Ma nouvelle vocation à peine contrariée par Mimi Mathy

Je me suis découvert tout récemment une nouvelle passion, je voudrais devenir (quand je serais grande, si ça arrive un jour) scénariste pour la télévision. Mes plus fidèles lecteurs savent déjà que je possède dans les tréfonds de mon cerveau une magnifique idée de scénario pour un téléfilm familial, qui aurait après réflexion plus sa place sur M6 que sur TF1.

Durant mes douches – je réfléchis mieux nue et arrosée – je le peaufine chaque jour et là il approche de la perfection. Parfois, quand j’en ai fini avec les rebondissements, je me consacre au casting…

Bref, hier, en découvrant un inédit de « Joséphine, ange gardien », limite potable, j’ai réalisé que les scénaristes de TF1 n’étaient pas en reste niveau imagination.

Joséphine débarque dans une famille d’aristocrates, forcément désargentés, qui célèbrent le premier anniversaire du décès de leurs parents. Le château qui les héberge depuis la nuit des temps est, comme de bien entendu, en ruines, mais Axel le petit dernier de la famille, un doux rêveur inoffensif, ex chouchou de ses parents, a de grands projets pour son héritage immobilier (le louer à une société de production pour y installer un télé-crochet à succès par exemple). Mais coup de théâtre, son vilain frère, qui ne manque pourtant pas de moyens, a décidé de vendre à tout prix la propriété familiale s’opposant pour cela à sa sœur et à son petit frère. Le super vilain, qui cache un cœur d’or évidemment sous sa dure carapace, veut procéder à la transaction au plus vite et à tout prix. Il a trouvé un moyen de contourner l’avis de son frère et de sa sœur pour y arriver. Joséphine, qui est fine psychologue en plus d’être un ange doté de plein de pouvoirs magiques avantageux, déduit que le départ quinze ans plus tôt de l’aîné vendeur dans des circonstances troubles, n’est pas étranger à cette volonté de vendre la demeure familiale.Le décor est planté.

(Joséphine en châtelaine / source photo : allocine.fr)

Comme l’aîné est un faux méchant, il en faut un vrai, bien fourbe, il s’agit du notaire du village prêt à tout pour assouvir les sombres desseins d’un chef étoilé qui a juré par le passé de se venger de la famille des actuels propriétaires des lieux, pourquoi, mystère…
Pour que le téléspectateur de TF1 comprenne bien qui est le vrai traître, un interprète roux a été choisi pour le camper.

Joséphine s’emploie pendant l’heure qui suit à empêcher le gentil Axel, le petit frère, de se suicider de désespoir à l’idée de perdre son héritage auquel il tient tant et surtout à comprendre pourquoi l’aîné de la famille tient autant à vendre le château.

En chemin, les scénaristes retors nous orientent vers de fausses pistes.
Ainsi, nous croyons un moment que la galère financière dans lequel le château plonge la famille va être réglée par la découverte du mystérieux trésor des lieux. Mais que nenni, ce rebondissement aurait été trop téléphoné.
Ils nous permettent également de nous pencher sur un phénomène de société, ces anglais qui investissent notre territoire pour nous piquer notre patrimoine.

Je tarde à vous livrer le dénouement émouvant. Tout le monde se réconcilie à la fin (comme c’est surprenant…). Le vilain notaire est même jeté en prison par des gendarmes particulièrement perspicaces, un petit salut à notre bon gouvernement qui administre si bien l’autorité du terrain.

En fait, si l’aîné était si vindicatif et désireux de se débarrasser de son héritage, c’est parce qu’il n’était pas le fils de son père et pour cause, puisque sa mère l’avait conçu avec le fameux chef, qui voulait tant se venger parce qu’à l’époque roturier et pauvre il avait été chassé par la famille de son aimée. Pourtant, les deux hommes blessés ignoraient qu’ils avaient un père et un fils. Sur le fil, ils se rapprochent donc, sans se poser trop de questions.
Par conséquent, le restaurateur renonce in extremis à se venger et le frère décide de devenir quelqu’un de plus sympathique au quotidien. D’un coup, il renonce à divorcer, à vendre le château et annonce fièrement à ses désormais demi-frère et demi-sœur qu’il a un autre père que le leur.
De cette intervention de Joséphine naît un fabuleux partenariat commercial entre les châtelains et le restaurateur. Joséphine-Mimi ne fait pas la promotion du Medef pour rien.

Ce scénario déjà fabuleusement intéressant tire en plus ses références de la meilleure littérature puisque le gentil Axel rappelle un peu l’un des héros du chef d’œuvre d’Anna Gavalda « ensemble c’est tout ». J’en fais trop peut-être là…

Plus sérieusement, je vomis Anna Gavalda (je peux, j’ai lu ensemble c’est tout…) mais j’ai vraiment trouvé que ce « Joséphine Ange Gardien » certes énormément tiré par les cheveux avait au moins le mérite d’être rebondissant dans son intrigue et limite agréable à suivre. Pour une fois, en plus, l’histoire était presque réaliste. Je suis restée horriblement marquée par un rendez-vous à l’ANPE de l’ange dans un précédent opus.

Je continue cependant à m’interroger sur l’intérêt inquiétant de TF1 pour les fictions à caractéristiques catholiques.

En effet, « père et maire » narre l’histoire de deux frères ennemis, un curé et un maire dans un village de carte postale
Dans « Sœur Thérèse.com », Dominique Lavanant campe une très réaliste bonne sœur qui œuvre un peu trop dans les affaires séculières.
Enfin, « Joséphine Ange Gardien » donc raconte l’histoire d’un ange gardien descendu sur terre pour aider les brebis égarées. Je pense que le sujet mériterait d’être développé.
Minute Pubpub, j’épargne le gorille à Stéphanie, je suis toujours ici pour parler de la star academy, comme je le faisais avant à cet endroit précis.
Je rappelle également que je suis sur facebook [Prénom : Poc, Nom de la famille : Latelephage (sans accent)]
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s