Maman met du temps à chercher l’amour sur M6

M6 nous a proposé hier les deux premiers opus longuets de la Bachelorette du pauvre, «maman cherche l’amour».

La chaîne mène depuis déjà quatre ans une vraie mission de service public en maquant ceux dont personne ne veut. Elle avait commencé par s’attaquer aux agriculteurs et maintenant elle songe à ces femmes méritantes qui se tapent deux journées en une avec leur travail et leur mission de maman. M6 a donc trié sur le volet trois mamans, trentenaires ou quadragénaires, divorcées depuis un moment pour les maquer, Caroline, Carine et Marie.
J’avais pensé que le chaîne aurait pu faire d’une pierre deux coups en maquant les mères célibataires avec les agriculteurs, mais souvenez-vous cet été de la mésaventure de Madame mère de 4 enfants avec Monsieur Gros Fallot. L’agriculteur veut une compagne vierge ou du moins non lestée de traces de son passé.
La chaîne a donc lancé, à un moment où je ne devais pas regarder du tout M6 puisque je les ai loupés, la diffusion des portraits des trois femmes. A charge aux hommes intéressés (d’écrire au journal) d’adresser un courrier à la chaîne, ce qu’ils ont fait apparemment.

Les assidus de « l’amour est dans le pré », dont je suis, ont du trouver de troublantes similitudes entre cette nouvelle émission et leur programme culte.
En visionnant le début de l’émission, je me suis demandé si je n’avais pas loupé un épisode. Les portraits des trois femmes ont apparemment tourné en boucle sur M6 sans que jamais je ne tombe dessus. La phase des portraits étant expédiée, des milliers d’hommes ont donc eu l’occasion d’envoyer un courrier avec photo aux trois bachelorettes en herbe, qui ont opéré, hier, en 5 minutes chrono une sélection drastique dans les courriers, essentiellement à partir de photo vieilles de 15 ans. La dizaine d’hommes choisie par chaque femme a ensuite été conviée à une séance de speed dating.
Les ressemblances s’arrêtent là parce que les femmes ont eu le droit de choisir le cadre du rendez-vous. Les agriculteurs n’ont jamais cette chance, ils doivent toujours rencontrer leurs prétendantes dans une gargote parisienne.

Je parle beaucoup du dispositif mais je ne livre aucune indication sur les femmes.

Caroline a le profil type de la célibattante, qui fait la joie des journalistes qui recherchent une célibataire pour un joli reportage télévisé. Elle est dynamique, relativement mignonne, pas réellement en manque d’homme mais toutefois prête à s’engager.
Elle a le type même de la bonne copine rigolote qui anime les soirées. D’ailleurs, je lui conseille de se calmer à l’avenir si elle veut repartir avec un compagnon et non un bon pote de sortie.

Carine est une jolie brune niçoise. Elle est sexy en diable mais possède un lourd handicap, à mon goût, sa gamine qu’elle élève seule depuis sa naissance et à qui elle voue un culte païen. Difficile, à mon avis, pour un homme surtout avec des enfants de trouver sa place dans ce couple fusionnel…

Marie est une jolie blonde bretonne, qui minaude un peu trop à mon goût. Elle possède deux gosses de sexe masculin. Par amour, elle sait qu’elle devra certainement quitter sa Bretagne natale pour suivre le mâle que la six lui aura dégoté. Là je m’étouffe légèrement de rage, pourquoi ça serait à elle de suivre son nouveau compagnon plutôt que le contraire…
Bref, blonde et soumise, Marie a tout pour plaire.

Nos trois femmes reçoivent donc une dizaine de garçons chacune dans un cadre qui leur correspond pour un premier rendez-vous à plusieurs, à l’issue duquel elles éliminent en moyenne 2 garçons. Les survivants sont convoqués, la semaine suivante, à un deuxième round, aussi peu sélectif, qui vise pour chacun à faire mieux connaissance.

Je ne vais pas m’étendre sur le déroulement des rendez-vous. Chaque émission en narre un en long en large et en travers car il faut bien l’admettre le TRES gros défaut de l’émission est sa longueur. Les deux rendez-vous légèrement languissants se sont poursuivis jusqu’à quasiment minuit. Les épisodes de « l’amour est dans le pré » présentent l’avantage malgré leur nombre de protagonistes élevé d’être plus ramassés.

A mon goût, M6 passe globalement à côté de son sujet avec une émission longue comme un jour sans pain donc et assez peu glamour. Jamais, on n’imaginerait la Bachelorette en train d’acheter des chipos et des merguez pour organiser son rendez-vous barbecue du soir avec ses prétendants. Meredith ou Jane, les bachelorettes, arrivaient pomponnées pour trouver les mâles réunis autour d’un feu de camp où rôtissaient déjà les mets que de toute façon elles n’allaient pas toucher pour ne pas abîmer leur magnifique dentition. De plus, du côté des concurrents, c’est un peu la franchouillarde attitude, si certains s’apprêtent et amènent de jolis présents, d’autres s’affublent de leur tee-shirt de biker ou de leur sweat décathlon…
De plus, pour désigner les concurrents encore en course, à la crêperie ou dans la salle polyvalente du coin, il manque le petit artifice qui fait tout, une rose à la boutonnière ou une cravate (je ne sais pas moi…). Au lieu de ça, les pauvres types sont obligés de se lever pour rejoindre leur prétendante et le gars éliminé reste assis comme un con à tenter de sauver les apparences.

A côté de ça, il y a du bon….

Marie conserve des types archi bedonnants et chauves alors qu’elle a déjà flashé sur Eric, le sosie de David Ginola, qui sait sans se vanter qu’il est beau gosse, – tous les hommes de 30 / 45 ans s’appellent Eric apparemment – et qu’elle ne rêve déjà que d’avoir une aventure avec lui…Caroline, miss célibattante, a déjà flashé sur Eric, qui doute, de son côté, un peu de la rapidité de ses sentiments. Ca sent méchamment le râteau.
Caroline jette un brave type parce qu’elle ne veut pas être sa nounou, juste parce que ce gros maladroit lui a signalé qu’il admirait les aides-soignantes (sa profession) depuis que sa mère avait fait une attaque cérébrale.
Marie élimine le beau gosse qui lui narre en détails sa dernière nuit d’amour de folie.
Pour créer du suspense, l’un des éliminés a signalé, hier, dans un style très « bachelorette » à Carine que deux ou trois prétendants n’étaient pas réellement honnêtes. L’un deux serait-il gay et l’émission prête à prendre une toute autre ampleur en se plaçant dans la lignée de « gay, maqué ou célibataire » ? A suivre…
Mais vraiment, je conseille à M6 de revoir en urgence le montage ou de ne programmer qu’un épisode par mardi soir sous peine que je ne sache jamais si Caro, Marie et Carine ont trouvé l’amour.
(Source photo : http://www.m6.fr/)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s