Maman cherche l’amour ailleurs que dans le pré

Pour les fans, c’est vrai que j’ai tendance à ne pas m’étendre sur « Maman cherche l’amour » saison 2 ici. Il faut dire qu’honnêtement, la programmation indigeste de la six qui semble trouver raisonnable d’accaparer les soirées d’honnêtes citoyens qui travaillent, jusqu’à 23h40 a tendance à me décourager.

De plus, il faut bien dire ce qui est, je préfère les fastes de « La Bachelorette » ou le côté méchamment terroir de « l’amour est dans le pré » à cette émission franchement bâtarde.
Je suis souvent atterrée par les commentaires des protagonistes.

Angie, qui élève cinq enfants quand même, a décroché la timbale en ne retenant que des types gras et vulgaires, qui m’indisposent. Oui, je suis délicate… Quant à Diams, pardon Sophie, elle pourrait monter une équipe d’un quelconque sport collectif avec ses prétendants qui s’entendent comme larrons en foire et qui semblent attendre le week-end pour se retrouver entre potes avec ce boulet de filles au milieu. On est bien loin de l’esprit de « la Bachelorette » ou d’une bonne production AB, type « Hélène et les garçons ». Les deux autres s’en foutent, elles ont déjà trouvé chaussure à leur pied. Katia a beau entendre de la bouche du mufle en chef que son fils sera de toute façon déséquilibré faute d’un exemple paternel positif, elle pense à Pierre, Paul ou Jacques, son prétendant attentionné, lui.

Ce qui est amusant dans cette émission, outre son côté cheapissime particulièrement marqué cette année – l’hôtel où les pauvres prétendants de Sophie doivent dormir et se changer en attendant leur randonnée de l’extrême fait pitié -, c’est qu’il n’y a pas de juste milieu : les types sont soit pathétiquement et limite pathologiquement amoureux de la fille qu’ils ont vue à la télé soit ils s’en moquent éperdument et semblent présents pour que leur bouille à eux passe dans le petit écran. Angie, encore une fois, est celle qui a attiré les plus boulets – le type qui aime déjà ses enfants et les couvre de cadeaux, lui écrit une chanson, lui offre des fleurs, celui qui n’a ni boulot, ni voiture, ni permis, ni enfant – et à l’opposé un gars qui vient juste pour l’animation karting, un autre qui râle à tout propos (le sport lui fait mal au dos, « la neige est trop molle ») et le type pas drôle qui vient pour critiquer.

A 22h30, je l’avoue, je relâche mon attention car ça joue au poker sur NRJ12 et que j’aimerais savoir si Margaux va un jour tarter cet enfoiré de Julien.

Auteur : poclatelephage

Blogueuse téléphage depuis 2004. Ecrivez-moi : poclatelephage@gmail.com Suivez-moi : https://twitter.com/poclatelephage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :