Fin de saison rapide pour Fais pas ci, fais pas ça, qui va me manquer

Après avoir visionné les deux derniers épisodes de la saison 2 de « Fais pas ci, fais pas ça », la meilleure fiction française du moment, je n’ai qu’un regret : le nombre limité d’épisodes qu’elle compte.


Six épisodes de 40 minutes pour une deuxième saison, c’est court et il faut bien reconnaître que parfois ça se ressent à l’écran.

Ainsi dans l’épisode 5, outre l’intrigue « policière » fil rouge de la deuxième saison destinée à rapprocher les deux familles, les Lepic ont du faire face au Bac de Christophe, un événement que nous attendions depuis le premier épisode de la série quasiment, et au fait que Soline montrait son soutif’ à son ordinateur. Du côté des Bouley, le programme était encore plus chargé : Denis s’est trouvé une nouvelle carrière de crooner pour vieux dans les maisons de retraite, ce qui lui a attiré les foudres d’un psychopathe en puissance, Valérie a vu sa libido décuplée par le simple fait que son compagnon retravaille et Eliot est enfin apparu à l’écran pour ramener Bunny, le lapin de son école chez lui.
Résultat, malgré de très bons moments, notamment Monsieur Lepic soupçonné par deux fois d’être un pervers parce qu’il drague des ados sur le net et qu’il feint d’uriner devant le lycée de son fils qui planche sur sa copie de philo, l’épisode 5 était très légèrement indigeste. De plus, je pense que le cas de Bunny broyé malencontreusement par la collègue de Valérie lors de sa fugue aurait mérité d’être un peu plus développé.

Quant au final, il s’est avéré inattendu et drôle. Une fois l’intrigue policière bouclée au terme d’une partie de cache-cache familiale mémorable dans un relais & château déserté, les téléspectateurs ont pu savourer le rapprochement entre les deux familles causé par cet événement inattendu. Désormais, les deux couples s’appellent par leurs prénoms et se réservent des places aux fêtes de l’école.

Je pense que je n’ai pas fini de débattre, avec ma Moitié essentiellement, de l’opportunité de cette intrigue policière, mais force est de constater qu’elle nous a amené de jolis moments de délire de Fabienne notamment.

La saison 2 se termine a priori sur deux cliffhangers de taille : Valérie Bouley est enceinte et Fabienne Lepic se voit bien devenir le manager de Denis Bouley

Sinon, j’ai continué à déceler des clins d’œil cinématographiques réels ou supposés dans les épisodes d’hier. Ainsi, quand les deux familles marchent à quatre pattes pour ne pas se faire repérer par le duo de vilains, j’ai songé bizarrement aux « 101 dalmatiens ».
Quand Anémone, la voisine, sort de sa bouche d’aération les cheveux dressés sur la tête j’ai vu dans son apparence une allusion aux aventures de Bridget Jones et à son trajet en décapotable.
Denis Bouley qui signale à son coiffeur qu’il veut rester lui-même car chacun sa personnalité, Mike Brant c’est Mike Brant et Denis Bouley c’est Denis Bouley, m’a évidemment fait penser à « meilleur espoir féminin » (et non à Cindy Sander).
Enfin, dans la scène où les deux hommes font levier avec la plaque qui ferme la bouche d’aération de la chambre froide où ils sont tous enfermés, j’ai songé au « père Noël est une ordure » et à la fameuse scène de l’ascenseur.

Je me réjouis que la série ait fait hier un honorable chiffre d’audience, au delà de 4,5 millions de téléspectateurs, et j’ai humblement l’impression d’y avoir contribué. Toutefois, c’est avec un vrai pincement au cœur que j’ai vu se finir cette deuxième saison – je l’ai déjà commandée sur internet pour la disséquer et réaliser un florilège des répliques cultes des protagonistes – mais les Lepic et les Bouley vont vraiment me manquer jusqu’à leurs prochaines aventures.
Heureusement avec ma femme, nous avons réveillé les Lepic qui sommeillaient en nous, nous nous exclamons donc régulièrement « alalala » à la manière de Fabienne et le « ah bon » de Renaud me vient désormais naturellement en toutes circonstance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s