus…

Fanny a donc décidé de proposer en plat de résistance un plat prénommé « chiche ou pas chiche », qui était en définitive de la viande de kebab recouverte de feuille de bricks. De bon matin, ce sujet est douloureux à évoquer… Quand ses invités se sont légitimement inquiétés de la provenance de ce qu’ils mangeaient, l’hôtesse ne s’est pas du tout démontée et leur a indiqué clairement qu’elle venait du kebab du coin MAIS qu’elle l’avait fait revenir dans une poêle avec des oignons, alors évidemment ça change tout.
Le reste était culinairement à l’avenant, la candidate ne savait visiblement pas cuisiner, mais a su miser sur une présentation originale : verrine dans des petits pots de bébé, enfin verrines aux parfums discutables dans des petits pots et biberons cocktails en apéritif ; madeleines assez mal démoulés et son accompagnement dérisoire en entrée ; le fameux kebab et ses frites de patates douces détrempées de graisse en plat de résistance et en dessert un tiramisu façon fraises bonbons.
Parfois, je me dis qu’il faudrait foutre la paix au tiramisu, mais c’est un autre sujet.

Quant à l’animation, Fanny a bizarrement proposé la même exactement que la jeune fille qui avait déjà essayé en Bourgogne je crois le menu régressif, à savoir modelage de ballons et pour la déco les bonbons étaient de rigueur.

Au final, malgré des 5 et même un 4, franchement mérités en cuisine, Fanny s’en sort très honorablement avec 6,3/10. Grâce à son animation, pas transcendante pourtant, et à une déco de table assez téléphonée, la jeune fille aurait pu prendre la tête de la compétition, voilà qui devrait inspirer mes dîneurs en herbe…

Par conséquent, ma dernière idée de menu, qui consiste à réaliser les cocktails de l’apéritif, puis à commander une cheesy crust (l’auteure de ces lignes ne touche rien pour ses placements de produits mais désire que Pizza Hut reste longtemps implanté à Toulouse), du pain à l’ail (pour l’entrée) et faire péter un pot de Ben & Jerry’s (tout simplement la meilleure glace du monde surtout si on opte pour le parfum « peace of cake ») n’est plus si idiote que ça et je m’en félicite.
En animation, je proposerais un atelier de pâte à modeler play doh (je veux bien recevoir un carton de play doh en revanche pour son parfum madeleine qui me propulse immédiatement dans ma petite enfance où je n’ai jamais eu la chance d’en posséder) sur la thématique du glacier ou du fast food.
Quant à la déco, je pense que mon déguisement de Tortue Ninja aura déjà planté le décor….

[*Aimer jusqu’à l’impossible aussi, a priori d’après Tina Arena, mais c’est une autre histoire, comme dirait Gérard Blanc…]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s