Les Frères Scott saison 6 la suite

J’ai décidé de poster dès aujourd’hui mon point régulier sur la saison 6 des « Frères Scott » diffusée le samedi après-midi sur TF1.


Je commence par mes préférés, Lucas et Peyton, dont le bonheur indécent ne pouvait pas durer. Je vous l’expliquais la dernière fois, le deuxième ouvrage du gentil Lucas, moins autobiographique que le précédent qui narrait en gros les quatre premières saisons de notre série favorite, se vend mal au grand désespoir du jeune homme, qui s’est toutefois ressaisi en constatant qu’au moins il avait l’Amour. Fort heureusement, le grand écrivain apprend qu’un producteur désire adapter ses mémoires sur grand écran. Il se réjouit puis il doute… Il consulte donc tous ses proches qui lui conseillent de se laisser tenter. Au passage, les scénaristes nous gratifient d’une gentille mise abîme. Chacun des protagonistes indiquant à Lucas le nom de la personne qu’il aimerait voir l’incarner à l’écran et petite touche d’humour, chacun signale que les personnages de fictions pour ados sont en général interprétés par des trentenaires voire des quadragénaires dans le cas de Peyton (inutile de me rappeler qu’elle est beaucoup plus jeune que moi, dans mon cœur elle a 49 ans). Lucas signe donc avec le producteur que le public averti soupçonne immédiatement d’être un psychopathe. Dan, la mère de Brooke et la baby-sitter tarés étant sur la touche, il faut bien leur trouver un successeur. Mais comme les scénaristes sont subtils, le beau producteur n’est pas dingue, non il s’agit seulement de l’ex de Peyton et oui, pour une fois, les auteurs de la série utilisent à bon escient l’artifice des « 5 ans après ». La jolie blonde a eu une aventure elle aussi durant sa séparation avec Lucas et le beau gosse a justement rompu avec elle parce qu’elle n’arrivait pas à oublier son ex et qu’elle se traînait son bouquin partout, ce qui promet donc pour son adaptation…
Peyton n’en parle évidemment pas à Lucas qui le découvre en trouvant une photo du couple formé par sa future femme et son producteur en lui amenant les dernières pages du scenario remanié. Oulalalala, je crains déjà le pire pour ces deux là, pas vous ?

Brooke, quant à elle, a décidé d’adopter la jeune rebelle qui avait volé dans son magasin. Elle a du mal à gérer l’adolescente qui s’adoucit pourtant progressivement au contact de la petite bande de héros de Tree-Hill. Enfin, elle continue à faire des conneries monstrueuses pour tester sa jolie maman, mais Brooke s’accroche, que c’est beau…


J’en viens aux intrigues propres au nain tête à claques de la série, l’enfant de Nathan et Haley, le petit Jamie. Le chiard est considéré par la petite bande comme un adulte à part entière et il est donc traîné partout. Le pauvre gosse a échappé à une tentative d’enlèvement, mais sa gentille marraine, Brooke, le confie quand même à son ado paumée de fille adoptive, qui en profite pour l’emmener dans la fête qu’elle a improvisée dans l’ancienne boutique de sa maman chômeuse. Quand il n’est pas baby-sitté par une fugueuse, Jamie passe beaucoup de temps avec son grand-père Dan, qui est mourant mais qui est surtout l’assassin de son grand-oncle.
Il faudra prévoir une psychanalyse digne de celle qu’ont du suivre Michèle et les enfants Katsopolis de « la fête à la maison » pour le petit Jamie Scott.

C’est d’ailleurs le gentil petit Jamie qui a poussé son papa à exercer la fonction de slam-basketeur en attendant qu’un recruteur de la NBA ne l’invite à rejoindre la prestigieuse ligue de basket pro. Vous aussi à la maison, vous pouvez confier votre destin à votre fils de 4 ans ou à défaut à votre animal domestique… Malheureusement, le slamball est un sport violent et le pauvre Nathan pourrait y laisser sa santé à peine retrouvée. D’ailleurs, lors de la demi-finale de la saison, alors que Nathan vient de sauver in extremis son équipe de la défaite, un vilain noir le pousse à nouveau à travers une vitre, ce qui avait été à l’origine la première fois de son handicap passé. Mais comme Nathan n’est pas responsable de l’accident, il s’en sort indemne et jure à son enfant qui a changé d’avis qu’il ne jouera plus à ce vilain sport trop dangereux pour un ex infirme.
A n’en pas douter, dès le prochain épisode, Nathan sera recruté par un ponte de la NBA.

Du côté des personnages dont on se fout, le très disgracieux Micro, qui a plaqué son job de journaliste sportif pour rejoindre son amoureuse et qui en a retrouvé un aussitôt à Tree Hill, est bizarrement pris dans un triangle amoureux. En effet, son ex petite amie du lycée a été engagée pour devenir son assistante et se montre très attirée par lui, alors qu’il aime Millicent, l’adjointe de Brooke. Mais le laid Micro est droit et intègre. Il préfère donc sa copine à la tentation, enfin pour le moment.

Le cas de Micro me donne l’occasion d’ouvrir une parenthèse utile. Sa copine, qui est plutôt jolie, est supposée l’être moins que Brooke ou Peyton par exemple parce qu’elle porte des lunettes. Pourquoi une fille à lunettes est-elle encore cataloguée, sans en venir à l’exemple de Betty (Ugly Betty), comme laide dans les séries, alors qu’un canon qui porte des lunettes occasionnellement reste canon ? Je m’interroge réellement…

Voilà, c’est tout pour le moment….

[NDLA : J’ai perdu mon centième et mon 101ème ami facebook. Si quelqu’un, qui n’avait pas encore osé le demander, qui vient juste de se créer un profil, ou qui me découvre à l’instant, a envie de devenir mon centième ami Facebook. Il suffit de demander en « amitié » : Poc Latelephage.]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s